Thème : Qu

Thème : Qu'est-ce que l'économie industrielle ?

-

Documents
8 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • exposé
1 UNIVERSITÉ OUAGA II UNITÉ DE FORMATION ET DE RECHERCHE EN SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION (UFR/SEG) Cours d'économie industrielle, 2008-2009, 4ème année de sciences économiques, option économie et gestion des entreprises et des organisations (EGEO) Professeur : Seglaro Abel SOMÉ Thème : Qu'est-ce que l'économie industrielle ? Exposé présenté le 8 septembre 2009 par les étudiants : Souleimane DABILGOU Oumarou GUIRO Koumbou Sylvain SOMÉ PLAN Introduction I- HISTORIQUE II- DOMAINES D'APPLICATION III- DEFINITION ET METHODOLOGIE 1- Définition 2- Méthodologie Conclusion
  • gestion des entreprises et des organisations
  • réalités exactes des entreprises
  • stratégies des agents du système productif
  • allant dans le sens du développement
  • prix efficience de la production efficience allocative
  • choix du produit entente
  • economie industrielle
  • économie industrielle
  • analyses
  • analyse
  • performances
  • performance

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 425
Langue Français
Signaler un problème
UNIVERSITÉ OUAGA II UNITÉ DE FORMATION ET DE RECHERCHE EN SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION (UFR/SEG) Cours d'économie industrielle, 20082009, 4ème année de sciences économiques, option économie et gestion des entreprises et des organisations (EGEO) Professeur : Seglaro Abel SOMÉ
Thème : "Qu'estce que l'économie industrielle ?" Exposé présenté le 8 septembre 2009 par les étudiants :
Souleimane DABILGOU Oumarou GUIRO Koumbou Sylvain SOMÉ PLAN Introduction I HISTORIQUE II DOMAINES D'APPLICATION III DEFINITION ET METHODOLOGIE 1 Définition 2 Méthodologie Conclusion
1
INTRODUCTION e Au début du 20 siècle, et encore plus nettement depuis la seconde guerre mondiale, l'économie industrielle (E I) a connu un remarquable essor ; celuici correspond tout autant à un souci de rejet des schémas théoriques mal adaptés pour rendre compte de la réalité industrielle qu'à un besoin de forger des instruments opératoires nouveaux dans le cadre des théories radicalement nouvelles. En ce moment, il était déjà clair que les constructions théoriques dominantes telles que les théories classiques et néo classiques n'intégraient pas vraiment les caractéristiques de la réalité industrielle, encore moins les nouvelles. Alors, l'on s'interroge sur ce qu'est cette discipline qui va intégrer les nouvelles caractéristiques de la réalité industrielle ? Une analyse des principales étapes du développement de l'EI permettra de mieux savoir la nature des démarches empruntées et l'ampleur des controverses et débats de toutes sortes qui ont marqué son essor. Ensuite, seront présentés les différents domaines d'application de l'EI. Enfin, viendront un essai de définition et une description de ses méthodes.
2
I HISTORIQUE Il serait fondamentalement injuste de passer sous silence les apports déterminants des auteurs tels JB SAY (France), LIST (Allemagne) qui ont consacré d'importants développements à l'analyse des premiers systèmes industriels, mais il est incontestablement vérifié qu'A. Marshall (GrandeBretagne) est le père de l'EI. En effet, dans ses principaux ouvrages, il étudie l'organisation industrielle, ie cette forme d'entreprise nouvelle qui vient remplacer la manufacture et lui est très supérieure en efficacité. Il analyse concrètement cette nouvelle organisation du travail et de la production et en déduit certains concepts permettant de comprendre la domination de certaines firmes sur d'autres (price making etprice taking firms). Ses observations empiriques débouchent sur la théorie de l'équilibre partiel, construite à partir de la firme représentative. Alors, il présente une analyse des phases de développement des industries et s'efforce d'intégrer les apports des écoles descriptives dans un ensemble de développement théorique plus complexe, de façon à créer un cadre réaliste d'analyse, d'inspiration à la fois classique et néoclassique. La démarche d'A. Marshall révèle déjà très bien ce que sera par la suite toute la démarche de l'EI. Elle ne constitue pas en effet une stricte rupture par rapport à l'analyse qui sera dominante. Elle correspond seulement au souci de confronter les prédictions de l'économie pure avec les faits quotidiens. Malheureusement certains auteurs (ses successeurs) vont progressivement faire perdre à cette démarche marshallienne son souci d'intégrer les faits dans un cadre théorique plus vaste simplifiant l'analyse d'une manière drastique, pour donner l'allure d'un système plus rigoureux, plus scientifique mais bien appauvri.
3
II DOMAINES D'APPLICATION
