Rôle des molécules de la famille du TGF-b dans la mégacaryopoïèse

-

Documents
50 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Secondaire, Lycée
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L'EDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE Présenté par Sandrine JEANPIERRE Pour l'obtention du diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes Rôle des molécules de la famille du TGF-b dans la mégacaryopoïèse Soutenu le 7 juillet 2005 Devant le jury : Xavier RONOT Président Jean-Marie EXBRAYAT Rapporteur Françoise PORTEU Examinatrice Véronique MAGUER-SATTA Examinatrice Alain PUISIEUX Examinateur Laboratoire EPHE : Reproduction et Développement des Vertébrés Directeur : Jean-Marie EXBRAYAT 15 rue du Plat – 69 288 Lyon Cedex 02 Laboratoire d'accueil : INSERM U590 Oncogenèse et Progression Tumorale Directeur : Alain PUISIEUX Responsable Scientifique : Véronique MAGUER-SATTA Centre Léon Bérard – 28 rue Laënnec – 69 373 Lyon Cedex 08 ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES SCIENCE DE LA VIE ET DE LA TERRE RÔLE DES MOLÉCULES DE LA FAMILLE DU TGF-? EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • kinase arnm

  • cell stimulating

  • tgf-?

  • altération de la mégacaryopoïèse

  • culture-initiating cell

  • signalisation intra-cellulaire par les protéines smads

  • altération évidente de la voie de la tpo

  • protein kinase

  • development factor

  • voie


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juillet 2005
Nombre de lectures 54
Langue Français
Signaler un problème

MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L’EDUCATION
NATIONALE ET DE LA RECHERCHE
ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES
Sciences de la Vie et de la Terre
MEMOIRE
Présenté par


Sandrine JEANPIERRE



Pour l’obtention du diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes


Rôle des molécules de la famille du TGF-b

dans la mégacaryopoïèse


Soutenu le 7 juillet 2005

Devant le jury : Xavier RONOT Président
Jean-Marie EXBRAYAT Rapporteur
Françoise PORTEU Examinatrice Véronique MAGUER-SATTA Examinatrice Alain PUISIEUX Examinateur

Laboratoire EPHE : Reproduction et Développement des Vertébrés
Directeur : Jean-Marie EXBRAYAT jmexbrayat@univ-catholyon.fr
15 rue du Plat – 69 288 Lyon Cedex 02

Laboratoire d’accueil : INSERM U590 Oncogenèse et Progression Tumorale
Directeur : Alain PUISIEUX puisieux@lyon.fnclcc.fr
Responsable Scientifique : Véronique MAGUER-SATTA maguer@lyon.fnclcc.fr
Centre Léon Bérard – 28 rue Laënnec – 69 373 Lyon Cedex 08
ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES
SCIENCE DE LA VIE ET DE LA TERRE

RÔLE DES MOLÉCULES DE LA FAMILLE DU TGF-β
EPHE Banque de Monographies SVT 1DANS LA MÉGACARYOPOÏÈSE

La mégacaryopoïèse est le système de différenciation qui permet la synthèse des plaquettes, cellules
impliquées dans les phénomènes d’hémostase et de coagulation.
Lors de mon EPHE, deux projets de recherche ont été développés. D’une part, la modulation par
FLRG des effets de la TPO et d’autre part l’effet de la molécule BMP-4 dans la mégacaryopoïèse.
Pour cela nous avons mis en place dans le laboratoire un système de différenciation mégacaryocytaire
humaine in vitro. Ce système a été caractérisé puis validé en étudiant les effets de la TPO, cytokine
clé de la mégacaryopoïèse dont les effets sont connus.
Notre étude a montré que la molécule FLRG, régulateur de la famille du TGF- β module négativement
les effets induits par la TPO, en particulier au cours de la mégacaryopoïèse. Cet effet est également
observé avec, un autre membre de la famille, la follistatine. De façon intéressante, notre travail
montre un rôle inhibiteur exercé par FLRG sur les effets de la TPO, bien qu’aucune relation ne soit
décrite entre ces deux molécules. Cependant, le mécanisme d’action est inconnu.
Nos résultats montrent un autre élément intéressant car nous avons mis en évidence que la molécule
BMP-4, membre de la famille du TGF- β joue un rôle important dans la mégacaryopoïèse. En effet,
BMP4 augmente significativement les progéniteurs mégacaryocytaires et contrairement à la TPO les
maintient en culture. Cette molécule augmente aussi les marqueurs membranaires mégacaryocytaires
précoces et tardifs et la synthèse de la protéine PF4 dans les granules α au cours de la maturation
cytoplasmique. La molécule BMP-4 semble, comme la TPO agir à tous les stades de la
mégacaryopoïèse. Pour expliquer ce résultat, deux hypothèses peuvent être suggérées. La molécule
BMP-4 coopère avec la TPO pour induire la différenciation mégacaryocytaire ou bien elle contribue à
la voie alterne de la TPO, voie non identifiée à l’heure actuelle. Dans ce cas, un nouvel inducteur de
la mégacaryopoïèse semble identifié et l'étude de son rôle dans des pathologies impliquant une
altération de la mégacaryopoïèse, en l'absence d'une altération évidente de la voie de la TPO, s'est
avérée intéressante. Nous avons alors choisi comme pathologie répondant à ces critères la leucémie
myéloïde chronique (LMC). Ainsi, une étude préliminaire a été développée pour étudier l’implication
de la molécule BMP-4 dans la leucémie myéloïde chronique (LMC).
Mot clé : mégacaryopoïèse, BMP-4, LMC

