Les emprunts du français aux langues germaniques : parcours ...

Les emprunts du français aux langues germaniques : parcours ...

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les emprunts du français aux langues germaniques : parcours ...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 juillet 2011
Nombre de lectures 227
Langue Français
Signaler un abus
Les emprunts du français aux langues germaniques : parcours diachronique
* Agnès Steuckardt
Les langues germaniques ont participé à la constitution même du français. e Les grandes invasions ont amené en Gaule, au début du V siècle, les langues du groupe germanique oriental : les wisigoths laissent quelques traces du gotique, dont il reste dans le français contemporain une vingtaine de mots, parmi lesquelsattraper,choisir etgai; le burgonde a influencé surtout la toponymie et l’anthroponymie. Mais c’est une langue du germanique e occidental, la langue des Francs, arrivés à la fin du V siècle, qui a laissé l’empreinte la plus profonde : le francique introduit dans le bas latin dialectalisé qu’on parlait en Gaule quelques traits phonétiques et syntaxiques, mais surtout 1 de nombreux mots , d’adouber àwallon, en passant parframboise,frelon et frimas. L’influence exercée par les langues germaniques atelle continué après le brassage linguistique des grandes invasions ? Quelles circonstances historiques ont pu favoriser la circulation des langues parlées par les Anglais, les Allemands, les Hollandais, les Scandinaves, parmi les locuteurs français ? Comment le français, une fois entré dans sa phase de grammaticalisation, les atil accueillies ? Si le cas de l’anglais bénéficie d’une abondante bibliographie, il n’existe guère d’études sur les emprunts du français aux langues nordiques, et bien peu sur les emprunts au néerlandais et à l’allemand. Cependant, grâce au balisage des langues d’origine dans leur rubrique « Étymologie », les dictionnaires électroniques fournissent aujourd’hui la possibilité de parcourir un champ aussi vaste et d’esquisser les linéaments d’une histoire des emprunts du français moderne aux langues germaniques. Ce repérage des emprunts par le biais des dictionnaires contemporains n’est pas sans induire une limitation dans la perception des emprunts. Quel objet au juste la technique de l’enquête lexicographique permetil de saisir ?
* Université de Provence. La boratoire Parole et langage (UMR 6057). Agnes.Steuckardt@univ provence.fr1 Selon leRobert électronique2007, 377 mots du français contemporain viennent du francique.