Microsoft Word - Plan de cours SEMIO_sept 2011.doc

-

Documents
30 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

  • leçon - matière potentielle : sur l' image
  • cours - matière potentielle : et de références
  • exposé - matière potentielle : magistraux
  • cours - matière potentielle : linguistique générale
  • cours - matière potentielle : chaque
  • cours - matière potentielle : obligatoire
  • cours - matière potentielle : sémio
École des arts visuels Programme de design graphique Septembre 2011 Sémiologie de l'image fonctionnelle DES 2001-D Cours obligatoire / 3 crédits Plan de cours et travaux de session Luc Saint-Hilaire, chargé de cours Entre deux concepteurs de potentiel égal, de talent égal, d'imagination égale, le plus créatif sera certainement celui qui possède le plus grand bagage de connaissances.
  • rédacteurs des éditions time-life
  • applied art
  • conception visuelle
  • patrimoines visuels dans le monde anglophone
  • remise internet d'étape
  • communication
  • communications
  • professionnelles
  • professionnel
  • professionnels
  • professionnelle
  • image
  • images
  • travaux
  • travail
  • québec

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 66
Langue Français
Signaler un problème



École des arts visuels
Programme de design graphique



Septembre 2011
Sémiologie de l’image fonctionnelle
DES 2001-D
Cours obligatoire / 3 crédits



Plan de cours et travaux de session

Luc Saint-Hilaire, chargé de cours


Entre deux concepteurs de potentiel égal, de talent égal, d’imagination égale,
le plus créatif sera certainement celui qui possède le plus grand bagage de connaissances.
DESCRIPTION DU COURS
Un cours de 135 heures* où les étudiants abordent la communication par l’image statique
selon une approche objective, découlant de connaissances scientifiques. À la fin de ce cours,
grâce aux notions du langage iconique, les étudiants pourront analyser des images existantes
et contrôler le contenu de leurs propres images en fonction de leur contexte d’utilisation.
La sémiologie est un outil indispensable pour que l’étudiant puisse comprendre comment
fonctionne l’image en tant que code qui permet de s’exprimer (la réalisation de l’image étant
alors le but) et de communiquer (la compréhension du message étant alors l’objectif). La
maîtrise de l’iconique permet au réalisateur d’images de faire des images « plus parlantes »,
d’évaluer leur à-propos et de démontrer leur pertinence. En effet, on considère qu’un
communicateur visuel professionnel doit pouvoir rationaliser ses œuvres graphiques… et les
défendre victorieusement. Par ailleurs, le communicateur de tout autre domaine sera plus
compétent pour commander la réalisation d’images et évaluer leur pertinence.
Enfin, bien que dans ce cours l’accent soit mis sur l’aspect fonctionnel des images, la
sémiologie de l’image est indispensable dans la formation de tout visualiste et de toute
personne impliquée dans l’enseignement ou l’utilisation de l’image. Ainsi, le domaine des
arts visuels profite de la connaissance de la structure de l’image, de ses règles de
fonctionnement et des méthodes pour en contrôler efficacement le contenu souhaité.
* Le temps devant être consacré à ce cours chaque semaine est de 3 heures de présence en
cours et de 6 heures de travail personnel.

COMMUNICATION
L’enseignant est un chargé de cours; il n’est donc pas toujours disponible en dehors des
heures de cours. Si un étudiant a besoin de renseignements particuliers, il doit rencontrer
l’enseignant à la fin de la période de cours ou communiquer par courriel :
LUC.ST-HILAIRE@ARV.ULAVAL.CA
De plus, des informations importantes, voire cruciales, peuvent être transmises tout au long
de la session aux étudiants. Pour ce faire, le chargé de cours utilisera l’adresse courriel que
l’université fournit à chaque étudiant (ex. : toulouse.lautrec.1@ulaval.ca). Ce dernier a la
responsabilité de consulter régulièrement son adresse courriel et de l’entretenir de façon à la
garder en tout temps fonctionnelle. En aucun cas, l’étudiant ne pourra invoquer
l’ignorance d’une directive du chargé de cours émise par le courriel.