JEANPIERRE Sandrine, diplôme E.P.H.E, 7 juillet 2005
Sommaire

INTRODUCTION................................................................................................................... 1

RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES....................................................................................... 9
EPHE Banque de Monographies SVT 2
I. L’hématopoïèse.................................................................................................................... 9

1. Généralités........................................................................................................................ 9
1.1 Origine de l’hématopoïèse....................................................................................... 9
1.2 Les différents compartiments de l’hématopoïèse................................................... 10
2. Régulation de......................................................................................... 11

II. La mégacaryopoïèse ou mégacaryocytopoïèse.................................................................. 12

1. Définition....................................................................................................................... 12
2. Les différentes étapes..................................................................................................... 12
2.1 Les progéniteurs mégacaryocytaires : BFU-MK et CFU-MK.............................. 12
2.2 Les mégacaryocytes immatures............................................................................. 13
a. Les promégacaryoblastes............................................................................... 13
b. Les mégacaryoblastes.................................................................................... 13
c. L’endomitose................................................................................................. 13
2.3 Les mégacaryocytes matures................................................................................. 15
a. Les basophiles .................................................................... 15
b. Les granuleux ..................................................................... 15
c. Les étapes de maturation................................................................................ 15
2.4 La thrombopoïèse ou thrombocytopoïèse.............................................................. 16
a. Les mégacaryocytes thrombocytogènes ........................................................ 16
b. La formation des proplaquettes...................................................................... 16
c. La libération des plaquettes............................................................................ 18
2.5 Les plaquettes sanguines....................................................................................... 18
a. Aspect en microscopie optique...................................................................... 18
b. Aspect à la électronique : l’ultrastructure................................... 18
c. Rôle des plaquettes........................................................................................ 19

III. La régulation de la mégacaryopoïèse................................................................................ 19

1. Régulation par les facteurs de transcription.................................................................... 20
1.1 Le complexe GATA/FOG..................................................................................... 20
a. Les facteurs de transcription : GATA-1 et GATA-2..................................... 20
b. Friend of GATA : FOG-1 et FOG-2............................................................ 20
c. Gènes sous le contrôle de FOG/GATA......................................................... 21
1.2 Le facteur de transcription Fli-1............................................................................. 22
1.3 Le de transcription p45 NF-E2.................................................................. 23
2. Régulation par les cytokines........................................................................................... 23
2.1 La TPO, son récepteur et ses voies de signalisation.............................................. 24
a. La TPO.......................................................................................................... 24
b. Le récepteur de la TPO : le c-mpl.................................................................. 24
c. Voie de signalisation de la TPO..................................................................... 25
d. Activité biologique de la TPO....................................................................... 26
2.2 Les autres cytokines.............................................................................................. 28
2.3 Auto-régulation de la mégacaryopoïèse................................................................. 30
a. Auto-régulation par la masse plaquettaire...................................................... 30
b. Auto- en contrôlant l’expression du gène TPO.............................. 31
2.4 Régulation exercée par le micro-environnement.................................................... 32

EPHE Banque de Monographies SVT 3IV. La superfamille du TGF- β et ses régulateurs.................................................................... 34

