Remarques sur l'ethnographie de la Macédoine - article ; n°81 ; vol.15, pg 249-266

-

Documents
19 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales de Géographie - Année 1906 - Volume 15 - Numéro 81 - Pages 249-266
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1906
Nombre de visites sur la page 168
Langue Français
Signaler un problème

J. Cvijic
Remarques sur l'ethnographie de la Macédoine
In: Annales de Géographie. 1906, t. 15, n°81. pp. 249-266.
Citer ce document / Cite this document :
Cvijic J. Remarques sur l'ethnographie de la Macédoine. In: Annales de Géographie. 1906, t. 15, n°81. pp. 249-266.
doi : 10.3406/geo.1906.5146
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1906_num_15_81_5146249
REMARQUES
SUR ETHNOGRAPHIE DE LA MAC DOINE
Second article)1
III CARTES ETHNOGRAPHIQUES DE LA MAC DOINE
Cartes publiées dans Europe occidentale est en 1847 que
le géologue Ami Boue publia après ses observations de voyages
sa carte ethnographique de la Turquie Europe et de la Grèce sur
laquelle la Macédoine était coloriée comme bulgare2 Les ethnogra
phes qui suivirent apportèrent que des changements partiels dans
les régions où ils aper urent elle était inexacte est elle qui
introduisit la première dans la science cette notion fausse que les
Slaves macédoniens doivent être considérés comme appartenant
une des deux nationalités slaves balkaniques On sait cependant par
autobiographie de Boue et par ses nombreux écrits3 il ne connais
sait pas une seule langue slave il employait seulement quelques
phrases serbo-bulgares comme les voyageurs ont coutume en
apprendre et il ne pouvait nullement sentir les différences entre
la langue serbe et la langue bulgare On se rend compte aussi par
ses écrits que il vit des Bulgares dans les Macédoniens ce fut sans
bien connaître leurs caractères nationaux ethnographiques et psy
chiques Ce qui le détermina colorier sur sa carte la Macédoine
comme bulgare est il avait entendu les Slaves macédoniens ap
peler eux-mêmes bulgares et étant étranger il avait pas compris
la signification de ce nom Boue utilisa aussi les récits de voyages de
Pouqueville de Gousinéry et de Grisebach il nous faut donc appré
cier la valeur ethnographique de ces ouvrages fut consul de France près Ali pacha de Janina et
parcourut au commencement du xixe siècle la Grèce et quelques
parties de la Turquie Il ne toucha la Macédoine que par la péri-
Voir Annales de Géographie XV 15 mars 1906 115-132
AMI BOUE Ethnographische Karte des osmanischen Reiches europäischen
Theiles und von Griechenland 3800000 1847 dans BERGHAUS Physikalischer
Atlas Aufl. Abth VIlI.pl 19 1847
IDEM La Turquie Europe Paris 1840 vol.) et Recueil itinéraires dans
la Turquie Europe Vienne 1854) et II
POUQUEVILLE Voyage de la Grèce. éd. Paris 18262 vol. Travels
in Greece and Turkey comprehending particular account of the Morea Albania etc
comparison beetween the ancient and present state of Greece 2nd ed. London
1820) avec une carte oeuvre de POUQUEVILLE fut précieuse pour identifier les -250 OGRAPHIE GIONALE
phérie il intéressait presque exclusivement archéologie Il
appelle Bulgares les Slaves il rencontra dans son voyage et le seul
motif pour lequel il leur donne ce nom est il les avait entendu
appeler ainsi par les Grecs et par son escorte turque Dans un passage
où il étend davantage sur les Bulgares on voit il considérait
leur langue comme une langue slave semblable celle de Raguse
serbe)i Il est évident que dans cette controverse personne ne saurait
invoquer sérieusement le témoignage de Pouqueville De même pour
Cousinéry2 qui avant et après la Révolution fran aise fut consul de
France Salonique et qui en vue de recherches archéologiques visita
Yoden Ber Njegu Niausta) Pazar lenidxe-Vardar) Seres Drama
et Kavala Lui aussi il appelle Bulgares les Slaves macédoniens mais