L'EI est un schéma de description ainsi qu'un outil de précision et d'action susceptible de servir à différents acteurs de la vie économique : aux entreprises, pour connaître le cadre contraignant et contingent dans lequel elles effectuent leur calcul économique et prennent leurs décisions stratégiques ; aux pouvoirs publics, pour apprécier la contribution d'une industrie donnée à la réalisation des grands équilibres macroéconomiques et les possibilités d'y apporter des inflexions ; aux banques et aux autres apporteurs de capitaux, pour se forger une opinion sur la rentabilité et la solvabilité présente et à venir des firmes engagées dans un secteur d'activité ; aux fournisseurs de biens et services, dont l'activité est étroitement liée à un secteurclient, pour estimer le rapport de forces dans lequel ils sont placés face à leurs clients et pour apprécier le potentiel de croissance de leurs débouchés ; aux syndicats professionnels, pour estimer l'efficacité du fonctionnement de leur industrie, sa capacité à résister à la concurrence étrangère ;
aux syndicats de salariés, pour apprécier la création et la répartition des richesses émanant de leur industrie ; et plus généralement, à toute personne intéressée à comprendre le fonctionnement concret de telle ou telle industrie. Que peuton dire pour saisir vraiment ce qu'est cette discipline d'Economie Industrielle ?
4
III DEFINITION ET METHODOLOGIE 1 Définition Pour définir l'EI on peut d'abord dire ce qu'elle n'est pas : l'EI n'est ni de la microéconomie, ni de la gestion, même si ses affinités sont grandes avec ses disciplines et si ses spécialités y puisent une grande partie de leurs aspirations. Son objet général est l'analyse de l'activité économique approchée sous l'angle de l'analyse de la production ; de façon plus précise, elle est l'analyse des modalités de mise en valeur du capital. Cela signifie que l'économie industrielle est la branche de la théorie économique qui a pour objet d'étudier principalement les stratégies des agents du système productif et leurs déterminants, ainsi que les rapports qu'ils entretiennent entre eux et avec leur environnement le plus large ; le fonctionnement du système productif qu'ils contribuent à structurer en permanence, et ses modalités de transformation, le contenu et la portée de ce système et ses performances.
En un mot, l'EI est la partie des sciences économiques qui étudie le fonctionnement des industries et des entreprises en tenant compte des phénomènes d'information imparfaite, d'incertitudes, de coûts de transaction, barrières à l'entrée, etc. "Industrie" signifie dans ce cadre, "marché", c'estàdire, un ensemble d'entreprises en concurrence pour offrir un bien ou un service. Mais comment procède l'EI dans ses analyses ? 2 Méthodologie La méthode de l'EI repose sur une construction abstraite, une théorie, une chaîne de raisonnement souvent qualifiée de paradigme de l'EI : il s'agit de l'enchaînement
5
logique condition de basestructurecomportementperformance (SCP). Cette méthode traditionnelle de l'EI est un paradigme au sens où elle organise une
démarche et un ensemble de propositions admises par l'ensemble des personnes concernées par ce domaine théorique, à défaut de susciter un consensus intime.
Le paradigme SCPConditions de base Demande Offre Elasticité de la demande Technologie Substituts Matières premières Facteurs saisonniers Syndicalisation Taux de croissance Durée de vie du produit Position géographique Position géographique Commandes groupées Economie d'échelle Méthode d'achat Economie d'envergure
Structure Nombre d'acheteurs et de vendeurs Barrières à l'entrée Différenciation des produits Intégration verticale Diversification
Comportement Publicité Recherche et développement Fixation des prix Investissements Tactiques juridiques Choix du produit Entente Profits
Performance Prix Efficience de la production Efficience allocative Equité Qualité du produit Progrès technique Entente Pr it
Politique gouvernementale Réglementation Politique antitrust Barrières à l'entrée Taxes et subventions Incitations à l'investissement Incitations à l'emploi
6
CONCLUSION L'étude théorique du concept d'EI nous a montré que les différentes théories avant cette discipline ne répondaient pas aux réalités exactes des entreprises. L'EI quant à elle, intègre exactement les réalités des entreprises et s'applique à plusieurs domaines allant des entreprises à toute personne intéressée à comprendre le fonctionnement des industries. Son raisonnement est qualifié de paradigme qui est un enchainement logique condition de base SCP. Pour nous, futurs décideurs et acteurs du développement, l'EI nous permettra de mieux comprendre les différentes situations interactions qui existeront entre nous et nous servira d'outils efficaces pour toutes décisions allant dans le sens du développement de nos affaires et du pays en général.
7
Sources bibliographiques 1) ANGELIER J.P. (2002),Economie industrielle. Une méthode d'analyse sectorielle, 3ème édition, Presses universitaires de Grenoble 2) CHEVALIER J.M. (sous la direction) (1995),L'économie industrielle des stratégies d'entreprises, Montchrestien 3) MORVAN Y. (1991),Fondements d'économie industrielle, 2ème édition, Economica 5) RAINELLI M. (1998),Economie industrielle, 3ème édition, Dalloz
8