La déréglementation et son impact sur lorganisation de l ...

La déréglementation et son impact sur lorganisation de l ...

Documents
342 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

UNIVERSITE MONTPELLIER I
FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES
Ecole Doctorale « ECONOMIE GESTION »
Equipe d’accueil : CREDEN - LASER



LA RESTRUCTURATION DES INDUSTRIES GAZIERES
AMERICAINE ET BRITANNIQUE :
LA REGLEMENTATION DE LA CHARGE D’ACCES
AUX RESEAUX DE GAZODUCS

THESE POUR LE DOCTORAT
ès Sciences Economiques

Formation Doctorale :
Politiques Economiques : Macrodynamique et Analyse des Décisions Publiques

Groupe des Disciplines Sciences Economiques du CNU
Section 05
Par
Laurent DAVID
Jury :
- Monsieur Jean-Marie CHEVALIER, Professeur à l’Université Paris IX Dauphine (Rapporteur)
- Monsieur Philippe LE BITOUX, Chargé de mission, Direction Transport de Gaz de France
- Monsieur Christian MONTET, Professeur à l’Université Montpellier I
- Monsieur Jacques PERCEBOIS, Professeur à l’Université Montpellier I (Directeur de thèse)
- Monsieur Yves SMEERS, Professeur à l’Université Catholique de Louvain (Rapporteur)

28 Octobre 2000












« La faculté n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans
cette thèse ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur »
Sommaire

