Fiche de révision BAC Français - Argumenter : CONVAINCRE, PERSUADER, DÉLIBÉRER

Fiche de révision BAC Français - Argumenter : CONVAINCRE, PERSUADER, DÉLIBÉRER

Documents
3 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Retrouvez la fiche de révision des questions d’argumentation : convaincre, persuader et délibérer, pour préparer votre Bac de français.
Plan de la fiche :
1. L’essai
1. Le dialogue
3. L’apologue
"Convaincre et persuader sont deux démarches différentes qui entrent dans le cadre de l’argumentation. Tous deux visent à faire adhérer le destinataire dans deux directions. Convaincre fait appel à des arguments sollicitant la raison, tandis que persuader sollicite les sentiments.Convaincre, en s’adressant à l’intelligence, permet de faire reconnaître le caractère véridique d’une idée ou d’un point de vue. Persuader appelle l’adhésion affective d’un destinataire pour lui faire croire que l’idée ou l’opinion est vraie."

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 mars 2015
Nombre de visites sur la page 429
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Nº : 09007
Plan de la iche
1. L’essai 2. Le dialogue 3. L’apologue
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
Convaincre, persuader,délibérer
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Convaincre et persuader sont deux démarches différentes qui entrent dans le cadre de l’argumentation. Tous deux visent à faire adhérer le destinataire dans deux directions. Convaincre fait appel à des arguments sollicitant la raison, tandis que persuader sollicite les sentiments. Convaincre, en s’adressant à l’intelligence, permet de faire reconnaître le caractère véridique d’une idée ou d’un point de vue. Persuader appelle l’adhésion affective d’un destinataire pour lui faire croire que l’idée ou l’opinion est vraie. Persuader cherche davantage à séduire le destinataire et, dans le cas d’un écrivain, à attirer le lecteur dans son camp. Pour cela, persuader nécessite la mise en place d’une démarche rhétorique et par conséquent de certaines gures de style telles que la métaphore ou l’hyperbole. Délibérer, du latindeliberaredifférents points de vue. Celui qui, « rééchir mûrement, trancher, décider », demande à considérer parle conseille ou dissuade son destinataire pour faire adopter ou rejeter une idée. Dans l’action de délibérer, il est question de confronter différentes idées pour arriver à un jugement.
L’essai
L’essai est un genre littéraire caractérisé par une littérature en prose, argumentative, où la présence de l’auteur est nettement marquée par l’utilisation de la première personne. En France,Les Essaisde Montaigne tiennent lieu de modèle. L’essai est le plus souvent une écriture personnelle à travers laquelle l’auteur livre une réexion, voire ses impressions. Les sujets traités sont essentiellement d’ordre philosophique, moral, politique et parfois religieux. Contrairement à d’autres genres comme le théâtre, et plus particulièrement la comédie et la tragédie classique, l’essai ne répond à aucune règle, les essayistes s’intéressent à tous les domaines. Le genre de l’essai peut se subdiviser en plusieurs autres genres : • le pamphlet, qui se présente sous la forme d’un récit court à visée critique ou satirique, plutôt bref, dont la violence du style permet d’attaquer une institution ou un personnage public ; • le traité, qui est un texte didactique à dominante démonstrative, s’apparente à l’analyse d’un sujet précis (Traité sur la peinturede Léornard de Vinci) ; • proche du traité, le discours est aussi un genre à visée didactique.
Le dialogue
Le dialogue est un genre littéraire particulier que l’on retrouve à l’intérieur même d’autres genres tels que le théâtre, le roman e ou la nouvelle.Au XVIIILe dialogue est avant tout un échange d’idées et d’opinions quisiècle il fait ofce de genre à part entière. implique dans la plupart des cas une démarche délibérative. Le dialogue est une des constantes du discours direct et permet la retranscription des paroles échangées par plusieurs interlocuteurs. Il peut aussi apparaître comme la retranscription d’un entretien télévisé ou radiophonique. e Au XVIIsiècle, le dialogue s’inscrit dans une nécessité sociale notamment dans les salons. Il a alors pour but de plaire et de divertir. Il connaît une évolution considérable dans le temps, sa fonction didactique s’afne et il permet de faire connaître un savoir, une expérience à un large public. Il peut aussi revêtir un rôle polémique lorsqu’il s’agit de dénoncer et de critiquer un défaut.
