Stendhal lucien leuwen

-

Documents
896 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Stendhal LUCIEN LEUWEN (1834) Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières Préface de l’éditeur. ..................................................................5 Première préface.....................................................................39 Deuxième préface. ................................................................. 40 Troisième préface....................................................................42 PREMIÈRE PARTIE...............................................................43 Chapitre premier. .......................................................................45 Chapitre II................................................................................... 51 Chapitre III. ............................................................................... 60 Chapitre IV..................................................................................77 Chapitre V.94 Chapitre VI.107 Chapitre VII. ..............................................................................121 Chapitre VIII..............................................................................141 Chapitre IX................................................................................160 Chapitre X................................................................................. 173 Chapitre XI................................................................................189 Chapitre XII. ....................................

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 433
Langue Français
Signaler un problème


Stendhal
LUCIEN LEUWEN
(1834)

Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières

Préface de l’éditeur. ..................................................................5
Première préface.....................................................................39
Deuxième préface. ................................................................. 40
Troisième préface....................................................................42
PREMIÈRE PARTIE...............................................................43
Chapitre premier. .......................................................................45
Chapitre II................................................................................... 51
Chapitre III. ............................................................................... 60
Chapitre IV..................................................................................77
Chapitre V.94
Chapitre VI.107
Chapitre VII. ..............................................................................121
Chapitre VIII..............................................................................141
Chapitre IX................................................................................160
Chapitre X................................................................................. 173
Chapitre XI................................................................................189
Chapitre XII. ............................................................................ 204
Chapitre XIII. 213
Chapitre XIV.221 XV. .............................................................................234
Chapitre XVI.243
Chapitre XVII............................................................................249
Chapitre XVIII. .........................................................................259
Chapitre XIX. 268
Chapitre XX. .............................................................................278 Chapitre XXI............................................................................ 286
Chapitre XXII. ..........................................................................294
Chapitre XXIII......................................................................... 303
Chapitre XXIV. ......................................................................... 313
Chapitre XXV. 320
Chapitre XXVI. 330 XXVII.339
Chapitre XXVIII. ......................................................................347 XXIX. .........................................................................357
Chapitre XXX............................................................................369
Chapitre XXXI.383 XXXII......................................................................... 391
Chapitre XXXIII.401 XXXIV........................................................................410
Chapitre XXXV. 417 XXXVI. 431
Chapitre XXXVII. .....................................................................439
DEUXIÈME PARTIE. ...........................................................447
Chapitre XXXVIII.....................................................................449 XXXIX........................................................................458
Chapitre XL............................................................................... 471
Chapitre XLI. ............................................................................481
Chapitre XLII............................................................................491
Chapitre XLIII. .........................................................................518
Chapitre XLIV...........................................................................525
Chapitre XLV.536
Chapitre XLVI. 551
Chapitre XLVII. ........................................................................572
– 3 – Chapitre XLVIII........................................................................ 591
Chapitre XLIX.......................................................................... 603
Chapitre L. ................................................................................636
Chapitre LI................................................................................657
Chapitre LII. .............................................................................676
Chapitre LIII. ............................................................................703
Chapitre LIV. 713
Chapitre LV...............................................................................728
Chapitre LVI.740
Chapitre LVII. ...........................................................................763
Chapitre LVIII...........................................................................769
Chapitre LIX. ............................................................................ 775
Chapitre LX.782
Chapitre LXI.801
Chapitre LXII............................................................................816
Chapitre LXIII. ........................................................................ 822
Chapitre LXIV.......................................................................... 834
Chapitre LXV.841
Chapitre LXVI. 862
Chapitre LXVII.872
Chapitre LXVIII....................................................................... 886
À propos de cette édition électronique................................ 896

– 4 – Préface de l’éditeur.


Peignant Lucien Leuwen à sa propre ressemblance, Beyle
se souvient de ce qu'il était lui-même à vingt ans et mesurant
l'écart qu'il y avait entre sa vie passée et son existence actuelle,
il inscrit dans les marges de son manuscrit cette exclamation
désabusée : « Quelle différence, his life in Civita-Vecchia and
his life rue d'Angivillier, au café de Rouen ! 1803 et 1835 ! Tout
était pour l'esprit en 1803. »

Toutefois son découragement ne persista pas. Beyle
appréciait toujours sainement la valeur de son effort, et quelques
heures plus tard, relisant sa note, il la complétait avec autant
de hardiesse que de franchise : « Mais au fond la véritable
occupation de l’âme était la même : to make un chef-d'oeuvre. »

Il ne doutait jamais longtemps de son destin, sachant bien
qu'il avait été mis sur terre pour faire un chef-d'œuvre. Il en
avait publié un cinq ans auparavant. Quatre ans plus tard il
devait en créer un autre. Maintenant il tâtonnait pour en faire
un nouveau. Entre le Rouge et le Noir et la Chartreuse de
Parme il remit dix fois sur le métier Lucien Leuwen, et tout
inachevé que ce vaste roman nous soit parvenu, ce n'en est pas
moins un troisième chef-d'œuvre.

