M ath ém atiques – un dépaysement so u d ain 2 1 octobre 2011 ...

M ath ém atiques – un dépaysement so u d ain 2 1 octobre 2011 ...

-

Français
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : du calcul
  • cours - matière potentielle : du temps
  • mémoire
  • exposé
Jean-Michel Alberola Sir Michael Atiyah Jean-Pierre Bourguignon BUF Alain Connes Raymond Depardon et Claudine Nougaret Nicole El Karoui Ergo-Robots (INRIA-LABRI) Misha Gromov Takeshi Kitano David Lynch Beatriz Milhazes Satellite Planck (ESA) + Grand Collisionneur de hadrons (LHC) Patti Smith Hiroshi Sugimoto Cédric Villani Tadanori Yokoo Don Zagier M at hé m at iq ue s – un dépaysement soud a in 21 octobre 2011 – 18 m ar s 20 12 Couv_DP_fr.
  • scientifi ques
  • mathé- maticien
  • analyse des données sur les écrans de contrôle des sites de recherche corres- pondants
  • supérieure de jeunes fi
  • visi- teur de surprise en surprise
  • mathématique
  • mathématiques
  • univers
  • géométries
  • géométrie
  • recherches
  • recherche

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 47
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Signaler un problème


n
i
a
d
u

o
2
s
1

t

o
n
c
e
t
m
o
b
e
r
s
e
y

a
2
p
0
é
1
1
d
Jean-Michel Alberola Sir Michael Atiyah Jean-Pierre Bourguignon BUF Alain Connes
Raymond Depardon et Claudine Nougaret Nicole El Karoui Ergo-Robots (INRIA-LABRI) Misha Gromov
Takeshi Kitano David Lynch Beatriz Milhazes Satellite Planck (ESA) + Grand Collisionneur de hadrons (LHC)
Patti Smith Hiroshi Sugimoto Cédric Villani Tadanori Yokoo Don Zagier
Couv_DP_fr.indd 1 13/10/11 09:13