NOTE
Le générique masculin est utilisé sans discrimination et uniquement dans le but d’éviter les
formules telles « l’étudiant(e) », « l’étudiant-e », « l’étudiante/ant », « l’étudiante ou
étudiant », « l’étudiante/étudiant/étudiant(e) », « l’individu en étude », et quoi encore…
1OBJECTIFS SPÉCIFIQUES
À la fin de ce cours, l’étudiant sera capable de :
• situer l’image dans un contexte global, tant historique que sociologique et physique;
• discerner les types d’images selon leurs caractéristiques spécifiques;
• lire les images en connaissant la nature des éléments qui leur permettent d’exister;
• écrire une image en toute maîtrise de son alphabet, sa morphologie et sa syntaxe.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE
Les méthodes primordiales utilisées dans ce cours sont l’initiative et l’étude personnelles.
L’enseignant est une ressource pour aider le développement personnel de l’étudiant. Les
autres méthodes ne sont que des auxiliaires : cours, visionnement de documents, travaux
d’équipe, lecture obligatoire, consultation du blogue du cours et de références suggérées, etc.

MANUEL ET DOCUMENTATION
Obligatoire : L’image à nu, Luc Saint-Hilaire, Éditions AQESAP, 2010, date et lieu de
disponibilité à confirmer.
Compléments : Tous les documents disponibles au département ou transmis par courriel
durant la session. Par ailleurs, le manuel Comment faire des images qui
vendent, Luc Saint-Hilaire, Éditions Transcontinental, 2005, est suggéré.





« La plus grande similitude
entre l’étudiant et le professionnel qu’il deviendra
est le sérieux et l’enthousiasme avec lesquels il aborde les projets à réaliser.
La plus grande différence
est la possibilité d’obtenir de bons résultats scolaires en flouant le système,
mais l’impossibilité d’obtenir ainsi la réussite professionnelle. »


2ÉVALUATION
L’étudiant est évalué sur quatre aspects.
La réflexion : étudier l’image veut aussi dire s’interroger sur ce qu’elle est et sur son impact
dans la société actuelle. L’étudiant devra formuler son opinion personnelle sur l’image.
L’analyse : ce cours expose comment des images de réussissent à véhiculer efficacement le
message voulu. Durant la session, l’étudiant doit analyser des images en s’interrogeant sur la
nature du message à transmettre et les raisons d’y parvenir ou non.
La création : ultimement, le cours doit permettre de contrôler le contenu d’une image afin de
transmettre efficacement un message souhaité. L’étudiant doit créer de telles images.
La connaissance : la sémiologie de l’image fonctionnelle comporte des notions théoriques et
des termes qui lui sont propres. Pour vérifier leur acquisition et leur compréhension par
l’étudiant, il y a un examen théorique à la fin de la session.
CRITÈRES D’ÉVALUATION
Les critères d’évaluation utilisés dans ce cours sont les mêmes que dans toutes les autres
disciplines universitaires. Toutefois, l’emphase est mise sur la compréhension et la capacité
d’appliquer les principes fondamentaux de l’iconique, sur l’esprit d’analyse et de synthèse
ainsi que sur le professionnalisme des travaux :
- qualité universitaire de présentation, incluant le respect des normes et des délais exigés;
- qualité du français (conformément à la norme en vigueur, une pénalisation jusqu’à
20 % des points s’applique à tout travail pour les fautes de français).
La notation est la suivante (notation officielle exigée par l’Université Laval) :
A + excellent 4,3 96 % et + C + bon 2,3 72 % et +
A 4 92 % et + C 2 68 % et +
A - 3,7 88 % et + C - 1,7 64 % et +
B + très bon 3,3 84 % et + D + passable 1,3 60 % et +
B 3 80 % et + D 1 56 % et +
B - 2,7 76 % et + E échec 0 55 % et -
L’étudiant doit se présenter aux cours et se soumettre aux évaluations selon le calendrier
convenu. Tout retard pour une remise de travail (ou pour la présence à l’examen de fin de
session) sera pénalisé selon le barème suivant :
- 10 % de pénalité pour le premier jour de retard, et - 2 % par jour supplémentaire;
- maximum de 30 % de pénalité sur un travail;
- après 10 jours de retard, le travail est tout simplement refusé et ne sera pas corrigé.
Pour une raison grave ou un empêchement sérieux découlant d’une situation hors de contrôle
de l’étudiant (ce qui exclut les pannes d’imprimantes, les cafés renversés sur le clavier
d’ordinateur et autres questions d’organisation !), ce dernier pourra prendre une entente
particulière avec le chargé de cours.
3LA SESSION D’UN COUP D’ŒIL*
12 septembre Les écoles de mise au point de l’image fonctionnelle. Le Plan de cours.
Bloc A – Comment l’image existe et évolue avec l’humain
19 septembre Les fonctions de l’image. Un regard individuel et culturel.
26 septembre Images poétiques et images fonctionnelles. Une taxonomie.
Remise Internet du travail de réflexion – Image de soi et Internet
3 octobre Voir les images. L’œil et la lumière. Les modèles de lecture.
Remise cartable du travail d’analyse – Bonne ou mauvaise image
10 octobre Action de grâce – Congé férié
Bloc B – La mécanique de l’image en tant que langage
17 octobre Coder pour communiquer. Le code iconique.
Remise cartable du travail de création : À la table de…
24 octobre La morphologie iconique. Les images subliminales.
Remise Internet d’étape – message choisi pour « Conception visuelle »
31 octobre Semaine de relâche
7 novembre Le raisonnement humain. Le pouvoir des mots, la puissance des images.
14 novembre La rhétorique iconique. Métaphore et métonymie. Intervenir dans l’image.
Remise Internet d’étape – concept retenu pour « Conception visuelle »
Bloc C – Contrôler l’image pour communiquer efficacement
21 novembre Les 4 portes de l’efficacité. La communication et le marketing-mix.
28 novembre L’objectif et l’axe de communication. La création. Les outils d’évaluation.
Remise cartable finale du travail de création « Conception visuelle »
5 décembre Les commandements de l’image et du texte. La démarche FACE. La
responsabilité professionnelle et sociale.
12 décembre Examen théorique de fin de session.
*Horaire sujet à s’ajuster aux circonstances