il croyait que étaient là les descendants des anciens Macédoniens
des Péoniens et autres et que les conquérants slaves leur avaient seu
lement imposé leur langue Le célèbre botaniste Grisebach qui lit
ascension de quelques-unes des plus hautes montagnes de la Macé
doine et qui ne savait aucune langue slave appelle aussi Bulgares
les Slaves macédoniens et cela pour les mêmes raisons que Boue
Certaines observations plus justes que Grisebach faites sur cette
question ont pas été mises profit3
Si la Macédoine été attribuée aux Bulgares par les cartographes
alors ce fut donc en vertu observations erronées principalement
lieux anciens et éclairer les événements historiques Deux cartes des parties méri
dionales de la péninsule Balkanique exécutées par APIE Géographe du Roi
sont très importantes pour la connaissance géographique et topographique de la
Péninsule Elles constituent le premier et le meilleur essai pour fixer la forme
des parties méridionales ainsi que les points principaux au moins après les
données fonrnies par les itinéraires quelques-uns même après les observations
astronomiques de GAUTHIER La fin da livre 443-400 contient une très intéres
sante dissertation sur les montagnes de la péninsule Balkanique accompagnée
une carte Nulle part en somme dans son ouvrage POUQUEVILLE ne occupe
ethnographie
Nous nous arrêtâmes Piakos ou Doupari village situé peu de distance
du lac de Kastoria. entrais dans la région des Bulgares et il fallut recourir
quelques mots esclavons que avais appris pendant mon séjour Raguse POU
QUEVILLE ouvr cité II
COUSIN RY Voyage dans la Macédoine contenant des recherches sur
histoire la géographie et les antiquités de ce pays Paris 1831 2vol. Sur origine
des Slaves Macédoniens voir 94
GRTSEBACH Reise durch Rumelien und nach Brussa im Jahre 1839 Göttingen
1841 vol. Dans le Il 65 GRISEBACH parle après des renseignements il
recueillis des frontières entre les langues grecque et slave puis entre le serbe
etle bulgare propos de cette dernière il dit Uber die Grenzscheide dieser
beiden Töchter des slavischen Stamms konnte nichts genau angegeben werden
vielmehr -wurde behauptet dass sie durch allmähliche Vermischung der Wörter
gleichsam in einer bergangszone mit einander verschmolzen est le seul
endroit dans uvre de GRISEBACH où il soit question des langues serbe et bul
gare Bien il ne sût ni le serbe ni le bulgare il eut intuition de la vérité Les
auteurs de cartes ethnographiques ont jamais tenu compte de ce passage mais
seulement du nom bulgare que GRISEBACH comme les autres voyageurs
souvent employé ETHNOGRAPHIE DE LA MAC DOINE 251
parce que Boue et les voyageurs précédents avaient entendu leurs guides
turcs ou grecs donner aux Slaves macédoniens le nom de Bulgares
Cependant la même époque vivait en Macédoine le Dr Müller
qui fut pendant delongues années médecin dans armée turque Son
ouvrage se distingue par des observations très fines sur les caractères
ethnographiques des peuples il visités1 Müller donne aux
Slaves macédoniens le nom de Serbes
Le consul fran ais Lejean2 puis deux dames anglaises mis
sionnaires Mackenzie et Irby3 qui voyagèrent en Macé
doine entendirent le nom de Bulgare En vertu de cette expé
rience personnelle et conformément aux cartes antérieures ils
donnèrent la Macédoine étiquette bulgare Cependant comme
Lejean avait entendu aussi le nom de serbe il marqua des oasis
serbes dans Ouest de la Macédoine
est uniquement sur les renseignements fournis par Verkovic
dont il sera question plus loin que sont fondés les travaux de
Bradaska4 qui ont servi de base Petermann pour sa carte de ex
tension des Slaves en Turquie et dans les territoires limitrophes1
Bradaska sentit combien étaient peu sûrs les ouvrages sur ethno
graphie de la Macédoine et il le fait remarquer en plusieurs endroits
Il est caractéristique en effet que des voyageurs étrangers comme
