Les investissements français en Chine - Etienne Larsabal
91 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les investissements français en Chine - Etienne Larsabal

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
91 pages
Français

Description

Les investissements français en Chine - Etienne Larsabal

Informations

Publié par
Nombre de lectures 159
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Etienne Larsabal
Régis Pennel




















Les investissements français en Chine


Les multinationales face au géant chinois
























Ecole des Mines de Paris
Corps Technique de l‟Etat
1




Synopsis


A partir du thème « Les investissements français en Chine », nous avons interrogé
les dirigeants de grands groupes français afin de recueillir leur vision de la Chine et
le positionnement de leur entreprise.

Nous avons pu en établir trois constats :

1. La Chine attire les investissements français pour son marché intérieur. Elle
les attire aussi car elle représente maintenant une nouvelle base de
développement privilégiée pour les multinationales, à l‟égal de l‟Europe et des
Etats-Unis. En effet, être présent en Chine devient incontournable du fait des
conditions de la production industrielle locale, de la mise en place d‟une R&D
innovante et du développement des grands groupes chinois avec lesquels
l‟interaction devient nécessaire.

2. La réalisation pratique des implantations en Chine est devenue moins difficile
qu‟auparavant grâce aux nombreuses réformes mises en place, notamment
après l‟adhésion à l‟OMC en 2001. Pour autant, la Chine n‟est pas un pays
facile : les atteintes à la propriété intellectuelle ou la pénurie en personnel
qualifié posent encore quelques problèmes.

3. Les grands groupes français sont en majorité profitables en 2005, les
groupes implantés depuis le plus longtemps en Chine ayant les meilleurs
retours. Les stratégies d‟implantation restent encore variées tant dans les
objectifs, que la recherche de partenaires ou le rythme des investissements.

Malgré ce constat d‟attractivité, nous avons relevé que le volume des
investissements français reste faible en comparaison de celui des autres pays
développés. Nous pensons qu‟il mériterait d‟être bien supérieur au vu de la
compétition des autres pays occidentaux pour occuper les places encore
disponibles en Chine.



2 Table des matières


Introduction ............................................................................................................................5

1 Pourquoi la Chine doit-elle attirer les investissements des groupes français en 2005 ?...6
1.1 Présentation générale de la Chine ..........................................................................6
1.2 Un marché attractif ..................................9
1.2.1 Un marché vaste .9
1.2.2 Un marché ouvert ..............................17
1.2.3 Un marché non saturé .......................................................20
1.3 Une base de développement ................................................20
1.3.1 Une base de production privilégiée ...................................20
1.3.2 La R&D en Chine ..............................................................22
1.3.3 Le développement des multinationales chinoises ..............25
1.4 Les conséquences macroéconomiques de la montée en puissance de la Chine ..28
1.5 Les risques en Chine ............................................................29

2 Est-il toujours aussi difficile de s‟implanter en Chine en 2005 ? .....................................32
2.1 Le partenaire chinois .............................................................33
2.2 La localisation .......................................33
2.3 Les ressources humaines .....................................................34
2.4 Le positionnement marché ....................38
2.5 Les différences culturelles ................................40
2.6 La langue ..............................................41
2.7 L‟évolution des lois ................................................................44
2.8 Le respect des contrats .........................45
2.9 La corruption .........47
2.10 La conception des usines ......................................................49
2.11 Les Guanxi et le lobbying ................................49
2.12 La propriété intellectuelle 51
2.13 Le choix du nom ....................................................................................................52

