1 EXPOSÉ DE L

1 EXPOSÉ DE L'ALLIANCE MÉDIAS JEUNESSE PRÉSENTÉ AU ...

-

Documents
9 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : développement
  • exposé
  • mémoire
  • exposé
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11 1 EXPOSÉ DE L'ALLIANCE MÉDIAS JEUNESSE PRÉSENTÉ AU CRTC Avis d'audience publique de radiodiffusion CRTC 2010-952 Demandes de CTVglobemedia Inc.; de Shaw Media Inc.; de Corus Entertainment Inc. et de Rogers Broadcasting Limited (Renouvellement des licences par groupe de propriété) Alliance Médias Jeunesse 1400, boulevard René-Lévesque Est, bureau 713 Montréal (Québec) H2L 2M2 Téléphone : 514-597-5417 13 AVRIL 2011
  • programmation enfants
  • programmation télévisuelle
  • propositions de renouvellement des licences par groupe de propriété
  • youth media
  • titulaires de licences
  • ctvglobemedia
  • émission
  • émissions
  • emissions
  • emission
  • jeune
  • jeunes
  • enfants
  • enfant
  • télévisions
  • télévision

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 58
Langue Français
Signaler un problème
EXPOSÉ DE LALLIANCE MÉDIAS JEUNESSE PRÉSENTÉ AU CRTC Avis daudience publique de radiodiffusion CRTC 2010-952 Demandes de CTVglobemedia Inc.; de Shaw Media Inc.; de Corus Entertainment Inc. et de Rogers Broadcasting Limited (Renouvellement des licences par groupe de propriété)Alliance Médias Jeunesse 1400, boulevard René-Lévesque Est, bureau 713 Montréal (Québec) H2L 2M2 Téléphone : 514-597-5417 13 AVRIL 2011
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
1
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Je me présente, Peter Moss, président du Conseil de lAlliance Médias Jeunesse, autrefois appelée Alliance pour lenfant et la télévision. Avant de commencer, jaimerais vous présenter ma collègue, Chantal Bowen, qui sest récemment jointe à lAlliance à titre de
directrice générale. Au nom de lAlliance Médias Jeunesse (AMJ), nous souhaitons vous remercier de nous donner loccasion dapporter notre contribution à lexamen des demandes de renouvellement des licences de télévision de langue anglaise par groupe de propriété,
auquel le Conseil procède actuellement. Nous croyons que cette audience arrive à un moment critique de lévolution du système canadien de radiodiffusion, et nous demandons instamment au Conseil de faire preuve de circonspection dans son examen
des nombreux changements proposés par des titulaires de licences désormais fortement
intégrés verticalement. Si nous sommes ici aujourdhui, cest principalement pour vous dire que nous sommes
profondément attachés à la programmation télévisuelle que le système canadien de radiodiffusion offre, ou plutôt devrait offrir, à nos enfants et à nos jeunes. LAlliance sintéresse particulièrement aux répercussions potentielles que lintégration de plus en plus prononcée peut avoir sur le développement et la disponibilité de la programmation enfants et jeunesse canadienne. LAlliance a témoigné un certain nombre de fois devant le Conseil ces dernières années
afin de souligner limportance dune présence forte de la programmation originale canadienne destinée aux enfants et à la jeunesse dans les différents secteurs du système canadien de radiodiffusion. LaLoi sur la radiodiffusion énonce clairement que  la programmation offerte par le
système canadien de radiodiffusion devrait à la fois être variée et aussi large que possible
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
2
en offrant à lintention des hommes, femmes et enfants de tous âges, intérêts et goûts une programmation équilibrée qui renseigne, éclaire et divertit » [Loi sur la radiodiffusion(1991) alinéa 3(i)(i)].Vous noterez que les enfants sont expressément mentionnés. LaLoi sur la radiodiffusionchacun des éléments du système énonce clairement que 
