EXPOSE DE LA COMMUNE D

EXPOSE DE LA COMMUNE D'ELIGMFOMO A L'ATELIER DE ...

-

Documents
11 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : au moment de l' élaboration du plan stratégique
  • exposé
1 PLAN STRATEGIQUE ET OPERATIONNEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE D'ELIG-MFOMO 2009-2015
  • partenariat avec la commune d'elig-mfomo pour la promotion des échanges sud
  • brut - revenu moyen par habitant - taux d'inflation - taux de croissance - balance commerciale - taux de chômage
  • socle de valorisation
  • moment de l'élaboration du plan stratégique
  • elig- mfomo
  • développement pour la commune d'elig-mfomo
  • production
  • productions
  • cadres
  • cadre

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 38
Langue Français
Signaler un problème
PLAN STRATEGIQUE ET OPERATIONNEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE D’ELIG-MFOMO 2009-2015
1
Le besoin de l’élaboration d’un plan stratégique et opérationnel de développement pour la commune d’Elig-Mfomo, était sous-tendu par la nécessité d’exploration, auxfins d’identification des potentialités fournies par son territoire,
socle générateur des opportunités porteuses des initiatives de développement global et
durable en faveur de ses populations. L’aspect participatif de son élaboration dans le
cadre des états généraux, visait pour sa part, la création d’un espace de validation des
consensus autour des objectifs normés par les Nations Unies, dans sa proclamation dite
du millénaire pour le développement, qui se décline de façon spécifique et globale (à
travers les OMD).
EXECUTION DE L’HYMNE NATIONAL : De droite à gauche : 1. Mme Régine AROGA: (chef de département de la coopération IRAD) 2.Cyrille ABA MVONDO: (Délégué régional du MINEPAT pour le centre) 3.Justin MVONDO: Préfet du département de la Lekié 4. Honorable KOA LUC: (Député à l’Assemblée Nationale) 5.Louis AMBELA FOUMENA: (Coordonnateur régional du PNDP pour le centre) 6.Paulette MASSO: (Cadre chargé de la formation PNDP/centre) 7.Abbé Simon Pierre AVODO: (Curé de la paroisse d’Elig-Mfomo) 8. Jean Marie ATANGANA: (Représentant du coordonnateur National du PADC) 9.Pascal MBONGO: (Représentant du chef d’agence régional FEICOM/Centre)
2
MOTDEBIENVENUEDUMAIREDELACOMMUNED’ELIG-MFOMO(autour du Maire, le Dr AROGA et le Coordonnateur régional du PNDP pour le centre)
LEDR REGINE ARO GA,CHEF DE LA DELEGATION DE L’IRADAUX TRAVAUX DES ETATS GENERAUX, PRESENTANT LES PRODUITS EXPOSES PAR SON ORGANISME AUPIEREFET DU DEPARTEMENT DE LA LEK ,qui marque un très grand intérêt aux explications du responsable de l’IRAD, au même titre que certains participants aux travaux des états généraux.
3
PHOTODEFAMILLEUR DEDE CERTAINS PARTICIPANTS REUNIS AUTO MONSIEUR LEPREFET DU DEPARTEMENT DE LA LEKIEer On remarque de la gauche vers la droite 1 rang : 1.Daniel ONONA: (Elite extérieure d’Elig-Mfomo). 2.Cyrille ABAMVONDO: (Délégué régional du MINEPAT pour le centre) 3.:Pascal MBONGO du chef d’agence régionale Représentant FEICOM/Centre) 4.Louis AMBELE FOUMENA: (Coordonnateur régional PNDP/Centre) 5.Dr Régine AROGA: chef de département de la coopération IRAD (chef de délégation aux travaux des états généraux) 6.André KOE ALIMA: (Sous-préfet de l’Arrondissement d’Elig-Mfomo) 7.Justin MVONDO: (Préfet du département de la Lékié) 8.Emmaculate Eni TEMBON: (Représentant PADDL –GTZ) 9.Luc KOA: Député à l’Assemblée Nationale (Elite d’Elig-Mfomo) 10.Bruno ELOBONDJOMO: (Maire de la commune d’Elig-Mfomo) 11.Jean Marie ATANGANA: Représentant personnel du coordonnateur national du PADC) e 2 rang : 1. EBODE KOUNOUrégionale du MINEPAT pour le centre, derrière le délégué régional) 2.: Cadre (délégation Jules MENDOUGA ANDZONGO: (Elite extérieure d’Elig-Mfomo, derrière le coordonnateur régional du PNDP centre) 3.ENAMA SECK: (Secrétaire Régional de la chambre d’agriculture Centre, derrière le Préfet du département de la Lékié).
