Corrigé du baccalauréat STI mars 2011

Corrigé du baccalauréat STI mars 2011

Documents
5 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
Durée : 4 heures [ Corrigé du baccalauréat STI mars 2011 \ Génie mécanique - Génie énergétique - Génie civil Nouvelle-Calédonie EXERCICE 1 5 points 1. a. On a 23?2(1+p3)22+4(1+p3)?2?8 = 8?8?8p3+8+8p3?8= 0, ce qui montre que 2 est une solution de l'équation (E). b. L'équation (E) est du troisième degré ; comme 2 est solution le polynôme du troisième degré est le produit de z?2 par un trinôme du second degré dont le terme de degré 2 est z2 ; il existe donc deux réels ? et ? tels que l'équation s'écrive : (z ?2)(z2+?z +?)= 0. En développant cette écriture : (E) ?? z3+?z2+?z?2z2?2?z?2?= 0 ?? z3+(??2)z2+(??2?)z? 2?= 0 et en l'identifiant avec l'énoncé on obtient : ? ? ? ??2 = ?2?2p3 ??2? = 4+4p3 ?2?=?8 ?? ? ? ? ? = ?2p3 ??2? = 4+4p3 ?= 4 , la seconde égalité étant vraie. On a donc (E) (z ?2)(z2?2p3z +4)= 0. c. Équation du second degré : z2?2p3z +4= 0 : ∆= (2p3)2?4?1?4= 12?16 =?4= (2i)2 < 0.

  • intersection avec l'axe des ordonnées

  • axe des ordonnées au point

  • génie mécanique

  • ?ex ?

  • ??