n

1
u
8




m
s
a
e
r
u
s
q

i
2
t
0
a
1
m
2
é
h
t
a
ML’exposition Mathématiques, un dépaysement soudain a été conçue
en collaboration avec l’IHÉS.
Elle est présentée sous le patronage de L’UNESCO, avec le
concours de la Commission nationale française pour l’UNESCO.
The exhibition Mathematics: A Beautiful Elsewhere was developed
in association with the Institut des Hautes Études Scientifi ques
(IHÉS) and is presented under the patronage of UNESCO, with
the support of the French National Commission for UNESCO.
Couv_DP_fr.indd 2 13/10/11 09:13prolonger son expérience du dépayse- mathématiques. Raymond Depardon et
ment à travers un catalogue, une applica- Claudine Nougaret ont réalisé un fi lm don-Mathématiques, tion iPad, le site internet de la Fondation nant à chacun d’entre eux quatre minutes
Cartier et une série d’événements noc- de parole libre sur la passion qui l’anime. un dépaysement turnes : les Nuits de l’incertitude. Mathé- Jean-Michel Alberola, quant à lui, carto-
matiques, un dépaysement soudain se propose graphie la pensée d’Henri Poincaré (1854-soudain d’offrir à tous des fragments de splendeur 1912), un des derniers savants universels,
mathématique à la faveur d’une conjonction en exposant son œuvre sous la forme d’un
21 octobre 2011 – 18 mars 2012 géométrique, algébrique, artistique et ciné- « ciel mathématique ». Il montre également
matographique. dans un fi lm le jaillissement de l’idée chez
Créée à l’initiative de la Fondation Cartier le mathématicien, à travers la main de
pour l’art contemporain, l’exposition Mathé- Hervé Chandès, Cédric Villani. Pour clore ce parcours,
matiques propose « un dépaysement sou- Directeur général de la Fondation Cartier pour Hiroshi Sugimoto, en écho à l’élégance de
dain », selon la formule du mathématicien l’art contemporain la pensée abstraite évoquée par les mathé-
Alexandre Grothendieck. La Fondation maticiens devant la caméra de Raymond
Cartier a ouvert ses portes à la commu- Depardon et Claudine Nougaret, expose
nauté des mathématiciens et sollicité des une forme hyperbolique, une surface de
artistes pour les accompagner : ensemble, révolution à courbure négative constante,
ils ont été les artisans, les découvreurs, Parcours qui, tel un point d’orgue tendu vers l’infi ni,
les penseurs, les constructeurs de cette pose la question irréductible au cœur du
exposition. de l’exposition projet : comment représenter l’abstraction
mathématique ?
Parmi les très nombreux mathématiciens Des mathématiques pures aux mathé-
et scientifi ques qui ont contribué à la matiques appliquées, de la discipline 1. Misha Gromov, extrait du texte Entre deux miroirs,
publié dans le catalogue de l’exposition. création de l’exposition, huit en ont été elle-même aux femmes et hommes qui la
les maîtres d’ œuvre : SIR MICHAEL ATIYAH, vivent et la portent, l’exposition propose
JEAN-PIERRE BOURGUIGNON, ALAIN CONNES, au visiteur un voyage au cœur de la pen-
NICOLE EL KAROUI, MISHA GROMOV, GIAN- sée mathématique. Nourri de la réfl exion
CARLO LUCCHINI, CÉDRIC VILLANI et DON de l’ensemble des mathématiciens enga- Rez-de-chaussée
ZAGIER. D’origines géographiques et de gés dans l’exposition, David Lynch ima-
champs mathématiques variés, ils évo- gine une structure en forme de zéro À partir des idées du mathématicien
luent dans des domaines comme la théo- accueillant la Bibliothèque des mystères de Misha Gromov, David Lynch a organisé
rie des nombres, la géométrie algébrique, Misha Gromov. D’Archimède à Poincaré, et scénographié le rez-de-chaussée de
la géométrie différentielle, la topologie, les de Descartes à Einstein, cette bibliothèque, l’exposition. Il a composé pour ces espaces
équations aux dérivées partielles, les proba- mise en images et en sons par le réalisa- une bande-son, Mathematics Tripscape.
bilités, l’application des mathématiques à teur américain avec la complicité de Patti
la biologie… Smith, retrace les étapes majeures de l’his- 0
Sollicités pour leur capacité exceptionnelle toire des mathématiques et de la pensée La Bibliothèque des mystères
d’écoute, de curiosité et d’émerveillement, humaine : « Vous vous apercevez que les Une structure en forme de zéro accueille
neuf artistes ayant tous déjà exposé à la symboles sont des mots et les miroirs des la Bibliothèque des mystères imaginée par
Fondation Cartier les y accueillent : JEAN- livres. Vous entamez la lecture et votre Misha Gromov avec David Lynch. Mise
1MICHEL ALBEROLA, RAYMOND DEPARDON conversation avec l’Univers commence . » en scène et en images par le réalisateur
ET CLAUDINE NOUGARET, TAKESHI KITANO, Comme un pendant à cette perspective américain, cette bibliothèque présente un
DAVID LYNCH, BEATRIZ MILHAZES, PATTI historique, scientifi que et philosophique, ensemble de livres choisis par Misha Gro-
SMITH, HIROSHI SUGIMOTO et TADANORI David Lynch, rejoint par Takeshi Kitano mov pour leur place essentielle dans l’his-
YOKOO, avec le concours de Pierre Buffi n et Beatriz Milhazes, déploie par ailleurs toire des mathématiques et de la pensée
et de son équipe (BUF). Ensemble, ils un ensemble d’images et d’installations humaine en général.
métamorphosent la pensée abstraite des présentant la diversité des mathéma- Sur la coupole est dépeinte toute la litanie
mathématiques en une expérience sensible tiques et notamment leur contribution des objets de l’univers, classés par ordre de
et intellectuelle offerte à tous. à la recherche scientifi que la plus avan- taille, depuis la minuscule perle de Planck
La Fondation Cartier a également convié cée. Deux contributions exceptionnelles (le plus petit objet que l’on puisse conce-
-33un ensemble d’institutions scientifi ques permettent ainsi de suivre en temps réel voir, de 10 cm de rayon) jusqu’à l’univers
28prestigieuses : l’Institut Henri Poincaré le déroulement de deux expériences observable (sphère de 10 cm de rayon).
(IHP), l’Institut d’astrophysique de Paris majeures de la science contemporaine : les Entre les deux s’étagent les protons et neu-
(IAP), le Laboratoire européen pour la expérimentations sur la matière menées trons, les noyaux d’atomes, les atomes, les
physique des particules (CERN), l’Institut par le CERN au sein du Grand Collision- molécules, les cristaux, les montagnes, les
national de recherche en informatique et neur de hadrons (LHC) et la cartographie continents, les planètes, les galaxies, les
en automatique (INRIA), l’université de de l’univers primordial enregistrée par le amas et superamas de galaxies.
Bordeaux / LABRI et l’Agence spatiale satellite Planck de l’ESA, dont les données
européenne (ESA). sont analysées par les astronomes euro- 1
L’exposition est conçue avec l’Institut des péens, notamment à l’IAP. Enfi n Pierre- Microcosme, macrocosme et la source
hautes études scientifi ques (IHÉS) et pré- Yves Oudeyer et ses collaborateurs de du temps
sentée sous le patronage de l’UNESCO. l’INRIA et de l’université de Bordeaux L’accélérateur de particules LHC (Grand
Elle a été dirigée par Hervé Chandès, exposent les derniers résultats de leurs tra- Collisionneur de hadrons) et le satellite
directeur général de la Fondation Car- vaux sur une société de robots doués de Planck sont deux des expériences scien-
tier, Jean-Pierre Bourguignon, directeur curiosité. Leur présence active dans l’ex- tifi ques et technologiques les plus impor-
de recherche au CNRS et directeur de position constitue en elle-même une expé- tantes de notre temps. Elles éclairent
l’IHÉS, et Michel Cassé, astrophysicien, rience qui permettra à ces scientifi ques parfaitement les liens entre physique et
directeur de recherche au CEA et cher- de franchir un nouveau pas dans leurs mathématiques, dont Henri Poincaré
cheur associé à l’IAP, avec Giancarlo Luc- recherches révolutionnaires. disait qu’elles « ne sont pas seulement des
chini, Thomas Delamarre et toute l’équipe Le visiteur part ensuite à la découverte de puissances limitrophes, entretenant des
de la Fondation Cartier. Le visiteur pourra femmes et d’hommes qui font la vie des rapports de bon voisinage ; elles se pénè-
3
Dossier de presse FR-EN.indd 3 13/10/11 11:44∫