canadien de radiodiffusion doit contribuer de manière adéquate à la création et à la diffusion de la programmation canadienne ». [Loi sur la radiodiffusion (1991) alinéa 3(i)(e)].LAlliance constate que, au cours des cinq dernières années, les principales entreprises canadiennes de radiodiffusion et de télécommunications se sont transformées pour la plupart en sociétés hautement intégrées et cotées en bourse, qui offrent une multitude de services comme la téléphonie locale et cellulaire, lInternet, la télévision généraliste et spécialisée, les services de distribution satellitaire et terrestre ainsi que la vidéo sur demande. Indépendamment de la taille imposante et de la puissance financière de ces entreprises, ce qui nous préoccupe le plus dans cette audition, cest la question de savoir
si les niveaux de contribution des requérants sont suffisants pour répondre aux objectifs
de laLoi sur la radiodiffusion. Plus précisément, comment les requérants se proposent-ils doffrir  à lintention des
hommes, femmeset enfantsde tous âges, intérêts et goûts une programmation équilibrée qui renseigne, éclaire et divertit », cest-à-dire offrir un contenu audiovisuel canadien intéressant et stimulant sur de multiples plateformes, notamment la télévision généraliste, qui contribuera à la croissance intellectuelle, sociale et culturelle de notre enfants et de nos jeunes? LAlliance a été particulièrement surprise par la réponse de Shaw Media et de CTVglobemedia à notre intervention soumise plus tôt dans le cadre de cette instance.
Selon Shaw Media:  Plutôt que de salarmer des réductions à venir dans la programmation pour enfants sur les ondes de la télévision généraliste, elle (lAlliance) devrait reconnaître ces réductions pour ce quelles sont : la preuve que la télévision
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
3
traditionnelle généraliste et privée ne constitue plus la seule ou la meilleure plateforme
pour la programmation canadienne pour enfants. » (Traduction) Le Conseil ne sera pas surpris dapprendre que nous ne partageons pas ce point de vue. Ce nest pas parce que des chaînes spécialisées proposent aujourdhui de la programmation enfants et jeunesse que les télédiffuseurs généralistes peuvent se
désengager de leur obligation doffrir ce type de programmation. Si on applique la même logique que Shaw Media – et CTVglobemedia qui a exprimé le
même point de vue –, le fait quil existe aujourdhui de multiples chaînes spécialisées pour les nouvelles, les sports, les documentaires et les films devrait amener les télédiffuseurs généralistes à se retirer également de ces secteurs de programmation. Tant
que nous y sommes, pourquoi ne restitueraient-ils pas leurs licences? Prenons par exemple CP24, une chaîne de nouvelles locale de Toronto. Peut-on imaginer que le Conseil prenne en considération une demande de Shaw Media et de CTVglobemedia qui souhaiteraient abandonner les nouvelles locales sur leurs chaînes
généralistes de Toronto sous prétexte quune chaîne distribuée par câble offre déjà ce service?
Shaw Media ajoute dans son intervention quelle considère les télédiffuseurs généralistes
comme des services de programmation d intérêt général ». Nous ne parvenons pas à comprendre pourquoi la programmation enfants et jeunesse ne devrait pas être incluse dans la définition de programmation d intérêt général ». LAlliance tient à être très claire à ce sujet : le Conseil devrait exiger des engagements
spécifiques envers la programmation enfants et jeunesse canadienne de la part de chacun
des requérants. Tout comme les adultes canadiens sattendent à voir de la programmation qui les intéresse sur les chaînes de télévision généraliste, les enfants et les jeunes canadiens devraient aussi pouvoir regarder des émissions qui leur correspondent à la télévision généraliste. Après tout, ce ne sont pas seulement des téléspectateurs que les
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
4
télédiffuseurs veulent conserver lorsquils seront plus âgés; ce sont aussi des citoyens à