3 Quel est le niveau des investissements français en Chine en 2005 ? ............................55
3.1 Les Investissements Directs Etrangers en Chine ..................................................55
3.1.1 La Chine, première destination mondiale des IDE .............55
3.1.2 Qui investit en Chine ? ......................................................56
3.1.3 Les IDE français en Chine .................57
3.2 La présence des entreprises françaises ................................................................57
3.2.1 Les investisseurs français en Chine ..57
3.2.2 La localisation des implantations .......58
3.3 Profitabilité des groupes français en Chine ...........................61
3.3.1 Statistiques de profitabilité des groupes français ...............................................61
3.3.2 Le facteur temps ...............................................................................................62
3.4 De nouvelles motivations pour s‟établir en Chine ..................63
3.4.1 Délocalisation de la production ..........63
3.4.2 Délocalisation de la recherche : pas encore à l‟ordre du jour.............................64
3.4.3 Accéder au marché chinois ...............................................................................65
3.4.4 Etre plus global .................................................................................................65
3.4.5 Profiter du développement des groupes chinois ................66
3.4.6 Pour exporter ....67
3.4.7 Pour accompagner les clients ...........67
3.4.8 Pourquoi la Chine et pas le Brésil, la Russie ou l‟Inde ? ....................................67
3.5 La fin des joint-ventures ........................................................................................68
3.5.1 Tout seul ...........................................68
3.5.2 En Partenariat ...69
3 3.5.3 Par acquisition ou participation dans des groupes chinois .................................70
3.6 Un rythme de développement trop prudent ? ........................................................70
3.6.1 Les prudents .....................................70
3.6.2 Les contraints ....71
3.6.3 Les plus rapides ................................71

Conclusion ...........................................................................................................................72

Annexe 1 : Interlocuteurs rencontrés ...............73
Mémoire encadré par ........................................................................................................73
Administration publique .....73
Entreprises .......................................................................................................................73

Annexe 2 : Références bibliographiques .........................................................................76
Ouvrages ..........................76
Documents sur internet .....................................76

Annexe 3 : Sites Internet .................................................................78
Sites internationaux ..........78
Sites chinois......................................................................................78

Annexe 4 : Catalog for the Guidance of Foreign Investment Industries ...........................79
Catalogue of Encouraged Foreign Investment Industries ..................................................79
Catalogue of Restricted Foreign Investment Industries .....................86
Catalogue of Prohibited Foreign Investment Industries 88
Catalogue for the Guidance of Foreign Investment Industries (Attachment) ......................90


4 Introduction

Ce rapport a été réalisé dans le cadre de la troisième année de formation du Corps des
Mines, à l‟Ecole des Mines de Paris. Il s‟agissait d‟investiguer sur le thème « Les
investissements français en Chine ».
Il existe une littérature abondante décrivant ce sujet d‟actualité. Notre choix a été de recueillir
les témoignages des responsables des grands groupes français. Nous rapportons ici les
tendances déduites de leurs propos, en espérant apporter ce-faisant une information
nouvelle. Nos interrogations étaient les suivantes : « Pour quelles raisons un groupe
d‟envergure internationale doit investir en Chine en 2005 ? », « Quelles sont les difficultés
matérielles rencontrées lors de l‟implantation en Chine pour une multinationale française en
2005 ? » et « Quels sont le volume et le succès des implantations en Chine des grands
groupes français en 2005 ». Les réponses apportées par ce rapport ne concernent donc que
les grands groupes français et ne peuvent être extrapolées qu‟avec prudence aux petites et
moyennes entreprises.
Ces trois questions guident le développement du présent rapport : nous verrons dans la
première partie ce que doit représenter la Chine aujourd‟hui pour un investisseur français de
grande taille. Dans la seconde partie, nous verrons si la réalisation d‟une implantation en
Chine pose les problèmes qu‟elle posait il y a encore dix ans. Enfin, nous verrons dans la
dernière partie si les grands groupes français sont profitables ou non en Chine et si le niveau
de l‟investissement français en Chine est à la hauteur de l‟intérêt stratégique que représente
la Chine.

Nous remercions Dominique Dron et Jacques Puéchal qui nous ont guidé durant cette étude
ainsi que tous les interlocuteurs qui ont bien voulu nous accorder leurs précieux
témoignages.



