Chretien de troyes chevalier

icon

285

pages

icon

Français

icon

Documents

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

285

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Publié par

Nombre de lectures

237

Langue

Français

Le chevalier de la charrette : Lancelot éditions eBooksFrance www.ebooksfrance.com 1 Le chevalier de la charrette : Lancelot Adaptation d'un texte électronique provenant de la Bibliothèque Nationale de France : http://www.bnf.fr/ 2 Le chevalier de la charrette : Lancelot 3 Le chevalier de la charrette : Lancelot • − ancien français • − français moderne 4 Le chevalier de la charrette : Lancelot ancien français Des que ma dame de Chanpaigne Vialt que romans a feire anpraigne, Je l'anprendrai mout volentiers, Come cil qui est suens antiers De quanqu'il puet el monde feire, Sanz rien de losange avant treire. Mes tex s'an poïst antremetre Qui i volsist losenge metre, Si deïst, et jel tesmoignasse, Que ce est la dame qui passe Totes celes qui sont vivanz, Tant con les funs passe li vanz Qui vante en mai ou en avril. Par foi, je ne sui mie cil Qui vuelle losangier sa dame ; Dirai je : "Tant com une jame Vaut de pelles et de sardines, Vaut la Contesse de reïnes" ? Naie, je n'en dirai ja rien, S'est il voirs maleoit gré mien ; Mes tant dirai je que mialz oevre Ses comandemanz an cest oevre Que sans ne painne que g'i mete. Del CHEVALIER DE LA CHARRETE Comance Crestïens son livre ; Matiere et san li done et livre La Contesse, et il s'antremet De panser, si que rien n'i met Fors sa painne et s'antancion. Des or comance sa reison. A un jor d'une Acenssion Fu venuz de vers Carlion Li rois Artus et tenu ot Cort molt riche a Camaalot ; Si riche com au jor estut. Aprés mangier ne se remut Li rois d'antre ses conpaignons ; Molt ot en la sale barons, Et s'i fu la reïne ensanble ; Si ot avoec li, ce me sanble, Mainte bele dame cortoise, Bien parlant an lengue françoise ; Et Kex qui ot servi as tables Manjoit avoec les conestables. La ou Kex seoit au mangier, A tant ez vos un chevalier Qui vint a cort molt acesmez, De totes ses armes armez. Li chevaliers a tel conroi ancien français 5 Le chevalier de la charrette : Lancelot S'an vint jusque devant le roi La ou antre ses barons sist, Nel salua pas, einz li dist : "Rois Artus, j'ai en ma prison De ta terre et de ta maison Chevaliers, dames et puceles, Mes ne t'an di pas les noveles Por ce que jes te vuelle randre ; Einçois te voel dire et aprandre Que tu n'as force ne avoir Par quoi tu les puisses ravoir ; Et saches bien qu'ainsi morras Que ja aidier ne lor porras." Li rois respont qu'il li estuet Sofrir, s'amander ne le puet, Mes molt l'an poise duremant. Lors fet li chevaliers sanblant Qu'aler s'an voelle, si s'an torne, Devant le roi plus ne sojorne, Et vient jusqu'a l'uis de la sale ; Mes les degrez mie n'avale, Einçois s'areste et dit de la : "Rois, s'a ta cort chevalier a Nes un an cui tu te fiasses Que la reïne li osasses Baillier por mener an ce bois Aprés moi, la ou je m'an vois, Par un covant l'i atandrai Que les prisons toz te randrai Qui sont an essil an ma terre Se il la puet vers moi conquerre Et tant face qu'il l'an ramaint." Ce oïrent el palés maint, S'an fu la cort tote estormie. La novele en a Kex oïe, Qui avoec les sergenz manjoit ; Le mangier leit, si vient tot droit Au roi, si li comance a dire Tout autresi come par