NOTE Le mode et l’endroit précis de remise des travaux seront précisés en cours. Les
dates indiquées correspondent à la journée du cours. Toutefois, le cas échéant,
les cartables pourront être remis jusqu’au jeudi midi dans la chute à travaux du
e3 étage (3149), à l’Édifice de la Fabrique, cela sans note de retard.
4RESSOURCES DOCUMENTAIRES
En plus du livre, des notes de cours ou autres documents spécifiés, les exposés magistraux
sont une importante source d’information dans ce cours. Une présence assidue est nécessaire.
Des ouvrages et sites Web pertinents seront mentionnés durant la session. Il y a aussi
plusieurs autres sources de documentation.
• Le blogue du cours de Sémio – http://semio1.wordpress.com – donne des exemples de
travaux réalisés les années précédentes et des références pertinentes.
• Le site Internet d’Ikon Québec – www.ulaval.ca/ikon – propose une liste de 700 livres sur
la communication visuelle. Un véritable coffre au trésor.
• À noter particulièrement : Laurent Gervereau, Dictionnaire Mondial des Images, chez
Septentrion. Écrit par les meilleurs spécialistes issus de tous les continents, il rassemble
des synthèses introuvables, de la préhistoire aux jeux vidéos; vous saurez l’essentiel avec,
en plus, une lecture visuelle directe.
• Aussi, parmi les must : Max Gallo, L’affiche Miroir de l’histoire – Miroir de la vie, chez
eParagon; Dave Saunders, XX siècle, un siècle de publicité, chez E/P/A-Hachette.
• Il y a aussi une gamme de revues et périodiques particulièrement intéressants dont :
- InfoPresse, LE magazine de la communication au Québec
- Communication Arts, la « bible » des publicitaires nord-américains
- Creative Review, l’alter ego britannique du Communication Arts
- Grafika, Applied Art, etc.
• Les sites www.infopresse.com et www.adage.com
• Les sites Internet des agences de publicité (Cossette, LG2, Fallon, etc.) et studios de
design (Parallèle, Pentagram, etc.) ici et à l’étranger.
• L’incontournable livre sur la sémiologie de l’image fonctionnelle par Claude Cossette,
Les images démaquillées, Ed. Riguil, (2e édition), Québec 1989.
• La Bibliothèque générale de l’Université Laval dispose de millions de volumes et
documents (au besoin, accès par ordinateur à toutes les bibliothèques universitaires nord-
américaines).
Il se produit chaque année des millions de documents sur l’image. Une personne désireuse de
devenir un véritable professionnel de la communication par l’image cherche évidemment à
voir et à lire une partie de cette documentation précieuse. Tout étudiant sérieux doit consulter
régulièrement les grands périodiques du domaine et les sites Internet pertinents.