INTRODUCTION GENERALE .......................................................................................................1
PREMIERE PARTIE : LES EXPERIENCES AMERICAINE ET BRITANNIQUE DE
DEREGLEMENTATION
CHAPITRE 1 LA DEREGLEMENTATION ET SON IMPACT SUR L’ORGANISATION DE
L’INDUSTRIE GAZIERE ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 224
Langue Français
Signaler un problème
UNIVERSITE MONTPELLIER I FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES Ecole Doctorale « ECONOMIE GESTION » Equipe d’accueil : CREDEN - LASER LA RESTRUCTURATION DES INDUSTRIES GAZIERES AMERICAINE ET BRITANNIQUE : LA REGLEMENTATION DE LA CHARGE D’ACCES AUX RESEAUX DE GAZODUCS THESE POUR LE DOCTORAT ès Sciences Economiques Formation Doctorale : Politiques Economiques : Macrodynamique et Analyse des Décisions Publiques Groupe des Disciplines Sciences Economiques du CNU Section 05 Par Laurent DAVID Jury : - Monsieur Jean-Marie CHEVALIER, Professeur à l’Université Paris IX Dauphine (Rapporteur) - Monsieur Philippe LE BITOUX, Chargé de mission, Direction Transport de Gaz de France - Monsieur Christian MONTET, Professeur à l’Université Montpellier I - Monsieur Jacques PERCEBOIS, Professeur à l’Université Montpellier I (Directeur de thèse) - Monsieur Yves SMEERS, Professeur à l’Université Catholique de Louvain (Rapporteur) 28 Octobre 2000 « La faculté n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans cette thèse ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur » Sommaire INTRODUCTION GENERALE .......................................................................................................1 PREMIERE PARTIE : LES EXPERIENCES AMERICAINE ET BRITANNIQUE DE DEREGLEMENTATION CHAPITRE 1 LA DEREGLEMENTATION ET SON IMPACT SUR L’ORGANISATION DE L’INDUSTRIE GAZIERE NORD-AMERICAINE .....................................................................7 INTRODUCTION ..........................................................................................................................8 SECTION 1 LE CADRE REGLEMENTAIRE DE L’INDUSTRIE DU GAZ NATUREL .........................10 1.1. Les institutions en charge de la réglementation/déréglementation............................10 1.2. Le contexte d’avant 1982 ...........................................................................................11 1.3. Deuxième phase de la déréglementation : le décret 636............................................16 1.4. Une approche critique du processus de déréglementation gazière américain ..........20 SECTION 2 LES CONSEQUENCES DE LA DEREGLEMENTATION GAZIERE ................................25 2.1. Les réactions des acteurs de l’industrie gazière ........................................................26 2.2. De nouveaux marchés et de nouveaux contrats30 2.3. Les stratégies d’intégration........................................................................................43 2.4. Conclusion..................................................................................................................49 SECTION 3 LES QUESTIONS EN SUSPENS..................................................................................50 3.1. Au niveau du transport inter-Etats.............................................................................50 3.2. La déréglementation gazière au niveau des Etats......................................................53 3.3. Conclusion..60 SECTION 4 LES TARIFS DE TRANSPORT ET LEUR REGLEMENTATION.....................................61 4.1. Les relations entre le gazoduc et l’affréteur ..............................................................61 4.2. La méthode SFV .........................................................................................................64 4.3. Les modalités du contrôle tarifaire de la FERC ........................................................68 4.4. Les méthodes de réglementations alternative au cost plus pour les tarifs du transport gazier ................................................................................................................................76 4.5. Conclusion..................................................................................................................78 CONCLUSION DU CHAPITRE 1..................................................................................................80 1 CHAPITRE 2 L’ORGANISATION DE L’INDUSTRIE GAZIERE BRITANNIQUE ................83 INTRODUCTION ........................................................................................................................84 SECTION 1 LA DEREGLEMENTATION DE L’INDUSTRIE GAZIERE BRITANNIQUE.....................87 1.1. Les institutions en charge de la réglementation/déréglementation............................87 1.2. Avant 1986 : le contexte .............................................................................................89 1.3. Les principales étapes de la déréglementation ..........................................................91 1.4. Les enjeux réglementaires actuels............................................................................109 1.5. Bilan de la déréglementation gazière britannique ...................................................118 SECTION 2 LE PRICE CAP APPLIQUE AU TRANSPORT DU GAZ EN GRANDE-BRETAGNE........120 2.1. Les tarifs de transport ..............................................................................................120 2.2. Les principes de calcul d’un plafond calculé selon la méthode RPI-X....................134 2.3. La formule pour la période avril 1997 – mars 2002................................................137 2.4. Correction des plafonds en fonction des volumes réels ...........................................145 2.5. Comparaison des deux formules ..............................................................................147 CONCLUSION DU CHAPITRE 