BVA – Orange pour L’Express, la Presse Régionale et France Inter: Observatoire de la politique nationale - Mars 2013

BVA – Orange pour L’Express, la Presse Régionale et France Inter: Observatoire de la politique nationale - Mars 2013

-

Documents
29 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Voici les principaux enseignements de l'Observatoire Politique du mois de Mars 2013 :
La popularité de François Hollande s’effondre ce mois-ci : Avec 35% de bonnes opinions, il perd 8 points par rapport au mois dernier. Le chef de l’Etat se retrouve ainsi à un bas niveau inédit pour un Président à ce stade du mandat
La politique menée par le gouvernement apparaît encore plus injuste (64%, +5 points), et surtout plus inefficace (80%,+8 points) aux yeux des Français
A droite, le terrain est favorable à une forte nostalgie sarkozienne : notre duel de préférence de candidature pour 2017 fait apparaître une écrasante suprématie de l’ex Président sur l’ex Premier ministre : Nicolas Sarkozy surclasse François Fillon auprès des sympathisants de droite (69% contre 27%) et surtout auprès des sympathisants UMP (78% contre 22%)

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 mars 2013
Nombre de visites sur la page 47
Langue Français
Signaler un problème

Observatoire de
la politique
nationale
Mars 2013
BVA – Orange pour L’Express, la Presse Régionale et France Inter
LEVÉE D’EMBARGO LE 18 MARS 2013 – 18H00 Diffusion et levée d’embargo
Ce sondage est réalisé pour et
o Diffusé sur les portails Internet :
http://www.orange.fr/, http://www.lexpress.fr/,
http://www.radiofrance.fr/franceinter/ et http://www.bva.fr/
o Et sur le portail mobile Orange World (SMS, MMS, WAP)
o Publication dans L’Express, les quotidiens de la presse régionale et
diffusion sur France Inter
Levée d’embargo le 18 mars 2013 – 18H00

Contact Presse : Valérie Carro
01.71.16.88.34
valerie.carro@bva.fr
2 Fiche technique
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
recrutés par téléphone puis interrogés par Internet les 14
et 15 mars 2013.
Recueil
Echantillon de 1 139 personnes, représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l’échantillon est assurée par la
méthode des quotas appliqués aux variables suivantes :
sexe, âge, profession du chef de famille et profession de
Echantillon
l’interviewé après stratification par région et catégorie
d’agglomération.
Les évolution signalées dans ce rapport correspondent à des
évolutions depuis février 2013, date de la vague
précédente.
Evolutions
3 Note sur les marges d’erreur
Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques.
Le tableau ci-dessous présente les valeurs des marges d’erreur suivant le résultat obtenu et la taille de l’échantillon considéré :
Intervalle de confiance à 95% selon le score Taille de
l’échantillon 5 ou 95% 10 ou 90% 20 ou 80% 30 ou 70% 40 ou 60% 50%
100 4,4 6,0 8,0 9,2 9,8 10,0
200 3,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1
300 2,5 3,5 4,6 5,3 5,7 5,8
400 2,2 3,0 4,0 4,6 4,9 5,0
500 1,9 2,7 3,6 4,1 4,4 4,5
600 1,8 2,4 3,3 3,7 4,0 4,1
700 1,6 2,3 3,0 3,5 3,7 3,8
800 1,5 2,1 2,8 3,2 3,5 3,5
900 1,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3
1 000 1,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1
2 000 1,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2
4 000 0,7 0,9 1,3 1,5 1,6 1,6
6 000 0,6 0,8 1,1 1,3 1,4 1,4
10 000 0,4 0,6 0,8 0,9 0,9 1,0
Exemple de lecture : Dans le cas d’un échantillon de 1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge
d’erreur est égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.
4 Synthèse
1. Spectaculaire effondrement de la cote de popularité de François Hollande


- La popularité de François Hollande s’effondre ce mois-ci. Avec 35% de bonnes opinions, il perd 8 points par
rapport au mois dernier. Quant à Jean-Marc Ayrault, il perd 4 points à 34% d’opinions favorables. Le président
n’enregistre certes pas le score « record » de 30% atteint par Nicolas Sarkozy, mais il est sous le niveau de son
prédécesseur à la même époque (40%), ce dernier avait connu en mars 2008 un léger mieux dans l’Opinion à la
suite du remaniement. François Hollande se retrouve ainsi à un bas niveau inédit pour un Président à ce stade
du mandat.
- Après un mois de février marqué par le Mali et le mariage pour tous, l’actualité économique et sociale reprend
ses droits. L’annonce par l’INSEE d’un taux de chômage supérieur à 10%, les perspectives anémiques de
croissance en 2013, la confirmation à Dijon que l’objectif de 3% de déficit ne serait pas atteint en 2013
apparaissent comme les principales clés d’explication de cette impopularité. L’accueil assez frileux de l’accord
sur le marché du travail par les sympathisants de gauche et carrément glacial des catégories populaires a sans
doute également des répercussions sur les cotes de l’exécutif. François Hollande perd 13 points chez les CSP-
ainsi que chez les sympathisants de gauche sans pour autant gagner des points à droite.
- La politique menée par le gouvernement apparaît encore plus injuste (64%, +5 points), et surtout plus
inefficace (80%,+8 points)


