23_3_330

23_3_330

Français
28 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
J. Levet-Carette, 1966 Microflore wealdienne provenant d'un puits naturel a la fosse (groupe de Valenciennes) Par Josiane Levet-Carette Ann. Soc. Geol. Nord, vol. 86, p. 153-174
  • uniformité dans la taille des verrues
  • bassin houiller de vnlen- roes
  • micron de large
  • bord externe de la face proximale
  • ornementation distale
  • spores
  • pl
  • taille
  • tailles
  • genres
  • genre
  • côtés
  • côté

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 46
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
Signaler un problème

J. Levet-Carette, 1966
Microflore wealdienne provenant d'un puits naturel a la fosse
(groupe de Valenciennes)
Par Josiane Levet-Carette
Ann. Soc. Geol. Nord, vol. 86, p. 153-174 Microflore wealdienne provenant d'un puits naturel
à la fosse Vieux-Condé (groupe de Valenciennes)
par Josiane LEVET-CARETTE
(Pl. XIV, X V et XVI )
. 1. — Introduction (1) .. . mettra peut-être de dire s'il s'agit d'une simple
poche ou d'une poche plus ou moins descendue
dans un puits naturel. Dans la région de Valenciennes, des sédiments
ribués au Wealdien existent çà et là en poches
le Crétacé à la surface du terrain houiller.
• sont des sables et des argiles souvent ligniteuses. 11. — Description de la microflore
peut citer «Le torrent d'Anzin» de la région
Denain <01ry 1886. Bassin houiller de Vnlen-
Pour les différents genres étudiés, liste synony-
roes. Et. Oit. Min. Fr.. Paris).
mique, génotype et description • n'ont été indiqués
que dans le cas où ils n'avaient pas encore été
On en rencontre également dans certains' son-
cités dans de précédents travaux (14, 37, 38, 39. 40) .
;es : sondage de la Chaussée Brunehaut (Chalard
>8. Contribution à l'Etude du Namurien du Les espèces dont la liste synonymique, l'holo-
«in houiller du Nord de la France. Etudes
type, la description, l'extension géographique et
logiques pour l'Atlas de topographie souter- stratigraphique ainsi que l'appartenance botanique
•e, Service Géologique des H.B.N.P.C., II, Stra-
probable ont déjà été donnés dans de précédentes
r
. raphie l* fascicule) et dans un certain nombre notes (37, 38, 39, 40) sont simplement citées avec
sondages du fond. Récemment, on en a trouvé l'indication de leur figuration.
is le sondage du Malolin.
Les formation wealdiennes sont bien connues à
•ximité en Belgique (travaux de R. Marlière) et Group»' SPORITES H. POTONIÉ
îernissart (Argile à Iguanodons dans un puits
urel).
Division MONOLETES IBRAHIM
A Vieux-Condé, une poche a été rencontrée à
rtréme base des morts terrains par la bowette
Subdivision AZONOMONOLETES LUBEK ichant Plats de Bonne-Part à l'étage —3 2
îrdonnées Lambert 687.498, 306.203, altitude
Série MURORNATO 30) ; cette poche contenait des sables blancs avec
• - argileux plus ou moins riches en débris végétaux CORSIN, CARETTE, DANZÉ et LAVEINE
bonisés et même un tronc entier carbonisé et
ritisé. Le mode de gisement de ces sables avait Genre SCHIZAEOXPORITES (POT.)
bord fait croire à la présence d'un puits naturel.
DANZÉ-CORSIN et LAV .
!.• développement ultérieur des travaux nous pér­
Liste synonymique : H . p. 327.
Ce sont des spores monolètes, cicatricosées,
il) Je tiens à exprimer Ici mes sincères remercte-
c'est-à-dire dont l'exine est ornée de côtes régu­
U8 à Monsieur J. Chalard, Ingénieur-Géologue. Chef
lières, étroites, parallèles, les unes aux autres, entre Service Géologique aux H.B.N.P.C.. qui a bien voulu
lesquelles se trouvent de petits canaux ou sillons. tribuer à la rédaction de cette introduction. 154 —
Sckizaeosporites eocaenicus SEJJJING très légèrement infraponctuée. Branches de 1^
marque trilète longues, égales au rayon de la spore,
Holotype : Schiiaeosporites (al. Nporîtes dorogensis pars.
pouvant être soulignées par un léger épaississement Pot.) cocaenicus. Selling 1941 (72).
de l'exine'. Taille variant autour de 55 microns».
DESCRIPTION : Ces spores sont réniformes, elles
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ces spores diffèrent possèdent une marque monolètc mesurant environ
de celles des autres espèces de Calamisporites par les 2/3 de leur longueur. L'exihe est épaisse do
des branches de l'Y plus longues. Elles se différen­2 à 3 microns, elle est garnie de fines cotes de 1 à
cient également de celles nommées Toâisporitcs 1,5 micron de large, séparées par des canaux un
major COUPER par une membrane plus mince et peu plus étroits. Cette ornementation est sensible­
plus fortement pHssée. ment parallèle à la fente monolètc. La longueur
varie autour de 55 à 60 microns et la largeur
APPARTENANCE BOTANIQUE PROBABLE : Calama-
autour de 30 à 35 microns.
riacées.