5Quelques titres qui vous permettront de creuser le sujet

ALLESSANDRINI, Jean. 2001. Lire les images à l’École. Paris : Retz.
AMEY, Claude. 1994. 25 tableaux modernes expliqués : les œuvres, les artistes. Alleur :
Marabout.
ARNHEIM, Rudolf. 1999. La Pensée visuelle. Paris : Flammarion.
BARTHES, Roland. 1972. Elements of semiology. London : Cape.
BERGER, Warren. 2001. Advertising Today. Londres : Phaidon.
BERTIN, Jacques. 1977. La Graphique et le traitement graphique de l'information. Paris:
Flammarion.
BONIN, Serge. 1975. Initiation à la graphique. Paris : Épi.
CADET, Charistina et al. 2004. La communication par l'image. Paris : Nathan.
CHUARD, Bosshart. 1998. Communication visuelle: L'image dans la presse et la publicité.
Fribourg : Presses Universitaires.
COLLECTIF. 1972. Le Reportage photographique. New York : Time-Life Books.
Communication Arts. 1983 à 2009. Menlo Park : Commarts.
COSSETTE, Claude. 2006. La Publicité de A à Z : dictionnaire technique français-anglais.
Québec : Presses de l'Université Laval.
COSSETTE, Claude. 1997. Comment construire une image. Montréal : Éditions
Transcontinentales. Les Styles dans la communication visuelle. Montréal : Éditions
COSSETTE, Claude. 1982. Les images démaquillées ou L'iconique : comment lire et écrire
des images fonctionnelles pour l'enseignement, le journalisme et la publicité. Québec
: Éditions Riguil.
COUCHOT, Edmond. 2007. Des images, du temps et des machines dans les arts et la
communication. Paris : Chambon.
COUGHLAN, Robert. 1966. Michel-Ange et son temps. Nederland B.V. : Time Life
International.
DAUTUN, Jean-Pierre. 1995. 10 modèles d’analyse d’image. Alleur : Marabout.
DICKASON, Renée. 2003. Analyses d'images : patrimoines visuels dans le monde
anglophone. Rennes : Presses universitaires de Rennes.
DONDIS, Donis A.. 1973. A Primer of Visual Literacy. Cambridge : The Mit Press.
DUCAS, Marie-Claude. 1993. Cossette se met à nu. Montréal : Info Presse.
ECO, Umberto. 1984. La Structure absente. Paris : Mercure de France.
ECO, Umberto. 2004. Histoire de la beauté. Paris : Éditions Flammarion.
EMIROGLOU, Patrick. DUBÉ, Nicole. 2000. Je me souviens du lait. Montréal : Info Presse.
6FRESNAULT-DERUELLE, Pierre. 1993. L'Éloquence des images. Paris : PUF.
GAUTHIER, Guy. 1982. Vingt leçons sur l’image et le sens. Paris : Edilig.
GALLO, Max. 2002. L’affiche. Paris : Paragon
GERVEREAU, Laurent. 2004. Voir, comprendre, analyser les images. Paris : La
Découverte.
GERVEREAU, Laurent. 2006. Dictionnaire mondial des images. Paris : Septentrion et
Nouveau Monde éditions.
HARRINGTON, Leslie. MACKIE, Joan. 1994. La couleur, une touche de génie. Toronto :
Benjamin Moore & cie limitée.
H. CHOKO, Marc. 2001. L’affiche au Québec. Montréal : Éditions de l’Homme.
HEDGECOE, John. 1977. The Photographer’s Handbook. New-York: Alfred A. Knopf, Inc.
HESS, Hans. 1974. How Pictures Mean. New York : Pantheon.
HOLME, Bryan. 1982. Advertising: Reflections of a Century. New York : The Viking Press.
HUMBLE, Richard. 1979. Les Grands Navigateurs. Nederland B.V.: Time Life
International.
HUNTER, Sam. JACOBUS, John. 1977. L’art moderne. Lausanne : Édita S.A.
JOANNES, Alain. 2008. Communiquer par l'Image - Utiliser la dimension visuelle pour
valoriser sa communication. Paris : Dunod.
