Commentaire lineaire montaigne 1229707115

icon

6

pages

icon

Français

icon

Documents

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

6

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Publié par

Nombre de lectures

562

Langue

Français

Pierre Eyquem, le père de Michel de Montaigne décide de donnerà sonfils une éducation presque naturelle, en lui apprenant le latin dès son plus jeune age, comme une langue paternelle. Il arriva ainsi «sans art, sans livre, sans grammaire, sans précepteur, sans fouet et sans larme»àparler le latin comme une langue naturelle. Mais lorsqu’il se retrouve au collège, il se retrouve faceàuneéducation trop pédante, qui le fâcheraàjamais avec cette institution. Le chapitre desEssais quenous allonsétudier, intituléDu « pédantisme »qui se situe dans le livre I, chapitre 24 est la conséquence de ces années de traumatisme et c'est pourquoi il y raille le pédant qui est pour lui l’emblème du faux savoir érudit, caricature d’un esprit méthodique. Ce texte est une critique du pédantisme et de la science qui va contre son idée humaniste de l’éducation. [LECTURE]A travers ce texte nous allons nous poser la question de savoir comment Montaigne met en œuvre son idée selon laquelle pour lui la mémoire et le jugement sont deux facultés de l’esprit non compatibles dans l’éducation.
- Dès le déne vise» + la formule restrictive «de vrai: le syntagme «but du passage qu’à» montre que MONTAIGNE a une idée bien précise de ce qu’est l’éducation pédante pour lui, c'estàdire uneéducation qui ne vise qu’àune seule fin « meubler la tê», d’ailleurs cette expression mte de scienceétaphorique est péjorative par l’utilisation du verbe « meubler » quiest synonyme de « garnir, emplir, orner »et qui par son utilisation même, montreàpoint dans l’id quelée de MONTAIGNE l’éducation n’est que du remplissage de cerveau. - Lesdeux noms «le soin» et «la dépense »prouvent que l’éducation est une chose bien réfléchie par les autorités dans ce domaine, désignénos pes ici par «ères »,et qu’elle semble obéiràl’idée qu’ils se font de l’instruction. - Lesdeux points vont ici au-delàde la ponctuation, ils indiquent un rapport logique qui se trouveêtre ici celui de la conséquence. Pour MONTAIGNE en effet, ce remplissage de science va au détriment de ce qui sont pour lui deux valeurs essentielles de l’esprit humain : le « jugement » et la « vertu ». L’expression « peu de nouvelles »sonne comme un euphémisme ironique, car pour lui le remplissage de cerveau et le développement du jugement chez l’enfant sont incompatibles. - Ensuite,dans lesyntagme verbal « nous nous enquéMONTAIGNErons volontiers » utilise la première personne du pluriel pour désigner les gens en général qui se fientàl’opinion publique. L’adverbe «volontiers »montreàpoint les gens ont quel tendanceà s’intéresser facilement et avec plaisirà deschoses futiles. Ces choses futiles sont d’ailleurs présentéesàdes questions dans lesquelles semblent travers s’opposer deux savoirs « Grec » et « Latin », même si MONTAIGNE considère que le Grec est l’ornement du pédant, il reconnaît que les langues grecques et latines qu’il ne dissocie pas, sont non seulement «d’un bel et grand agencement» mais qu’elles permettent mieux que d’autres langues certaines conceptions. Cette question semble vouloir chercherle mérite de l’homme dans la langue qu’il maîtrise. La seconde question sembleêtre une prolongation de la première en ce qu’elle est aussi une question futile. En effet, elle s’interroge sur la façon d’écrire comme si l’un des styles d’écritureétait meilleur que l’autre. - Laconjonction de coordination « mais » accentue cette idée de futilitédes questions, car MONTAIGNE nous donneàce moment làson idée de la question essentielleàse poser grâce au verbe « devenir » qui pour lui estàla base d’une bonneéducation, car
1
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text