EXTENSION STRATIGRÂFHIQUE : Néoeomien-Eocène.
Genre SPHAGNUMISPOR1TES (Raatz) nov. nom. APPARTENANCE BOTANIQUE PROBABLE : Schizéaeées.
1S37 Sphagnwnisporil'es. Raata (66, p. 3),
Hchizaeospovites ci. cocaenicus Génotype : Sphagaumispontes (al. Sporites) steroiteh.
Pot. et Ven. (65, Pl. I, fig. 4).
Pl. XIV , fig. 1
Etage : Wealdien. Ce genre renferme de très petites spores trilètes
ayant un contour équatorial triangulaire. Les côté$ Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage —32, bowette couchant PBP à 960m, sont bombés et les angles arrondis. L'exine est
lisse, épaisse et rigide. Les branches de l'Y peuvent
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Le spécimen repré­
ou non atteindre l'équateur.
senté en 1 Pl. XIV n'a pas été rattaché de façon
certaine à S. cocaenicus car sa faible largeur
(25 microns) et son contour très rénifonne en font Sphagnumisporites psilatus Bons
un individu d'autant plus particulier qu'il est le
Pl. XIV, fig. 5
seul à avoir été rencontré. . '
1949 Trilltes psilatus. Ross (69, p. 32, Pl. I, fig. 12) .
1958 Sphagnumsporites psilatus. Couper (16, P. 131
Division TRILETES REINSCH Pl. XV, fig. I et 2).
1966 Sphagnumisporites psilatus nov. comb. Présent
travail.
Subdivision AZONOTRILETES LUBER Holotype : Sphagnumisporitex {al. TrUites) psiln'iis
Ross. 1949 l.c. (69).
Série LAEVIGATl BENNIE et KIDSTON
DESCRIPTION : La forme de cette spore est trian­
gulaire légèrement arrondie. Les branches de la
Genre CALAMISPORITES (SCH., WII A et BENT.)
marque trilète sont relativement courtes, égales aux
DANZÉ-COKS. et LAV. 2/3 du rayon. Sur l'échantillon figuré en 5, Pl. XIV ,
une cassure de l'exine se trouvant à proximité dç Liste synonymique et description : 14, p. 328, et 39,
1
i 'Y peat ifaifif «frcwre à br&'Nfag ctiteigKXKt
l'équateur, mais un examen à très fort grossissement
CcUamisporites longiradius nov. sp.
permet de distinguer le trajet exact de ces branches.
L'exine est rigide, épaisse, 2 à 3 microns. "Unt
Pl. XIV, fig. 2, 3 et 4 faible ponctuation peut être décelée dans les angles
de IV. La taille est d'environ 25 microns. Holotype : Pl. XIV, fig. 2, S.I. Va 8. - ; '
Etage : Wealdien.
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
Origine : Groupe (Je Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
Ross (69) a créé cette espèce pour des spores qu'il étage —32, bowette couchant PBP à 960 m,
a trouvées dans le Sénonien de Scanie. Couper (16j
DIAGNOSE : « Spores sphériques à l'origine, mais l'a reprise pour des spécimens rencontrés depuis
fortement plissées après fossilisation donc de con­ le Jurassique moyen jusqu'au Wealdien dans les
Midlands, le Yorfcshire, l'Ecosse et dans les sédi-tour variable. Exine mince, transparente, lisse à — 155 —
"ncnts provenant de l'île de Wîght, du Dorset et Ce spéciment n'a été rattaché à aucune espèce
.1 Kent. Poeock (51) l'a également signalée dans du genre Undiilatisporites à cause du fort bourrelet
Jurassique supérieur et le Crétacé inférieur de qu'elle présente au niveau des branches de la mar­
Ouest du Canada. que trilète et qui n'est retrouvé dans aucune espèce
de ce genre.
APPARTENANCE BOTANIQUE PROBABLE : Sphagna-
FRÉQUENCE : Un seul spéeimen. • cées.
Genre GLEICHENIIDISPORITE8 (Ross)-
Genre DELTOIDISPORITES (MINER)
, . DANZÉ-CORS. et LAV. . . -.- -_•
DANSÉ-CORS, et LAW
Liste synonymique et description : 14, p. 328, et 37,
Liste synonymique et description : 14, p 338,, et 37,
P. 107.
p. 1Û4.