1. La voie de signalisation de la superfamille du TGF- β..................................................... 34
1.1 Les récepteurs........................................................................................................ 34
1.2 La intra-cellulaire par les protéines Smads........................................ 35


2. La famille TGF- βs (Transforming Growth Factors beta)............................................... 36
2.1 Généralités............................................................................................................. 36
2.2 Le TGF- β1 et l’hématopoïèse................................................................................ 36
3. La famille BMPs (Bone Morphogenetic Proteins)......................................................... 37
3.1 Généralités............................................................................................................. 38
a. Synthèse et structure des molécules BMPs.................................................... 38
b. Rôle des molécules BMPs............................................................................. 38
3.2 Le sous-groupe : BMP-2, BMP-4......................................................................... 39
a. Généralités..................................................................................................... 39
b. Rôle............................................................................................................... 39
4. Les régulateurs de la famille du TGF- β : la famille Follistatine....................................... 40
4.1 La protéine follistatine........................................................................................... 41
4.2 La FLRG................................................................................................. 41

V. La dérégulation de la mégacaryopoïèse............................................................................. 43

1. Thrombopathie............................................................................................................... 43
2. Thrombopénie................................................................................................................ 43
3. Thrombocytose/Thrombocytémie................................................................................... 44
4. La leucémie myéloïde chronique (LMC)........................................................................ 45
4.1 La pathologie......................................................................................................... 45
a. Description.................................................................................................... 45
b. Le chromosome de Philadelphie.................................................................... 46
4.2 Les traitements....................................................................................................... 46
a. Les scores pronostiques................................................................................. 46
b. Les différentes phases de rémission.............................................................. 46
c. Les traitements............................................................................................... 47






Abréviations


Abréviations scientifiques :
3β-HSD 3β-Hydroxy-Steroid Deshydrogenase
ABL ABeLson
ActR ACTivine Receptor
ADN Acide DésoxyriboNucléique
ADNc Acide complémentaire
EPHE Banque de Monographies SVT 4ADP Adénosine DiPhosphate
ALK Activin-receptor-Like Kinase
ARNm Acide RiboNucléique messager
ATP Adénosine TriPhosphate
BCR Break point Cluster Region
BET Bromure d’Ethidium
BFU-MK Burst-Forming-Unit-Megakaryocyte
BIT Bovine Serum Albumin, Insuline, Transférine
BMP Bone Morphogenetic proteins
BMPR Bone proteins Receptor
BSA Bovine Serum Albumine
CD Cluster de Différenciation
CDK1 Cyclin-Dependent protein Kinase
CFC Colony Forming Cells
CFU-GEMM -Forming-Unit Granulocyte, Erythroid, Macrophage, Megakaryocyte
CFU-MK Colony-Forming-Unit Megakaryocyte
Co-Smad Commer-partener Smad
CtBP Carboxyl-terminal Binding Protein
dNTP Désoxylnucléotide TriPhosphate
DO Densité Optique
DTT DiThioThreithol
ECL Enhanced ChemiLuminescence
EDTA Acide Ethylène Diamine Tetra Acétique
ERK Extracellular signal-Regulated Kinase
FACS Fluorescence Activated Cell Sorter
FITC Fluorescein IsoThioCyanate
Fli-1 Friend Leukemia Integration-1
FLRG FoLlistatin Related Gene
FOG Friend of GATA
FSC Forward SCatter
FSH Follicle Stimulating Hormone
GAPDH GlycérAldhéhyde 3-Phosphate Déshydrogénase
GDF5 Growth Differentiation Factor 5
GM-CSF Granulocyte Macrophage – Cell Stimulating Factor
Gp Glycoprotéine
GPA Glycophorine A
HLA Human Leucocyte locus A
HRP HorseRaddish Peroxidase
IL InterLeukine
IMDM Iscove’s Modified Dulbecco’s Medium
JAK Janus Kinase
LAL Leucémie Aiguë Lymphoblastique
LMC Myéloïde Chronique
LTC-IC Long Term Culture-Initiating Cell
MAPK Mitogen-Activated Protein Kinase
MGDF Megakaryocyte Growth and Development Factor
M-MLV Moloney Murine Leukemia Virus
MNC Mono Nuclear Cells
NF-E2 Nuclear Factor-Erythroid 2
OP-1 Osteogenic Protein-1
PAF Paraformaldhéhyde
PBS Dulbecco’s Phosphate Buffered Saline
PCR Polymerase Chain Reaction
EPHE Banque de Monographies SVT 5PDGF Platelet-Derived Growth Factor
PE PhycoErythrine
PF4 Platelet Factor 4
+Ph Chromosome de Philadelphie
PKC α Protéine Kinase C alpha
PMSF Phényl Méthyl Sulfonyl Fluoride
PRP Plasma Riche en Plaquettes
PV Polycythémie Vraie
R-Smad Receptor-regulated Smad
RT-PCR Reverse Transcriptase Polymerase Chain Reaction
SCF Stem Cell Factor
SDF-1α Stromal-cell-Derived-Factor-1 alpha
SDS Sodium Dodécyl Sulfate
Smad Small proteins MAD related
SSC Side SCatter
STAT Signal Transducers and Activators of Transcription
TBE Tris, Borate, EDTA
TBS Tris-Buffered Saline
TBST Tris- Saline Tween
TE Thrombocytémie Essentielle
TEMED N, N, N’, N’- TeraméthylEthyléneDiamine
TGF-b Transforming Growth Factor beta
TNF Tumor Necrosis Factor
TPA 12-O-Tetradecanoyl-Phorbol-13-Acetate
TPO Thrombopoïétine
TRAP-6 Thrombine Récepteur Agoniste Peptide
TRITC TetramethylRhodamine IsoThioCyanate
UV UltraViolet
VEGF Vascular Endothelial Growth Factor
vWF von Willebrand Factor

