Récits de soi – Méditerranée, Afrique Individus, communautés ...

Récits de soi – Méditerranée, Afrique Individus, communautés ...

-

Documents
7 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction - matière potentielle : d‘une
  • cours - matière potentielle : publication
  • mémoire
  • redaction - matière potentielle : scolaires
  • mémoire - matière potentielle : nobiliaires de l‟époque moderne
Maison méditerranéenne des sciences de l'homme Récits de soi – Méditerranée, Afrique Individus, communautés, interculturalité XVI e -XXI e siècles Responsables scientifiques : Randi DEGUILHEM (IREMAM) Isabelle LUCIANI (TELEMME) Hervé PENNEC (CEMAF) Ce projet s‟inscrit dans le renouveau historiographique du « retour à l‟acteur », qui a suscité, depuis une vingtaine d‟années, l‟intérêt renouvelé des sciences humaines et sociales pour les notions d‟individu, de personne, de soi.
  • l‟affirmation d‟un
  • conception occidentale de l‟individu
  • société dans le monde méditerranéen
  • l‟individu
  • construction d‟une
  • individus
  • individu
  • conscience
  • consciences
  • récits
  • récit
  • constructions
  • construction
  • collectif
  • collectives
  • collective
  • collectifs

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 175
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme Récits de soiMéditerranée, Afrique Individus, communautés, interculturalité e e XVI XXI siècles Responsables scientifiques : Randi DEGUILHEM (IREMAM) Isabelle LUCIANI (TELEMME) Hervé PENNEC (CEMAF) Ce projet s‟inscrit dans le renouveau historiographique du «retour à l‟acteur», qui a suscité, depuis une vingtaine d‟années, l‟intérêt renouvelé des sciences humaines et sociales pour les notions d‟individu, de personne, de soi. Cependant si les formes sociales de l‟individuation (histoire de l‟individu, sociologie pragmatique et critique) et les corpus du « moi » (Selbstzeugnisse,Egodocuments, « écritures ordinaires », « écrits du for privé»…) font aujourd‟hui l‟objet d‟études approfondies, la construction subjective comme processus permettant d‟aller de la simple présence à soi à la conscience réflexive de soi reste moins étudiée. C‟est cette saisie de soi par les formes hétérogènes d‟une conscience discursive qui forge la base de notre projet: comment l‟individu passetil au « je » ? comment ce récit de soi peutil fonder une réflexivité critique impliquant le passage du « je » empirique au « on » d‟un individu en société, participant de la construction d‟un sens commun? comment cette configuration singulière de l‟expérience intime peutelle s‟articuler à la compréhension générale d‟une société mais aussi à l‟enjeu d‟une interculturalité croissante, mettant en lien, parfois en contradiction, des manières très différentes de penser l‟individu ?
Un double objectif méthodologique: la construction d’un objetcorpus dans une approche comparativeLa construction d’un objet heuristique: le « récit de soi » Pour débusquer l‟acteur, la traque s‟est opérée fréquemment par le dépouillement de corpus prédéfinis : la catégorie deSelbstzeugnisse, déjà utilisée par Georg Misch, rejoint celle desego documents, inventée par Jacques Pesser dans les années 1950 ; leur dimension très large, incluant les formes involontaires du « parler de soi», rend l‟objet passionnant mais infiniment extensible. Les « écrits du for privé», sur la base d‟une catégorie mise en valeur par Madeleine Foisil, font actuellement l‟objet d‟une