Il s’agissait par ailleurs de structurer et d’exposer la vision programmatique de développement dans cet espace, celui du territoire de la commune d’Elig-Mfomo, conforme à l’élément de verticalité d’abord, qui délivre la conformité avec les options sectorielles nationales, contenues dans le Document dit, de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP ), alors socle d’orientation des évolutions des politiques nationales de développement économique, social, culturel, sportif, environnemental en cours au moment de l’élaboration du plan stratégique et opérationnel de développement de la commune d’Elig-Mfomo, aujourd’hui remplacé par le Document dit de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE). Les recommandations pertinentes validées par les états généraux, ont listé un certain nombre d’actions à mener ; qui viennent fournir à la fois, les éléments d’horizontalité et de transversalité au nombre desquels, s’inscrit dans leur matérialisation, la réalisation d’une ferme semencières/école à Elig-Mfomo. Dans le cadre de leur mise en œuvre voulue méthodique et harmonieuse, vers les évolutions de correspondance du territoire de la commune d’Elig-Mfomo, avec les objectifs validés et normés par les Nations Unies, tel que nous l’avons suggéré en haut et en bas de chaque page du plan stratégique et opérationnel de développement de notre commune; participe à n’en point douter à l’affirmation de l’ambition de recherche de la correspondance avec ladite proclamation tant dans son orientation qui consacre le monde désormais global, que dans un village voulu tout autant planétaire. Le souci d’harmonisation souligne lui aussi, la cohérence entre la réalisation de la ferme semencières/école et l’exécution des recommandations pertinentes validées par les participants aux états généraux. C’est de ces recommandations pertinentes que la Commune d’Elig-Mfomo, invitée à participer au présent atelier, tire prétexte et argument pour présenter la ferme semencières/école. SOUS LE TITRE:IMPACTS DE LOPERATIONNALISATION DU PLAN STRATEGIQUE ET OPERATIONNEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE D’ELIG-MFOMO,COUVRANT LA PERIODE COMPRISE ENTRE2009ET2015.
5
Cette introduction permettra nous l’espérons, aux participants de saisir la portée de la matérialisation de cette recommandation des états généraux qui, du point de vue de la première des déclinaisons des objectifs du millénaire pour le développement, tant sur le plan de l’autosuffisance alimentaire, qui vise à réduire de 50%, la faim dans le monde, que celui de la recherche de la croissance à deux chiffres
pour l’ensemble de l’économie mondiale, vient consacrer de façon indiscutable, l’engagement de la commune d’Elig-Mfomo, à participer grâce à son territoire, activement au mouvement planétaire de lutte contre la famine dans le monde et la pauvreté. Pour revenir aux impacts générés par la ferme semencières/école, nous allons mettre un accent particulier à faire de notre présentation, un exposé plus démonstratif, articulé autour de deux niveaux desdits impacts. Le premier niveau est constitué de la production de base, qui expose le besoin du produire plus, du produire mieux, conforme au développement durable (production de base). Le deuxième niveau est constitutif de l’évolution que commande la réalisation du premier niveau ci-dessus désigné, parce qu’il est générateur des impacts additionnels (production secondaire) pour les besoins du commerce équitable. La ferme semencières/école le disions-nous, loin d’être une action isolée ou spontanée, procède des aménagements qui offrent aux populations, l’accès aux semences de base améliorées, caractérisées par la disponibilité, l’accessibilité et la traçabilité. L’économie d’Elig-Mfomo qui a besoin de structurer les bases de son développement sous ce double prisme, met en exergue, les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la foresterie ligneuse et non ligneuse, de la production des biens et services, du développement des bassins de l’emploi, des infrastructures, (nouvelles technologies de l’information et de la communication), a été schématisée et orientée par les participants aux états généraux vers la périphérie : la valorisation de la ressource humaine disponible dans les villages (force de production).