Gleicheniidisporites feronensis
Deltoidisporites hallii MINER
. • • DELCOURT et SPRUMONT
Pl. XIV, fig. 6
Pl. XIV, fig. 10
Deltoidisporites pnevdomesozoicus^ 1957 Triremisporht'x jeionini.^. De!;oi::-î et Sprunisnt
(20, p. 61-63, flg. 9, 14-15, 23-25). THIERGART, KRTJTZSCH
1959 Gleiclifniidites feronensis. Delcourt et Sprumont
Pl. XIV , fig. 7
(21. p. 34).
1966 Gleiclw,iiii<li&porite& feronensis. nov. comb. Pré­
Deltoidisporites sp.. sent travail.
Holotype : GTeicheniidisporites (ai. Triremisporites) fero­Pl. XIV , fig. 8
nensis. Delcourt et Sprumont, 1957 Le, (20).
Etage : Wealdien.
DESCRIPTION : Cette espèce renferme des spores Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé.
étage —32, bowette couchant PBP à 960 m. triangulaires dont les côtés sont droits à légèrement
concaves ou convexes et les sommets plus ou moins
DESCRIPTION : Cette spore a la forme d'un en forme d'ogive à arrondis. Les branches de l'Y
triangle avec des côtés droits et des angles arrondis.
sont égales au rayon de la spore. Le long et au
L'exine est formée de 2 couches, une couche externe milieu des côtés se trouve un épaississement de
qui est épaisse (2 à 3 microns) et une couche
forme trapézoïdale. La taille est de 42 microns. Les
interne légèrement ondulée, ceci est surtout visible spécimens appartenant à cette espèce ont des dimen­
le long du contour équatorial. Les brandies de 1 T sions supérieures à ceux entrant dans G. senonicus
sont égales au rayon. La taille est de 38 micron'!. Ross.
FRÉQUENCE : Deux exemplaires.
APPARTENANCE BOTANIQUE PROBABLE : Gleiché-
niacées.
Genre UNDULATISPOR1TES PFLUG
Génotype et description : 37, p. 104. Série GRANULAT I DYBOVA et JAOHOWICZ
• Undulatisporites sp.
Genre GRANULATISPOR/TES (IBRAHIM)
Pl. XIV, fig. 9 • - POT . et KR .
Etase : Wealdien.
1933 Granu'Mtispoï-ties. Ibrahim {30, p. 2:, l'I. VI,
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé, flg. 51).
étage — 32, bowette couchant PBP à 960 m. 1955 Granulati&porites. FoL et Kr. (63, p. 56).
Génotype : Gramilatisporili aranulatits. Ibrahim 1933 sDESCRIPTION : C 'est une spore triangulaire dont
l.c. (30).
les angles sont arrondis. L'exine présente des cra­
quelures internes. L'Y est ondulé, il est souligné Ce genre renferme des spores de forme trian­
par un bourrelet de l'exine qui atteint presque gulaire à côtés droits, concaves ou convexes. L'exine
l'équateur. La taille est de 40 microns. est garnie de granules réguliers, de même taille. — 156 —
L' Y est net, ses branchée atteignent presquel'équît- le long du contour équatorial de petites dentelures
teur. arrondies. La taille atteint 30 microns environ.
Cette spore n'ayant été rencontrée qu'en un seul
exemplaire', elle n'a pas donné lieu à la création (iranulatisporites granuloides KRUTZSCH
d'une nouvelle espèce. Pl. XIV, fig. 11 a et b et 12
FRÉQUENCE : Un seul exemplaire. - -1959 Toripwnctisporis granuloides. Krutzsch (33, p. 88,
Pl. IX, fig. 59-62).
1966 Granulatisporites granuloides nov. comb. Présent
Trilitisporites densiverrucatus nov. sp.' travail.
Pl. XIV, fig. 14 Holotype : (al. Toripunctisporis) gra­
nuloides. Krutzsch Le. (33).
Holotype : Pl. XIV, fig. 14, S.I. Va. 99.
DESCRIPTION : Ces spores présentent un contour Etage : Wealdien.
équatorial triangulaire avec des angles arrondis. Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage — 32, bowette couchant PBP à 960 m. Les branches de la marque trilète sont fines, droites,
atteignent les sommets. L'ornementation est com­
DIAGNOSE : « Spores de forme triangulaire arron­
posée d'une fine granulation régulière et dense.
die. Branches de 1 T égales aux 2/3 du rayon de
Le contour externe est finement ondulé. On peut
la spore. Sculpture faite de verrues contiguës à
observer la présence d'un léger kyrtome. La taille
contour polygonal, à sommet arrondi, de 2 à 4 mi­varie entre 25 et 35 microns.
crons de large et 1 à 3 microns de haut. Ornemen­
tation distale pouvant se prolonger sur le bord REMARQUE : La présence d'un kyrtome ne semble
externe de la face proximale. Taille variant autour pas suffisante pour déterminer la création il'un
de 40 microns». genre, c'est pourquoi les spécimens que Krutzsch
range dans l'espèce granuloides n'ont pas été ratta­
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ces spores sont chés au genre Toripunctisporis KRUTZSCH mais à
densément ornées et le long du contour équatorial Granulatisporites dont ils présentent tous les carac­
les verrues, en se chevauchant, donnent au spécimen tères.
un pourtour nettement indenté. Cette densité des
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE : verrues ainsi que leur taille régulière différencient
Krutzsch (33) signale cette espèce dans le Lutétien T. densioruatus des autres espèces dit genre et en
des mines de lignites de Geiseltales. particulier de T. verrueatus dont l'ornementation
est beaucoup moins serrée.
APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue.
APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue.
Série VERRUCATI DVBOVA et JACHOWICZ Trilitisporites tuberculiformis COOKSON
1947 TrUites tuberculiformis. Cookson 1947 (10, p. 136). Genre TRILITISPOR1TES (COOKSON)
1966 Trilitisporites tuberculiformis, nov. comb. Présent
DANZÉ-CORS. et LAV.
travail.
Liste synonymique et description : 14, p. 328, et 37, Holotype : Trilitisporites (al. Truites) tuberculiformis.
P. 107- Cookson 1947, (10, p. 136, Pl. XVI, fig. 61).
DESCRIPTION : Les spores ont un contour équa­
Trilitisporites sp. . .
torial triangulaire à sub-triangulaire avec des angles
Pl. XIV, fig. 13 « et &
arrondis. L'exine a une épaisseur d'environ 3 mi­
crons, elle est couverte de tubercules irréguliers. Etage : Wealdien.
La taille varie entre 45 et 66 microns. Origine : Groupe de Vulenciennes, fosse Vieus-Condé
étage —32, bowette couchant PB P à 960m.
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
DESCRIPTION : La forme de ce spécimen est Cookson (10) a rencontré T. tuberculiformis dans
triangulaire arrondie, les branches de la marque
les lignites tertiaires de l'Archipel de Kerguelen.
trilète atteignent presque l'équateur. L'exine est
sculptée de petites verrues arrondies, plus ou moins APPARTENANCE BOTANIQUE PROBABLE :.- Ptérido-
saillantes, de 2 à 5 microns de haut, qui dessinent phyte. — 157 —
Trilitisporites et. tuberculiformis le sommet peut figurer des verrues plus ou moins
bien formées : Cristae. Ces cristae sont sensiblement Pl. XIV, fig. 15
parallèles à l'équateur et aux branches de l'Y.
Etage : Wealdien.
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vleux-Condé,
étage — 32, bowette couchant P B P à 960 m. Corrugatisporites toratus WEYLAND et GREIFELD
Pl. XIV, fig. 17 à 20
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ce spécimen n'a pas
Holotype : Corrugatisporites toratus. Weyland et Greifeld été rattaché de façon certaine à T. tuberculiformis
1953 l.c. (78).
car sa taille (35 microns environ) est plus petite
que celle de l'holotype. DESCRIPTION : Ces spores ont une forme trian­
gulaire avec des angles arrondis et des côtés ondulés,
D'autre part, il est garni de verrues qui ont
même presque verruqueux. La surface est couverte
2 à 5 ou 6 microns de diamètre, une base polygonale
de bourrelets épais, mamelonnés, pouvant donner
à circulaire et un sommet arrondi et qui semblent
lieu par endroit à des verrues isolées. Cette orne­
moins irrégulières que celles de T. tuberculiformis.
mentation tend à être parallèle aux côtés de la
spore. Les brandies de l' Y sont environ égales aux
Genre LEPTOLEPIDISPORITES (COUPER) 3/4 du rayon. La taille est de 40 à 45 microns.
DANZÉ-CORS. et LAV .
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
Liste synonymique e: description : 14, p. 328, et 87,
Weyland et Greifeld (78) ont trouvé ces spores
p. 108.
dans le Sénonien inférieur du Hartz en Allemagne.
Leptolepidisporites adornœtus nov. sp. APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue.
Pl. XIV, fig. 16
Genre LYCOPODIACWISPORITES (COUPER) Holotype : Pl. XIV, fig, 16. S.I. Va 20.
DANZÉ-CORS. et LAV . Etage : Wealdien,
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé, Liste synonymique et description ; 14, p. 329, et 37,
étage —32, bowette couchant PBP à 960 m. p. 109.
DIAGNOSE : « Spores de forme triangulaire à
Lycopodiacidisp&rites pseudofoveolatus côtés droits ou concaves et angles arrondis. Bran­
ches de l'Y longues mais difficilement discernables. DANZÉ-CORS. et LAV .
Ornementation faite de grosses verrues de base Pl. XIV, fig. 22 a et b
polygonale à arrondie, ayant 3 à 6 ou 7 microns de
large et 2 à 4 microns de haut. Taille variant autour
Lycopodiacidisporites certtiidites Ross
de 35 microns » .