REZ-DE-CHAUSSÉE
Vers 6
la librairie 5 1
2
0 3
4
∫ Vers
le sous-sol
Grande salle Petite salle
La Bibliothèque des mystères La Salle des quatre mystères
trent mutuellement et leur esprit est le – Du 6 décembre 2011 au 18 mars 2012 : des gestes, les humains créent une boucle
1même ». images du satellite Planck émises par d’interaction, et une forme nouvelle de
Grâce à l’anneau de collision du CERN, l’IAP, en lien avec l’ESA. communication entre robots et humains
des chercheurs utilisent des champs élec- s’auto-organise au cours du temps.
triques et magnétiques pour accélérer et 1. Henri Poincaré, La Valeur de la science, 1905 Ergo-Robots est une installation dévelop-
guider des particules jusqu’à une vitesse pée par l’INRIA en collaboration avec
très proche de celle de la lumière, dans 2 & 5 l’université de Bordeaux. Elle incarne
le but de créer des particules et de la Paysage mathématique le concept théorique d’ergosystème
matière inconnues, reproduisant ainsi O Paraíso (Le Paradis) est un collage créé de Misha Gromov, correspondant aux
les conditions d’énergie qui étaient en par Beatriz Milhazes sur une suggestion de modèles robotiques de la curiosité artifi -
-12place 10 seconde (un millième de mil- Cédric Villani. L’artiste a composé un pay- cielle et de ses interactions avec le lan-
liardième de seconde) après le Big Bang. sage où plantes, animaux et divers phéno- gage introduits par Pierre-Yves Oudeyer
Au sein des milliards de collisions obser- mènes naturels se mêlent à des triangles, des et Frédéric Kaplan.
vées, le rôle des mathématiques est d’aider cercles et d’autres formes géométriques ins-
à séparer l’inconnu du connu. Des modèles pirées des sangaku japonais. À ce paysage 4 & 5
mathématiques très élaborés sous-tendent s’ajoute un ensemble d’équations permet- Pavages de Penrose
également les théories physiques mises à tant de décrire, au moyen des mathéma- Un pavage est un assortiment de pièces,
l’épreuve par ces expériences. tiques, les phénomènes naturels illustrés : de type unique ou multiple, disposées de
Le satellite Planck, piloté par l’ESA, la discontinuité de la lumière (les rayons manière à remplir un plan, sans se che-
cherche à capter le rayonnement cosmo- du soleil), le principe de Bernoulli (le vol vaucher ni laisser d’espace entre elles. Un
logique fossile, la première lumière émise de l’oiseau), l’irisation (la queue du paon), nid d’abeilles ou un mur de briques, par
par l’univers, environ 380 000 ans après l’électromagnétisme (les éclairs), les ondes exemple, représentent des pavages compo-
le Big Bang. Il cartographie ainsi l’uni- (les vagues), la diffusion de la chaleur sés d’un seul type de pièce.
vers primordial en vue de reconstituer (le feu) et la morphogenèse (le pelage du Il existe d’une part des pavages dits pério-
avec précision les événements fondateurs jaguar). diques : dans ce cas, une partie isolée du
de l’histoire de l’univers. Cet instrument O Paraíso sert de point de départ pour un pavage peut en remplir la totalité simple-
astronomique puissant traduit les mes- fi lm réalisé par BUF, Les Paradis mathéma- ment par déplacement. Les mosaïques du
e esages du rayonnement en une suite de tiques, projeté dans la demi-sphère (5). palais de l’Alhambra à Grenade (XIII -XIV
signaux électroniques, puis les transmet siècles), par exemple, se composent de plu-
sur Terre, où ils sont fi ltrés, analysés et 3 sieurs types de pavages périodiques, au
interprétés dans le cadre de modèles phy- Ergo-Robots : curiosité artifi cielle et motif régulier.
sico-mathématiques. langage Il existe d’autre part des pavages non
Dans un grand œuf à peine ouvert, une périodiques : ici, aucune partie du pavage
Ces deux expériences sont présentées en tribu de jeunes créatures robotiques se ne peut remplir l’ensemble par déplace-
temps réel sous forme d’images arrêtées développe et explore son environnement. ment. Les motifs ainsi composés sont irré-
rafraîchies à intervalles réguliers. Une Au-delà de leurs capacités innées, elles guliers.
connexion directe permet en effet de sont équipées de mécanismes leur per- Le grand mathématicien et physicien
suivre l’analyse des données sur les écrans mettant de découvrir des savoir-faire nou- anglais Sir Roger Penrose a découvert
de contrôle des sites de recherche corres- veaux et d’inventer leur propre langue. dans les années 1970 plusieurs sortes de
pondants : Dotées de curiosité artifi cielle, elles explo- pavages non périodiques, appelés depuis
– Du 21 octobre au 4 décembre 2011 : rent les objets qui sont autour d’elles, ainsi « pavages de Penrose », qui possèdent des
images du LHC émises par le CERN que les effets que leurs vocalisations pro- propriétés mathématiques très profondes.
depuis Genève. duisent sur les humains. En réagissant par Sur l’un des murs de la petite salle, un
4
Dossier de presse FR-EN.indd 4 13/10/11 11:44
≤ENTRE DEUX MIROIRS
INTRODUCTION À LA BIBLIOTHÈQUE DES MYSTÈRES