6
LA PRODUCTION PRIMAIREElle est celle qui apporte dans le cadre de l’activité structurée, grâce à l’identification des bassins de production, deux autres niveaux de satisfaction. Premier niveau : autosuffisance alimentaire assurée, grâce à la maîtrise des cycles de production qui fournissent de façon soutenue et durable, la disponibilité et la diversité de l’offre. Deuxième niveau de satisfaction: excédents de production tournés vers le marché national, sous-régional (CEMAC), transfrontalier, le Nigéria voisin qui est une source de demande affirmée. Ce deuxième niveau est pourvoyeur de devises tant pour l’économie locale, que nationale, améliorant en cela : -Produit intérieur brut -Revenu moyen par habitant -Taux d’inflation -Taux de croissance -Balance commerciale -Taux de chômage
LA PRODUCTION SECONDAIREAu moment de l’élaboration du plan stratégique et opérationnel de développement de la commune d’Elig-Mfomo, les états généraux ont mis en lumière une faiblesse structurelle ; qui faisait ressortir que sur l’ensemble du territoire de la commune, il n’existait aucune unité de transformation. Grâce à la ferme semencières/école, il sera possible de développer, dans un premier temps, de toutes petites unités de transformation, qui à moyen terme, pourront muter en moyennes unités industrielles, et à long terme, en unités industrielles. Le nombre de producteurs formés par la ferme semencières/école, devant s’accroître aura aussi des répercutions sur l’offre des points de vue de la quantité que de la qualité, facteur de disponibilité de la matière première.
7
Il faut le souligner, ceux qui auront bénéficié de la formation, qui seront producteurs dans leur inversion, sont aussi demandeurs potentiels à la fois de produits technologiques, nécessaires pour l’implantation des unités de transformation. LA TRANSVERSALITELa contigüité territoriale suggère que soit pris en compte à ce niveau, au titre des opportunités que offre la ferme semencières/école, les besoins d’intercommunalité avec les territoires du département de la Lékié qui est celui de rattachement sur le plan administratif de la commune d’Elig-Mfomo, dans une mesure plus large, les territoires de quatre autres départements contigus au département de la Lékié, ceux de la sous-région Nord de Yaoundé, à court terme, et à moyen terme, ceux de la région du Centre dans sa globalité ; c’est aussi à ce niveau que doivent être soulignés, les aspects liés à la coopération décentralisés . C’est dire, que la ferme semencières/école génère des impacts multiplicateurs sur les plans de l’horizontalité et de la transversalité des plus variés. Pour être réaliste, comme le notaient et le soulignaient fort opportunément les Maires de l’association du Guidimakha en Mauritanie, dans l’intérêt qu’ils portent à la ferme semencières/école, cadre dans lequel ils souhaitaient le développement d’un partenariat avec la commune d’Elig-Mfomo pour la promotion des échanges sud sud, le besoin de financement peut être résolu par la promotion de la micro finance. Voilà brièvement la communication portant présentation des impacts de l’opérationnalisation du plan stratégique et opérationnel de développement de la commune d’Elig-Mfomo dans le cadre de l’exécution de la ferme semencières/école. Notre présentation est par ailleurs prolongée par la schématisation des impacts dans des tableaux en annexe ci-après. Ils démontrent que la ferme semencières/école affecte de manière indiscutable, dans ses éléments de verticalité d’abord, d’horizontalité et de transversalité ensuite, au moins treize départements ministériels au Cameroun. Le temps imparti nous obligeant à ne pas pouvoir nous étendre plus en avant, les incidences sociétales peuvent être obtenues dans l’exploitation des tableaux qui
matérialisent l’élément de verticalité au même titre que ceux de l’horizontalité et de la
transversalité.
8
MINADER
Les semences améliorées sont disponibles, accessibilité; traçabilité sont assurées. Autosuffisance alimentaire; meilleur approvisionnement des marchés; accroissement de la production.Une offre alimentaire variée, quantitativement et qualitativement grâce au produire plus et produire mieux assuré. La formation offerte par le projet renforce la sécurité alimentaire nationale et sous régionale CEMAC
MINAS
ETUDE DE FAISABILITE DE LA FERME SEMENCIERE ECOLE
Grâce au projet Les familles monoparentales assument mieux leurs responsabilités. Celui-ci favorise l’émergence d’une élite rurale locale. La prise en compte du passage des e producteurs au 3 âge est favorisée par le développement des interprofessions. La parenté responsable y trouve aussi un socle de valorisation.