5 1 Pourquoi la Chine doit-elle attirer les investissements
des groupes français en 2005 ?


Après plus de trente ans de communisme et de repli sur soi-même, la Chine du début du
XXIe siècle émerge comme une nouvelle puissance mondiale. En seulement 25 ans, la
Chine est passée d‟un pays du tiers-monde à un pays riche de plus 600 milliards de dollars
de réserves de change.

1Nous souhaitons développer dans la première partie ce commentaire de M. Deléens : « la
Chine n‟est plus l‟usine du monde, c‟est la World Company ». En effet, il est important
d‟abandonner la vision d‟une Chine dont les avantages serviraient uniquement à délocaliser.
La Chine représente désormais bien plus. Nous verrons que c‟est tout d‟abord à ce jour un
formidable marché. Nous verrons que c‟est aussi maintenant une des places mondiales où il
faut être présent pour assurer son développement à l‟international, au même titre que
l‟Europe et que les Etats-Unis.

Cependant cette ouverture au monde a comme conséquence de dérégler les grands
équilibres macroéconomiques mondiaux : même si la Chine pousse la croissance mondiale,
elle peut en être également le principal facteur de déstabilisation. Enfin, cette double
attractivité de la Chine peut être remise en question si une crise y survient.


1.1 Présentation générale de la Chine

D‟une superficie égale à celle des Etats-Unis, la Chine est essentiellement bordée au Nord
par la Mongolie et la Russie, à l‟Est par la Mer de Chine et le Japon, au Sud par l‟Inde, le
Népal, le Pakistan, le Vietnam et la Birmanie et à l‟Ouest par le Kazakhstan. Le territoire
chinois est divisé en 23 provinces, 5 régions autonomes et 4 municipalités autonomes
(Shanghai, Pékin, Chongqing et Tianjin).


1 Dr Gérard Deléens : Représentant Général pour la Chine, President de Total Petrochemicals en Chine lors d‟un
entretien privé le 30 mars 2005
6
Carte de la Chine

La population chinoise a dépassé 1,3 milliards d’habitants, et est en croissance de
20,58% par an . La population est sensiblement jeune avec un âge moyen de 32 ans.
Conséquence de la politique de l‟enfant unique, l‟écart entre le nombre d‟hommes et de
femmes continue d‟augmenter (aujourd‟hui à 1,12 hommes par femme).


Pyramide des âges de la Chine

eLa Chine occupe au niveau économique le 7 rang mondial en 2004 avec un PIB
d‟environ 1365 milliards d‟euros. La Chine assure 18% de la croissance économique
internationale et 8% des exportations mondiales. Son PIB par habitant est supérieur à mille
dollars, ce qui la place parmi les pays à revenu intermédiaire inférieur. L‟économie est
dominée par le secteur industriel, en croissance de 11,1% par an. Par exemple, elle détient
85% du marché mondial des tracteurs, montres et jouets, 55% du marché des appareils
photos et ordinateurs portables, 30% du marché des téléviseurs et machines à laver. Les

2 Toutes les statistiques de cette partie sont issues des statistiques du Bureau Chinois de Statistique
(www..stats.gov.cn), le CIA World Factbook et les statistiques de la DREE « Statistiques Chine Mai 2005 »

7 exportations ont augmenté de plus de 36% en 2004 permettant à la Chine de dégager un
excédent de 32 milliards de dollars. Les principaux clients sont les Etats-Unis, le Japon et
l‟Allemagne.
La Chine dispose de 609 milliards de dollars de réserve de change à fin 2004 dont 220
milliards de bons du trésor américain. Le montant escompté à fin 2005 est estimé à 740
milliards de dollars ce qui se rapproche des réserves japonaises (820 milliards).
eEnfin, la Chine est le 2 récipiendaire d’Investissements Directs Etrangers dans le
monde avec 60,6 milliards de dollars (+13,3%).
15%
32%
Secteur primaire
Secteur secondaire
Secteur tertiaire
53%