part entière qui méritent dêtre traités avec le même respect que les adultes. LAlliance est tout à fait consciente que de nombreux membres de lindustrie estiment que les jeunes sont trop occupés à envoyer des messages textes, à échanger sur Twitter ou à naviguer durant des heures sur leur ordinateur pour regarder la télévision. Toutefois, des
données récentes démontrent exactement le contraire. Nous savons que, au Canada, les enfants et les jeunes (de 2 à 17 ans) passent en moyenne un peu plus de 26 heures par semaine à regarder la télévision (source : BBM-PPM 2+, printemps 2010), soit une augmentation de 1 heure depuis le printemps 2008, ce qui se compare aux 30 heures quils passent à lécole chaque semaine. Aux États-Unis, une étude récente de Nielsen montre clairement que les jeunes nabandonnent pas la télévision au profit des nouveaux médias.  En fait, ils regardent plus la télévision que jamais; ces cinq dernières années, lécoute a augmenté de 6 % aux États-Unis. » (How Teens Use Media: A Nielsen report on the myths and realities of teen
media trends; Nielsen, juin 2009) Il semble donc clair que nos jeunes regardent encore la télévision, mais une question se pose : leur offrons-nous une expérience découte qui les divertit et contribue à leur croissance en tant que personnes et également en tant que citoyens canadiens? Notre organisation, en partenariat avec la Canadian Media Production Association (CMPA) et le Shaw Rocket Fund, a commandé et publié en 2009 une étude intituléeThe Case for Kids Programming, qui a dailleurs déjà été présentée au Conseil. Elle confirme
clairement que le système canadien de radiodiffusion ne répond pas aux besoins de nos enfants et de nos jeunes. En 2007-2008, lensemble de la production télévisuelle canadienne destinée aux enfants est passé de 389 millions de dollars en 1999-2000 à 257 millions de dollars le plus bas niveau en dix ans et, selon nous, le résultat direct du changement apporté par le CRTC en 1999 à sa politique qui retirait les émissions pour
enfants de la liste des exigences de programmation prioritaire.
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
5
Notre recherche démontre en outre que la production démissions pour enfants et jeunes a diminué de 26 %, passant de 22,4 % de lensemble de la production télévisuelle canadienne en 2000-2001, à seulement 16,5 % en 2009-2010. Cette baisse sest produite
en dépit du fait que les enfants et les jeunes de moins de 18 ans représentent 24 % de la
population canadienne.
Malgré la réponse optimiste de Shaw Media et de CTVglobemedia au sujet de labondance de programmation pour enfants sur les chaînes spécialisées, il ne fait pas de
doute quil y a une érosion constante des ressources nécessaires pour combler lappétit des enfants canadiens qui souhaitent regarder une programmation enfants de grande qualité, programmation pour laquelle notre pays est dailleurs réputé. En réponse aux demandes de financement de production des radiodiffuseurs, le FMC a alloué seulement 20 % de son financement en 2009-2010 à la programmation enfants et jeunesse en anglais et 17% à la programmation enfants et jeunesse en français. Malgré cet état de fait, le FMC mentionne que, pour 2009-2010, les productions pour enfants et jeunes continuent de générer le plus grand nombre dheures par genre parmi les émissions
financées par le FMC. Celui-ci ajoute que les téléspectateurs passent de plus en plus de
temps à regarder de la programmation enfants et jeunesse canadienne aux heures de grande écoute. Autrement dit, lorsque nous proposons de la programmation enfants et jeunesse, elle est regardée. Par conséquent, si, comme les données ci-dessus semblent le démontrer, les émissions
canadiennes pour enfants et jeunes sont si populaires auprès de leur auditoire premier, pourquoi les radiodiffuseurs généralistes canadiens négligent-ils ce segment clé de la programmation canadienne? Pourquoi les radiodiffuseurs ont-ils constamment réduit leur part du financement pour ce type démissions que les Canadiens excellent à produire et quils aiment sans aucun doute regarder?