JOLY, Martine. 2009. Introduction à l’analyse de l’image. Paris : Nathan.
KAPPLER, Frank K. 1973. The Best of Life. New York : Time Inc.
KEPES, Gyorgy. 1966. Language of Vision. New York : George Braziller.
KNIGHT, Carolyn et al. 2005. The Graphic Designer's Guide To Effective Visual
Communication: Creating Hierarchies With Type, Image, And Color. New York :
Rotovision.
KOUKOUTSAKI, Angeliki. 2001. Introduction aux techniques de la communication par
l'image. Paris : Publibook.
MAGRITTE, René. 1994. Les Mots et les images. Tournai : Labor.
MEGGS, Philip B. 1983. A History of Graphic Design. New York : Van Nostrand Reinhold
Company.
MESSARIS, Paul. 1996. Visual Persuasion : the Role of Images in Advertising. London :
Sage.
MITCHEL, W.J.T. 2009. Iconologie : image, texte, idéologie. Paris : Prairies ordinaires.
PARKER, Roger C. 1987. The Aldus Guide to Basic Design. Seattle : Aldus.
PARRAMÓN, José María. 1973. Comment composer un tableau. Paris : Bordas.
PASQUIER, Martial. 1999. Marketing et sémiotique. Fribourg : Éditions Universitaires.
PÉNINOU, Georges. 1972. Intelligence de la publicité : étude sémiotique. Paris : Laffont.
7PORCHER, Louis. 1976. Introduction à une sémiotique des images : sur quelques exemples
d’images publicitaires. Paris : Crédif.
RANCILLAC, Bernard. 1991. Voir et comprendre la peinture. Paris : Bordas.
RANCIÈRE, Jacques. 2003. Le Destin des images. Paris : La Fabrique.
Rédacteurs des Éditions TIME-LIFE. 1966. Time-Life Le monde des arts. Nederland B.V. :
Time Life International.
Rédacteurs des Éditions TIME-LIFE. 1971. Life la photographie. Nederland B.V. : Time
Life International.
RICHAUDEAU, François. 1989. Manuel de typographie et de mise en page. Paris: Retz.
SAINT-HILAIRE, Luc. 1997. Comment faire des images qui parlent. Montréal :
Transcontinental.
SAINT-HILAIRE, Luc. 2005. Comment faire des images qui vendent. Montréal :
SAINT-HILAIRE, Luc. 2009. PUB 101. Montréal : Transcontinental.
SAOUTER, Catherine. 2003. Images et société : le progrès, les médias, la guerre. Montréal :
PUM.
SAUNDERS, Dave. 2000. Pub: un siècle de publicité. France : E/P/A éditions.
SAUSSURE, Ferdinand de. 1995. Cours de linguistique générale. Paris : Payot.
SÉDILLOT, René.1989. Histoire morale & immorale de la monnaie. Paris : Bordas Cultures.
SIEGMANN, Renaud. 2007. La Fabrique des images contemporaines. Paris : Cercle d’art.
THIBAULT-LAULAN, Anne-Marie. 1972. Image et communication. Paris : Éditions
universitaires.
TISSERON, Serge. 1996. Le Bonheur est dans l’image. Paris : Synthélabo.
WILDE, Richard. 1986. Problems : Solutions. New York : Van Nostrand Reinhold
Company.
WOLCHONOK, Louis. 1961. Lessons in Pictorial Composition. New York : Dover.
WOOD, Betty. 1986. L’influence de la couleur. Montréal : Le jour, éditeur.
ZAKIA, Richard D. 2002. Perception and imaging. New York : Focal Press.



« Un cours donne deux choses. Premièrement, une note académique.
C’est la retombée secondaire. Deuxièmement, pour ceux et celles qui ont mis
les efforts nécessaires, une formation de l’esprit. C’est la retombée utile toute la vie. »


8

Connaître
Analyser

Réfléchir
Créer




Évaluation
Travaux de session et examen



Ce que je vois, je l’oublie.
Ce que j’apprends, je m’en souviens.
Ce que je fais, je le sais!
D’après Confucius

9