.' Pl. XIV , fig. 23 :
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ces spores se diffé­
rencient de celles des autres espèces du genre Lepto­ Lycopodiacidisporites sp.
lepidisporites par sa forme triangulaire et ses côtés
Pl. XIV, fig. 21 a et b
nettement concaves ainsi que par ses verrues poly­
Etage : Wealdien. gonales.
Origine : Groupe de Viilenciennes, fosse Vleux-Condê,
étage — 32. bowette couchant PBP à 960 m. APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue.
DESCRIPTION : Cette spore est de forme trian­
gulaire, les côtés sont concaves et les angles arrondis. Série MURORNATI POTONIÉ et KREMP -
Les branches de la marque trilète atteignent sensi­
Genre CORRUGATISPORITES TH. et PFL . blement l'équateur. L'exine de la face distale et
de la bordure externe de la face proximale est Génotype : Corrugatisporites toratus. Weyland et Greifeld
sculptée de rugulae plus ou moins sinueuses, s'em-1953 (78, p. 42, Pl. XI, ilg. 57).
boîtant les unes dans les autres, pouvant avoir 4 à
Ce genre renferme des spécimens dont le con­ 5 microns de long et 0,5 à 2 microns de large. La
tour équatorial est triangulaire arrondi. La surface taille est de 26 microns.
de la spore est garnie d'élévations de l'exine dont
la base allongée est plus ou moins sinueuse ett FRÉQUENCE : Un seul exemplaire. — 158 —
Cf. Lycopodiacidisporites qu'ils ont trouvée dans le Wealdien de Féron-
Glagcon et qu'ils ont rattachée au genre Foveotri­Pl. XIV , fig. 24 « et b
letisporites sans lui donner de nom spécifique.
Etage : Wealdien,
APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue. Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage —32, bowette couchant PBP à 960m.
Genre ISCHYISPORITES (BALME) LEVET-CAR. DESCRIPTION : Le contour équatorial de cette
spore est triangulaire cl les angles sont nettement Liste synonymique et description ; 14, p. 329, et 37,
p. 111. arrondis. Les brandies de J'Y atteignent environ
les 2/3 du rayon. L'exine distalc est sculptée suivant
l'emplacement d'un kyrtome qui serait dista), de Ischyisporites puzzlei nov. sp.
rugulae qui sont des murailles plus ou moins Pl. XIV, fig. 27 a et b
sinueuses, s'emboîtant les unes dans les autres, de
Holotype : Pl. XIV, fig. 27 a et b. S.I. Va. 101. "
0,5 à 2 microns de large eî de longueur variable
Etage : Wealdien.
(fig. 24 b, PI. XIV) . A u niveau des sommets du
Origine : Groupe Ce Valenciennes, fosse Vieux-Condé, triangle, cette ornementation forme des verrues
étage —32, bowette couchant PBP à 960m.
plates. Dans les zones inter-radiales, la sculpture
est faite de fines verrues juxtaposées (fig. 24 a, Pl. DIAGNOSE : « Spores de forme triangulaire à
XIV) . La taille est de 45 microns. angles nettement arrondis. Branches de l'Y fines,
longues au moins égales aux 3/4 du rayon. Exine
T
FRÉQUENCE : l n seul exemplaire. épaisse creusée du côté distal par de petites cavités
parfois arrondies, le plus souvent verni iformes,
sinueuses, ayant environ 1 micron de large et 3 à
Genre FOVEOTRILETISPORITES 8 microns de long, ces cavités étant séparées par
(VA N DER HAMMEN) LEVET-CARETTE d'épaisses murailles larges de 3 à 5 microns. Orne­
mentation distale se poursuivant sur le bord externe
Liste synonymique et description ; 14, p. 329, et 37,
de la face proximale. Taille d'environ 50 microns». p. 109.
REMARQUE : L'ornementation distale se poursuit
Foveotriletisporites adferonensis nov. sp. le long du bord externe de la face proximale et
Pl. XIV , fig. 25 a et b, 26 a et h peut en particulier être très nette au niveau des
sommets des branches de l'Y comme c'est le cas 1959 Foveotrûetes sp. Delcourt et Sprumont (21, p. 28),
pour le spécimen figuré en 27 a. Pl. XIV . Holotype : Pl. XIV, fig. 25 a et b.
Etage : Wealdien.
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Les murailles très
Origine : Groupe de Va. endémies, fossi Vieux-Ccn^c, épaisses par rapport aux étroites cavités qu'elles
étage —32, bowette couchant PBP à 960m.
entourent et leur disposition réciproque qui figure
assez bien l'agencement des pièces d'un puzzle, DIAGNOSE : « Spores triangulaires. Branches de
permettent de différencier ces spores de celles appar­
la marque, trilète fines, longues, égales au rayon
tenant aux autres espèces du genre Ischyisporites. de la spore. Face proximale lisse. Exine distale
épaisse, bombée, creusée de petits trous plus ou
APPARTENANCE BOTANIQUE : Inconnue. -
moins arrondis, ayant environ 1 micron de diamètre,
séparés par des murs de 0,5 à 3 microns d'épaisseur.
