Version Février Schéma régional des Formations Etat des lieux

icon

7

pages

icon

Français

icon

Documents

2006

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

7

pages

icon

Français

icon

Ebook

2006

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Version Février 2006 1 Schéma régional des Formations Etat des lieux Les métiers de la chimie trouvent à s'exercer dans de nombreux secteurs d'activité industriels bien implantés dans le Nord – Pas de Calais : l'industrie chimique bien sur, qui se caractérise par un réel dynamisme, mais aussi les activités plasturgiques, fournisseurs de l'automobile, ou encore les industries agro-alimentaires et l'agriculture. L'offre de formation professionnelle ou technologique s'est progressivement construite en lien étroit avec ces dynamiques économiques territoriales. Elle constitue une plate forme technologique multipolaire assurant la diversité des diplômes et leur répartition sur le territoire régional. 13409 Emplois (INSEE, Recensement Général de la Population de 1999) Total région : 1 372 723 1063 n années terminales de formations professionnelles qualifiantes (année 2003-2004) 856 Demandeurs d'emploi (DRTEFP, mars 2005) Total région : 248 697, hors DP 32 (formation recherche) et 99 (divers hors domaines professionnels) DP 10 : CHIMIE, PLASTURGIE, BIOLOGIE

  • industrie chimique

  • effectifs en années terminales de formations technologiques

  • e146 agents qualifiés de laboratoire

  • cartographie de l'offre de formation régionale

  • fap224 effectifs


Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

01 février 2006

Nombre de lectures

50

Langue

Français

Le mouvement brownien en chimie
Depuis le développement des ordinateurs, dès les années 1950, les physicochimistes ont
tenté de simuler le comportement de la matière à l’état liquide au moyen de calculs où l’on
cherche à déduire les propriétés macroscopiques de la dynamique des constituants
microscopiques.
Pour réaliser ces simulations, il est nécessaire de bien connaître la nature des interactions
entre particules.
Dans un premier temps, ces simulations peuvent donc servir à tester des modèles
d’interactions entre particules : on confronte les résultats obtenus par simulations à ceux
obtenus expérimentalement. Une fois les interactions entre particules convenablement
décrites, les simulations peuvent avoir un caractère prédictif.
Voyons ici les problèmes posés par la mise en oeuvre d’une simulation portant sur une
solution aqueuse ionique. Nous avons choisi le chlorure de cryptate de potassium
(K(C
18
H
36
O
6
N
2
)Cℓ) dans l’eau lourde à la concentration
C
= 0,15 mol.L
-1
.
Simulation de dynamique moléculaire
Plusieurs méthodes de simulation ont été mises au point. La première à laquelle on peut
penser consiste à résoudre les équations de la mécanique classique pour tous les atomes de
l’échantillon de matière considéré. On intègre donc numériquement l’ensemble des relations
f
i
=
m
i
·
a
i
(
f
i
est le vecteur somme des forces subies par l’atome n°
i
,
m
i
la masse de l’atome et
a
i
son vecteur-accélération). Connaissant les positions et les vitesses à un instant
t
, les
accélérations, calculées à partir des forces subies permettent de calculer les vitesses à un
instant
t
+
δ
t
. Ces vitesses conduisent ensuite de la même manière aux nouvelles positions.
Cette méthode nécessite l’emploi d’un pas de temps
δ
t
extrêmement petit ; on doit en effet
pouvoir négliger les éventuelles variations de
f
i
pendant cet intervalle de temps. Les
intervalles utilisés dans cette méthode de simulation – appelée « dynamique moléculaire » –
sont de l’ordre de 10
-15
s. Il est des cas où cette méthode nécessiterait des temps de calculs
gigantesques, c’est le cas par exemple lorsqu’on souhaite simuler le comportement d’une
solution aqueuse. Dans notre exemple, pour avoir une statistique sur 100 cations et 100
anions, il faut calculer les trajectoires de plus de 100 000 atomes !
Pour notre solution aqueuse de chlorure de cryptate de potassium, on aura donc recours à
une méthode différente, appelée « simulation de dynamique brownienne ».
1
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text