SEMINAIRE REGIONAL SUR LA GESTION DEMOCRATIQUE DES ...

SEMINAIRE REGIONAL SUR LA GESTION DEMOCRATIQUE DES ...

-

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : la période
  • cours - matière potentielle : du présent séminaire
COMMUNE DE DIZANGUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Tél : (237) 99 91 05 13 Paix – Travail- patrie Maire : Commune : Boîte postale 28 Dizangue Cameroun SEMINAIRE REGIONAL SUR LA GESTION DEMOCRATIQUE DES TERRITOIRES 24 – 25 SEPTEMBRE 2011, POINTE NOIRE, CONGO EXPOSE : LE PROJET DE DEVELOPPEMENT DU TOURISME DURABLE DANS LA COMMUNE DE DIZANGUE Présenté par : Monsieur BIKOE Samuel Maire de la Commune de Dizangue Septembre 2011 Conception et réalisation : SALS AFRIQUE BP : 30 353 Yaoundé, Cameroun.
  • commune ouverte
  • commune de dizangue republique du cameroun tél
  • ressources touristiques
  • projet de développement du tourisme durable dans la commune de dizangue
  • commune de dizangue
  • gestion des activités touristiques
  • population
  • populations
  • cadre
  • cadres
  • projet
  • projets

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 47
Signaler un problème
COMMUNE DE DIZANGUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN  Tél : (237) 99 91 05 13 Paix – Travail patrie Maire :sambikoe@yahoo.frCommune :comdizangue@yahoo.frBoîte postale 28 Dizangue Cameroun SEMINAIRE REGIONAL SUR LA GESTION DEMOCRATIQUE DES TERRITOIRES 24 – 25 SEPTEMBRE 2011, POINTE NOIRE, CONGO  EXPOSE : LE PROJET DE DEVELOPPEMENT DU TOURISME  DURABLE DANS LA COMMUNE DE DIZANGUE  Présenté par : Monsieur BIKOE Samuel  Maire de la Commune de Dizangue  Septembre 2011 Conception et réalisation : SALS AFRIQUE BP : 30 353 Yaoundé, Cameroun. Email : elimbie@yahoo.co.uk
SOMMAIRE INTRODUCTION I  BREVE PRESENTATION DE LA COMMUNE DE DIZANGUE 1.1 Situation géographique 1.2 Population 1.3 Principales activités II PRESENTATION DU PROJET DE DEVELOPPEMENT DU TOURISME DURABLE 2.1 Le contexte 2.2 Les ressources touristiques de la Commune 2.3 Les objectifs 2.4 Les acteurs 2.5 La conception du projet 2.6 Le financement 2.7 La mise en œuvre du projet 2.8 Les difficultés rencontrées CONCLUSION
1
INTRODUCTION  La Commune de Dizangue est très honorée d’avoir été invitée à prendre part au présent séminaire régional sur «la gestion démocratique des territoires», organisé ici à Pointe Noire au Congo par le Projet de Renforcement des Capacités des Collectivités Locales du Cameroun et du Congo et de leurs Associations Nationales (PARECC). Pour cela, elle adresse à cette organisation, par ma voix, ses remerciements appuyés, ce d’autant que les organisateurs ont eu l’amabilité de lui donner l’opportunité de faire connaître son projet de développement du tourisme durable.  Il s’agit, en réalité, d’un projet qui se situe dans sa phase de conception mais dont l’intérêt s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la décentralisation au Cameroun par les pouvoirs publics.En effet, ce projet est l’un des tout premiers à voir le jour dans ce contexte dans notre pays au moment ou l’administration camerounaise opère progressivement le transfert de compétences et de moyens aux collectivités territoriales décentralisées. C’est un processus qui ne va pas sans difficultés et nous osons espérer que l’expérience de la Commune de Dizangue puisse bénéficier des apports nouveaux au cours du présent séminaire. Pour vous en parler, notre communication couvrira trois parties, à savoir : Brève présentation de la Commune de Dizangue ; Présentation du projet de développement du tourisme durable ; Présentation d’un film thématique de cinq minutes sur les ressources touristiques de la commune. I. BREVE PRESENTATION DE LA COMMUNE DE DIZANGUE 1.1Situation géographique  Créée en 1977 et couvrant une superficie de 542 km2, la Commune de Dizangue est située au Cameroun, dans la région du Littoral, département de la Sanaga Maritime, arrondissement de Dizangue.Elle bénéficie d’une situation géographique très favorable sur l’axe stratégique Douala Yaoundé dans la mesure où elle se trouve à : 13 Kms de la ville d’Edéa, capitale industrielle ; 60 Kms de Douala, capitale économique ; 120 Kms de Kribi, cité balnéaire ; 190 Kms de Yaoundé, capitale politique et siège des institutions. 1.2 Population La Commune de Dizangue a une population estimée à 50 000 habitants répartie sur 34 villages et quartiers. Il s’agit d’une population cosmopolite, multiethnique et pluriculturelle, composée des populations autochtones, allogènes et étrangères, qui font de notre localité une commune ouverte au Cameroun et au monde. 1.3 Principales activités La Commune abrite deux des plus importantes sociétés d’exploitations agro industrielles du pays :
2