  • produit de limites

  • axe des abscisses au point


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 mars 2011
Nombre de visites sur la page 18
Langue Français
Signaler un problème
Durée : 4 heures
[Corrigé du baccalauréat STI mars 2011\ Génie mécanique  Génie énergétique  Génie civil NouvelleCalédonie
EX E R C IC Epoints1 5 ¡ ¢¡ ¢p p 3 2 1. a.On a 22 1+3 2+4 1+3×28=888 3+8+8 38=0, ce qui montre que 2 est une solution de l’équation (E). b.L’équation (E) est du troisième degré ; comme 2 est solution le polynôme du troisième degré est le produit dez2 par un trinôme du second degré 2 dont le terme de degré 2 estz; il existe donc deux réelsαetβtels que l’équation s’écrive : ¡ ¢ 2 (z2)z+αz+β=0. En développant cette écriture : 3 22 32 (E)⇐⇒z+αz+βz2z2αz2β=0⇐⇒z+(α2)z+(β2α)z2β=0 et en l’identifiant avec l’énoncé on obtient : pα2= −22 3α= −2 3   p β2α=4+4 3⇐⇒β2α=4+4 3, la seconde   2β= −8β=4 égalité étant vraie. ¡ ¢ 2 On a donc (E) (z2)z2 3z+4=0. p 2 c.Équation du second degré :z2 3z+4=0 : ¡p¢ 2 2 Δ=2 34×1×4=1216= −4=(2i)<0. Cette équation a donc deux solutions complexes conjuguées : p 2 3+2i z1= =3+i etz2=3i. 2 2 2 On a|z1| =3+1=4=2⇒ |z1| =2. à ! 3 1 D’oùz1=2+i . 2 2 π π3π1 Or cos=et sin=, donc un argument dez1est . 6 26 2 6 π Commez2=z1, on a|z2| =2 et un argument dez2est. 6 2. a.On place A grâce au cercle de centre O de rayon 2 et de la droite d’équa tiony=a1 qui coupe le cercle en un point d’ordonnée positive A. Voir l figure à la fin. zAetzBont pour module 2, donc OA = OB = 2 : le triangle OAB est isocèle en O. b.OAB est isocèle en O et C est le milieu de la base [AB] donc le pied de ³ ´ π la hauteur et de la bissectrice issues de O. CommeOB ; OA=, on a 6 ³ ´ π OB ; OC=. 12 c.Comme C est le milieu de [AB] : p p zA+zBz13+i+2 3+2 1 c= =zB2= =+i . 2+22 2 à ! p 2µ ¶p 2 3+2 13+4+4 3+1 8+4 3 2 d.On a|c= =+ =| =2+3, donc 2 24 4
Baccalauréat STI Génie mécanique, énergétique, civil
A. P. M. E. P.
q p |c| =2+3. Ã ! p2 6+2 6+22 128+4 3 2 Calculons== =2+3= |c|. 2 44 p p 6+2 Donc|c| =2+3=. 2 6+2π e.Le modulecun de ses arguments est; on peut doncest et 2 12 écrire : p 6+2 6+2¡ ¢3+2 1 π ππ c=ei=cos+i sin= +i . 12 1212 2 22 2 Donc en identifiant les parties imaginaires : ³ ´³ ´ 6+2π1π1 62 sin= ⇐⇒sin=p pp == p 2 122 12 6+2 (6+2)( 62) 62 . 4
1
A
−→ v C B −→ O 21u1
1
2
EX E R C IC Epoints2 5 Z Z ZZ π π ππ ¡ ¢ 2 2 22 2 22 2 1. a.I+J=cosxdx+sinxdx=cosx+sinxdx=1 dx= 0 0 00 π π 2 [x]=. 0 2 Z ZZ Z π ππ π 2 22¡ ¢2 2 22 2 b.IJ=cosxdxsinxdx=cosxsinxdx=cos 2xdx= 0 00 0 · ¸ π 1 11 2 sin 2x=sinπsin 0=00=0. 2 22 0 c.En ajoutant membres à membres les deux égalités précédentes : 2I= π ππ ⇐⇒I=d’oùJ=I=. 2 44 2 22 2 2. a.f(x)=(cosx+2 sinx)=cosx+4 sinx+4 sinxcosx= 2 2 cosx+4 sinx+2 sin 2x.
NouvelleCalédonie
2
mars 2011
Baccalauréat STI Génie mécanique, énergétique, civil
A. P. M. E. P.
b.On a donc : ZπZπ £ ¤ 2 2 2 22 V=πf(x) dx=πcosx+4 sinx+2 sin 2xdx= 0 0 Z ZZ π ππ 2 22 2 2 πcosxdx+4πsinxdx+2πsin 2xdx= 0 00 ¡ ¢ π 25π πI+4πJ+π[cos 2x]=5πI+π(1cosπ)=5πI+2π=π(5I+2)=π+2= 0 4 π(5π+8) V=. 4
PR O B L È M E Partie A : Étude d’une équation différentielle
10 points
1.On sait que les solutions de l’équation sont les fonctions définies surRpar x f(x)=Ke ,KR. x xx 2.uest dérivable surRetu(x)= −exe+Ce . x xxx xx xx x Doncu(x)u(x)= −exe+Ce(xe+Ce )= −exe+Ce+xex x Ce= −ce qui montre que les fonctionse ,usont solutions de l’équation dif férentielle (E). x x0 0 3.u(x)= −xe+Ce etu(0)=2 entraîne0e+Ce=2⇐⇒C=2. x xx La fonction définie surRparu(x)= −xe+2e=(2x)e estsolution de (E) et vérifieu(0)=2.
Partie B : Étude d’une fonction
1.Étude des limites de la fonctionf x a.On alim (2x)= −∞et lim e= +∞, donc par produit de limites : x→+∞x→+∞ limf(x)= −∞. x→+∞ x x f(x)=2exe . x x On alim 2e=0 etlimxe=0, donc par somme de limiteslimf(x)= x→−∞x→−∞x→−∞ 0. b.Le résultat précédent montre que l’axe des abscisses d’équationy=0 est asymptote àCau voisinage de moins l’infini. 2.Étude des variations de la fonctionfsurR a.fest dérivable surRet : xx x f(x)= −e+(2x)e=(1x)e . xb.Comme e>0 quel que soit le réelx, le signe def(x) est celui de 1x, donc : 1x>0⇐⇒x<1,f(x)>0 : la fonction est croissante sur ]− ∞; 1[; 1x<0⇐⇒x>1,f(x)<0 : la fonction est décroissante sur ]1 ;+∞[, d’où le tableau de variations :
x−∞1+∞ e f(x) 0−∞
3.Tracé de la courbeC
NouvelleCalédonie
3
mars 2011
Baccalauréat STI Génie mécanique, énergétique, civil
A. P. M. E. P.
a.On aM(x;y)T0⇐⇒yf(0)=f(0)(x0). 00 Orf(0)=2×e=2 etf(0)=1×e=1. DoncM(x;y)T0⇐⇒y2=x⇐⇒y=x+2. b.Intersection avec l’axe des abscisses : il faut résoudre l’équation : x x f(x)=0⇐⇒(2x)e⇐⇒2x=0 (car e6=0)⇐⇒x=2. La courbeCcoupe l’axe des abscisses au point (2 ; 0). 0 Intersection avec l’axe des ordonnées :f(0)=(20)e=2. La courbeCcoupe l’axe des ordonnées au point (0 ; 2). c.Voir à la fin.
Partie C : Calcul d’une aire plane
1.Fest dérivable surRet : xx x F(x)= −e+(3x)e=(2x)e=f(x). Cette égalité montre queFest une primitive defsurR. 2. a.On a vu que sur ]− ∞; 2[,f(x)>0, donc l’aire, en unité d’aireA(α) est égale à : Z 2 £ ¤ 2 2α A(α)=f(x) dx=[F(x)]=F(2)F(α)=(32)e(3α)e= α α 2α e[(3α)e ]. α α α b.On a (3α)e=3eαe . £ ¤ α αα Or lim3e=0 etlimαe=lim (30, doncα)e=0 et finale α→−∞α→−∞α→−∞ ment :
NouvelleCalédonie
2 limA(α)=e . α→−∞
4
mars 2011
Baccalauréat STI Génie mécanique, énergétique, civil
y
2
1
T0
C
A. P. M. E. P.
A(α)
αOx 321 12
NouvelleCalédonie
1
2
3
5
mars 2011