Ischyisporites sp. Foceolae n'étant pas également distantes les unes
Pl. XIV, fig. 28 a et b des autres, pouvant être très rapprochées et même
confluer. Taille de 40 microns environ » . Etage : Wealdien.
Origine : Groupe de Va. e a sienne.*, TOJSJ Vieux-Condé,
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Les figures 25 a et ')
étage —32, bowette couchant PBP à 960m.
de la PI. XI V montrent bien la disposition irré­
DESCRIPTION : Cette spore est de forme triangu­gulière des foveolae qui différencie F. adferonensis
laire à angles arrondis. Les branches de la marque des autres espèces appartenant au genre Foveotri­
trilète sont fines, longues, au moins égales aux 3/4 letisporites.
du rayon. L'exine est épaisse, elle est creusée du
Delcourt et Sprumont ont représenté dans leur côté distal de cavités plus ou moins rectangulaires
ouvrage (21, Pl. V , fig. 18) une spore semblable pouvant avoir 4 à 16 microns de long et 1 à 3 mi-— 159 —
crons de large. Les cavités sont disposées parallèle­ ment circulaires. L'exine est sculptée de murs
ment aux côtés de la spore (environ 3 ou 4 cavités séparés par des canaux et l'encombrement de 4 de
•mt alignées le long d'un côté), elles sont séparées ces murs et desx qui se trouvent entre eux
par des murs épais (3 ou 4 microns). Cette orne­ est de 10,4 à 17 microns. Les branches de l'Y n'attei­
mentation distale se poursuit sur le bord externe gnent pas en général l'équateur, leur longueur va
de la face proximale, c'est pourquoi le contour de !a moitié aux 4/5 du rayon. La taille varie entre
équatorial de la spore est régulièrement et large­ 40 et 90 microns.
ment échancré. La taille est environ de 60 microns.
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
Potonié et Gelletich (61) ont créé cette espèce pour FRÉQUENCE : t"n seul exemplaire.
des spécimens rencontrés depuis le Paléocène supé­
rieur jusqu'à l'Eocène du bassin de Dorog eu
Genre CWATBIC08THP0RITES POT. et GELL. Hongrie. Mais C. doropensis a également été trouvée
au Secondaire. En particulier Delcourt et Sprumont Génotype : Cicatrïcosispurites dorogensis. Pot. et Gell.
(61, p. 322, Pl. I, fis. 1) (19) désignent sous le nom de C. cf. dorogensis des
spécimens qu'ils ont décelés dans le Wealdien du
Ce sont des spores de contour le plus souvent
Hainaut. Couper (16) a obtenu ces spores à partir
triangulaire, quelquefois arrondi. L'exine est cana-
de sédiments purbeckien. wealdien et aptien prove­
Heulée, c'est-à-dire sculptée de côtes (murs) plus
nant d'Ecosse, de l'île de Wiglit et du Kent. il.
ou moins étroites, séparées par des canaux. Les
Taugourdeau-Lantz et B. de Jekhowsky (73) les
murs sont parallèles entre eux et peuvent être
signalent dans le Purbeckien, Portlandien et Crétacé
égalements à l'équateur ou y aboutir sous
inférieur du bassin d'Aquitaine, et Pocock note
un angle plus ou moins aigu. Le contour équatorial
dans son ouvrage (51) la présence de ces spores
est régulièrement dentelé. Lorsque les spores sont
depuis le sommet du Kimméridgien jusqu'à l'Albien.
aplaties, les murs des 2 surfaces en regard peuvent
se croiser.
Cicatricosisporites cf. dorogensis
Cicatricosisporites sp. Pl. XV, fig. 5
Pl. XIV , flg. 29 a et h
Etage : Wealdien.
Etage : Wealdien. Origine : Groupe de Vale«eiennes, fosse Vieux-Condç,
Origine : Groupe de Valenciennes, rosse Vleux-Condé, étage —32. bowette couchant PBP â 960m.
étase —32, fcoivette couchant PBP à 960m.
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ces spécimens n'ont
DESCRIPTION : Ce spécimen est de forme trian­ pas été rattachés de façon certaine à C. dorogensis
gulaire arrondie. Les branches de la marque trilète car le relief des côtes qui les ornent est très faible.
sont longues et atteignent l'équateur, elles peuvent Néanmoins, les autres caractères qu'ils présentent
être légèrement ondulées. L'exine est sculptée de sont ceux de C. dorogensis.
côtes larges ayant une ampleur de 5 à 7 microns
FRÉQUENCE : Quelques exemplaires. environ, séparées par des canaux de largeur compa­
rable. L ornementation suit un trajet parallèle à
eelui des côtés du triangle, les côtes toutefois
Cicatricosisporites hungaricus KEDVES présentent une légère convexité vers l'extérieur. La
taille est très grande (140 microns). Holot.vpe : Cicatricosisporites hunsiarictis. Kedves 196i)
(31, p. 100, Pl. 4, flg. 7).
