Sainte Bernadette de Lourdes

-

Documents
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute la vie de sainte Bernadette : un récit passionnant accompagné de 168 vignettes illustrées pour les enfants. Découvrez la petite sainte de Lourdes et l’histoire lumineuse de ce sanctuaire mondialement connu. Une vie toute simple et pure, transfigurée par les apparitions de la Vierge Marie. Collection historique fondée en 1947, "Belles histoires belles vies" présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme ! À partir de 7 ans.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 mars 2011
Nombre de visites sur la page 11
EAN13 9782728914227
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
BELLES HISTOIRES BELLES VIES N°16 Collection fondée par le père Jean PIHAN
BERNADETTE DE LOURDES
TEXTE : AGNÈS RICHOMME ______________________________ ILLUSTRATIONS : ROBERT RIGOT ______________________________ COULEURS : CHAGNAUD - YOT - BRUNET
15-27 rue Moussorgski - 75018 PARIS www.fleuruseditions.com
Avant-propos LO URD ES !… Ce petit mot si court qui est, tu le sais, le nom d’une ville pyrénéenne, n’évoque-t-il pas en toi un souvenir heureux, ou au moins un désir ? Un souvenir heureux… car tu es peut-être de ceux qui ont eu la joie de participer à un pèlerinage vers la Grotte où la Sainte Vierge apparut à une petite fille de chez nous. Un désir… car si ce/e joie ne t’a pas encore été donnée, tu es certainement de ceux qui l’espèrent pour le plus tôt possible. I l est vrai qu’à Lourdes on ne se sent pas tout à fait le même qu’ailleurs. Lorsqu’on est là, au bord du Gave, et que l’on pense que Bernade/e, dix-huit fois différentes, à la place où se trouve actuellement la statue, vit la sainte Vierge, reçut son Message, pria avec elle, on éprouve en soi une grande émotion. Et comme on est reconnaissant à la petite Bergère d’avoir attiré le regard de Marie ! I ls le savent bien, tous ces pèlerins, tous ces malades qui, après N otre D ame de Lourdes, invoquent avec ferveur sainte Bernade/e pour obtenir le réconfort ou la guérison qu’ils sont venus chercher dans ce coin de France connu maintenant du monde entier. Et pourtant, pouvait-elle être plus simple ce/e existence de pauvre paysanne ? Bernade/e était vraiment une petite fille comme les autres. Elle ne se distinguait en rien de ses compagnes si ce n’est par son extrême pauvreté, sa santé fragile et sa petite taille… Mais le regard de D ieu est plus vrai que le nôtre. I l ne voit pas seulement l’extérieur mais aussi le cœur. Celui de Bernade/e était simple et pur. Elle était douce et pieuse, vaillante et serviable. Surtout, elle aimait tendrement Notre Dame et la priait fidèlement. Et N otre D ame la récompensa magnifiquement, puisqu’elle en fit sa confidente et se servit d’elle pour nous transmettre son Message de prière et de pénitence. Loin de jamais tirer vanité de ce/e destinée extraordinaire, toute sa vie — tu le verras en parcourant ces pages — elle demeura ce qu’elle était au moment des A pparitions : simple et modeste. La sainte Vierge lui avait fait comprendre que son rôle à elle était de sauver les âmes par la souffrance. Et elle en eut une bonne part, aussi bien dans son corps que dans son âme. Mais elle resta vaillante toute sa vie. N otre D ame ne lui avait-elle pas dit elle-même : « J e ne vous promets pas de vous rendre heureuse dans ce monde mais dans l’autre » ? Heureuse, elle l’est maintenant, puisqu’elle est enfin réunie à Celle dont la merveilleuse apparition dans le trou du rocher de Massabielle lui faisait dire : « Marie, elle est si belle que, lorsqu’on l’a vue une fois, on voudrait mourir pour la revoir ! » Agnès RICHOMME.
1
Une rue tranquille dans une calme ville de province française. Un grand porche de bois tout simple, et toujours ouvert. Une cour baignée de soleil, où lonnentendplusquelechantdesoiseauxetledouxmurmureduventdanslesfeuilles. C’est le couvent Saint-Gildard à Nevers, le couvent de sainte Bernadette Soubirous.
2
Elle est là, toute simple dans sa riche châsse de verre, offrant aux regards émus des pèlerins son doux sourire et toute son attitude si recueillie. Elle est là, c’est-à-dire que son corps est là, depuis que N otre D ame est venue chercher son âme, le mercredi de Pâques 16 avril 1879, pour réaliser enfin la promesse qu’elle lui fit de la rendre heureuse « non pas en ce monde, mais dans l’autre. »
3
Car cee petite Bernadee, que l’Église a déclarée sainte sous son nom de S œur de la Charité de N evers : sainte Marie-Bernard, c’est la petite fille qui eut le bonheur de voir dix-huit fois la sainte Vierge lui apparaître, à partir du 11 février 1858, dans la groe de Massabielle, à Lourdes. Nevers, c’est le dernier mot sur terre de la merveilleuse histoire commencée à Lourdes.
4
Une histoire tellement vraie qu’elle se vérifie encore chaque jour. À Lourdes, la source des grâces continue de couler pour les innombrables pèlerins venus du monde entier. À N evers, miracle permanent, le corps de l’humble Bernade"e fut retrouvé intact (comme si elle venait de mourir à l’instant) plus de quarante ans après son enterrement.