L’apologue
L’apologue, du grecapologusmême s’il est présent dansrapprocher essentiellement de la fable et du conte, , « petit récit », est à d’autres genres comme le roman et la nouvelle. L’apologue est avant tout un récit court à visée morale. Selon La Fontaine, l’apologue remonte à l’Antiquité et plus précisément à Platon. L’apologue a une valeur ludique et didactique qui, dans le cas de la
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 09007
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
fable, correspond au récit et à la moralité. La fonction première de l’apologue est de divertir au moyen d’un récit plaisant censé susciter la curiosité du lecteur et de livrer un enseignement essentiellement moral. La fonction morale est clairement exprimée dans la fable. Elle ouvre ou referme le récit, tandis que dans les contes, la leçon est donnée le plus souvent de façon implicite, même si dans les contes de Perrault, par exemple, les récits sont quelquefois suivis de deux moralités. Limiter la fonction de l’apologue au divertissement serait réduire les possibilités qu’offre ce genre. En effet, à travers le récit, dans une fable ou un conte, l’apologue peut avoir une fonction critique, voire polémique. De plus, il est possible de lui conférer un rôle religieux dans la mesure où, par le biais d’un récit parabolique, c’est-à-dire en transmettant une morale au travers d’un vécu, l’apologue peut faire admettre un dogme comme c’est le cas dans les Evangiles. On peut tout de même retrouver l’apologue dans la nouvelle et dans le roman. L’exemple le plus probant illustrant sa présence dans la nouvelle resteLe Décaméronde Boccace dont Marguerite de Navarre s’inspirera plus tard pour rédiger sonHeptaméron.
La fable
La fable, du latinfabulasigniant « propos et récit » est un petit récit, le plus souvent rédigé en vers, terminé par une morale et qui mêle divertissement et réexion critique. La fable doit donc permettre de présenter une vérité morale à l’aide d’une forme plaisante. Les origines de la fable sont lointaines et variées. Ses origines remonteraient dans un premier temps à l’Antiquité grecque avec e l’esclave phrygien Esope (VI siècle av. J.-C.) — dont la véritable existence est contestée — qui retranscrivait sous forme de petits er récits moraux des scènes de la vie quotidienne. Plus tard, le latin Phèdre (I siècle ap. J.-C.) reprend la plupart des textes d’Esope et les récrit en vers. Les fables indiennes ont aussi beaucoup apporté au genre, plus particulièrement lePanchatantraanonyme réunissant des, recueil e apologues rédigés en sanskrit aux alentours des années 700.Au XVIsiècle, en Italie,Abstemius (1492-1503) entre lui aussi dans le cercle des fabulistes et offre un apport considérable à ses successeurs tels que La Fontaine en France. Les fables sont des récits symboliques menés chronologiquement dont les personnages sont généralement des animaux ou des personnages humains stéréotypés et permettant une transposition dans le monde réel. Elles puisent leurs thèmes dans les domaines publics et privés. L’une des fonctions de la fable est de transporter le lecteur dans un univers imaginaire où, par un juste retour des choses, il peut s’identier à la situation évoquée et y rééchir. La construction de la fable répond à un schéma simple : la situation initiale étant énoncée, intervient alors un élément perturbateur qui conduit à une situation nale. La fable a la particularité de comporter une moralité avant ou après le récit. Lorsqu’elle précède le récit, la morale fait ofce d’introduction à l’histoire relatée.
Le conte
Proche de la fable, le conte vient d’une tradition orale et populaire. Le conte se dénit comme un récit merveilleux et très souvent extraordinaire. Il fait preuve d’une grande simplicité dans le récit mais s’avère être riche de symboles qui sont à décrypter. Tout comme la fable, le conte est construit selon le même schéma : état initial, élément perturbateur, déséquilibre et état nal. De plus, la schématisation des personnages rappelle aussi ceux présentés dans les fables. Ils évoluent dans un contexte merveilleux et s’inscrivent dans une temporalité mal dénie, même si la plupart d’entre eux se situent dans un contexte médiéval. Cependant, le conte connaît quelques variantes : le conte traditionnel ou le conte merveilleux, le conte philosophique, le conte fantastique et le conte gothique.