Hahn ont désigné un même village tantôt comme serbe tantôt
comme bulgare Bradaska dit que Hahn non seulement ignorait le
serbe et le mais il était incapable de transcrire exactement
le nom des lieux et que était son escorte Albanaise qui le rensei-
Dr JOSEPH LLER Albanien ien und die österreichisch-montenegrinische
Grenze Nebst einer Karte von Albanien Mit einer Vorrede von Dr P.J AFA Prag
1844) 103 ouvrage décrit seulement le vilayet de Bitolj et certaines parties
de la Vieille-Serbie et de Albanie parce que écrivain se borne rapporter ce
il vu et entendu lui-même En qualité de médecin il parcourut suffisam
ment le territoire il décrit et il put connaître beaucoup de faits qui avaient
échappé aux autres voyageurs Il savait le serbe mieux que tous les étrangers
qui avaient précédé dans la péninsule Balkanique Il connaissait aussi un peu le
turc et albanais 11 pas sur ces régions ouvrage un peu ancien qui soit
plus sûr que celui de LLER Il la forme une monographie scientifique Après
introduction et indication des frontières politiques auteur expose les sys
tèmes montagneux les cours eau les conditions climatiques
LEJEAN Carte ethnographique de la Turquie Europe et des états vassaux
autonomes Petermanns M. Ergzbd Ergzh 1861 PETERMANN ber
sicht von Reiserouten in der Türkei 857-1870 nach seiner Mittheilung
2500000 M. XVI 1870 pl 16)
MACKENZIE and IRBY The Turks the Greeks and the Slavans.
London 1867 ouvrage de ces deux Anglaises est le moins bon de tous ceux
qui ont été publiés ici sur ethnographie des Slaves de la Turquie Europe
Leur carte est une mauvaise copie des cartes ethnographiques parues antérieure
ment
FR BRADASKA Die Slaven in der Türkei Petermanns M. XV 1869 441-458
pl 22)
PETERMANN Die Ausdehnung der Slaven in der Türkei und den angrenzenden
Gebieten 3700000 Petermanns M. XV 1869 pl 22) 252 OGRAPHIE GIONALE
gnait sur la nationalité des Slaves macédoniens1 Hahn pourtant fut
un des auteurs que consulta Kiepert il dressa sa carte ethno
graphique de la Turquie Europe2
Un explorateur étranger peut se tromper grossièrement sur
ethnographie de peuplades lointaines plus forte raison sera-t-il
exposé erreur il occupe de territoires contestés formant la
transition entre deux peuples comme la Macédoine entre les Serbes
et les Bulgares Seuls parmi les étrangers ceux qui sauraient bien
les deux langues pourraient arriver des résultats exacts Je crois
même que étant de jugement plus libre ils se rapprocheraient plus
facilement de la vérité que la plupart des observateurs serbes et bul
gares Or les savants dont les observations ont été mises profit par
Kiepert étaient loin de remplir ces conditions Aucun eux ne savait
le serbe ni le bulgare aucun voyagé en vue études ethnogra
phiques Aussi est-il pas étonnant aucun ait pu sentir que les
Slaves macédoniens sont dépourvus de conscience nationale et que
le nom Bulgare pas la signification de nationalité Pour la plu
part est en passant ils ont entendu les Macédoniens appeler
Bulgares Il est donc pas nécessaire de nous attarder davantage
démontrer que de pareils procédés de travail ne pouvaient
conduire aucun résultat sérieux
Kiepert se borna et il ne pouvait guère faute de documents
faire autre chose chercher dans les récits des voyageurs le nom par
lequel ils avaient désigné la population de telle ville ou de tel village
est après ce nom il coloriait sa carte Ce est donc pas une
carte linguistique comme cru tort cette époque ailleurs
on ne savait presque rien sur la langue des Slaves macédoniens
Elle pas été exécutée non plus en prenant pour base autres
signes ethnographiques est uniquement en ce qui concerne les
Slaves macédoniens une carte de extension du nom Bulgare
Elle est donc pas image de la réalité loin de là
La carte de Kiepert venait son heure La guerre venait éclater
VON HAHN Reise von Belgrad nach Salonik Denkschr Wiss.
