//img.uscri.be/pth/83215240a80e10f3de37578fd16ce057948e1dc8
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

DCEM MODULE OPTIONNEL PREVENTION ET DEPISTAGE EN MEDECINE GENERALE ...

De
4 pages

DCEM MODULE OPTIONNEL PREVENTION ET DEPISTAGE EN MEDECINE GENERALE ...

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 150
Signaler un abus
DCEM MODULE OPTIONNEL
PREVENTION ET DEPISTAGE EN MEDECINE GENERALE
Cours du 27 octobre 2010 de 14 à 16h30
EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT (ETP)
Faculté de médecine de Nice
Isabelle Vanoni
Guillaume Sacco
Le Message essentiel pour l’ECN :
Dès que vous traitez d’un item concernant une maladie chronique n’oubliez
pas de citer les mots clés de l’ETP
NB : La maladie chronique : c’est une maladie de longue durée, évolutive, souvent
associée à une invalidité et à la menace de complications graves.
Objectifs ECN où l’ETP peut figurer :
Argumenter l’attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient
Décrire les principes de la prise en charge au long cours
A. L’éducation thérapeutique du patient, qu’est ce que c’est ?
Définitions
Selon l’OMS –Europe en 1998 : «
aider les patients et leurs familles à
comprendre la maladie et le
traitement, coopérer avec les soignants, vivre
plus sainement et maintenir ou améliorer leur qualité de vie
».
Selon la loi HPST de juillet 2009 : «
Elle a pour objectif de rendre le patient plus
autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa
qualité de vie ».
«
L’éducation thérapeutique s’inscrit dans le parcours de soins du
patient
».
Elle n’est pas opposable au patient.
Selon l’HAS en juin 2007 : L’ETP est décrite comme « des activités organisées, y
compris un soutien psychosocial, conçues pour rendre les patients conscients et
informés de leur maladie, des soins, de l’organisation et des procédures
hospitalières, et des comportements liés à la santé et à la maladie «
Selon Brigitte Sandrin Berthon en mars 2009 «
aider les patients à prendre soins
d’eux mêmes en favorisant leur implication dans les décisions et les actions relatives
à leur santé ».
Les sociétés savantes la recommandent depuis plusieurs années en particulier le
Haut Conseil de Santé Publique dans son rapport de novembre 2009.