MINATD
Le projet expose le rôle centrale d’impulseur de développement économique que vont désormais jouer les collectivités territoriales décentralisées. Il valorise la promotion de l’économie locale. La fiscalité locale, aide les CTD à accroître leurs ressources propres et à accroître la capacité d’intervention de celles-ci.
MINCOMMERCE
Les exportations accrues resultées d’une production en quantité et de qualité sont pourvoyeuses de devises et contributives au redressement de la balance de paiement lorsqu’elle était défavorable au Cameroun. Le produire plus et mieux favorise des excédents en faveur du Cameroun exportateur. Limite par ailleurs la dépendance du pays par rapport aux produits étrangers.
MINFI
Les ressources de la TVA tirées de la consommation des ménages ; de la taxe sur la distribution du crédit vont améliorer les finances, participer au redressement des comptes publics, aider au remboursement des emprunts de l’Etat, améliorer le taux de bancarisation des projets. Participer à la réduction des déficits budgétaires.Renforcer les fonds publics.
MINFOF
Production et conservation des espèces en voies de disparition assurée.La régénération de la forêt et la faune contributive à la lutte contre les avancées du désert et du réchauffement climatique assurée. Le bois d’œuvre est disponible pour les générations futures et participe au renforcement des exportations
MINEPAT
La cohérence entre le projet et la vision Cameroun pays émergent à l’horizon 2035 est frappante.Le projet porte par ailleurs les bases contributives à la création des pôles de croissances et de compétitivité économique. De l’aménagement du territoire du développement des agropoles.
9
MINEPIA
Le projet aide à la disponibilité, à l’accessibilité et à la traçabilité des semences améliorées. Il offre une base de production améliorée du secteur de l’élevage du point de vue des variétés que celui de la qualité de la production. La disponibilité des quantités illustre ces impacts, dont les extensibilités volailles, aulacodes sont aussi nombreuses.Les produits induits sont aussi nombreux dans les extensibilités.
MINJEUN
L’orientation des jeunes vers des secteurs productifs, pourvoyeurs d’emplois et porteurs de revenus impliquent fortement le ministère dans les activités du projet L’entreprenariat des jeunes diplômés des deux sexes de l’enseignement supérieur est assuré par le projet ; dans le cadre de la promotion des petites unités de transformation, les TPE, les PME et les PMI sont ainsi favorisées. Le gain à ce niveau est multiplicateur.
MINEP
La lutte contre le réchauffement climatique, la promotion de la protection de l’environnement par un bon usage des imputs grâce aux formations délivrées par le projet démontre à quel point ce ministère est avantagé par celui-ci. Des massifs aloétiques, aquatiques et de la faune sont constitués. L’avancée du désert stoppée grâce à une bonne gestion portée par des politiques des impacts environnementaux.
MINSANTE
Le projet qui aide à produire plus et mieux accroit les revenus des ménages. Favorise une alimentation équilibrée et variée grâce à la disponibilité, à l’accessibilité des apports nutritifs calorifiques et autres protéines.Expose, le degré d’implication de celui-ci en matière de santé publique, sans oublier que ces derniers concourent à l’accès aux soins de santé de qualité.
MINFOP
Le projet qui porte sur la formation professionnelle aide à développer un savoir faire local, qui se prolonge dans la transformation porteuse de la valeur ajoutée, contributive à la consommation pour une croissance durable. Les producteurs concourent au développement des atouts du commerce équitable et du développement durable.La maîtrise des technologies et des équipements favorise une meilleure insertion professionnelle
PREVOYANCE SOCIALE Le travail pour une sécurité sociale qui offre une garantie à ceux qui exercent une activité en termes d’assurance. vieillesse, invalidité du fait de l’exposition prolongée ou aux conditions de travail dangereuses mérite d’être souligné.L’avantage en terme de la protection des catégories sociales est loin d’être négligeable (pensions vieillesse et invalidité sont assurées).
10
11