Deux miroirs semi-transparents : l’un cache derrière lui les
tréfonds de votre esprit, l’autre fait écran entre l’Univers et vous.
De multiples refl ets de motifs lumineux vous submergent.
Ces taches rouges sur l’écran sont-elles les restes d’une galaxie
morte lointaine de plusieurs millions d’années-lumière qui se
consument, ou bien votre vision mentale éblouie par les braises
rougeoyantes de peurs et de désirs reptiliens, vieux de plusieurs
millions d’années, dans une chambre cachée de votre cerveau ?
Perdu… mais scrutant profondément les ténèbres de l’espace
anonyme, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de ce que vous appelez
« moi-même », vous percevez des chuchotements sans son, des
visions sans lumière – l’Univers, se refl étant dans les miroirs des
esprits des autres, essaie de vous parler dans un langage fait
d’invisibles et silencieux cordons de symboles hiéroglyphiques.
Douloureusement, avec effort, presque comme dans un rêve,
vous vous apercevez que les symboles sont des mots et les
miroirs des livres. Vous entamez la lecture et votre conversation
avec l’Univers commence.
Misha Gromov
Liste des ouvrages réunis dans la Bibliothèque des mystères : Héraclite, Fragments – Platon, Timée – Aristote, Traité du ciel –
Archimède, L’Arénaire – René Descartes, La Géométrie – Galilée, L’Essayeur – Galilée, Discours concernant deux sciences nouvelles – Blaise
Pascal, De l’esprit géométrique – Isaac Newton, Principes mathématiques de la philosophie naturelle – Buffon, Histoire naturelle – Pierre de
Maupertuis, Essai de cosmologie – Antoine Laurent de Lavoisier, Traité élémentaire de chimie – Lamarck, Philosophie zoologique – Georges
Cuvier, Recherches sur les ossements fossiles de quadrupèdes – Bernhard Riemann, Œuvres mathématiques – Alfred Russel Wallace, De la
tendance des espèces à former des variétés – Charles Darwin, L’Origine des espèces – Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine
expérimentale – Gregor Mendel, Recherches sur des hybrides végétaux – Hermann von Helmholtz, Écrits épistémologiques – Henri Poincaré,
Analysis situs (Topologie) – Henri Poincaré, La Science et l’Hypothèsenri Poincaré, La Valeur de la science – Henri Poincaré, Science
et Méthode – Albert Einstein, La Relativité – Linus Pauling, La Nature de la liaison chimique et la structure des molécules et des cristaux –
Erwin Schrödinger, Qu’est-ce que la vie ? De la physique à la biologie – Alan Turing, Machines à calculer et intelligence – Richard
P. Feynman, Lumière et Matière. Une étrange histoire – Alexandre Grothendieck, Récoltes et Semailles
5
Dossier de presse FR-EN.indd 5 13/10/11 11:44LES QUATRE MYSTÈRES DU MONDE
INTRODUCTION À LA SALLE DES QUATRE MYSTÈRES

Le premier mystère du monde est celui de la nature des lois
de la physique. On pense à une structure rayonnant à partir
d’un point unique, point de départ dont la seule caractéristique
perceptible est une symétrie absolue, et cette symétrie se dilue
et se dissipe au fur et à mesure que l’univers est déchiffré par
l’observation humaine.
Le deuxième mystère est celui de la vie. La structure
symétrique de la matière physique, se dissipant, évolue vers
un autre type de structure, condensée en îlots de réalité dans
l’exponentielle immensité des potentialités.
Le troisième mystère réside dans le rôle du cerveau. Une masse
de matière organique, qui s’est développée accidentellement
et apparemment amorphe, est capable, en suivant des voies
dictées par la physique, de sélectionner une réponse adéquate
dans un ensemble doublement exponentiel de possibilités (peut-
être imaginaires ?).
La seule manière de représenter l’une ou l’autre de ces trois
structures dans un format que l’esprit (ou le cerveau ?)
humain puisse appréhender est de construire des modèles
mathématiques.
Pratiquement tout ce que nous voyons en mathématiques
aujourd’hui a évolué sous l’infl uence du premier de ces trois
mystères. Les mathématiciens cherchent toujours et encore la
symétrie ultime de l’univers rapportée à l’entendement humain.
Mais rien de tel n’a jamais été à même d’élucider les structures
de la vie et de l’esprit (ou du cerveau).
Et voici qu’apparaît le quatrième mystère, celui de la structure
mathématique. Pourquoi et quand apparaît-elle ? Comment
pouvons-nous la modéliser, et comment le cerveau parvient-il à
l’élaborer, à partir du chaos des inputs externes ?
Misha Gromov
Publié pour la première fois dans Les Déchiffreurs. Voyage en mathématiques, Belin, Paris, 2008, p. 154 à 156.
6
Dossier de presse FR-EN.indd 6 13/10/11 11:443