Répartition du PIB Chinois par secteurs d’activité

PIB 1365 milliards d‟euros
PIB à Parité Pouvoir d‟Achat 7262 milliards de dollars
PIB/Hab. à Parité Pouvoir d‟Achat 5600 dollars
Croissance du PIB 9,5%
Investissement 46% du PIB
Exportation 593,4 milliards de dollars
Importation 561,4 milliards de dollars
Réserve de Change (à fin 2004) 609 milliards de dollars
Dette 31,4% du PIB
Population 1,306 milliards d‟habitants
Taux de croissance de la population 0,58%
Inflation 3,9%
erChômage (1 trimestre 2005) 4,2%
Principaux indicateurs économiques chinois en 2004

L‟économie chinoise est le « socialisme avec des caractéristiques chinoises » issu du
socialisme de marché de 1970. L‟économie est dominée par l‟initiative privée et le marché
tandis qu‟un certain nombre de secteurs clés restent aux mains de l‟Etat via les entreprises
publiques (State Owned Enterprises SOEs). L‟Etat garde également de nombreux leviers
macro-économiques par le contrôle presque total du système financier, l‟importance de
l‟administration, l‟intrusion du parti communiste au sein des entreprises...

La monnaie chinoise est le Renminbi ( 人民币, « Monnaie du peuple ») qui est appelée
également le yuan (CNY). De 1994 à 2005, le yuan était indexé sur le dollar à environ 8,28
yuans pour 1 dollar. Le 21 juillet 2005, la Chine a abandonné le peg pour un cours flottant
déterminé a partir d‟un panier de devises (US dollar, euro, won coréen, dollar de Singapour,
livre sterling, ringgit malais, rouble russe, dollar australien, baht thaïlandais et dollar
canadien). En conséquence, le yuan s‟est apprécié de plus de 2%. Selon le gouverneur de la
8 3banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan , la réforme du yuan devrait continuer
graduellement.


Les statistiques chinoises
Nous utilisons régulièrement dans ce mémoire les statistiques du Bureau National de
Statistiques Chinois car ce sont les données les plus complètes et les plus récentes.
Cependant, elles ne devraient être considérées qu‟à titre de tendance. En effet, les
statistiques chinoises sont souvent sujettes à discussion. Ainsi, le taux de chômage varie
entre 3-4% officiellement, 9,8% dans les villes selon le CIA Factbook ou 20% voire plus
selon les journaux. L‟évaluation du PIB est un autre sujet de critique. Tandis que Li
Deshui, directeur du Bureau National de Statistiques, se plaint de la surévaluation des
performances des provinces, Patrick Arthus, directeur des études économiques chez Ixis
CIB estime que les chiffres sont délibérément sous-estimés afin de ne pas effrayer les
partenaires commerciaux de la Chine. Le gouvernement chinois est en train de réformer le
système et un nouveau bureau indépendant pourrait être créé.
A titre informatif, les statistiques chinoises sont régulées par la loi sur les statistiques de
1983 révisée en 1996 :
http://www.stats.gov.cn/english/lawsandregulations/statisticallaws/t20020329_15257.htm
Source : Bureau National de Statistiques, Le Monde, China Daily


1.2 Un marché attractif

Nous venons de voir que la Chine est un pays vaste, peuplé, de situation centrale en Asie et
désormais relativement riche. Mais y-a-t-il un marché accessible aux investisseurs étrangers
dans ce pays ? La réponse que nous avons recueillie au travers des témoignages des
responsables des grands groupes français, est positive : le marché chinois est déjà vaste,
ouvert, non saturé et il devrait encore se développer.