enquête très riche, mais postulent une sphère privée qui devient l‟un des enjeux préliminaires de l‟enquête. À michemin, la catégorie anthropologique des « écrits quotidiens », mobilisée aussi par les historiens de la 1 culture écrite, permet d‟interroger, à l‟aune de l‟appropriation qu‟elle suppose de l‟écriture, 2 3 les nouveaux moyens d‟un «gouvernement de soi »ou d‟une «; pourconscience de soi » autant, ces écrits forment un corpus large et hétérogène pouvant difficilement fonder une approche générale des constructions de soi. À bien des égards, le « récit de soi », fortement marqué par la psychanalyse, la philosophie, la narratologie ou la rhétorique, peut paraître plus large et plus hétérogène 4 encore. Mais nous faisons le pari qu‟envisagé commeune pratique sociale, cet acte de légitimation de son existence et de ses actes peut constituer un objet heuristique particulièrement opératoire pour comprendre comment l‟autoreprésentation participe de la construction des catégories socialesconjointes del‟individu et du collectif. Chez Ricœur, l‟attestation narrative témoigne de la dignité d‟homme souffrant mais agissant, opposant à l‟expérience de l‟altérité (corps potentiellement défaillant; autrui, potentiellement dominant ; conscience, potentiellement accusatrice) les capacités de l‟agir humain (le pouvoir de se souvenir, de dire, de faire et de promettre, c‟estàdire de s‟engager vis à vis d‟autrui et de soimême). C‟est par le récit de soi que l‟individu témoigne de son identité, du sens de sa vie, de 5 la valeur de ses actes. Il s‟agit alors derendre compte de soiun univers de liens, de dans 6 normes et de croyances, et non seulement deparler de soi. Cette dimension encourage son usage maîtrisé en sciences humaines. François de Singly oppose notamment l‟illusion biographique d‟unrécit de vieet transparent au linéaire récit de soi comme mobilisation et
1  Alfred MESSERLI et Roger CHARTIER (dir.),Lesen und Schreiben in Europa 15001900. Vergleichende Perspektiven / Perspectives comparées / Perspettive comparate, Bâle, Schwabe & Co AG, 20002 Karin Barber,Africa's Hidden Histories: Everyday literacy and making the self, Bloomington, 2006 ; Aissatou Mbdj, «Tenir un cahier dans la région cotonnière du Mali.Support d‟écriture et rapport à soi »,Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 20094, juilletaoût, n° spécial « Cultures écrites en Afrique », 2009, p. 855885 3  Anne Béroujon,Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités,Presses Universitaires de Grenoble, 2009. 4  Simon Harel,Le récit de soi,Montréal, Les Éditions XYZ inc, 1997; Paul Ricoeur, Paul Ricœur,Temps et récit, Paris, Le Seuil, tome 1,L'Intrigue et le Récit historique, 1983 ; tome 2,La Configuration dans le récit de fiction, 1984 ; tome 3,Le Temps raconté, 1985 ; Judith Butler, Le Récit de soi, Paris, PUF, 2007, 141 p (éd. originale Giving an Account of Oneself, 2005) ; Ruth Amossy,La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF, 2010.5 Isabelle Luciani,«‘Car les ungs et les aultres m’accablent de peyne…’Des épreuves de la vie à l‟expérience e e de soi dans quelques livres de raison provençaux (XVI XVII siècle) », inSylvie Mouysset, JeanPierre Bardet, FrançoisJoseph Ruggiu (ed.),Écritures de soi, individu et liens sociaux dans les écrits du for privé en Europe, de la fin du Moyen Age à 1914, Colloque international (Conques, 2527 septembre 2008), p. 3749, sous presse. 6 Judith Butler,op. cit.