SOUS-SOL Vestiaires
Vers
le rez-de-
chaussée
7 810
9
Grande salle Petite salle
grand pavage de Penrose collectif attend 5
les visiteurs : il s’agit de disposer sur le mur Sangi Sous-sol
edeux types de pièces magnétiques – des À partir du V siècle avant J.-C. et pendant
« cerfs-volants » et des « chevrons ». plus d’un millénaire, les Chinois ont utilisé 7
une méthode de calcul à base de bâton- Au Bonheur des Maths
5 nets (en japonais : sangi) disposés sur le sol À l’initiative de la Fondation Cartier, Ray-
Spirale d’Ulam ou une surface quadrillée. Cette méthode mond Depardon et Claudine Nougaret ont
Un jour de 1963, le mathématicien amé- remarquable a permis à la civilisation réalisé un fi lm en cinémascope qui donne
ricain Stanislaw M. Ulam, passablement chinoise de développer des techniques la parole aux mathématiciens ayant acti-
ennuyé par une conférence à laquelle il mathématiques fondamentales plus de vement collaboré à la création de l’expo-
assiste, s’amuse à inscrire sur une feuille 1 000 ans avant l’Occident. sition. Ils sont neuf à s’exprimer devant
de papier, sous la forme d’une spirale car- Au cours du calcul, les bâtonnets se dépla- leur caméra pour raconter la passion qui
rée, la suite des nombres entiers positifs. cent, les nombres se décomposent progres- les anime : Sir Michael Atiyah, Jean-Pierre
Instinctivement, il entoure les nombres sivement et les différentes lignes d’opé- Bourguignon, Carolina Canales González
premiers, ces nombres uniquement divi- ration s’effacent au profi t du résultat : le et Giancarlo Lucchini, Alain Connes,
sibles par 1 et par eux-mêmes (2, 3, 5, 7, 11, problème initial a disparu, seule demeure Nicole El Karoui, Misha Gromov, Cédric
13, 17…), et découvre alors une propriété la réponse. Villani et Don Zagier.
étonnante : ils montrent une tendance à se
regrouper en lignes et en diagonales (ou en 6 8
courbes régulières dans la version ronde La réponse est 2011 Un ciel mathématique – Henri Poincaré
dessinée par Robert Sacks en 1994). Alors Takeshi Kitano a créé pour la télévision (1854-1912)
que leur distribution dans la série des japonaise une série d’émissions consa- Le mathématicien, physicien et philo-
entiers positifs semble aléatoire, les spi- crées aux mathématiques. Il propose ici sophe français Henri Poincaré est consi-
rales de nombres premiers révèlent l’exis- aux visiteurs de l’exposition d’inventer déré comme l’un des derniers grands
tence d’une structure cachée qui se trouve des équations sur un écran tactile. Il suffi t savants universels, capable de diriger ses
au cœur des recherches de grands mathé- pour cela d’observer quelques règles du jeu réfl exions vers des domaines très divers de
maticiens en théorie des nombres, comme imaginées par le cinéaste lui-même  la science. Pour sonder cette pensée excep-
celles de Don Zagier. tionnelle, Jean-Michel Alberola a réalisé
1. Les nombres doivent être écrits dans avec la collaboration de Giancarlo Luc-
5 l’ordre : 1, 2, 3, 4, …, et ainsi de suite. chini une fresque murale composée d’une
Sangaku sélection subjective des écrits du savant.
e eEntre le XVII et le XIX siècle au Japon, on 2. Entre les nombres, on peut mettre n’im- Les titres sont reliés entre eux en fonction
plaçait traditionnellement à l’entrée des porte quel opérateur, comme +, −, ×, ÷, de leur contenu scientifi que et disposés sur
temples ou des sanctuaires des panneaux , !, etc. le mur selon des « constellations » théma-
peints sur du bois ou d’autres matériaux : tiques. La fresque propose au fi nal une car-
les sangaku. Ces panneaux exposaient 3. L’installation est en quelque sorte une tographie de la pensée d’Henri Poincaré,
des problèmes mathématiques à partir de compétition – plus la formule est courte, prolongée par d’autres écrits de grands
formes géométriques simples telles que meilleure elle est. scientifi ques aux contenus voisins.
des cercles, des carrés, des triangles ou
des ellipses, avec ou sans leur solution. 9
Affi chés dans les lieux sacrés en guise d’of- La Main de Cédric Villani
frande aux dieux, ils étaient de cette façon Jean-Michel Alberola a fi lmé Cédric Villani
accessibles au plus grand nombre. présentant au tableau noir le problème sur
7
Dossier de presse FR-EN.indd 7 13/10/11 11:44lequel il a obtenu ses premiers résultats signi- 5