Introduction

L’hématopoïèse peut se définir comme l’ensemble des phénomènes qui concourent à la fabrication et
13au remplacement continu et régulé des cellules sanguines. Chaque jour, environ 10.10 cellules
sanguines sont produites, essentiellement dans la moelle osseuse. Elle est assurée par un petit nombre
de cellules, les cellules souches hématopoïétiques. Ce taux de production doit être assuré chaque jour
et dans toutes les circonstances.
La mégacaryopoïèse est l’une des voies de différenciation de l’hématopoïèse qui aboutit à la synthèse
de plaquettes, cellules matures ayant un rôle important dans la réparation des tissus endommagés.
Cette différenciation a pour origine les cellules souches qui se différencient en mégacaryoblastes puis
en plaquettes s’accompagnant de modifications morphologiques et de maturation. L’ensemble de cette
différenciation est fortement régulé par les facteurs de transcription, des cytokines mais aussi par le
EPHE Banque de Monographies SVT 6micro-environnement. De plus, il existe une auto-régulation. La mégacaryopoïèse est dérégulée dans
différentes pathologies telles que les syndromes myéloprolifératifs (dont la leucémie myéloïde
chronique (LMC)).
La molécule FLRG, clonée au laboratoire est définie comme un régulateur de la superfamille du
TGF- β. Cette superfamille comprend les TGF- βs, les activines et les BMPs. Les TGF- βs sont
produits par les mégacaryocytes et les plaquettes et exercent un rôle important dans les
mégacaryopoïèse. Les BMPs ont un rôle connu dans l’hématopoïèse en particulier dans
l’érythropoïèse, voie de différenciation proche de la mégacaryopoïèse. A ce jour, aucun travail ne
montre un rôle des BMPs dans la mégacaryopoïèse.
Une étude préliminaire a mis a évidence des résultats intéressants qui nous ont conduit à étudier le
rôle des molécules de la famille du TGF- β dans la mégacaryopoïèse. Mon projet de recherche
comprend deux axes : le rôle de FLRG sur la réponse à la TPO, cytokine clé de la mégacaryopoïèse
et le rôle de la molécule BMP-4 dans la différenciation mégacaryocytaire et sa possible implication
dans la LMC.
Tout d’abord, un modèle de différenciation mégacaryocytaire in vitro a été mis en place au
laboratoire. A partir de ce modèle, l’effet de FLRG sur la TPO a été étudié ainsi que les effets de
BMP-4. L’effet de BMP-4 a été étudié dans la mégacaryopoïèse normale et abordé dans le cas d’une
dérégulation en particulier dans la LMC.
Rappels Bibliographiques

I. L’hématopoïèse


1. Généralités

L’hématopoïèse peut être définie comme un ensemble de mécanismes permettant un remplacement
continu et contrôlé des différentes cellules sanguines. Il s’agit d’un système cellulaire complexe ayant
pour but de maintenir un nombre constant de cellules sanguines, cellules ayant une durée de vie très
courte, dans les conditions normales mais également lors d’agressions extérieures de l’organisme.
Cette forte activité de production est assurée par une petite population de la moelle osseuse appelée
"cellules souches hématopoïétiques".