ire : "Rois, servi t'ai molt longuemant Par boene foi et lëaumant ; Or praing congié si m'an irai Que ja mes ne te servirai ; Je n'ai volenté ne talant De toi servir d'ore en avant." Au roi poise de ce qu'il ot, Mes, quant respondre mialz li pot, Si li a dit eneslepas : "Est ce a certes ou a gas ? " Et Kex respont : "Biax sire rois, Je n'ai or cure de gabois, ancien français 6 Le chevalier de la charrette : Lancelot Einz praing congié trestot a certes ; Je ne vos quier autres dessertes N'autre loier de mon servise ; Ensi m'est or volantez prise Que je m'an aille sanz respit. − Est ce par ire ou par despit, Fet li rois, qu'aler an volez ? Seneschax, si con vos solez, Soiez a cort, et sachiez bien Que je n'ai en cest monde rien Que je por vostre remenance Ne vos doigne sanz demorance − Sire, fet Kex, ce n'a mestier ; Ne prandroie pas un sestier, Chascun jor, d'or fin esmeré." Ez vos le roi molt desperé ; Si est a la reïne alez. "Dame, fet il, vos ne savez Del seneschal que il me quiert ? Congié demande et dit qu'il n'iert A ma cort plus, ne sai por coi Ce qu'il ne vialt feire por moi Fera tost por vostre proiere ; Alez a lui, ma dame chiere ! Quant por moi remenoir ne daigne ; Proiez li que por vos remaigne Et einz l'an cheez vos as piez, Que ja mes ne seroie liez Se sa conpaignie perdoie." Li rois la reïne i anvoie Au seneschal, et ele i va ; Avoec les autres le trova, Et quant ele vint devant lui, Si li dit : "Kex, a grant enui Me vient, ce sachiez a estros, Ce qu'ai oï dire de vos. L'an m'a conté, ce poise moi, Que partir vos volez del roi ; Don vos vient, et de quel corage ? Ne vos an tieng or mie a sage Ne por cortois, si con ge suel ; Del remenoir proier vos vuel : Kex, remenez, je vos an pri. − Dame, fet il, vostre merci, Mes je ne remanroie mie." Et la reïne encor l'an prie Et tuit li chevalier a masse, Et Kex li dit qu'ele se lasse De chose qui rien ne li valt. Et la reïne de si haut Come ele estoit as piez li chiet. ancien français 7 Le chevalier de la charrette : Lancelot Kex li prie qu'ele se liet, Mes ele dit que nel fera : Ja mes ne s'an relevera Tant qu'il otroit sa volenté. Lors li a Kex acreanté Qu'il remandra, mes que li rois Otroit ce qu'il voldra ainçois, Et ele meïsmes l'otroit. "Kex, fet ele, que que ce soit Et je et il l'otroierons ; Or an venez si li dirons Que vos estes einsi remés." Avoec la reïne an va Kes, Si sont devant le roi venu. "Sire, je ai Keu retenu, Fet la reïne, a grant travail ; Mes par un covant le vos bail Que vos feroiz ce qu'il dira." Li rois de joie an sopira Et dit que son comandemant Fera, que que il li demant. "Sire, fet il, ce sachiez dons Que je voel, et quex est li dons Don vos m'avez asseüré ; Molt m'an tieng a boeneüré Quant je l'avrai, vostre merci : Sire, ma dame que voici M'avez otroiee a baillier ; S'irons aprés le chevalier Qui nos atant an la forest." Au roi poise, et si l'an revest, Car einz de rien ne se desdist, Mes iriez et dolanz le fist, Si que bien parut a son volt ; La reïne an repesa molt, Et tuit dïent par la meison Qu'orguel, outrage et desreison Avoit Kex demandee et quise. Et li rois a par la main prise La reïne, et si li a dit : "Dame, fet il, sanz contredit Estuet qu'avoec Keu en ailliez." Et cil dit : "Or la me bailliez, Et si n'an dotez ja de rien, Car je la remenrai molt bien Tote heitiee et tote sainne." Li rois li baille et cil l'an