fi catifs : la conjecture de Cercignani. Sont Légendes des œuvres Beatriz Milhazes et BUF, Les Paradis
successivement esquissés l’énoncé fi nalement mathématiques
démontré, sa preuve et ses implications. Scénographie du rez-de-chaussée : Film d’animation. Projection. Durée : 10 min,
David Lynch en boucle. Production et réalisation : BUF.
10 Prévisualisations : John Chalfant. Direction artistique : Beatriz Milhazes
Surface de révolution à courbure néga- Production : Atelier Boutin
tive constante 6
Dans l’exposition Étant donné : Le Grand Mathematics Tripscape Takeshi Kitano, La Réponse est 2011
Verre, présentée en 2004 à la Fondation Durée : 1 h, en boucle. Composition : Conception : Takeshi Kitano. Design :
Cartier, Hiroshi Sugimoto a exposé une David Lynch et Dean Hurley David Lynch. Programmation (écran tac-
série de photographies d’objets repré- tile) : Frédéric Kaplan et Laurent Bolli /
sentant des fonctions mathématiques. 0 OZWE
Parmi ces objets, une sculpture en plâtre David Lynch, Universe Coming From
d’une vingtaine de centimètres de hau- Zero (L’Univers à partir de zéro) 7
teur décrit une surface que les mathé- Film d’animation. Projection. Durée : Raymond Depardon et Claudine
maticiens appellent une pseudo-sphère, 7 min 43, en boucle. Animation, réalisa- Nougaret, Au Bonheur des Maths
un objet de nature hyperbolique. Tout tion, montage : David Lynch. Direction Film en 35 mm noir et blanc format Scope
comme la rotation d’un cercle autour de technique et co-montage : Noriko Miya- 2.40. Son numérique 5.1. Projection.
son diamètre engendre une sphère, la kawa. Son : David Lynch et Dean Hurley Durée : 32 min, en boucle. Réalisation :
pseudo-sphère est une surface obtenue Raymond Depardon et Claudine Nouga-
par la rotation d’une courbe, composée David Lynch, Library of Mysteries ret. Production : Palmeraie et désert
de deux lignes disjointes qui montent en se (La Bibliothèque des mystères)
rapprochant sans cesse, sans jamais se ren- Film d’animation. Projection. Durée : 8
contrer. Ce comportement est dit asymp- 1 h 21, en boucle. Animation et réalisa- Jean-Michel Alberola, Un ciel mathé-
totique : les deux courbes ne peuvent se tion : David Lynch. Direction technique : matique – Henri Poincaré
toucher qu’en un point situé « à l’infi ni ». Noriko Miyakawa. Son : David Lynch et Fresque murale. Peinture acrylique.
Alors que le modèle original en plâtre Dean Hurley 3,93 × 9,80 m. Réalisation : Michel Ber-
présentait une section fi nale relativement La comptine Baa, Baa, Black Sheep est trand et Alicia Vaisse. Portrait d’Henri
épaisse, l’artiste a reproduit un modèle de chantée par Patti Smith et enregistrée Poincaré : Laboratoire d’histoire des
cette surface en aluminium, d’une hau- par Tony Shanahan. sciences et de philosophie – Archives
teur de trois mètres et dont la pointe n’a Poincaré (CNRS / université de Lorraine).
que deux millimètres de diamètre, réalisé David Lynch, Mathematical Fire Objets mathématiques : Bibliothèque de
grâce aux technologies avancées de la (Le Feu mathématique) l’Institut Henri Poincaré, Paris
robotique actuelle. Film d’animation. Vidéo. Durée : 12 s, en
boucle. Animation et réalisation : David 9
Lynch. Direction technique : Noriko Miya- Jean-Michel Alberola, La Main de Cédric
kawa. Son : David Lynch et Dean Hurley Villani (la conjecture de Cercignani)
Vidéo. Durée : 8 min, en boucle. Réalisation :
Fauteuils Proust : Alessandro Mendini Jean-Michel Alberola. Image : Thomas
Lallier assisté de Cyril Colmant
1
Projets conçus et réalisés avec la précieuse 10
collaboration de Bruno Mansoulié (direc- Hiroshi Sugimoto, Conceptual Form 011,
teur de recherche au CEA, chercheur au 2008
sein de la collaboration ATLAS / CERN) Surface de révolution à courbure négative
et François Bouchet (astrophysicien à constante. Aluminium, miroir. 3 × 0,70 m
l’IAP, responsable de l’exploitation scien-
tifi que de l’instrument Planck-HFI).
Mise en place et diffusion live : CERN,
IAP, ESA
2
Beatriz Milhazes, O Paraíso
Collage sur papier. 36,5 × 50,5 cm. Agran-
dissement : 7,30 × 10,10 m
3
Conception, développement et installa-
tion : INRIA Bordeaux Sud-Ouest ( Jérome
Béchu, Fabien Bénureau, Haylee Fogg,
Paul Fudal, Matthieu Lapeyre, Olivier
Mangin, Pierre-Yves Oudeyer – coordina-
teur –, Pierre Rouanet), université de Bor-
deaux / L A BR I (Hugo Gimbert, Olivier Ly).