FRÉQUENCE : Un seul exemplaire.
DESCRIPTION : Le contour équatorial de ces
spores est triangulaire arrondi. Les branches de la
Cicatricosisporites dorogeitsis POT. et GELL.
marque trilète n'atteignent pas l'équateur. L'exine
Pl. XV, fig. 1. 2, 3 et 4
est sculptée de murs à sommets légèrement arrondi^.
1933 Cwutricom&porites dorogensis. Pot. et Gell. (61). L'encombrement de 4 murs et des stries qui les
1961 Cicatricosiuporites dorogen&is. Kedves (32, p. 125). séparent est de 22 microns. La taille atteint 95 à
110 microns. Holotype : Cicatriconaporite» dorogensis. Pot. et Gell.
1933 le. (61).
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
DESCRIPTION : Ces spores ont une forme trian­ Kedves (31) a trouvé ces spores dans l'éocène du
gulaire et des angles arrondis, mais elles sont rare­ bassin de Dorog. Ckatricosisporites cf. hungaricus Gamarozonisporites foveolatus
2Pl. XV , fig. 6 « et 6 DANZÉ-COBS. et LAV. ( )
Etage : Wealdien. • ' Pl. XV , fig. 8 a et b
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
éuge — 32, bowette couchant PBP à 960 m. Camarosonisporites sp.
Pl. XV, fig. 9 RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ce spéeimen n'a pas
été rattaché de façon certaine à l'espèce C. hunga­ Etage ; Wealdien.
ricus à cause de sa taille relativement petite puis­ Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vïeux>Condé.
qu'elle n'atteint que 50 microns. étage — 32, bowette couchant PB P à 960 m.
1
FRÉQUENCE : Un seul exemplaire. DESCRIPTION : Cette spore présente une forme
triangulaire arrondie. Le lon g du contou r équatorial
se trouve un cingulum de 4 à 5 microns de large
Cicatrieosisporites cicatricosoides KRurœcH
qui, au niveau des extrémités des branche s de l'Y ,
s'amincit très fortement pour ne plus mesurer que Holotype : Cicatrieosisporites cicatricosoides. Krutzsch
1959 (33, p. 171, Pl. XXXIV. fig. 361-365). 0,5 à 1 micron. Les branche s de l' Y sont au moins
égales aux 2/ 3 d u rayon. L'exine est ornée du côté
DESCRIPTION : Ces spores ont une forme trian­
distal d'un réticulum à murailles étroites (0,5 à
gulaire arrondie, l'exine est sculptée de côtes ayant
I micron) délimitant des mailles larges, plus ou
2 à 3 microns de large, séparées par des sillons
moins polygonales, de 8 à 12 microns de diamètre-
d'environ 1 micro n de large. Ces côtes sont rarement
Cette ornementation se prolong e sur le bor d externe
droites, le plus souvent elles sont ondulées et peu­ de la face proximale. La taille est de 30 microns
vent être interrompues par endroit. D'Y est tin et environ.
atteint les 2/3 du rayon. La taille est de 70 microns .
Cette spore présente de grandes analogies avec
EXTENSION GÉOGRAPHIQUE ET STRATIGRAPHIQUE :
le spéeimen dessiné par Martynova (44, Pl. 4, fig. 1 )
Krutzsch (33) a' créé C. cicatricosoides pour des et que cet auteur nomme Ca-marozonotriletes bellus.
spores qu'il a trouvées dans les lignites éocènes I I en diffère par une taille moindre et de plus il
de Geiseltales. entre dans le genre Gamarozonisporites PANT. et
non pas dans le genre Gatnarozonotriletes NAUMOVA
car le cingulum qui l'entoure est beaucoup moins
Cicatrieosisporites cf. cicatricosoides
large.
Pl. XV , fig. la et h
FRÉQUENCE : Un seul exemplaire. Etage : Wealdien.
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage — 32, bowette couchant PBP à 960 m.
Genre DENSOISPORITES WEYLAND et KRIBGER
RAPPORTS ET DIFFÉRENCES : Ce spécimen pré­
Génotype et description : 37, p. 113 sente tous les caractères de C. cicatricosoides,
cependant encore ici, il n'a pas été rattaché de
Densoisporites perinatus COUPER façon certaine à cette espèce à cause de sa petite
faille (35 micron s environ). - • Pl. XV, fig. 10
Genre DENSISPORITES (BERRY) LEVET-CARETTIÎ
Subdivision ZONOTRILETES WALTZ •
Liste synonyœiqus et description : 14, p, 329, et 39,
p. 273.
