Les Franciliens et la culture

icon

6

pages

icon

Français

icon

Documents

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

6

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Les Franciliens et la culture
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

86

Langue

Français

Les Fra et la
nciliens culture
L’Île-de-France offre une large palette d’activités culturelles, diversifiées et de grande qualité, très appréciées des Franciliens. Ceux qui s’y adonnent ont un profil socio-démographique bien précis, plus parisien que francilien, citadin, plutôt jeune, diplômé et bien rémunéré. Ces précisions expliquent le niveau élevé, bien qu’inégal, de leurs pratiques culturelles. Leurs motivations viennent souvent d’un goût certain pour l’art , de la curiosité, ou simplement du besoin de se distraire. Si presque tous regardent la télévision, le cinéma, la lecture et la visite de monuments sont aussi largement pratiqués. L’opéra, le cirque et les activités d’amateurs rencontrent moins de succès. L’accès à la culture n’est cependant pas toujours facile et suppose quelques exigences : du temps libre, la proximité des lieux de pratique, des moyens financiers, mais aussi une éducation ou une sensibilisation.
En mai 2 0 0 3 , parmi 9 millions de Franciliens âgés de 15 ans ou plus, - 6 ,5 millions ont lu au moins un livre au cours des douze derniers mois, - 5,7 millions sont allés au cinéma, - 3,5 millions ont visité un musée, - 630 000 ont joué assidûment d’un instrument de musique, autant ont pratiqué l’écriture ou sont allés à l’opéra (il s’agit en partie des mêmes personnes).
Des approches culturelles variées
Alors qu’il suffit de pratiquer régulière-ment au moins un sport pour se considé-rer sportif, à l’évidence, aucune pratique culturelle ne peut à elle seule justifier chez quiconque une aptitude culturelle géné-rale. En revanche, la moindre pratique s’avère révélatrice du mode de vie, puisque, outre l’âge, les indicateurs les plus influents sur la nature et l’intensité des pratiques relèvent du niveau d’études ou du niveau de revenus.
Pour mieux rendre compte de leur diversité et de la façon de les prati-quer, les activités culturelles ont été regroupées : Regarder,écouter, réunit la télévi-(1) sion, la radio et l’écoute musicale ; Lireconcerne la lecture de livres, de bandes dessinées, de la presse quoti-dienne ou de la presse magazine ; Sortirs’attache aux pratiques effectuées dans des lieux spécifiques, à savoir les visites de musées, d’expositions, de sites et monuments, les festivals, le cinéma et les spectacles (théâtre, danse, cirque ou encore concerts) ; Créer,se récréercomprend les pra-tiques liées à un investissement créatif individuel. Il peut s’agir du dessin, de la photographie, du chant ou de la pra-tique d’un instrument de musique etc.
F É V RI E R 2 0 0 6
L’enquête «Participation à la vie culturelle et sportive»
L’ Institut national de la statistique et des études économiques permet depuis janvier 1 9 9 6 , par l’ enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (EPCV), d’ étudier chaque année l’ évolution de divers indicateurs sociaux, auprès d’ un échantillon de 8 0 0 0 logements pour la France métropolitaine. En mai 2 0 0 3 , la par tie variable de l’ enquête EPCV por tait sur la par ticipation culturelle et spor tive, au cours des douze mois précédents, des personnes interrogées. L’ échantillon francilien comprend 1 7 7 9 individus représentatifs de la population d’ Île-de-France âgée de 1 5 ans ou plus. L’ enquête a fait l’ objet d’ un cofinancement des ministères chargés du Spor t et de la Culture aux niveaux national et régional, et de l’ Iaurif au niveau régional.
(1) La télévision, tout comme la lecture de la presse ou la consultation d’Internet, a été considérée dans cette enquête comme une pratique culturelle. Cela peut paraître exagéré, dans la mesure où la pratique de ces activités se rapproche plutôt du loisir ou de l’information pour un grand nombre de personnes. La télévision, notamment, est souvent accusée d’être responsable de la désertion d’autres activités cultu-relles. Toutefois, ces pratiques ont un lien avec la culture : elles peuvent donner envie d’assister à u n spectacle vivant, de lire, etc., et c’est pour cela qu’il a été décidé de ne pas les laisser de côté.
I N S T I T U T D ’ A M ÉN A G EM EN T ET D ’ U R B A N I S M E D E L A R ÉG I O N D ’ I L E- D E- F R A N C E 1 5 , r u e F a l g u i è r e 7 5 7 4 0 P a r i s Ce d e x 1 5 - t é l . : 0 1 5 3 8 5 7 7 4 0
N° 410
C . Ab ron/Ia urif
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text