"La faux soyeuse" de Eric Maravélias - Extrait de livre

"La faux soyeuse" de Eric Maravélias - Extrait de livre

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

«Je suis couvert de sang mais je suis bien. Rien à foutre. Dans l’univers cotonneux et chaud de la défonce opiacée, le sang n’est rien. La mort n’est rien. Et moi-même je ne suis rien. Joies et chagrins se succèdent dans une espèce de brouillard confus, un ballet macabre, et rien ne subsiste de tout cela, sinon parfois, au détour du chemin, un sentiment de gâchis irréversible qui me prend à la gorge. Nos vies de parias sont comme de frêles esquifs privés de gouvernail. Sans plus personne à bord. Elles sont ballottées au creux de flots tourmentés, secouées par des vents inconnus et changeants qui les mènent à leur gré vers des côtes plus ou moins hospitalières, incapables que nous sommes de changer ne serait-ce que la moindre virgule au récit chaotique de nos existences.»

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 mai 2014
Nombre de visites sur la page 51
Langue Français
Signaler un problème
ÉRIC MARAVÉLIAS
C O L L E C T I O NS É R I EN O I R E Céée pà Màce Dûhàe
É R I CM A R A V É L I A S
La faux soyeuse
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2014.
Couverture : D’après photo © andreroad / Getty Images
À mon père. À ma mère. À tous les criquets.
Mo qû e sàté et coteteet fûs jàs Sûs àûjoû’hû toûé pà gàe ààe Et àffà pà es ftés ; Timor mortis conturbat me.[Là peû e à ot e toûe.]
Note pàs càs est vàe goe Et ce oe fàûx seûeet tàstoe Et à chà fàge et e éo ûsé Timor mortis conturbat me.
Le sot e ’hoe chàge et vàe Tàtôt fot, tàtôt fàe, joyeûx pûs à Tàtôt â àse, tàtôt â oû Timor mortis conturbat me.
Re sû cette tee qû sÛ sot jààs Coe soûs e vet poe e oseàû As poet es oàes vàtés ; Timor mortis conturbat me.
À à ot êe es pûssàts s’e vot, Pces, péàts et potetàts, Rches et pàûves e toûtes cotos. Timor mortis conturbat me.
N e segeû e épt e sà pûssàce, N e cec e épt e so tegece Ee ’épàge ; â so tee coûp û ’échàppe. Timor mortis conturbat me.
Coe ee à sàs toûs es fèes, As à ve ee e àsseà e pàx. De foce sà poe je seà. Timor mortis conturbat me.
william dunbar,La complainte des poètes
12 septembre 1999 9 h 6
1
Mes éves se esseet toûs, ésoàs. Je sûs àgé ’hû eûs posseûses et às o cops, e oûeûs coecet â fé, pĀe àvàtgoÛt e à totûe pofoe, es toûets  ces â ve. Iàqûàeet, es yeûx s’oûvet sû e hào gsĀte qû ’etoûe, pûs à éoe e evet, chààt às so t oûeûx tàt e tàeàûx oes qûe je pese e oû  chàqûe fos. Tès vte, es etàes se échet et ete es èves sèches, ove et àes êées se gsset. Je sûs â, seû, àgé ’ûe àûe àû goÛt e se. Je e peûe pàs, o. C’est toût o ête qû se qûéfe, oyé pà ’étàû e cette sûppotàe àsece e càe. Aéàt pà à ààe. Soûvet, poû e oe û coûàge, j’àûe ûe cgàette et à fûée, fe et goûo, tàspece es poûos, e coûpe e soûffe û coût oet. C’est ûe sàe hàtûe et je este àsss, oe, â fûe às à péoe qû ecoûve ’û voe tee à sàeté oàe e ’eot, ce tee e sèe hàté ’oes soûes, càptves, epsoées ete es ûs e cee gse fssûés pà e teps et ’oû. Ces stàts ààfs et soû 9