la SAFACAM, spécialisée dans l’hévéaculture et le palmier à huile .Il convient de signaler, au passage, que Dizangue fut la capitale africaine de l’hévéaculture à ème la fin du 19 siècle ; La SOCAPALM, spécialisée dans la culture du palmier à huile.  En marge des activités de ces sociétés, qui constituent la plus grande source d’emplois formels de la localité, les populations vivent, d’une part, des activités de pêche artisanale dans le Lac OSSA, le plus grand lac naturel du Cameroun, ou sur le fleuve Sanaga, le plus long fleuve du Cameroun (520 Kms), qui arrose la Commune sur 8 Kms environ et , d’autre part, de l’agriculture de subsistance pratiquée sur de petites parcelles de terres villageoises non occupées par les sociétés susmentionnées.  Notre commune présente par conséquent l’identité d’une cité agroindustrielle, qui se développe dans un environnement rural doté de ressources naturelles importantes. II. PRESENTATION DU PROJET DE DEVELOPPEMENT DU TOURISME DURABLE 2.1Le contexte ème Depuis la fin du 19 siècle, les sociétés agroindustrielles installées dans la Commune de Dizangue ont contribué au développement social et économique de la localité. C’est ainsi que de nombreux emplois ont été créés au bénéfice des populations locales. En raison de la croissance rapide de cette population, ellemême due à de nombreux facteurs et notamment à l’importation d’une main d’œuvre abondante bon marché, la capacité des sociétés agro industrielles suscitées à résorber le chômage s’est considérablement réduite. Par ailleurs, ces sociétés sont souvent confrontées à des actes de vol de leurs productions, ainsi qu à des revendications d’ordre communautaire portant notamment sur la disponibilité des terres agricoles.  Dans le même ordre d’idée, et en raison de la surexploitation des ressources halieutiques du Lac OSSA par les populations riveraines, la production halieutique a considérablement baissé, entraînant ainsi de nombreuses incapacités au sein de très nombreuses familles dépendantes des activités de pêche.  Enfin, en dépit de la présence sur son territoire des sociétés agroindustrielles suscitées, la Commune de Dizangue reste une institution modeste sur le plan budgétaire, sa principale source de recettes étant les centimes additionnels communaux.  Ce contexte social, écologique et financier peu favorable se trouve fort heureusement en présence d’un contexte légal et réglementaire favorable au développement des collectivités territoriales décentralisées. En effet, depuis 1996, les pouvoirs publics camerounais ont mis en place un cadre législatif, réglementaire et institutionnel à cet effet. Il s’agit notamment de: la loi constitutionnelle no 96 /06 du 18 janvier 1996, qui dispose en son article premier, alinéa 2, que « La République du Cameroun est un Etat unitaire et décentralisé. »
3
la loi no 2004/ 017 du 22 juillet 2004 d’orientation de la décentralisation, qui en son article 2, alinéa 1,dispose que « La décentralisation consiste en un transfert par l’Etat, aux Collectivités territoriales décentralisées, (…), de compétences et de moyens appropriés. » Conformément à l’article 3, alinéa 1 de cette loi, « les Collectivités territoriales de la République sont les régions et les communes. » la loi no 2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes qui dans ses dispositions relatives aux compétences transférées, mentionne notamment :  la mise en valeur des sites touristiques communaux ;   l’appui aux microprojets générateurs de revenus et d’emplois ;   l’organisation d’expositions commerciales locales ;   le suivi et le contrôle de gestion des déchets industriels ;   les opérations de reboisement et la création de bois communaux ;   la création, l’entretien et la gestion des espaces verts, parcs et jardins d’intérêt communal ;   etc.. la loi no 99/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique et son décret d’application no 99/443/PM du 25 mars 1999. Il ressort des dispositions de ces textes que « L’office de tourisme est un établissement public communal ou régional chargé de promouvoir le tourisme dans une collectivité territoriale décentralisée. » Par ailleurs, les missions de l’office de tourisme concernent : l’accueil, l’information et la promotion du tourisme ; la sensibilisation ; l’animation ; la coordination des partenaires au développement du tourisme ; le développement et la gestion des activités touristiques ; et l’élaboration de la politique touristique locale. Le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), Cadre de référence de l’action gouvernementale pour la période 20102020. Les objectifs généraux de cette stratégie sont : relancer la croissance, créer des emplois et réduire la pauvreté. 2..2 Les ressources touristiques de la commune Les ressources touristiques naturelles le fleuve Sanaga et ses paysages luxuriants et ilôts les bancs de sable du fleuve les plages du fleuve les plantations agroindustrielles (hévéa, palmier à huile) le Lac OSSA, réserve de faune de 4 000 ha, territoire du lamantin les îles et les plages du Lac OSSA la biodiversité du Lac  Les ressources touristiques à caractère historique les Trois Ponts (pré et post indépendance) la Tombe de Henri CHAMAULTE, bâtisseur de Dizangue les tombes des Chefs traditionnels l’implication de Dizangue dans l’esclavage et la traite négrière en tant que comptoir, entrepôt et port de transit des esclaves ;  Les ressources à caractère culturel l’organisation des courses de pirogues dans le Lac la pêche traditionnelle
