CZ 170.pub

icon

2

pages

icon

Français

icon

Documents

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

2

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

CZ 170.pub
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

115

Langue

Français

ATTENTATS, POURQUOI ?
PARAÎT TOUS LES 15 JOURS
A DISCUTER, A REPRODUIRE,
Abonnement (2 carnets de timbres
pour un an)
Cinquième zone
11, rue S. ALLENDE
92220 BAGNEUX
Déclaration 01/00117P
Site : www.cinquieme-zone.org
Mail :
cz.courrier@cinquieme-zone.org
ABONNEMENTS
1) Je désire recevoir 1, 2 ou 3
exemplaires de
Cinquième zone
à chaque parution (ci-joint 2
carnets de timbres).
2) Je souhaite entrer en contact
avec
Cinquième zone
.
Nom :
Prénom :
Téléphone :
Adresse :
22 mars 2004
N°170
Tout a été dit, tout a été montré sur
les attentats de Madrid : images hor-
ribles à la télévision, alignements de
cadavres dans des sacs plastique, té-
moignages de rescapés et de proches
des victimes, suppositions et commen-
taires à n’en plus finir. Et aussi
l’émotion énorme de la population,
révoltée, incrédule et désespérée
d’être prise pour cible dans des gue r-
res non déclarées entre puissances
qu’elle ne connaît pas. Du déjà vu,
hélas. Remake en Europe des massa-
cres, un peu plus abominables ou à
peine moins qui, ces dernières années,
ont ensanglanté tant de villes : Nairo-
bi (Kenya) et Dar-e s-Salam
(Tanzanie) en 1998 –224 morts, 4 600
blessés-, 11 septembre à New York et
Washington (3000 morts), 200 tués à
Bali en octobre 2002, 45 à Casablanca
en mai 2003, 54 à Riyad (mai et no-
vembre 2003), Istanbul (novembre
2003, 70 morts) et d’autres qui n’ont
pas assassiné et mutilé suffisamment
pour qu’on s’en souvienne.
Avec, comme partout, le défilé des di-
rigeants prenant la pose du général
en chef, prompts à désigner l’ennemi
qui les arrange et à mettre l’émotion
au service de leurs intérêts politiques,
économiques ou militaires. Diatribes
connues de Sharon camouflant son
oppression du peuple palestinien et
son terrorisme d’Etat derrière la
lutte contre Ben Laden, de Bush pré-
textant la guerre au terrorisme pour
régler son compte à son ex-ami Sad-
dam ou, à Madrid, d’Aznar accusant
l’ETA pour tenter de gagner les éle c-
tions. Et, à la clé, la promesse tou-
jours faite et impossible à tenir, de
vaincre le terrorisme : multiplication
des patrouilles, généralisation des
contrôles et des fouilles. Il faudra
bientôt donner son numéro de carte
bleue, son code génétique et sa photo
pour monter dans l’autobus, nu et les
mains en l’air ! Les attentats de Ma-
drid et ceux qui se poursuivent en
Israël malgré un invraisemblable
quadrillage sécuritaire et l’impitoya-
ble répression (et aussi ceux qu’on
peut redouter dans le futur dans
d’autres villes européennes), prou-
vent que la solution n’est pas seule-
ment policière. Elle est d’abord politi-
que. Ce qui suppose de comprendre
ce qui se passe et ce qui est en jeu.
Les dirigeants terroristes, ceux d’Al-
Qaida et les autres, sont sans doute
des cinglés sanguinaires. Mais, et
c’est pire encore, ils ont une logique
et des objectifs.
Contrairement à ce qu’ils affirment,
ils savent parfaitement qu’il leur est
impossible de vaincre les grandes
puissances en abattant deux tours à
New York, en incendiant une boite de
nuit à Bali ou faisant sauter trois
trains à Madrid. Et ce n’est pas leur
but. Ils peuvent, par ces moyens, ter-
roriser les peuples, pas abattre les ré-
gimes oppresseurs. Leur objectif est
autre : il est de creuser un fossé de
haine et de sang entre les peuples. De
faire, par exemple, que chacun des
500 000 immigrés vivant en Espagne
soit regardé comme un terroriste po-
tentiel, injurié ou molesté, afin que,
victime d’un racisme que les attentats
contribuent à nourrir, il soit obligé de
s’enfermer dans sa « communauté »
et de se rallier aux intégristes. Leur
objectif ultime est de placer ceux
qu’ils estiment être « leurs » peuples
sous leur contrôle. Ce sont d’abord
les populations au nom desquelles ils
prétendent parler qu’ils réclament
d’exploiter pour leur propre compte
et veulent soumettre à leur dictature
obscurantiste et tatillonne.
Par delà la guerre sans pitié qu’ils se
livrent pour contrôler le monde (ou la
partie du monde qu’ils estiment de-
voir leur revenir), Bush et Ben Laden
se font, d’une certaine façon, la
courte échelle. Bush, défenseur d’un
régime économique et politique qui
condamne les trois quarts de la pla-
nète à la misère, à l’ignorance et à
l’humiliation, est le meilleur agent re-
cruteur des organisations terroristes.
Ben Laden et ses comparses, organi-
sateurs d’attentats aveugles, attisent
le racisme et la haine. C’est une ma-
chine infernale où, de part et d’autre,
chacun à sa place, dirigeants des
grandes puissances et dirigeants inté-
gristes, jouent leur partition.
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text