2................................................................................................155 DEUXIEME PARTIE : APPROCHE THEORIQUE DES REGLEMENTATIONS APPLIQUEES AUX TARIFS DU TRANSPORT DE GAZ NATUREL PAR GAZODUC CHAPITRE 3 L’INTERPRETATION THEORIQUE DES REGLEMENTATIONS TARIFAIRES APPLIQUEES AU TRANSPORT GAZIER EN GRANDE-BRETAGNE ET AUX ETATS-UNIS. ................................................................................................................................................159 INTRODUCTION ......................................................................................................................160 SECTION 1 LE MODELE DE REFERENCE ................................................................................164 1.1. Les hypothèses..........................................................................................................164 1.2. Le monopole non contraint.......................................................................................165 1.3. La maximisation du surplus global sous contrainte de l ‘équilibre budgétaire de la firme réglementée ...........................................................................................................167 1.4. Les surplus collectifs de référence ...........................................................................170 SECTION 2 LA REGLEMENTATION PAR LE COUT DU SERVICE ..............................................172 2.1. Définitions ................................................................................................................172 2.2. Avantages .................................................................................................................173 2.3. Les inconvénients .....................................................................................................181 2.4. Conclusions ..............................................................................................................189 2 SECTION 3 LA REGLEMENTATION PAR PLAFOND DE PRIX....................................................190 3.1. Les différentes formes de price cap dans un contexte statique ................................191 3.2. Les différentes formes de price cap dans un contexte dynamique ...........................204 3.3. Conclusion................................................................................................................216 SECTION 4 LA FRONTIERE ENTRE LE COUT DU SERVICE ET LE PLAFOND DE PRIX ..............219 4.1. La durée de la période régulatoire...........................................................................219 4.2. La prise en compte des coûts....................................................................................219 4.3. Conclusions ..............................................................................................................223 SECTION 5 LA FORMULE HYBRIDE APPLIQUEE AU TRANSPORT GAZIER BRITANNIQUE ......224 5.1. Evaluation de la formule hybride dans un contexte où la firme est myope..............225 5.2. La proportion β optimale lorsque la firme n’est pas myope....................................229 CONCLUSION DU CHAPITRE 3................................................................................................245 CHAPITRE 4 LA CHARGE D’ACCES OPTIMALE POUR UNE INDUSTRIE GAZIERE INTEGREE .............................................................................................................................249 INTRODUCTION ......................................................................................................................250 SECTION 1 LA REGLE ECP ET LE TRANSPORT DU GAZ NATUREL ........................................253 1.1. Le cadre des marchés contestables ..........................................................................253 1.2. La règle ECP ............................................................................................................261 1.3. Conclusion................................................................................................................268 SECTION 2 REGLEMENTATION DE LA CHARGE D’ACCES ET DU PRIX SUR LE MARCHE AVAL ............................................................................................................................................270 2.1. Le modèle d’ARMSTRONG, DOYLE et VICKERS ...........................................................270 2.2. Comparaison de la règle de RAMSEY-BOITEUX avec l’ECPR : efficacité allocative versus efficacité productive ............................................................................................274 2.3. Conclusion................................................................................................................276 SECTION 3 IMPACT DE LA CHARGE D’ACCES SUR L’EQUILIBRE D’UN DUOPOLE..................278 3.1. Les hypothèses générales .........................................................................................278 3.2. Concurrence à la BERTRAND.....................................................................................279 3.3. Concurrence à la COURNOT......................................................................................287 3.4. Conclusion297 CONCLUSION DU CHAPITRE 4................................................................................................299 CONCLUSION GENERALE........................................................................................................301 3 Introduction Générale Introduction Générale La réglementation des réseaux de transport et de distribution est l’enjeu principal des réformes réglementaires dont font l’objet les industries gazières. L’objectif global de ces est la mise en place de conditions propices au développement de la concurrence en amont, au niveau de la production, et surtout en aval, au niveau de la fourniture aux utilisateurs finals. La vente de la molécule gaz à ces