Saint Yves

-

Documents
170 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute la vie de saint Yves : un récit passionnant accompagné de 164 vignettes illustrées pour les enfants.
Découvrez la vie de ce saint breton qui était prêtre et juge. Fils d’un chevalier pauvre, Yves est très doué pour les études. Il étudie la théologie et le droit pour pouvoir venir en aide à tous les nécessiteux. Devenu prêtre et juge, il mène une vie de prière et de charité toute tournée vers les pauvres.

Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !
À partir de 7 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 avril 2011
Nombre de visites sur la page 18
EAN13 9782728914753
Langue Français
Signaler un problème
BELLES HISTOIRES BELLES VIES N°55 Collection fondée par le père Jean PIHAN
YVES LE BRETON QUI DÉFEND LES PAUVRES
TEXTE : Abbé CLAUDE FALC’HUN - ROBERT J. PINTIGNY ______________________________ ILLUSTRATIONS : J.-F. GUINDEAU ______________________________ COULEURS : FRANCK GURÉGHIAN - CHRISTIAN LEROLLE
15-27 rue Moussorgski - 75018 PARIS www.fleuruseditions.com
2
Un petit garçon de sept ans se promène dans le verger planté de pommiers, aenant au manoir familial. S on regard est vif ; des cheveux bouclés encadrent son visage et retombent gracieusement sur ses épaules. S oudain, il aperçoit sa mère qui vient à sa rencontre, toute souriante… I l se précipite et, la regardant avec tout l’amour qu’un enfant peut avoir pour sa maman : « Madame ma mère, dit-il, que dois-je faire qui vous fasse plaisir ? »
Quel est ce petit enfant qui appelle sa mère « Madame » ? Bien sûr, c’est étonnant ; mais nous sommes en l’an de grâce 1260, et dans une région de Bretagne où les enfants nomment toujours leur papa « Messire », et leur maman « Madame ». C’est leur manière à eux de témoigner le respect et l’amour qu’ils portent à leurs parents. Les coutumes peuvent ainsi changer, selon les époques et les pays.
3
Mais revenons au jardin. La maman s’est penchée sur son petit garçon qui la fixe longuement, les yeux dans les yeux. Et elle voit combien le regard de son fils est profond… Les yeux ne sont-ils pas comme un miroir de l’âme ? A lors, de tout son cœur maternel, elle murmure ces quelques mots qui toute la vie reste(rontgravésdansceluidugarçon: « Vivez de telle sorte, mon fils, que vous deveniez un saint ! »
4
Cet enfant de sept ans, qui parle déjà si gravement à sa mère, s’appelle Yves Hélori de Kermartin. Il est de noble lignée. S on grand-père, Tanoïc, a accompagné le duc de Bretagne Pierre Le Mauclerc à la Croisade que saint Louis avait décidée contre les S arrasins. I l a suivi le roi de France en Égypte et vaillamment combattu à la bataille de Mansourah. Après plusieurs années d’absence, il a regagné sa seigneurie.
5
S ans doute fut-il de retour pour assister au mariage de son fils, Hélori de Kermartin, avec Dame Azou de Quinquis. Les manoirs des deux familles ne sont distants l’un et l’autre que d’une lieue environ. Celui de Kermartin est situé sur le territoire de la cité de Treguer (aujourd’hui : Tréguier), sur la côte nord de la Bretagne. Cee petite ville est bâtie au confluent de deux rivières, le Guindy et le J audy, qui forment à partir de là une voie navigable pouvant être empruntée par les bateaux pour rejoindre la Manche.
6
Un peu à l’écart de la côte, Tréguier est à l’abri des incursions des pirates. Aussi, ses chantiers de constructions navales sont-ils en pleine activité. Q uand le connétable de Clisson voudra débarquer en A ngleterre, ils pourront lui fournir les cent navires nécessaires. Les rues de la cité sont étroites, tortueuses, mais bordées de belles maisons appartenant aux riches armateurs ou aux seigneurs de la région. Ces derniers, qui exploitent souvent eux-mêmes leurs domaines, se réservent un pied-à-terre en ville.
7
e Fondé au VI siècle par saint Tugdual, Tréguier est à la fois ville de paix et ville sainte. Ceux qui craignent la justice viennent s’y réfugier car ils bénéficient en ses murs du droit d’asile. Mais c’est également un lieu de pèlerinage très fréquenté. Les habitants des campagnes environnantes se rendent en foule à la belle cathédrale construite en l’honneur du saint fondateur. S ur l’autre rive du J audy, on aperçoit le manoir de Q uinquis où a grandi D ame A zou, la maman de tout à l’heure.