1.2.1 Un marché vaste

Le marché chinois en 2005 permet déjà aux grands groupes français de réaliser un chiffre
d‟affaire substantiel en Chine, c‟est du moins ce que nous ont affirmé la grande majorité des
responsables que nous avons rencontrés. Nous replaçons ici l‟émergence de ce marché
dans son contexte.

1.2.1.1 La classe moyenne

En 1984, Deng Xiao Ping relançait l‟ouverture de l‟économie socialiste de marché par un
discours dont l‟essence tient dans les deux mots « Enrichissez vous ! ». Cette maxime a été
appliquée avec succès. De 1979 à 2003, le PIB par habitant a été multiplié par six, de 183
4dollars à 1100 dollars . Avec un PIB par habitant moyen supérieur à 1000 dollars, la
Chine n’est désormais plus un pays pauvre. En avril 2005, la Chine a été retirée du
Programme Mondial Alimentaire des Nations Unies. Elle amène maintenant sa contribution
pour aider les autres pays. Une évolution aussi importante laisse supposer l‟existence d‟une
5classe moyenne car comme nous le signalait Jacques Verdonck , « un PIB par habitant au

3 Dans un entretien au Financial Times: Zhou Xiaochuan estime également que le cours du yuan ne serait pas
complètement libre avant au moins 5 ans.
4 Source : Banque Mondiale. Donnée corrigée de l‟inflation.
5 Jacques Verdonck : Directeur de la stratégie Renault lors d‟un entretien privé le 23 mars 2005
9 dessus de 1000 dollars indique l‟émergence d‟une classe moyenne susceptible d‟acheter
des biens de consommation évolués comme des automobiles. » La notion de PIB par
habitant est cependant bien trompeuse. Une évaluation que nous avons effectuée à partir
des données statistiques 2004 du Bureau National des Statistiques chinoises donne un
revenu moyen chinois égal à 5640 yuans par an (environ 564 euros).

En réalité, de tels chiffres cachent beaucoup de disparités. « En Chine, on peut acheter des
6produits pas chers et vendre des produits très chers. C‟est un véritable paradoxe. » En effet,
7il existe des disparités importantes de revenus entre la population. L‟index de Gini qui
mesure les inégalités de distribution de richesse dans un pays est de 40,3 en Chine en 2003
(0 pour une parfaite égalité, 100 pour une parfaite inégalité). En comparaison, le Danemark
ou le Japon ont 25, la France est à 32,7 mais les Etats-Unis sont à 40,8.

La Chine présente ainsi une différence importante entre le revenu rural et urbain. En
82004, le revenu moyen urbain chinois est plus de trois fois supérieur au revenu rural : 9422
yuans contre 2936 yuans (environ 940 euros et 290 euros). Comme le montre le graphe ci-
dessous, cette différence de revenu s‟est en outre accélérée avec le développement chinois.
10000
9000
8000
7000
6000
5000
4000
3000
2000
1000
0
Revenu urbain Revenu rural Revenu moyen

Revenu par habitant et par an (valeur 2000 estimée).
Données compilées à partir de statistiques du Bureau National de Statistiques chinois

A fin 2004, malgré la volonté du gouvernement de réduire cet écart par des mesures
adaptées, le revenu rural n‟a cru que de 6,8% alors que le revenu urbain a cru de 7,7%. Les
très pauvres restent nombreux avec 2,6 millions de personnes vivant avec moins de 668
yuans par an (66 euros). Cinq millions de personnes ont un revenu compris entre 669 et 924
yuans. Les plus pauvres chinois sont les paysans des provinces de l‟Ouest et les migrants
qui viennent travailler à la ville pour un salaire de misère.


6 Isabelle Bricknell George : Directeur du Plan et des Etudes Stratégiques de PPR dans un entretien le 5 avril
2005
7 Voir site du Programme des Nations Unies pour le Développement :
http://www.undp.org/hdr2003/indicator/indic_126_2_2.html
8 Sauf indications spécifiques, les données sont issues du bureau National de Statistiques chinois
10
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents