Cours sur la République et les évolutions de la société française - historie 1ere

-

Documents
8 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La République et les évolutions de la société française (fiche de Mme Halm) Intro : La République (depuis 1870) a dû s'adapter aux mutations et aux évolutions de la société française. Comment les divers gouvernements républicains ont-ils accompagné les évolutions de la société française depuis 1880 ? Ces dernières ont été nombreuses, mais trois grands thèmes ressortent : une première partie expliquera comment les gouvernements ont du faire face à des revendications sociales des ouvriers de +/+ nombreux et pourquoi l’expérience du Front populaire de 1936 reste un emoment fort de la question ouvrière en France. Une 2 partie démontrera que le choix de faire de la France un État laïc a entraîné de nouvelles relations entre l’Etat et les religions. Enfin, la dernière partie évoquera l'émancipation progressive des femmes au sein de la société française. I) La République et la question ouvrière : le Front populaire A) Un monde ouvrier en marge de la République Jusqu’aux années 1930, la République se préoccupe peu de la « question ouvrière » : elle a surtout cherché à s’enraciner dans la population rurale et les classes moyennes (grâce à l’école).

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 224
Langue Français
Signaler un problème
La République et les évolutions de la société française(fiche de Mme Halm) Intro: La République (depuis 1870) a dû s'adapter aux mutations et aux évolutions de la société française. Comment les divers gouvernements républicains ont-ils accompagné les évolutions de la société française depuis 1880 ? Ces dernières ont été nombreuses, mais trois grands thèmes ressortent : une première partie expliquera comment les gouvernements ont du faire face à des revendications sociales des ouvriers de +/+ nombreux et pourquoi l’expérience du Front populaire de 1936 reste un e moment fort de la question ouvrière en France. Une 2 partie démontrera que le choix de faire de la France un État laïc a entraîné de nouvelles relations entre l’Etat et les religions. Enfin, la dernière partie évoquera l'émancipation progressive des femmes au sein de la société française.  I) La République et la question ouvrière    reaiulop pntroF el : A) Un monde ouvrier en marge de la République  Jusqu’aux années 1930,la République se préoccupe peu de la « question ouvrière» : elle a surtout cherché à s’enraciner dans la population rurale et les classes moyennes (grâce à l’école). De plus, le mouvement révolutionnaire de la Commune de Paris en 1871 provoque un sentiment de(cf p 312) méfiance des élites envers le monde ouvrierjugé trop tenté par lesidées marxistes/ socialistes (déf p 312) = la jeune République (dominée alors par les monarchistes), en mai 1871,massacre ou déporte vers le bagne les communards(déf p 312). Même si la culture républicaine s’apprend à l’école,peu d’enfants d’ouvriers poursuivent des études leur permettant de s’extraire du milieu ouvrier. Les dans leur quotidien ouvriers, par des marqué journées de travail longues et difficilesne ressentent pas ces idéauxde « liberté, égalité, fraternité » ; de plus laculture ouvrière est très marquée par l’idéologie socialiste. Se sentant marginalisés, même si leur niveau de vie augmente,les ouvriers luttentpour améliorer leurs conditions de vie/travail : par la grève(déf p 312, en France  autorisée :en 1864) mais elle représente des risques importants absence de salaire, licenciement, violence des troupes… (doc 1 p 310). Lessyndicats (autorisés par la Loi Waldeck-Rousseau de 1884) ont pour but de défendre les ouvriers. Ils négocient avec les patrons, renseignent les ouvriers sur leurs droits, organisent les grèves pour obtenir des améliorations des conditions de vie (logement, éducation) et de travail (journée de 8 heures, repos hebdomadaire, hausse des salaires).La presse ouvrière, les tracts, les affiches, les réunions publiques, les meetings permettent d’informer les ouvriers. La Confédération générale du travail(CGT) est créée en 1895. Des partis politiques défendent la classe ouvrièreet les catégories souffrant des inégalités sociales : les ouvriers votent majoritairement pour les partis socialistes(SFIO créée dès 1905par Jean Jaurès, déf + bio p 312), puis après la création duPCF en 1920, pour les communistes qui appellent à la révolution. doc p 310 : ex grève =Le drapeau rouge (marxiste) est plus le signe de ralliement des ouvriers dans leur lutte sociale que le drapeau tricolore républicain. A l’origine, peu sociale-car dirigée par des gouvernements souvent issus de la « classe bourgeoise »-er laRépublique oscille entre répression et conciliation:ex fusillade de Fourmies(doc 2 p 312) du1 mai 1891les ouvriers, « l’ordre républicain » est donc celui qui favorise les patrons (priorité au Pour  = travail). Néanmoins, grâce aux grèves, et à l’actions des syndicats et élus de gauche, deslois sociales sont votées6 p 313 à savoir. Elles favorisent la limitation du temps de travail (1 jour de repos en: doc 1906,journée à 8h en 1919), des indemnisations pour les accidents du travail (1898) et créent des assurances sociales (1928).  Mais ce qui va surtout marquer la mémoire ouvrière est l’arrivée au pouvoir du Front populaire. B) Le Front populaire (1936) va rallier le monde ouvrier à la République 1