4
les villages de pêcheurs dans le Lac les musiques et danses traditionnelles l’artisanat local etc. Toutes ces ressources prédisposent notre commune à voir se développer plusieurs formes de tourisme : l’ écotourisme ; l’agrotourisme ; le tourisme culturel et du patrimoine ; le tourisme fluvial ; le tourisme lacustre etc. 2.2les objectifs  Tenant compte des objectifs du DSCE assignés au secteur du tourisme au cours de la période 20102020, notamment doubler la demande touristique internationale, créer et renforcer les cadres institutionnels de promotion du tourisme, développer des sites touristiques à fort potentiel de développement, développer le tourisme intérieur,etc., le projet de développement du tourisme durable de la Commune de Dizangue vise à : assurer la valorisation des ressources naturelles et la préservation de ces dernières ; valoriser le patrimoine culturel et historique ; créer des emplois au bénéfice des populations locales; assurer des ressources budgétaires supplémentaires à la Commune ; réduire la pauvreté.  Fondé sur la compréhension du tourisme durable tel que défini par l’Organisation Mondiale du Tourisme, et compte tenu des nouvelles compétences assignées aux communes dans le cadre de la décentralisation, ce projet vise à préserver toutes les ressources afin que les besoins des touristes actuels et futurs ainsi que ceux des populations locales et des générations futures soient comblés .D’ ou l’implication et la participation étroite des populations locales. 2.4les acteurs   le gouvernement camerounais à travers les départements ministériels concernés   la Commune de Dizangue   les populations locales   les opérateurs touristiques et économiques   la société civile 2.5la conception du projet Origine : Le projet est une initiative du conseil municipal de la Commune de Dizangue sous l’impulsion du Maire ; Descriptif : Sous réserve des résultats des études à mener, le projet inclut les axes suivants :  la mise en placede l’office communal du tourisme le recrutement et la formation des personnels de l’officel’information et la sensibilisation des populations et des opérateurs touristiquesl’aménagement des voies d’accès aux sites touristiquesla construction des infrastructures (ponceaux, débarcadères, etc..)l’équipement des sites touristiquesl’aménagement et etc.
5
Notre vision est de faire de la Commune une destination touristique en tant que zone d’aménagement touristique. 2.6Financement l’Etat les bailleurs de fonds la Commune le FEICOM (Banque des communes au Cameroun) etc. 2.7Mise en œuvre du projet  Les étapes du projet   Décembre 2007 : la délibération portant création d’un office de tourisme est votée et approuvée par les autorités administratives ;par le conseil municipal  20102011 : les travaux de construction de l’office démarrent sur financement du FEICOM ;  Août 2010 : le Maire soumet l’idée de projet au Ministre de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du Territoire et sollicite la contribution de son département pour le financement du projet ;  Mars 2011, le Ministre de l’ Economie marque l’accord de son département ministériel pour la réalisation du projet ;  Mars 2011 : une mission multisectorielle conduite par le MINEPAT se rend à Dizangue pour dresser un état des lieux des potentialités et opportunités touristiques de la Commune ;  Juin juillet 2011 : tenue des réunions multisectorielles au MINEPAT (MINEPAT, MINTOUR, MINEP, MINFOF, Commune de Dizangue) en vue de l’élaboration des termes de référence de l’étude du projet. Il est prévu le lancement d’un appel d’offres en vue de la réalisation de cette étude. 2.8Difficultés rencontrées Les difficultés rencontrées sont de plusieurs ordres, notamment :   le manque de personnels qualifiés à la Commune par rapport à ce projet ;   la lisibilité de l’action de l’Etat reste partielle ;   la non harmonisation des interventions des diverses administrations concernées ;   la faiblesse des moyens budgétaires de la Commune ;   etc. CONCLUSION  Le projet de développement du tourisme durable dans la Commune de Dizangue montre à suffisance que l’Etat et les collectivités territoriales décentralisées conjuguent leurs efforts en vue de mettre en œuvre la décentralisation au Cameroun. Dans le cadre de cette
6
entreprise, il reste que les collectivités territoriales font face à un certain nombre de difficultés qu’il conviendrait d’identifier et de résoudre afin qu’elles assurent pleinement leurs rôles.  Par ailleurs, les pouvoirs publics devraient harmoniser les interventions de ses diverses administrations dans ce processus .Enfin, il apparaît nécessaire de mettre en place des normes de collaboration entre les pouvoirs publics et les collectivités territoriales dans la réalisation des projets. .
7