1.1 Origine de l’hématopoïèse
EPHE Banque de Monographies SVT 7
ème èmeL’hématopoïèse embryonnaire est extra-médullaire de la 3 à la 20 semaine du développement,
localisée d’abord dans la vésicule vitelline puis dans le foie (Baron, 2003). Durant cette période, le
èmedéveloppement est orienté principalement vers l’érythropoïèse. A partir de la 15 semaine du
développement, la moelle osseuse devient hématopoïétique et remplace progressivement le foie fœtal.
Ainsi, l’hématopoïèse adulte normale est localisée exclusivement dans la moelle osseuse. Jusqu’à
l’âge de 5 ans, tous les os ont une activité hématopoïétique. Ensuite, cette activité va progressivement
se limiter au niveau des os courts et plats (sternum, côtes, vertèbres, os iliaques).




1.2 Les différents compartiments de l’hématopoïèse

Dans l’hématopoïèse, quatre compartiments cellulaires peuvent être définis (figure 1). Les cellules
souches pluripotentes, les progéniteurs et les précurseurs sont localisés dans la moelle osseuse alors
que les cellules matures se retrouvent dans la circulation sanguine (Najman, 1994).

Toutes les cellules sanguines (hématies, polynucléaires, monocytes, lymphocytes, et plaquettes) sont
produites à partir d’une même cellule indifférenciée dite cellule souche pluripotente. Cette cellule
possède deux propriétés essentielles. Une capacité d’auto-renouvellement, c’est-à-dire
qu’elle est capable de se multiplier sans se différencier et ainsi de maintenir un pool de cellules
souches indifférenciées. Elle possède également la capacité de se différencier, c'est-à-dire s’engager
de manière irréversible vers une ou plusieurs lignées hématopoïétiques. Cette cellule est capable de
reconstituer la moelle d’une souris irradiée à dose létale. Les cellules souches peuvent être étudiées
par une technique appelée Long Term Culture-initiating cell (LTC-IC), qui consiste à co-cultiver les
cellules souches avec les cellules stromales. Chaque semaine, le milieu de culture est renouvelé à
50%. Après cinq semaines de culture, les cellules sont récupérées et mises en culture dans un milieu
semi-solide en méthylcellulose afin de déterminer leur capacité à former des colonies. Ces colonies
dérivent des cellules souches initiales et sont donc représentatives du nombre de ces cellules au départ
de la culture.
Sous l’influence de divers facteurs, la cellule souche pluripotente va s’engager dans la différenciation
d’une lignée cellulaire lymphoïde ou myéloïde (figure 1). Elle devient alors un progéniteur, cellule
n’ayant plus de pouvoir d’auto-renouvellement mais encore capable de se différencier dans une ou
plusieurs directions (Najman, 1994). Une caractéristique importante des progéniteurs est leur capacité
à former des colonies en milieu semi-solide type méthylcellulose (test CFC Colony Forming Cells).
La cellule lymphoïde peut se différencier vers les deux types de lymphocytes B et T. La cellule
myéloïde, appelée CFU-GEMM (Colony Forming Unit Granulocyte, Erythroid, Macrophage,
Megakaryocyte) ou CFU-Mix est à l’origine des autres lignées granuleuses, érythroïdes, macrophages
EPHE Banque de Monographies SVT 8et mégacaryocytaires (figure 1).


Les progéniteurs se différencient à leur tour en précurseurs, première cellule morphologiquement
identifiable de chaque lignée. Ces précurseurs ont perdu toute capacité d’auto-renouvellement et ont
pour but la multiplication et la maturation cellulaire. Ces cellules sont encore localisées au niveau de
la moelle osseuse.
Les précurseurs terminent leur maturation et donnent naissance à des cellules matures et
fonctionnelles qui vont passer dans la circulation sanguine (figure 1).