Scénographie et design des objets : David
Lynch
8
Dossier de presse FR-EN.indd 8 13/10/11 11:44de France où il est titulaire de la chaire l’ENS Fontenay, l’université Pierre et
d’analyse et de géométrie ainsi qu’à l’Insti- Marie Curie et l’École polytechnique.Biographies tut des hautes études scientifi ques (IHÉS). À la fi n des années 1980, à la faveur d’un
Il est par ailleurs membre de l’Académie semestre sabbatique dans la banque, elle
Jean-Michel Alberola des sciences de Paris. Alain Connes a découvre les mathématiques appliquées
Jean-Michel Alberola est un peintre fran- reçu la médaille Fields en 1982, le prix aux marchés fi nanciers. Confronter théo-
çais né en 1953 qui mène à travers son Crafoord en 2001 et la médaille d’or du rie et pratique devient un vrai challenge,
œuvre une réfl exion sur l’histoire, la reli- CNRS en 2004. Spécialiste reconnu qu’elle relève en créant le master « Proba-
gion, la mythologie, la tradition picturale des algèbres d’opérateurs, il est l’un des bilité et Finance », Paris VI-École poly-
et la légitimité de la peinture, le rôle de l’ar- pères fondateurs de la géométrie non technique dans lequel elle enseigne tou-
tiste et le pouvoir de l’image peinte. Véri- commutative. Ses travaux s’étendent des jours. Cette formation a très largement
table pensée du monde, sa peinture se pro- mathématiques à la physique théorique, contribué à la renommée internationale
longe souvent à travers de multiples moyens incluant des domaines variés comme la des « quants français ». Professeur pen-
d’expression : sculptures, objets, vitrines, théorie des nombres, la géométrie dif- dant dix ans à l’École polytechnique, elle
textes, fi lms… Syncrétique et métissée, son férentielle et la physique des particules. y construit une équipe de recherche en
œuvre s’articule alternativement autour mathématiques fi nancières. Responsable
de réminiscences de la peinture classique Raymond Depardon et Claudine Nougaret de la chaire « Risques fi nanciers » fi nancée
ou d’évocations de la culture non occiden- Raymond Depardon et Claudine Nougaret par la Société Générale, Nicole El Karoui
tale. Faites de « signes » entremêlés et de partagent leur passion depuis vingt-cinq est considérée comme l’un des principaux
références éclatées, ses œuvres gardent la ans. Lui à l’image et elle au son, ensemble précurseurs du développement interna-
trace d’une mémoire dont l’unité échappe ils ont signé plusieurs fi lms : Urgences (1988), tional de la recherche en mathématiques
sans cesse, où l’abstrait bouscule les formes La Captive du désert (1990), Délits fl agrants fi nancières, dans lequel la contribution de
ereconnaissables et le mot rencontre la (1994), Paris (1998), 10 Chambre (2004). l’« école française » est de tout premier plan.
couleur. En 1995, Jean-Michel Alberola a Autodidactes et épris de liberté, ils ont
réalisé pour la Fondation Cartier une ins- fondé en 1992 leur propre maison de pro- Misha Gromov
tallation monumentale, L’Effondrement des duction, Palmeraie et désert. En signant Né en 1943 à Boksitogorsk (Russie),
enseignes lumineuses, fragment d’un discours le son direct du fi lm Le Rayon vert d’Éric Mikhaïl Leonidovitch Gromov est un
sur la place laissée aujourd’hui à la pein- Rohmer (Lion d’or du Festival de Venise mathématicien franco-russe installé en
ture par la société des images. en 1986), Claudine Nougaret devient la France depuis 1981. Il est aujourd’hui pro-
première femme chef-opératrice du son fesseur permanent à l’IHÉS. Il a reçu le
Sir Michael Atiyah du cinéma français et elle garde toujours prix Abel en 2009 « pour ses contributions
Sir Michael Francis Atiyah est un mathé- intact son amour du son direct dans ses révolutionnaires en géométrie ». Il est en
maticien britannique né à Londres en 1929 productions. Raymond Depardon occupe effet réputé pour ses apports innombrables
d’un père libanais et d’une mère écossaise. quant à lui une place singulière dans le à des domaines très variés de la géométrie,
Sa carrière académique s’est déroulée en champ de l’image contemporaine. Photo- notamment la géométrie riemannienne,
majeure partie au Royaume-Uni et aux graphe autant que cinéaste, il met l’image la théorie géométrique des groupes et la
États-Unis. Il est aujourd’hui professeur fi xe et animée au service d’une écriture topologie symplectique. En plus de l’ana-