À la différence des deux autres sa genèse est à la fois plus
mystérieuse si l’on recherche l'idée première du roman, et plus
aisément saisissable si l'on veut étudier les différentes étapes
de sa réalisation. Le Rouge et le Noir tire son anecdote de la
Gazette des Tribunaux, la Chartreuse emprunte son thème
ini– 5 – tial à une vieille chronique italienne qui nous a été conservée.
Mais entre le point de départ et l'œuvre terminée : vide absolu,
silence complet ; tous les documents ont disparu. Au contraire
les manuscrits de Lucien Leuwen sont à notre disposition et
nous renseignent à pleine encre sur les différentes versions de
l'auteur, sur les fluctuations et les retours de sa pensée, sur les
progrès quotidiens de son travail.

Quelques énigmes subsistent cependant, car si nous
n'ignorons point absolument les circonstances qui lui firent
prendre la plume, nous nous voyons réduits aux conjectures
quand il s'agit d'apprécier la qualité comme l'étendue de la
trame qu'il a selon sa coutume encore empruntée, et sur
laquelle son imagination dans un cadre tout formé s'est amusée
à broder des aventures plausibles.

* * *

Henri Beyle, lors d'un congé à Paris en 1833, avait reçu
des mains de son amie madame Gaulthier qui sollicitait ses
conseils le manuscrit d'un roman intitulé le Lieutenant. Il
l'emporta en Italie pour en prendre connaissance tout à loisir, et
c'est cette lecture qui le détermina à traiter pour son compte le
même sujet.

Madame Gaulthier appartenait à une famille originaire
du Dauphiné. Son père, M. Rougier de la Bergerie, était préfet
de l’Yonne en 1805. À cette époque, Louis Crozet, l'ancien
condisciple de Stendhal à Grenoble et son confident, était
ingénieur dans le même département. Il entretint des relations avec
la préfecture et connut les demoiselles La Bergerie qui étaient
deux sœurs : Blanche et Adèle-Jules. La première dont il était
épris personnifiait hélas ! Hermione à ses yeux. Lui-même,
dans une de ses lettres à Beyle, qui était alors épicier à
Marseille, décrivit une scène bien curieuse où se peint au naturel la
sensibilité du temps : lors de ses adieux à la famille La
Berge– 6 – rie, il passe sa dernière soirée à réciter avec Blanche des
tirades de tragédie, particulièrement la scène d'ironie d'Hermione
et la scène où Roxane dit : Sortez à Bajazet. Tandis que Jules
qui a deviné sa passion lui murmure à l'oreille : « Pauvre
malheureux ! »

C'est que Jules, surnommée on ne sait trop pourquoi
Aricie par Crozet, est généreuse et compatissante. « Cette bonne et
adorable Aricie », s'écrie-t-il un jour, tandis qu'une autre fois il
dit : « La base de son caractère est la douceur et la tendresse. »
Il ne tarit point, et, dès le 28 brumaire an XIV, il a écrit
d'Auxerre à Stendhal, ce magnifique éloge de la jeune fille :
« [C'est] le caractère le plus remarquable que j'aie vu après
Plana, toi, Perrino et moi, ayant avec moi la ressemblance la
plus étonnante. »

Est-ce avant ou seulement après son mariage avec
M. Gaulthier, percepteur à Saint-Denis que « l'adorable Jules »
fit la connaissance d'Henri Beyle ? Nous ne trouvons trace
d'une correspondance suivie entre eux qu'aux environs de
1826. Il faudra attendre le départ de Stendhal comme consul
en Italie, puis son retour en 1833 lors d'un congé de quelques
mois pour découvrir un peu d'abandon dans ses billets, tandis
qu'en retour les lettres de madame Gaulthier trahiront à côté
de leur spirituelle malice une affection de plus en plus visible.
Beyle s'y laisse prendre et cristallise insensiblement au sujet de
cette jolie femme, aussi dès son nouveau congé et, pour une fois
fidèle à ses théories d'attaque, déclare-t-il sans ambages ses
sentiments et son espoir. Mais il ne remporte d'autre avantage
que cette charmante lettre : « 25 décembre 1836. Ce n'est pas
au duc de M. que j'écris, c'est à vous, mon ami, à vous qui êtes
encore sous ma fenêtre. N'ayez point de regret de votre journée ;
elle doit compter pour l'une des meilleures de votre vie, et pour
moi c'est la plus glorieuse ! J'éprouve toute la joie d'un grand
succès. Bien attaquée, bien défendue, pas de traité, pas de
défaite, tout est gloire dans les deux camps. […] Beyle,
croyez– 7 – moi ; vous valez cent mille fois mieux qu'on ne le croit, que vous
ne le croyez vous-même, et que je ne le croyais il y a deux
heures. Adèle ».