2. Régulation de l’hématopoïèse

L’hématopoïèse doit être parfaitement régulée afin que chaque cellule sanguine soit produite en
quantité et en temps voulus. Le micro-environnement joue un rôle important dans la régulation de
l’hématopoïèse (Najman, 1994). Bien que son rôle ne soit pas clairement connu, le micro-
environnement semble influencer les cellules hématopoïétiques par au moins deux mécanismes soit
par l’intermédiaire de facteurs solubles, soit par un contact avec les constituants de la matrice extra-
cellulaire.
Ce micro-environnement est constitué de cellules stromales. Ces cellules d’origine mésenchymateuse,
comprennent les fibroblastes, les cellules endothéliales et les adipocytes. Les macrophages
médullaires dérivant de cellules hématopoïétiques sont également considérés comme appartenant aux
cellules stromales. Les cellules stromales synthétisent les constituants de la matrice extra-cellulaire
(collagène, fibronectine, …), sécrètent des facteurs de croissance mais également des inhibiteurs de
l’hématopoïèse (Najman, 1994). La matrice extra-cellulaire constitue un réseau de fibres où les
cellules hématopoïétiques adhérent. De plus, elle représente un réservoir important en facteur de
croissance. Ces interactions peuvent influencer la différenciation par exemple au cours de
l’érythropoïèse. Les facteurs de croissance sécrétés comme les interleukines 3, 6 (IL-3, IL-6) et le
Stem Cell Factor (SCF) régulent positivement l’hématopoïèse en favorisant la prolifération et la
différenciation. D’autres facteurs comme le TGF-b (Transforming Growth Factor beta), le TNF
(Tumor Necrosis Factor) régulent négativement l’hématopoïèse. Par exemple, le TGF-b empêche la
mise en cycle des progéniteurs et des cellules souches hématopoïétiques (Fortunel, 2000).




II. La mégacaryopoïèse ou mégacaryocytopoïèse


EPHE Banque de Monographies SVT 9L’une des voies de l’hématopoïèse est la différenciation mégacaryocytaire appelée mégacaryopoïèse,
mégacaryocytopoïèse ou encore thrombopoïèse conduisant à la production de plaquettes.

1. Définition

La mégacaryopoïèse (figure 2) est un système de différenciation complexe qui aboutit à la maturation
d’un mégacaryocyte dont le cytoplasme se fragmente pour libérer les plaquettes dans la circulation
3sanguine (Deloux, 1994). Un mégacaryocyte mature produit environ 2 à 3.10 plaquettes. Les
plaquettes sont des cellules anucléées de petites tailles (2 à 5 µm) ayant un rôle essentiel dans
l’hémostase et la coagulation (Deloux, 1994).

2. Les différentes étapes

2.1 Les progéniteurs mégacaryocytaires : BFU-MK et CFU-MK

La cellule souche myéloïde nommée CFU-GEMM se différencie pour donner naissance aux
progéniteurs mégacaryocytaires appelés : BFU-MK (Burst-Forming Unit Megakaryocyte) et CFU-
MK (Colony-Forming Unit Megakaryocyte).
Les BFU-MK sont identifiables par leur capacité à former de grosses colonies (environ 50
cellules) dans un milieu semi-solide de type collagène (figure 2). Ces cellules conduisent à la
génération de 100 à 500 mégacaryocytes par cellule. Deux catégories de facteurs de croissance lui
sont nécessaires pour un développement in vitro : a) un facteur stimulant la prolifération tel que
l’interleukine 3 (IL-3) et b) un co-régulateur agissant en synergie pour assurer un développement
optimal en augmentant la prolifération et la différenciation tels que le Stell Cell Factor, la
thrombopoïétine (TPO) et l’interleukine 11 (IL-11). Ces cellules expriment à leur surface l’antigène
CD34 (Lepage, 2000). Les colonies BFU-MK se différencient en cellules plus matures appelées
colonies CFU-MK, capables de former de petites colonies constituées de 3 à 50 cellules
mégacaryocytaires (figure 2). Comme pour les colonies BFU-MK, les colonies CFU-MK ont besoin
de IL-3 et d’un co-régulateur comme le SCF et la TPO. Ces cellules ont conservé l’antigène CD34 et
acquis l’antigène HLA-DR (Lepage, 2000). Une colonie CFU-MK donne naissance en moyenne à
128 mégacaryocytes.
La glycoprotéine GpIIb semble être exprimée à un stade très précoce, au niveau du progéniteur bi-
potent érythro-mégacaryocytaire (Debili, 1996). Ainsi, cette glycoprotéine est exprimée au niveau des
progéniteurs BFU-MK et CFU-MK.

2.2 Les mégacaryocytes immatures
EPHE Banque de Monographies SVT 10