honoraire à l’université d’Édimbourg. Sir simple et unique avec une volonté sensible lyse et l’algèbre, son intérêt se concentre
Michael Atiyah a reçu la médaille Fields de rendre compte de l’état de notre société, aussi fortement sur l’apport des mathéma-
en 1966, la médaille Copley en 1988 et le qu’il s’agisse de raconter quotidiennement tiques à la biologie.
prix Abel en 2004. l’errance, de témoigner de l’institution
Avec Isadore Singer, il a établi le théorème psychiatrique ou du sort de l’enfance Takeshi Kitano
de l’indice qui s’est révélé un pont essen- abandonnée. Pendant cinq ans, il a photo- Né en 1947, Takeshi Kitano est un ciné-
tiel entre analyse et géométrie et un outil graphié la France en grand format ; une aste japonais, auteur de fi lms majeurs
crucial pour l’étude globale des espaces. partie de ce voyage a été exposée à la tels que Sonatine (1993), Hana-Bi (1997),
Ses travaux les plus récents concernent BnF François-Mitterrand en 2010 et 2011. Zatoichi (2003), Achille et la Tortue (2008) et
l’interface entre géométrie et physique À l’initiative de la Fondation Cartier pour Outrage (2010).
théorique. l’art contemporain, Raymond Depardon Célèbre dans le monde entier pour ses
et Claudine Nougaret ont réalisé des ins- fi lms, Takeshi Kitano jouit d’une immense
Jean-Pierre Bourguignon tallations de fi lms : Amours (1997), Déserts popularité au Japon en tant que comique
Jean-Pierre Bourguignon est un mathé- (2000), Chasseurs et Chamans (2002), 7x3 et animateur de télévision. Son infatigable
maticien français né en 1947, ingénieur (2004). Pour l’exposition Terre Natale, curiosité, tout comme sa passion pour
de l’École polytechnique (1968) et doc- Ailleurs commence ici signée conjointement l’acquisition et la transmission du savoir,
teur d’État ès sciences mathématiques de avec Paul Virilio, ils ont présenté le fi lm lui permettent de changer de domaine et
l’université Paris VII (1974). Directeur de Donner la parole (2008) qui alerte sur la de vocabulaire avec beaucoup d’aisance,
recherche au CNRS, il est depuis 1994 menace de la disparition des langues ver- passant de la violence à l’humour et de
directeur de l’Institut des hautes études naculaires dans le monde. Leur dernier l’outrance à la retenue. En 2010, il a pré-
scientifi ques à Bures-sur-Yvette (IHÉS) fi lm La Vie moderne a obtenu le prix Louis- senté sa première exposition personnelle à
et professeur de mathématiques d’exer- Delluc en 2008. Aujourd’hui ils sont en la Fondation Cartier pour l’art contempo-
cice partiel à l’École polytechnique. Ses montage de leur prochain fi lm Journal de rain, Beat Takeshi Kitano, Gosse de peintre. À
domaines de prédilection sont la géométrie France prévu pour 2012. travers des peintures et des vidéos, des ins-
différentielle, notamment dans ses rela- tallations fantasques et des machines sen-
tions avec les équations aux dérivées par- sationnelles, Kitano y conduisait le visi-
tielles, et la physique mathématique. Il s’est Nicole El Karoui teur de surprise en surprise, se moquant
tout particulièrement intéressé à la cour- Née en 1944, Nicole El Karoui est une de l’art contemporain, s’amusant avec les
bure de Ricci, tant pour son impact dans mathématicienne française, ancienne élève sciences et se jouant des clichés communé-
des questions mathématiques que pour le de l’École normale supérieure de jeunes ment associés à son pays, le Japon.
rôle qu’elle joue en relativité générale. fi lles (Sèvres). C’est à l’ENS qu’elle se
découvre une passion pour les probabili- David Lynch
Alain Connes tés, qu’elle ne cessera d’essayer de trans- Né aux États-Unis dans le Montana en
Alain Connes est un mathématicien fran- mettre comme professeur dans différents 1946, David Lynch a passé son enfance à
çais né en 1947. Il est professeur au Collège établissements dont l’université du Mans, peindre et dessiner. En 1965 à Philadelphie,
9
Dossier de presse FR-EN.indd 9 13/10/11 11:44Tadanori Satellite Takeshi YokooPlanck (ESA) Kitano
Don Zagier
Grand
Collisionneur
de hadrons
(LHC)
AlainDavid Lynch
ConnesErgo-Robots
(INRIA-LABRI)
Patti
Smith
Raymond
Depardon
Misha & Claudine
Gromov Nougaret
Cédric Villani
Beatriz
Milhazes Sir
Jean-Pierre Michael
Bourguignon Atiyah
Jean-Michel Nicole
Alberola Hiroshi El Karoui
Sugimoto
10
Dossier de presse FR-EN.indd 10 13/10/11 11:44