Leur liaison du moins ne fut pas rompue et se trouva
même consolidée par cette escarmouche sans résultats. Une
tendre amitié amoureuse s'ensuivit qui eut peut-être quelque
influence sur madame Gaulthier. On peut penser en effet que
son intimité avec Beyle, autant que la pression de quelque
démon personnel, l'encouragea à entreprendre un roman et lui
en fit remettre le manuscrit à l'auteur du Rouge et noir. Il ne
semble pas toutefois qu'elle ait jamais rien publié jusqu'à sa
mort qui survint à Paris le 6 avril 1853. Les avis qu'elle avait
sollicités ne l'avaient sans doute point poussée à persévérer
dans la carrière des lettres. Du reste voici ces conseils tels qu'ils
lui furent adressés de Civita-Vecchia le 4 mai 1834 :

« J'ai lu le Lieutenant, chère et aimable amie. Il faudra le
recopier en entier et vous figurer que vous traduisez un livre
allemand. Le langage, suivant moi, est horriblement noble et
emphatique ; je l'ai cruellement barbouillé. Il faut ne pas avoir
de paresse ; car, enfin, vous n'écrivez que pour écrire : c'est pour
vous un amusement. Donc, mettre tout en dialogue, toute la fin
du deuxième cahier : Versailles, Hélène, Sophie, les comédies de
société. – Tout cela est lourd en récit. Le dénoûment est plat.
Olivier a l'air de chasser aux millions ; chose admirable dans la
réalité, parce que le spectateur se dit : « Je dînerais chez cet
homme-là » ; infâme dans la lecture. – J'ai indiqué un autre
dénoûment. – Comme vous voyez, j'ai été fidèle à nos
conventions ; nul ménagement pour l'amour-propre. – Il faut moins de
de dans les noms, et ne pas désigner vos personnages par leurs
noms de baptême. Est-ce qu'en parlant de Crozet, vous dites
Louis ? – Vous dites Crozet ou vous devez le dire.

– 8 – Il faut effacer dans chaque chapitre au moins cinquante
superlatifs. Ne jamais dire : « La passion brûlante d'Olivier pour
Hélène ».

Le pauvre romancier doit tâcher de faire croire à la passion
brûlante, mais ne jamais la nommer : cela est contre la pudeur.

Songez que parmi les gens riches il n'y a plus de passion,
excepté pour la vanité blessée.

Si vous dites : La passion qui le dévorait, vous tombez
dans le roman pour femme de chambre, imprimé in-12 par
M. Pigoreau. Mais pour les femmes de chambres, le Lieutenant
n'a pas assez de cadavres, d'enlèvements et autres choses
naturelles dans les romans du père Pigoreau.


LEUWEN

Ou

L'élève chassé de l'École Polytechnique.

J'adopterais ce titre. Cela explique l'amitié ou la liaison
d'Olivier pour Edmond. Le caractère d'Edmond, ou
l’académicien futur, est ce qu'il y a de plus neuf dans le
Lieutenant. Le fond des chapitres est vrai ; mais les superlatifs de feu
M. Desmazures gâtent tout. Racontez-moi cela comme si vous
m'écriviez. Lisez la Marianne de Marivaux, et
Quinze-centsoixante-douze de M. Mérimée, comme on prend une médecine
noire, pour vous guérir du Phébus de province. En décrivant un
homme, une femme, un site, songez toujours à quelqu'un, à
quelque chose de réel.

– 9 – Je suis tout plein du Lieutenant que je viens de finir. Mais
comment vous renvoyer ce manuscrit ? Il faut une occasion. Où
la prendre ? Je vais chercher.

Écrivez-moi une lettre remplie de noms propres. – Le
retour d'un congé est un moment bien triste ; je pourrais faire
trois pages, pas trop mauvaises, sur ce thème. On se dit : Vais-je
vivre, vais-je vieillir loin de ma patrie ou de la patrie ? cela est
plus à la mode. Je passe toutes les soirées chez une marquise de
dix-neuf ans, qui croit avoir de l'amitié pour votre serviteur.
Quant à moi, elle est comme un bon canapé, bien commode.
Hélas ! rien de plus, je n'ai pas davantage ; et, ce qui est bien
pis, je ne désire pas davantage. »

Cette lettre nous intéresse d'autant plus qu'elle est toute
pleine des propres théories de Stendhal sur le roman, de ces
théories qu'il va tâcher d'illustrer lui-même, car après avoir
barbouillé le manuscrit de son amie pour lui bien montrer
comment il fallait s'y prendre, il se résout soudain à traiter à
son tour l'intrigue du Lieutenant. Il se met aussitôt à la
besogne avec sa fougue ordinaire et durant plus de dix-huit mois
d'affilée il ne travaillera guère à autre chose.

Nous aimerions savoir exactement ce qu'il a retenu du
roman que lui avait confié madame Jules Gaulthier ? Tant que
ce manuscrit ne sera point retrouvé nous ne pourrons à cette
question faire aucune réponse certaine et qui satisfasse
vraiment. Cependant de la masse de notes, d'indications, de
retouches et de plans successifs dont Stendhal surcharge les marges
de son manuscrit on peut déduire que l'œuvre de son amie ne
fut guère pour lui qu'un tremplin d'où il prit son essor. Tous les
faits, toutes les dates, renforcent cette hypothèse.

Le 4 mai 1834, Beyle explique à sa correspondante
comment elle devra récrire le Lieutenant pour lui ôter sa gaucherie
de forme. Dès le lendemain il se met au travail et trace les
– 10 –