derniers implique que les fournisseurs disposent d’un accès aux installations de transport gérées par les opérateurs historiques. L’ouverture de cet accès soulève deux questions essentielles qui structurent ce travail : l’opérateur historique doit-il maintenir son activité de fourniture ? Comment contrôler les tarifs du transport de gaz naturel par gazoduc qui demeure un monopole naturel ? La directive européenne du 22 juin 1998 relative au marché intérieur du gaz naturel prévoit que les états membres mettent en place les conditions d’un accès des tiers au réseau équitable pour les clients éligibles. En ce qui concerne la séparation des activités des entreprises exploitant les réseaux, la directive ne prévoit qu’une séparation comptable : « Les entreprises de gaz naturel intégrées tiennent, dans leur comptabilité interne, des comptes séparés pour leurs activités de transport, de distribution et de stockage de gaz naturel et, le cas échéant, des comptes consolidés pour les activités non liées au gaz comme elles devraient le faire si les activités en question étaient exercées par des entreprises distinctes, en vue d'éviter les discriminations, les subventions croisées et les distorsions de concurrence. Elles font figurer dans cette comptabilité interne un bilan et un compte de résultats pour chaque activité » (Directive 98/30/CE, Chapitre V « Dissociation comptable et transparence de la comptabilité », Article 13, alinéa 3). Les Etats membres peuvent donc conserver la structure intégrée de l’opérateur historique s’ils estiment que la séparation comptable est suffisante pour garantir la transparence de l’accès des tiers au réseau. En ce qui concerne l’accès proprement dit, la directive autorise l’accès négocié comme l’accès réglementé. Dans le cadre d’un accès négocié, les Etats membres doivent faire en sorte que les clients éligibles ou leurs fournisseurs, puissent négocier de bonne foi un accès au réseau (Directive 98/30/CE, Chapitre VI « Accès au réseau », Article 15, alinéa 1). Les exploitants de gazoducs sont tenus par la directive de publier chaque année les principales conditions commerciales pour l’utilisation du réseau (Directive 98/30/CE, Chapitre VI, 1 Introduction Générale Article 15, alinéa 2). Si les Etats membres optent pour un accès réglementé, ils sont tenus par la directive de « donner aux entreprises de gaz naturel et aux clients éligibles, intérieurs ou extérieurs au territoire couvert par le réseau interconnecté, un droit d'accès au réseau, sur la base de tarifs et/ou d'autres clauses et obligations publiés pour l'utilisation de ce réseau » (Directive 98/30/CE, Chapitre VI, Article 16). La Directive laisse donc toute latitude aux Etats membres pour contrôler les tarifs de l’accès des tiers au réseau. La transposition de la directive 98/30/CE dans chaque Etat membre laisse donc au législateur ou au régulateur national deux choix cruciaux : le degré de séparation verticale de l’opérateur historique et le type de contrôle appliqué aux tarifs de l’accès au réseau. L’objectif de notre travail est d’apporter des éléments susceptibles d’éclairer ces choix en nous fondant sur les expériences de déréglementation américaine et britannique que nous confronterons aux préceptes de la théorie économique en matière de réglementation et de tarification. Le choix de ces deux pays tient d’une part au recul qu’ils offrent en la matière puisqu’ils figurent parmi les premiers pays à avoir ouvert leurs marchés gaziers (1992 pour les États-Unis et 1986 pour la Grande-Bretagne) et d’autre part à l’opposition qui caractérise les choix de leur régulateur en matière de réglementation du transport gazier. Aux Etats-Unis, les tarifs du transport inter-Etat sont réglementés sur la base du coût du service. Les gazoducs doivent soumettre au régulateur des tarifs justifiés par les coûts que les services de transport entraînent. Le prix de l’accès incorpore également un rendement « juste et raisonnable » pour les actionnaires calculé sur la base d’un taux défini par le régulateur. Toute modification des tarifs doit être avalisée par le régulateur. La réglementation par price cap à laquelle est soumise l’opérateur du réseau gazier britannique (Transco) consiste pour le régulateur à fixer un prix plafond à la firme pour une période de plusieurs années. Dans ce cadre réglementaire, la firme reste libre de fixer ses tarifs tant qu’elle respecte ce plafond. Au-delà de la différence du mode de contrôle tarifaire, le contraste entre l’approche britannique et l’approche américaine tient aussi à séparation des activités assurées par les transporteurs. Aux États-Unis, le texte instaurant l’ATR (le décret 636) prévoit une séparation totale du transport et de la fourniture. Au Royaume-Uni, au contraire, British Gas est restée intégrée verticalement 10 ans après l’ouverture du marché gazier. Nous analyserons les choix dont dispose le régulateur gazier en matière de réglementation du transport gazier à l’aune de deux principes d’efficacité. Un principe d’efficacité productive selon lequel chaque firme doit exercer ses activités au coût minimum et selon lequel les activités doivent être réparties entre les firmes de manière à minimiser 2 Introduction Générale l’ensemble des coûts de l’industrie ; un principe d’efficacité allocative selon lequel les ressources rares dans l’économie doivent être allouées entre les acteurs (producteurs et consommateurs) de manière à obtenir le bien-être maximum. Le principe d’efficacité allocative implique que le prix que pratique la firme réglementée corresponde au coût réel de fourniture. S’il privilégie ce principe, le régulateur choisira une réglementation par le coût du service qui garantit la concordance des prix par rapport aux coûts. Si au contraire, le principe d’efficacité productive est le moteur principal de son action, le régulateur optera pour une réglementation par plafond