mainne. Aprés ax deus s'an issent tuit ; N'i a un seul cui molt n'ennuit. Et sachiez que li seneschax Fu toz armez et ses chevax ancien français 8 Le chevalier de la charrette : Lancelot Fu enmi la cort amenez ; Uns palefroiz estoit delez. Tex com a reïne covient. La reïne au palefroi vient, Qui n'estoit braidis ne tiranz ; Mate et dolante et sopiranz, Monte la reïne et si dist An bas por ce qu'an ne l'oïst : "Ha ! ha ! se vos ce seüssiez, Ja, ce croi, ne me leissessiez Sanz chalonge mener un pas ! " Molt le cuida avoir dit bas, Mes li cuens Guinables l'oï, Qui au monter fu pres de li. Au departir si grant duel firent Tuit cil et celes qui la virent, Con s'ele geüst morte en biere. Ne cuident qu'el reveigne arriere Ja mes an trestot son aage. Li seneschax par son outrage L'an mainne la ou cil l'atant. Mes a nelui n'an pese tant Que del sivre s'antremeïst, Tant que messire Gauvains dist Au roi son oncle, en audïence : "Sire, fet il, molt grant anfance Avez feite, et molt m'an mervoil ; Mes se vos creez mon consoil, Tant com il sont ancor si pres Je et vos irïens aprés Et cil qui i voldront venir. Je ne m'an porroie tenir Qu'aprés n'alasse maintenant. Ce ne seroit pas avenant Que nos aprés ax n'alessiens, Au moins tant que nos seüssiens Que la reïne devandra Et comant Kex s'an contandra. − Alons i, biax niés, fet li rois, Molt avez or dit que cortois. Et des qu'anpris avez l'afeire, Comandez les chevax fors treire Et metre frains et anseler, Qu'il n'i ait mes que del monter." Ja sont li cheval amené Apareillié et anselé ; Li rois monte toz primerains ; Puis monta messire Gauvains Et tuit li autre qui ainz ainz ; Chascuns an volt estre conpainz, Si va chascuns si con lui plot : ancien français 9 Le chevalier de la charrette : Lancelot Armé furent, de tex i ot, S'an i ot sanz armes asez. Messire Gauvains fu armez, Et si fist a deus escüiers. Mener an destre deus destriers. Et einsi com il aprochoient Vers la forest, issir an voient Le cheval Keu, sel reconurent Et virent que les regnes furent Del frain ronpues anbedeus. Li chevax venoit trestot seus, S'ot de sanc tainte l'estriviere, Et de la sele fu derriere Li arçons frez et peçoiez. N'i a nul qui n'an soit iriez, Et li uns l'autre an cingne et bote. Bien loing devant tote la rote Messire Gauvains chevalchoit ; Ne tarda gaires quant il voit Venir un chevalier le pas Sor un cheval duillant et las Et pantoisant et tressüé. Li chevaliers a salüé Monseignor Gauvain primerains, Et puis lui messire Gauvains. Et li chevaliers s'arestut, Qui monseignor Gauvain conut, Si dist : "Sire, don ne veez Con mes chevax est tressüez Et tex qu'il n'a mes nul mestier ? Et je cuit que cist dui destrier Sont vostre, or si vos prieroie, Par covant que je vos randroie Le servise et le guerredon, Que vos, ou a prest ou a don, Le quel que soit me baillissiez." Et cil li dit : "Or choississiez Des deus le quel que il vos plest." Mes cil cui grant besoigne en est N'ala pas querant le meillor, Ne le plus bel, ne le graignor ; Einz sailli molt tost sor celui Que il trova plus pres de lui, Si l'a maintenant eslessié ; Et cil chiet morz qu'il a lessié, Car molt l'avoit le jor pené Et traveillié et sormené. Li chevaliers sanz nul arest S'an vet poignant par la forest, Et messire Gauvains aprés Lo siut et chace com angrés, ancien français 10
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text