actualisation, « ici et maintenant», d‟une histoire personnelle et des normes et valeurs dont 7 l‟individu dispose. Aussi, ces modes d‟attestation de soi peuvent varier selon les époques, les cultures, les lieux. Ce sont ces modes d‟être potentiellement différenciés de la dignité humaine et de la constitution de l‟acteur en sujet de son action que permet d‟explorer ladimension comparéedes récits de soi. Un cadre comparatif cohérent pour une histoire connectée L‟ancrage comparatif s‟insère dans un moment de la recherche où, après 8 l‟internationalisation des domaines: groupe de se développent des enquêtes comparatives rechercheSelbstzeugnisse in transkultureller Perspektive (Freie Universität de Berlin) ; rencontres de l‟Inalco (Lille), «Audelà de la conception occidentale de l‟individu», en juin 2008 ; colloque à venir du GDR 2649, en juin 2011, surLes usages de l’écrit du for privé (Afriques, Amériques, Asies, Occidents, Orients)… Simultanément, cet ancrage comparatif 9 s‟élargit dans la longue durée du temps historique . L‟étude portera donc sur un espace cohérent,reliant à travers la Méditerranée l’Europe e e méridionale et le continent africainsiècle) qui mobilise, dans une longue durée (XVI XXI transferts culturels et mobilités humaines lus ou moins réciproques (missions, colonisations, 10 migrations) et que matérialise une mêmelingua franca .Ce terrain mobilise des possibilités comparatives attachées à des contextes proches, tels que l‟appropriation quotidienne d‟une culture écrite imposant des choix linguistiques, des inventions graphiques, des supports quotidiens (cahiers, feuilles volantes…), commune par exemple à la première modernité e 11 européenne et à l'Afrique sahélienne du second XX siècle . La pertinence de ce terrain comparatif interroge aussi une hypothèse méthodologique engagée par les travaux de Karin Barber: celle d‟une construction spécifique de la subjectivité en Afrique; inversement et simultanément, c‟est aussi le «grand récit» occidental qu‟il faut déconstruire, en le « reconnectant» à l‟histoiremonde. Les différents moments de la rencontre EuropeAfrique 12 ont suscité sur le plan culturel des processus d‟hybridation réciproques, immédiatement e e sensibles dans différentes formes de « récits de soi » : par exemple, aux XV /XVI siècles, dans les récits de voyages des explorateurs puis dans les journaux missionnaires des 13 Portugais, où les contributions croisées d'informateurs africains et européens se font écho .
7  François de Singly, «Opérationnaliser l‟individu « individualisé », dans Philippe Corcuff, Christian Le Bart, François de Singly (dir.),L’individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 349358. 8 Cf. enquête d‟A. Cicchetti et R. Mordenti sur les livres de raison italiens,recherches de Rudolf Dekker sur les egodocumentsIndividu et société dans le Monde méditerranéen musulman » (ESF, dir. Robert, programme « Ilbert), GDR n° 2649 sur les écrits du for privé (dir. J.P. Bardet, F.J. Ruggiu), dossier « Cultures écrites en Afrique » publié par lesAnnales, Histoire, Sciences Sociales, en juilletaoût 2009…9 Brigitte Miriam BedosRezak, Dominique IognaPrat (dir.),L'Individu au Moyen Age. Individuation et individualisation avant la modernité, Paris, Aubier, 2005. 10  Jacqueline Dakhlia,Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Actes Sud, Arles, 2008, 591 p. Ce qui n'exclut évidemment pas les langues vernaculaires et leurs relations complexes à la langue française. 11 Sylvie Mouysset,Papiers de familleIntroduction à l’étude des livres deraison (France, XVeXIVe siècle), Rennes, PUR, 2007 ; Aissatou Mbodj Pouye,Papiers villageois. Une anthropologie des pratiques de l’écrit au Mali, àparaître chez ENSEditions, Lyon, collection "Sociétés, espaces, temps".12 Frederick Cooper,L’Afrique depuis 1940, Paris, Payot, 2009. 13  Hervé Pennec, «Le récit hagiographique de Takla Haymanot au service des jésuites d‟Éthiopie (XVIIe siècle) »,Heilige, Biographien und Geschichte in AfrikaSaints, biographies et histoires en Afrique Saints, Biographies and History in Africa. Akten des Kolloquiums an der Johannes GutenbergUniversität Mainz, 23. 25. Oktober 1997, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2003, p. 249260; João Bermudes,Ma géniale imposture.
Les trois laboratoires de la MMSH associés par ce projet disposent d‟héritages scientifiques importants : Randi Deguilhem (IREMAM) a assuré la coordination scientifique du programme de l‟ESFIndividu et société dans le monde méditerranéen musulman; au sein de l‟UMR Telemme, le groupe de rechercheConfigurations narratives : formes, figures, pratiques, codirigé par JeanNoel Pelen et Isabelle Luciani, s'est associé pour le prochain quadriennal au CEMAFAix (coord. Catherine Atlan) et au CMMC (coord. Valérie Piétri) dans l‟axe de rechercheÉcritures de soi. Mots et configurations de l’expérience. 14 Méditerranée. Afrique. XVeXXIe siècle); au sein du CEMAF, l‟un des axes de recherche principaux (Epistémologie et savoirs : Systèmes de pensée et modes de représentation) inclue une réflexion sur la manière dont les sociétés africaines produisent un regard historique et réflexif sur ellesmêmes. Audelà du culturalisme comme d‟un évolutionnisme simpliste, ce projet permettra donc de questionner la morphologie des récits de soi, les conditions socioculturelles qui président à leur émergence, la posture critique et agissante du sujet qui s‟yconstruit, participant du même coup à la construction d‟identités et de mouvements collectifs, à l‟aune de l‟enjeu majeur que représente une définition commune de l‟humain qui ne nie pas les variations culturelles, sans tomber pour autant dans un relativisme des valeurs. Universalité et dissemblances de la conscience individuelle : le récit de soi comme action située Les anthropologues, comme Marcel Mauss, supposent l‟universalité de la conscience de soi, mais aussi la diversité culturelle de ses formes et manifestations. Le récit de soi s‟inscrit dans cette diversité. Sans céder à la cohérence des grands récits, l‟enquête devra prendre en compte les paradigmes qui définissent l‟individu dans le collectif, tel que le mythe occidental du sujet autonome et ses fondements (personnalisme chrétien, nominalisme, humanisme, Réforme, libéralisme…) ou au contraire l‟idéal d‟incorporation de l‟individu dans les sociétés de nature « holiste ». Néanmoins, si certains traits peuvent dominer une société, il est impossible de définir le rapport à soi par un seul paradigme. Généalogies et récits d‟ascendance montrent notamment u‟une société ne se définit as exclusivement en termes 15 individualistes ou li na ers .na ere dans le monde li rocédures d‟hérita Ainsi, les ottoman révèlent des récits d‟ascendance où la parenté se dessine non par simple filiation, 16 mais par des choix extrêmement complexes .L‟étude contextualiséedes formes du récit de soi constitue dès lors un objet fécond pour interroger l‟universalité mais surtout les variations et dissemblances de la conscience individuelle. Vers une typologie : un corpus hétérogène Tous les récits de soi, du simple recopiage de textes apparemment insignifiants jusqu‟à la rédaction d‟une autobiographie, n‟ont pas un même degré de réflexivité –la même ni « publicité ».
Patriarche du Prêtre Jean, Sandra Rodrigues de Oliveira (Trad.), Hervé Pennec (Introduction), Éditions Anacharsis, 2010. 14  Les premiers travaux réalisés lors de journées d‟études communes surÉcriture et trouble(s) de soi,en sont cours de publication (dir. I. Luciani, V. Piétri). 15  Valérie Piétri, Les enjeux de la généalogie. Pouvoir et identité (XIIeXVIIIe siècles), (collaboration avec G. Butaud) Paris, Autrement, 2006. 16  Olivier Bouquet, "Conscience généalogique et ancestralité : le cas ottoman (XVIIIeXXe siècles) », communication présentée lors de la journée d‟étudesLes récits génétiques comme récits de soi, organisée par Isabelle Luciani (TELEMME) et Valérie Piétri (CMMC) le 18 juin 2010 à Nice (CMMC).
Cette réflexivité différenciée implique un travail sur les mots du moi, véritable topographie de l‟individuqui s‟éclaire dans les écarts d‟usage et les anomies significatives, telle la catégorie du « privé» vécue par les interlocuteurs maliens d‟Aissatou Mbodj comme le « secret » (gundo). Elle peut aussi s‟inscrire dans les traditions littéraires que soustendent les conditions d‟énonciation de soi. Il faut néanmoins se méfier des approches génériquesa priori: ainsi, en pays d‟Islam, la faiblesse de la tradition biographique, sous ses formes européennes, a longtemps laissé croire à la faiblesse de l‟introspection et du retour sur soi. 17 Pourtant, comme le souligne Manuela Marin , les autobiographies, même rares, y opèrent un retour sur l‟individu: elles disent par exemple ses goûts (comme les parties de chasse d‟Usāma ibn Munqidh…) et son rôle dans la société,ce qui n‟exclut ni la conscience de soi ni l‟individualisme, quand bien même c‟est ici la dimension sociale de l‟individu qui se trouve valorisée. Le retour sur soi est en outre présent, dès les débuts de la culture musulmane, avec la poésie orale et les chansons que maîtrisent par exemple les femmes esclaves des palais abbassides. En deçà des genres littéraires, c‟est donc d‟abord à l‟hybridité primordiale des formes discursives qu‟il faut s‟intéresser, même si ces formes sont d‟abord produites sans l‟intention de se direun récit de soi « latent» mais cohérent peut unifier la production hétérogène d‟un 18 polygraphe érudit des temps modernes, voire sans textec‟est le cas des chorégraphies 19 "autobiographiques" présentées récemment par les danseurs professionnels du Burkina Faso . La construction du corpus vise ici moins à l‟exhaustivité des sources qu‟à la typologie des manières de « rendre compte de soi », attester de sa dignité et légitimer son action. Rendre compte de soi. Typologie des moments d’épreuves, engagement,émergence : émancipation À quels moments l‟individu estil appelé à s‟autoreprésenter pour témoigner de son existence et la légitimer visàvis de soi ou visàvis d‟autrui? Les épreuves d‟individuation suscitent la justification.C‟est le cas des ruptures –déracinements, exils, migrationsrésolues par exemple, selon Ahmed Boubeker, par un récit de soi inscrivant l‟individu dans la nostalgie, la ruse (mensonge collectif) ou l‟authenticité (héritage revendiqué). Ces thèmes se retrouvent dans l'écriture poétique d'un Léopold Sédar Senghor, essayant par des projections éclatées de soi de guérir les plaies de l'exil et 20 l'aliénation culturelle. Il en va de même des violences sociales, créatrices d‟incertitude et de 21 marginalité, que dépasse, par exemple, la sublimation de «l‟oniou bien» ; risme social encore des violences politiques que cherche à dépasser le témoignage telle la « tentation biographique » identifiée par Marcelle BourdetteDonon dansLa genèse de la littérature 22 tchadienne.
17  Manuela Marin, « Biography and autobiography », dans Randi Deguilhem (dir.),Individu et Société dans le Monde Méditerranéen Musulman : questions et sources, AixenProvence, Editions Paul Roubaud, 1998, p. 69 76.18 Isabelle Luciani, « Écrire pour laisser trace : les recueils manuscrits de François Rebatu (15881662),Annales e e du Midi Plumes singulières, écrits de soi (XVI XVIII siècle), tome 122, n°270, avriljuin 2010, p. 177196 19 Sarah Andrieu, «Le métier d‟entrepreneur culturel au Burkina Faso. Itinéraire et conditions de la réussite d‟un professionnel du spectacle vivant »,Bulletin de l’APADn°3738, p. 5569. 20 Catherine Atlan, « Ecriture et (re)construction de soi chez Léopold Sédar Senghor (1906 2001) », intervention à la Journée d‟étudesEcriture, souffrance, trouble(s) de soi, organisée le 5 juin 2009 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l‟Homme (AixenProvence) par Isabelle Luciani (Telemme) et Valérie Piétri (CMMC). 21 Corinne Lanzarini,Survivre dans le monde sousprolétaire, Paris, PUF, 2000. 22  Marcelle BourdetteDonon,La tentation autobiographique ou la genèse de la littérature tchadienne, L‟Harmattan, 2002.
Ce questionnement est inséparable d‟une sociologie des récits de soi.Quels sont les individus qui peuvent élaborerou s‟autorisent à élaborer –de tels retours réflexifs sur eux mêmes ? Claude F. Poliak a démontré les contraintes sociologiques qui pèsent sur les 23 dispositions à « parler de soi » : la subordination retient le geste autobiographique ; mais l‟assurance des groupes dominants le maintient dans les valeurs du groupe, comme les mémoires nobiliaires de l‟époque moderne. Au contraire, l‟attestation de soi intervient comme une revendication de dignité. C‟est le cas dans les autobiographies d‟artisans espagnols du e XVI siècle, citoyens cultivés de la cité, pourtant en position subordonnée dans toutes les 24 hiérarchies . C'est le cas également, dans l'Afrique coloniale française, des "semiélites" colonisées, constituant dans les années 1930 à 1950 une sorte de prolétariat intellectuel 25 urbain , affirmant ses compétences dans une écriture personnelle allant du journal intime aux pièces de théâtres, diffusées d‟abord dans des «cercles de lecture » locaux. Cette analyse des inégales dispositions au récit de soi se pose aussi en termes degenre, par exemple lorsqu‟elle émerge dans des communautés déjà marquées par une narration collective intense. C‟est le 26 cas de l‟écriture féminine dans les livres de raison de l‟époque moderneencore des ou 27 journaux de femmes juives en Palestine en 18801939 . Cette insertion dans un collectif rappelle le poids des injonctions sociales susceptibles d‟imposer une forme légitime au récit de soi, de la confession aux rédactions scolaires, en passant par ces formes d‟aveux qui, dans les régimes autoritaires, soulignent l‟enjeu politique que revêt l‟autonomie du sujet dans la configuration morale de sa propre existence. Sous la Terreur révolutionnaire, cette injonction au récit de vie est d‟abord pensée, à travers les « conduites politiques » des suspects, comme un Droit de tout homme à se défendre ; elles permettent de mesurer l‟incorporation des modèles politiques mais aussi les écarts 28 potentiels . Des normes collectives à la construction d‟une réflexivité critique, attestant de valeurs légitimes et de formes d‟actions, quel degré d‟émancipation peut alors s‟opérer dans ces récits de soi ? La procédure de justification de soi, associée à un positionnement social, faitelle de 29 tout récit de soi « une forme de sociologie spontanée » ? Dans les écritures quotidiennes, 30 31 l‟invention de dispositifs graphiquespermet une forme d‟appropriation de l‟expérience; 23 Claude .F. Poliak, «Manières profanes de „parler de soi‟»,Genèse,47, juin 2002, p. 420. 24 James S. Amelang,The flight of Icarus : artisan autobiography in early modern Europe, Stanford University Press, Stanford, Calif. 1998 25 Catherine Atlan, « Élections et pratiques électorales au Sénégal (19401958). Histoire sociale et culture de la décolonisation», thèse de doctorat d‟histoire soutenue en décembre 2001 sous la direction d‟E. M‟Bokolo (CemafAix, EHESS, MMSH, AixenProvence) ; JeanHervé Jezequel, «Les “Mangeurs de craies” : Sociohistoire d'une catégorie lettrée à l'époque coloniale. Les instituteurs diplômés de l'École normale William Ponty (19001960)», thèse de doctorat d‟histoire soutenue sous la direction d‟E. M‟Bokolo en décembre 2002 (CEMAF, EHESS). 26 e Valérie Piétri, « Le livre de raison en Provence au XVIII siècle : entre livre de compte et livre de famille », Provence historique, t. LIV, fasc. 217, juilletaoûtseptembre 2004, p. 315328 ; Sylvie Mouysset, "De mémoire, d‟action et d‟amour: les relations hommes/femmes dans les écrits du for privé au XVIIe siècle”,Revue XVIIe siècle, avr.juin 2009, n°244, p. 393408. 27 Cf. Les travaux réalisés par Isabelle LacoueLabarthe depuis sa thèse surLes pionnières de Palestine (1904 1939). Etude d'un mythe national, soutenue en 1997 à l‟Université Paris VII Denis Diderot sous la direction de Sonia DayanHerzbrun. 28  Jacques Guilhaumou, « Conduites politiques de Marseillaises pendant la Révolution française »,Provence Historique,186, octobredécembre 1996, p. 471489. 29 Claude F. Poliak,op. cit.30 Jack Goody,La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage (trad. fr. de "The Domestication of the Savage Mind", 1977)Paris, Minuit, 1979. 31  «Aïssatou MbodjPouye,Tenir un cahier dans la région cotonnière du Mali. Support d'écriture et rapport à soi »,Annales. Histoire, SciencesSociales, 64e année, juilletaoût, n° 4 (n° spécialAfriqueCultures écrites en , coord. Eloi Ficquet, A. MbodJPouye ), 2009, p. 855885 ; Isabelle Luciani,«‘Car les ungs et les aultres m’accablent de peyne…’», op. cit.
mais c‟est aussi l‟affirmation d‟un «je» de plus en plus assuré dans l‟écriture qui affirme 32 l‟autonomie croissante d‟un jugement légitime et ébauche les contours d‟une société civile. Dans l'Afrique coloniale, nombreux sont les exemples d'injonctions d'écriture au creux desquelles l‟individu construit sa capacité réflexive. C‟est le cas des enquêtes diligentées par l'administration coloniale de l'AOF dans les années 1930, en direction des instituteurs africains ou des "femmes lettrées", et où s‟affirment, derrière des questionnaires longs et 33 minutieux, des individus capables de conscience critique pour la situation coloniale . En Syrie, aujourd‟hui, c‟est la mise en commun d‟une expérience vécue qui permet aux femmes de Damas, au contact des Irakiennes réfugiées, departiciper d‟un processus d‟identification impliquant à la fois une conscience féminine et une conscience politique, comme le montre la réflexion engagée par Randi Deguilhem dans le filmParoles de Syriennes, présenté 34 récemment à la MMSH . Mais ce dernierexemple souligne aussi l‟importance du chercheur sur le récit de soi tel qu‟il advient lors de l‟enquête et à la configuration duquel il contribue de manière décisive.Une rencontre méthodologique, des rencontres scientifiques Ce projet mobilise des terrains différents à des époques différentes ; des démarches extrêmement diverses, de l‟approche herméneutique du texte aux récits coconstruits dans l‟entretien; et des écritures savantes également distinctes, de l‟article scientifique au montage documentaire. Il sera donc également une rencontre de méthodes, associant plusieurs disciplines dans une réflexion épistémologique somme toute commune, en dépit de la diversité des méthodologies et des précautions qui leur sont associées: l‟implication de l‟interprète dans le récit de soi qu‟il reconstruit toujours, nécessairement, audelà du dit explicite du témoin. La place du concept d‟agencyen sociologie du développement souligne 35 par exemple les enjeux sociopolitiques du questionnement . Cette démarche soustend les rencontres scientifiques prévues en 2011. Après deux journées d‟études tenuesà laMMSHles19 et 20 mai 2011,un workshop surLe récit de soi er comme compétence : formes, espaces, temporalitéssera organisé les30 septembre et 1 octobre 2011àDamascollaboration avec en l’IFPO etl’Université de Damas. Il interrogera la construction différenciée des formes du récit de soi avec la volonté de dépasser tant l‟historicisme d‟une évolution continue vers le «Soi» qu‟un culturalisme assignant à telle époque ou telle aire culturelle une forme spécifique de subjectivité. Un questionnaire commun posera les bases du travail collectif (mots, formes, contextes).
32 JeanMarie Goulemot, Les pratiques littéraires ou la publicité du privé», dans Philippe Ariès, Georges Duby (dir.),Histoire de la vie privée,.Paris. l986, tome 3p. 371405 ; Isabelle Luciani, «Écrire pour laisser trace…», art. cit.33  J.H. Jezequel,op. cit.; Pascale Barthélemy,Africaines et diplômées à l’époque coloniale (19181957), Presses Universitaires de Renne, 2010. 34 Paroles de Syriennes(en français, soustitré en anglais), film documentaire conçu et réalisé par Randi Deguilhem en association du programme,Filmer les Mondes Arabe et Musulman(FMAM), IREMAM, Aixen Provence, film de 42 minutes, 2011. 35  NormanLong, « Du paradigme perdu au paradigme... retrouvé ? Pour une sociologie du développement orientée vers les acteurs. »,Bulletin de l'APAD, 7,1994, mis en ligne le 13 décembre 2007, Consulté le 29 octobre 2010. URL : http://apad.revues.org/2183.