de prix qui incitera la firme à minimiser ses coûts de production. Ces deux principes ne peuvent qu’exceptionnellement être respectés simultanément. En effet, dans le cadre d’un price cap, si la firme parvient à abaisser son coût moyen sensiblement sous le plafond de prix fixé par le régulateur, elle bénéficiera d’une rente qui contredira le principe d’efficacité allocative dans la mesure où le consommateur acquittera un prix qui ne correspondra pas au coût réel. A l’opposé, lorsque les tarifs de la firme sont réglementés par le coût du service, le principe d’efficacité productive est bafoué dans la mesure où la firme n’est pas incitée à minimiser ses coûts. Lorsque l’exploitant du réseau de transport conserve une activité de fourniture, le régulateur dispose également d’un arbitrage entre efficacité productive et efficacité allocative s’il réglemente simultanément le prix de vente du gaz et la charge d’accès. La littérature économique sur la réglementation a considérablement évoluée depuis les années 80 avec la prise en compte des asymétries d’informations qui existent dans la relation principal-agent qui unit l’opérateur d’un réseau à son régulateur. Depuis les travaux fondateurs de BARON et MYERSON [1982] et de LOEB et MAGAT [1979], la réglementation est conçue en théorie comme une relation d’agence. L’ouvrage de LAFFONT et TIROLE propose une vision synthétique des approches normatives de la réglementation des monopoles naturels dans le cadre de la théorie principal-agent. Les références normatives dans ce domaine sont aujourd’hui établies, cependant comme le remarquent LAFFONT et TIROLE en préambule à leur ouvrage [1993, p.xviii], il apparaît que les méthodes actuellement en vigueur dans les industries déréglementées s’inspirent plus d’études empiriques et de sagesse populaire que des travaux théoriques. Notre travail peut alors être considéré comme une tentative pour établir un lien entre les modes de réglementation issus de la pratique (price cap, cost plus, ECPR) et les références issues de la théorie normative. Notre approche de la réglementation est donc plus positive que normative puisque notre démarche consiste à apprécier les pratiques en vigueur aux États-Unis et au Royaume-Uni par rapport aux critères définis par la théorie économique. 3 Introduction Générale Loin de proposer une règle de contrôle optimale pour le transport de gaz naturel, notre ambition est de souligner les avantages et les faiblesses des réglementations appliquées au transport de gaz naturel mais également à d’autres industries déréglementées et de tenter de définir les mécanismes qui paraissent les plus appropriés au transport du gaz naturel par gazoduc. Alors que la directive européenne sur le marché intérieur du gaz est actuellement transposée dans les lois des Etats membres de l’Union, ce travail peut servir de base à une réflexion sur les modèles appliqués en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis dans le gaz naturel mais également sur les propositions récentes de la théorie qui ont reçu un écho dans la réglementation de l’accès pour les télécommunications. Notre recherche se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des déréglementations gazières nord-américaine et britannique. Les différences de conditions préalables à la déréglementation ainsi que les différences inhérentes au processus de déréglementation nous ont fait privilégier une structure en deux chapitres, le premier étant consacré à la déréglementation gazière américaine et le second aux réformes britanniques. En effet, les Etats-Unis sont caractérisés par de nombreux réseaux tandis que le système gazier britannique s’organise autour d’un réseau principal exploité par une seule entité. D’autre part la réglementation américaine se décompose en deux niveaux : fédéral et local, ce qui n’est pas le cas en Grande-Bretagne. En outre, le processus d’ouverture des réseaux gaziers a été rapidement mené jusqu’à son terme au Royaume-Uni où toutes les catégories d’utilisateurs finals ont la possibilité de choisir leur fournisseur, tandis qu’aux Etats-Unis, la déréglementation fédérale est achevée mais l’ouverture des réseaux de distribution n’est effective que dans trois Etats. Dans chacun des deux chapitres, une section est consacrée aux tarifs du transport gazier et à leur réglementation. La deuxième partie considère les deux types de réglementation relevée dans la première partie sous l’angle théorique et évalue les conséquences de l’intervention en aval du monopole chargé du transport sur la détermination de la charge d’accès par le régulateur. Le troisième chapitre s’articule autour d’un modèle unique destiné à rendre compte des effets des différentes formes de la réglementation par le coût du service et des différentes formes de price cap. Ces effets sont appréciés par rapport au cas de référence que constituent la tarification d’un bien par un monopole et la tarification RAMSEY-BOITEUX. Etant donné que la directive européenne relative à l’ouverture des réseaux gaziers n’impose pas le démantèlement des opérateurs historiques selon leurs activités, nous évaluons les conséquences de l’intégration verticale de ces opérateurs sur le niveau de la charge d’accès. 4 Introduction Générale Partant d’une analyse critique de la règle ECP qui suppose que la charge d’accès doit incorporer un élément qui compense la perte de part de marché supportée par l’opérateur historique après l’entrée de fournisseurs concurrents en aval, nous tentons de caractériser la charge d’accès optimale lorsque le régulateur fixe la charge d’accès et le prix final du gaz. Enfin, nous levons cette hypothèse peu compatible avec la concurrence au niveau de la fourniture pour apprécier, dans le cadre d’un modèle duopole dans lequel la firme en place et un entrant se concurrencent par les prix et par les quantités, les déterminants de la charge d’accès. 5