2. Personnalités : Christine Lagarde dans le top 5, le gouvernement entraîné dans la chute de
l’exécutif

e-Réintégrée pour la première fois dans notre classement depuis avril 2011, Christine Lagarde se place sur la 3
place du podium exæquo avec François Fillon et juste devant Nicolas Sarkozy. Son obligatoire discrétion sur la
situation française ne lui est donc pas préjudiciable. Son retour pour 2017 alimente depuis peu quelques
fantasmes.
5 Synthèse

e e- La personnalité « recours » la plus évoquée, Nicolas Sarkozy, progresse encore et se hisse de la 7 à la 5
place (+1 point)
e e- François Fillon perd 1 point mais prend la 3 place à Jean-Louis Borloo qui chute à la 6 place. Jean-François
eCopé reste en queue de classement (28 place) et perd encore 2 points.
- L’ensemble du gouvernement est entraîné dans la chute de l’exécutif exception faite des deux acteurs
e eprincipaux de la guerre au Mali : Laurent Fabius grimpe de la 26 à la 17 place et Jean-Yves le Drian
eégalement de la 29 à la 21e
- Manuel Valls continue à écraser la concurrence sur notre palmarès global, mais perd 6 points. La percée
spectaculaire de Christine Taubira a fait long feu : elle perd 10 points sur les 14 engrangés le mois dernier
dans la foulée de l’adoption du projet de loi sur le mariage pour tous.
ère- Marine le Pen profite des déboires du gouvernement et passe dans la 1 partie du tableau en se hissant de la
e21e à la 13 place (+3 points)
- Phénomène souvent observé, des critiques violentes à l’égard d’une personnalité peuvent paradoxalement lui
profiter : c’est apparemment le cas pour Harlem Désir accusé d’inaction (en particulier par Jean-Christophe
Cambadélis). Il gagne 4 points mais reste toutefois dernier de notre classement, à égalité avec Anne Hidalgo,
très impopulaire à droite et au Centre.

3. Cote des partis : l’UMP reprend la tête

L’UMP devance désormais le PS d’une courte tête avec 39% de bonnes opinions (contre 38%). Le parti de droite
progresse de 4 points depuis le mois de décembre 2012 et l’épisode cataclysmique de l’élection de son
président. L’UDI qui était devenue la principale force d’opposition en termes de popularité perd 6 points à 36%
après la renonciation de Jean-Louis Borloo à la mairie de Paris. Le PS perd trois points, comme le parti de
Gauche (à 28%), tandis qu’EELV gagne 4 points (34%). Le Front national gagne 3 points avec un quart de bonnes
opinions légèrement devant le PC à 24% (+2 points)

6 Synthèse

4. L’intervention au Mali recueille toujours un fort soutien de l’Opinion, mais François Hollande n’a
pas capitalisé sur ses traits de personnalité

- L’intervention au Mali reste très majoritairement soutenue avec 67% d’opinions favorables, même si ce
soutien s’est nécessairement érodé après deux mois d’intervention (-8 points par rapport à la mesure du 15
janvier). Les sympathisants de gauche y sont toujours aussi favorables (82%), l’érosion du soutien est le fait
des sympathisants de droite (-12 points à 57% de soutien).
- François Hollande retrouve ses zones de vulnérabilité, telles qu’enregistrées avant l’intervention : sa
compétence et sa capacité à prendre les décisions qui s’imposent s’étaient particulièrement renforcées. Il
perd le terrain engrangé sur ces points et sur d’autres par rapport à janvier dernier : -8 points sur sa
compétence (38%), -13 points sur sa capacité à prendre les décisions qui s’imposent (35%), -10 points sur
« rassembleur » (29%), -14 points sur « explique bien son action », - 8 points sur « dynamique » (23%).
- L’opération « Dijon » ne porte pas ses fruits pour le moment, il faut dire que dans le dernier sondage BVA
pour CQFD-I télé les Français y voient bien plus une opération de communication qu’un moyen utile de
connaître leurs besoins.

5. En duel pour la présidentielle de 2017, Nicolas Sarkozy écrase François Fillon

- Le duel de préférence de candidature pour 2017 apporte une autre preuve éclatante du retour en grâce de
l’ex président. Il écrase l’ex Premier ministre auprès des sympathisants de droite (69% contre 27%) et
surtout auprès des sympathisants UMP (78% contre 22%). Décidément, l’étoile de François Fillon a pâli. Son
choix « stratégique » de ne pas concourir aux municipales apparaît pour le moment bien malheureux.

Céline BRACQ, directrice-adjointe de BVA Opinion
7 La popularité de
l’exécutif
8 Popularité du Président de la République
o Quelle opinion avez-vous de François Hollande en tant que
Président de la République ?

ST Mauvaise : 64% ST Bonne : 35%
Très bonne (NSP) +8 pts -8 pts
5% 1%
Très
mauvaise
30% Plutôt
bonne
30%
Plutôt
mauvaise
34%
9 Evolution de la popularité du Président
de la République
o Quelle opinion avez-vous de François Hollande en tant que
Président de la République ?

64%
61% 61%
59%
55% 55% 56% 55%
53%
Bonne opinion
46%
Mauvaise opinion44% 44% 44% 43%
38% 37%
40%
35%
10