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
6
Comme le sait le Conseil, lAlliance est actuellement en train de coordonner une importante analyse nationale de la programmation pour enfants au Canada, étude qui est commanditée et appuyée par CTVglobemedia (par lentremise du programme davantages tangibles de CTVgm/CHUM). Cette analyse nationale du contenu sans
précédent est menée par une équipe de chercheurs du Groupe de recherche sur les jeunes
et les médias du Département de communication de lUniversité de Montréal. Les résultats préliminaires de la première phase de létude ont été soumis au Conseil avec
notre mémoire et ils font partie du dossier public. Ces premiers résultats font clairement ressortir le rôle important que la programmation enfants et jeunesse joue dans la vie des jeunes Canadiens en  favorisant la réflexion, la créativité et l'interactivité avec le
téléspectateur ».Les auteurs du rapport font remarquer que leurs résultats  indiquent que les enfants
canadiens se voient offrir un contenu de grande qualité avec des valeurs positives, mais que certains télédiffuseurs ny contribuent pas autant quils le pourraient pour ce qui est du nombre démissions, de la diversité des genres et de la quantité de productions
canadiennes ». Cest donc le contexte dans lequel le Conseil doit analyser ces propositions derenouvellement des licences par groupe de propriété, et ce, afin de sassurer que les requérants contribuent pleinement au développement et à la mise en
valeur du de la programmation enfants et jeunesse canadienne. Par ailleurs, lAlliance est préoccupée par le fait que la programmation enfants et jeunesse ne fait toujours pas partie de la définition du CRTC relative à ce qui est considéré comme des émissions dintérêt national, comme le sont les dramatiques et les
documentaires. Il nous paraît étonnant que les  émissions de remise de prix » aient été
classées dans une catégorie spéciale démissions dintérêt national, passant avant des
émissions qui visent à promouvoir la culture et les valeurs canadiennes auprès de nos enfants et de nos jeunes. Et ce, sans parler du rôle important que ce type de programmation peut jouer dans lintégration de nouveaux citoyens au tissu social
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
7
canadien – en aidant à faire connaître aux nouveaux Canadiens la société à laquelle ils se sont joints et même en les aidant à apprendre une nouvelle langue. Selon nous, le Conseil devrait se pencher de nouveau sur sa définition des émissions dintérêt national afin dy inclure la programmation enfants et jeunesse, qui est incontestablement dintérêt national. Même si les dramatiques constituent une catégorie exhaustive qui englobe de nombreux genres démission différents, les enfants et les jeunes représentent un auditoire particulier et exceptionnel, et la programmation qui sadresse à eux touche tous les genres, et pas seulement les dramatiques. Il nest pas juste de placer les émissions conçues pour les enfants et les jeunes dans la catégorie  dramatiques », où elles sont en concurrence pour leur financement avec des genres démissions comme les  comédies » ou les  séries policières ». LAlliance estime également que les dépenses de chaque requérant au titre des émissions canadiennes devraient comprendre des engagements financiers précis pour la programmation enfants et jeunesse canadienne de la part des télédiffuseurs généralistes. LAlliance est convaincue quil est important que nous nous efforcions tous doffrir à nos enfants et à nos jeunes une perspective canadienne lorsquils regardent la télévision, quils continuent à regarder en grand nombre et de façon régulière, comme nous lavons
mentionné précédemment. Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les Conseillers, nous vous prions de
tenir compte de nos enfants et de nos jeunes lorsque vous analyserez les propositions dans le cadre de cette audience. Demandez-vous si nous faisons de notre mieux pour offrir aux enfants et aux jeunes canadiens une programmation canadienne de qualité qui
parle de nos réalités et reflète nos valeurs. Et demandez-vous également si cette programmation est offerte à tous les Canadiens à la télévision généraliste et sur les chaînes spécialisées, ainsi que sur les différentes plateformes en cours de développement
pour joindre les auditoires canadiens où quils se trouvent.
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
8
Dans le cadre de ces audiences importantes, il incombe au CRTC de fournir des directives et de faire preuve de leadership pour lensemble de lindustrie télévisuelle. En
profitant de cette occasion pour mettre laccent sur loffre de programmation pour nos jeunes et nos futurs auditoires, le CRTC galvanisera tous les secteurs de lindustrie et nous mettra au défi dy répondre énergiquement et dans lintérêt national. Rester
silencieux à ce sujet amènera un type de réaction différent, et lérosion de notre capacité à
créer notre propre culture pour nos citoyens les plus jeunes et les plus impressionnables
se poursuivra. Voici qui met fin à notre exposé; nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions. – Fin du document –
Youth Media Alliance – Alliance Médias Jeunesse - CRTC 2010-952 – 13/04/11
9