Série CINGULATI POTONIÉ et KLAUS
(2) La citation de cette espèce dans Levet-Carette
1964 (38, p. 120, fig, 36 et 37) comporte des erreurs Genre CAMAROZONISPORITES PANT
qu'il s'ugit de rectifier en lisant : Camarozonisporites
Liste synonymique et description : 1!, p. 333, et 37. foveolatus Danzé-Cors, et Lav. au lieu de : Camarozoni-
p. 114. sporites ptleudofoveoiatus Couper. — 161 —
Cf. Densisporites „ •. •' sorte de réticulum plus ou moins bien formé. La
taille de la spore est de 40 microns. Pl. XV, fig. li a et b
Etage : Wealdien. Une modification de structure ou de sculpture
de l'exine au niveau du pôle distal n'a pas pu Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage — 33, bowette couchant PBP à 960 m. être bien observée ici, c'est la raison pour laquelle
le spéeimen n'a été que rapproché du genre Aequi-
DESCRIPTION : Cette spore a une forme triangu­
triradisporites.
laire arrondie, elle est entourée par un anneau
(6 microns) formé de deux zones : une zone interne FRÉQUENCE : Un seul exemplaire.
F épaissie qui envoie des indentations dans une zone
externe mince, fine transparente souvent brisée à
cause de sa grande fragilité. Les branches de l'Y Subdivision AUIÏ1TOTRILETES
sont fines, légèrement ondulées, elles viennent jusque
POTONIÉ et KREMP
sur l'anneau. L'exine distale est épaissie ; elle est
sculptée de petites proéminences arrondies plus ou
Trilobispotttes (I'ANT) LKVET-CARETTE ^ moins irrégulières formant en vue polaire comme
un réseau de mailles arrondies. La taille est de
Liste synonymique et description : If, p. 330, et Sî,
4 0 microns environ. p. 114.
FRÉQUENCE : Deux exemplaires.
Trîlobisporites keteroverrueatus nov. sp. ,
Pl. XV, fig. 13 à 18
Série ZONATI POTONIÉ ét KREMP
Holotype : Pl. XV, fig. 13 a et. b, S.l. Va. 85.
Etage : Wealdien.
Genre AEQVITRIRADISPORlTES Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
étage — 32, bowette coueiiant PBP à 960 m. (DELCOURT et SPRUMONT) NAKOMAN
1955 Aequitriradites. Delcourt et Sprumont (19, p. 44). DIAGNOSE : « Spores triangulaires arrondies.
1961 Aequitriraiiites emend. Cookson et Dettmann (12, Angles ornés de verrues coalescentes figurant un
p. 426). épaississement plus ou moins prononcé. Présence
1966 Aequitriradisporites. Nakoman (46, p. 80). sur la face distale de verrues contiguës, arrondies
à polygonales de 1 à 4 microns de large et 1 à Génotype : Aequitrirodisporites (al. Aequitriradites)
dubius. Delcourt et Sprumont (19, p. 45, Pl. III, 3 microns de haut ainsi que, au niveau des inter­
fig. 7). rayons, de verrues beaucoup plus petites arrondies,
serrées les unes contre les autres ayant au plus
DESCRIPTION : Ces spécimens possèdent une large
0,5 micron de large et 1 à 2 microns de haut. A u
membrane qui entoure le corps de la spore et une
niveau de ces inter-rayons, bord externe de la
marque trilète qui se prolonge à travers toute la
spore finement dentelé. Ornementation distale pou­largeur de cette membrane ou presque. Aux envi­
vant se prolonger sur le bord externe de la face
rons du pôle distal, l'exine présente des modifica­
proximale. Y égal aux 2/3 du rayon. Taille variant
tions de structure ou de sculpture.
autour de 38 à 53 microns».
Cf. Aequitrimdisporites sp. DESCRIPTION : Ces spores ont donné lieu à la
création d'une espèce nouvelle, car elles ont été Pl. XV, fig. 12 • ,
trouvées en assez grande quantité. Il n'y a pas
Etage : Wealdien.
d'uniformité dans la taille des verrues qui les
Origine : Groupe de Valenciennes, fosse Vieux-Condé,
garnissent, c'est ainsi que l'échantillon figuré en
étage — 32, bowette couchant PBP à 960 m.
18 Pl. X V montr e une ornementation nettement plus
DESCRIPTION : C'est une spore triangulaire forte que celle du spéeimen représenté en 14,
Pl. XV. Mais tous deux possèdent une sculpture arrondie qui possède une membrane mince, trans­
parente, quelque peu ajourée, entourant le corps faite de grosses verrues distales et de verrues
beaucoup plus petites dans les inter-rayons, c'est de la spore. Les branches de l'Y sont longues, elles
tiaversent la membrane dont la largeur atteint 4 à pourquoi ils ont été réunis sous le même nom
spécifique. De plus, tous les intermédiaires, en ce 8-mierons. Le corps de la spore est garni d'une