Le conte traditionnel est certainement le plus connu de tous. Au départ il s’agit d’une histoire racontée oralement où la magie, les fées, les sorcières et les hommes sont mis en relation, où les animaux sont dotés de parole et dialoguent avec les humains qui, comme les objets, peuvent se métamorphoser. Par ailleurs, appelés aussi conte de fées, ces récits mettent en scène ces femmes dotées d’un pouvoir magique, tantôt bénéque, tantôt maléque. Elles endossent alors un rôle particulier, elles incarnent une conscience morale, un jugement divin qui met à l’épreuve le libre arbitre des personnages, récompensés ou punis selon leurs actions vertueuses ou mauvaises. Le succès des contes n’est pas un phénomène essentiellement occidental. Les contes orientaux et notammentLes Mille et Une Nuitsont considérablement inuencé ce genre. e En Europe, le conte merveilleux connaît un regain d’intérêt. Ces récits anonymes sont rassemblés dès le XVIIsiècle par le français e Charles Perrault (1628-1703). Au XIXsiècle ces contes sont repris en Allemagne par les frères Grimm puis et au Danemark par Hans Christian Andersen (1805-1875), le père deLa Petite Sirènecréateur de Pinocchio,Italie, Carlo Collodi (1826-1890), le . En reprend les contes de Perrault en italien. En Irlande, c’est sous la plume de W.B.Yeats (1865-1939) que les contes irlandais, publiés en 1897, connaissent un succès considérable. Le Russe Alexandre Afanassiev (1826-1871), grand admirateur de Grimm, réunit à son tour des récits de tradition populaire russe qu’il publie entre 1855 et 1863 sous le titre deContes populaires russes.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2
Nº : 09007
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Le conte philosophique emprunte, dans la forme, les caractéristiques du genre traditionnel. A travers le merveilleux qu’il met en e scène, il soulève une réexion critique. Dans la veine de l’esprit du XVIIIsiècle, le conte sert à remettre en cause les institutions, de critiquer la tradition et de dénoncer les abus.
e Le conte fantastique connaît un essor considérable au XIX siècle où les termes « conte » et « nouvelle » sont souvent indissociables. Le terme « conte » se justie par l’intrusion du surnaturel dans le quotidien, mais aussi par la présence d’un personnage narrateur qui relate les événements dont il a été lui-même le témoin. C’est donc à la première personne qu’est le plus souvent mené le récit, qui suit une évolution proche du conte traditionnel. e Dès la n du XVIII siècle, l’Allemand Ernst Th. Amadeus Hoffmann (1776-1822) offre un modèle de conte fantastique. En Irlande, l’auteur Le Fanu (1814-1873) apparaît lui aussi comme un maître du genre notamment avec sa nouvelleCarmilla. Charles Dickens (1812-1870) participe aussi à cette littérature, plus précisément avec sesContes de Noël. L’intérêt porté au conte fantastique se e poursuit au XXsiècle avec des auteurs tels que Mikhaïl Boulgakov (1891-1940) en Russie et son célèbre conte intitulé lesŒufs fatalsTommaso Landol (1908-1979) et sa surprenante nouvelleEt enn l’Italien l’on pourrait qualier de conte philosophique. , que fantastiqueLa Femme de Gogol. Le conte gothique trouve sa place aux côtés du conte fantastique. Il s’inspire de la production littéraire, essentiellement romanesque, e de la n du XVIII siècle anglais à qui il emprunte l’univers sombre des châteaux éloignés et le thème du fantôme qui hante les lieux. Dans les années trente, Karen Blixen s’en inspire et compose en anglaisSept Contes gothiquespublie en 1934 sous le, qu’elle pseudonyme masculin de Isak Dinesen. L’année suivante ses contes sont traduits en danois sous le titre deContes fantastiques.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
3