philos.-naturw Cl. Wien XI 1861 En citant les fautes ci-dessus et autres
BKADASKA ajoute ceci au sujet de ouvrage de HAHN Ich wundere mich
indess durchaus nicht dass er sich nicht über Alles genau informiren konnte
erstens reiste er schnell zweitens waren seine Diener und Begleiter Scipetaren
und drittens war er des Slavischen nicht mächtig Dieser Unkenntniss des Sla-
vischen ist es insbesondere zuzuschreiben dass er nicht im Stande ist Bulgaren
und Serben unterscheiden und dass er indem er sich auf seine Scipetarischen
Begleiter verlässt manche Slavische Namen. furchtbar entstellte Suivent de
nombreux exemples que pourrait aisément multiplier art cité 445
faut dire ailleurs que HAHN connaissait albanais Aussi a-t-il publié sur eth
nographie des Albanais excellentes observations
KIEPERT Ethnographische bersicht des europäischen Orients 3000000
Berlin Mai ISTG Nouvelle édition 18 Turkey in Europe Nationalities accor
ding Kiepert Geog Mag. Ill 1876) ETHNOGRAPHIE DE LA MAC DOINE 253
entre les Turcs et les Serbes puis entre les Russes et les Turcs Les
savants les diplomates le public réclamaient des renseignements
sur les nationalités de la Péninsule Coup sur coup il en parut deux
éditions Ce document fut invoqué par les Bulgares les Russes et
ce qui est plus important par Bismarck au Congrès de Berlin
Il établit ce il semblait définitivement dans la science idée
que les Slaves macédoniens sont des Bulgares Toutes les cartes qui
parurent plus tard furent de moindre importance elles passèrent pour
ainsi dire inaper ues en face delà grande autorité de Kiepert Il suffira
de les énumérer rapidement
Bianconi fit paraître en 1877 un ouvrage et une carte sur ethno
graphie et la statistique de la Turquie Europe travail comme dit
Kiepert incroyablement superficiel et peu sur
En 1877 également Synvet3 et Genadios4 probablement un
Grec attribuèrent toute la Macédoine aux Grecs Les partisans de la
Grande Idée eurent ailleurs aucun succès
Très peu de temps après Kiepert le consul autrichien Karl Sax
publia lui aussi une carte ethnographique de la Turquie Europe
Sa tentative est intéressante Sax connaissait la Il
avait pu se rendre compte de insuffisance des cartes ethnographi
ques ou considérées comme telles parues alors Il avait com
pris surtout elles ne devaient pas tre fondées uniquement sur la
langue La langue disait-il est un des divers signes de la
nationalité En Orient la religion et la conscience nationale ont autant
importance pour déterminer la nationalité il faut combiner ces
trois éléments Mais il eu le tort de multiplier les subdivisions
infini Il distingue dans la Péninsule des Serbes orthodoxes des
Bulgares orthodoxes des Bulgares gréco-catholiques etc En ce qui
concerne la Macédoine sa carte échappe pas ailleurs aux critiques
adressées Kiepert
ADOLPHE et 318 AVRIL La situation Les négociations ethnographique relatives de la au Bulgarie traité de disait Berlin BISMARCK Paris comme 1886)
je le sais de source authentique et comme il résulte de la meilleure carte que
nous connaissons celle de KIEPERT est celle-ci et il admettait ethnographique-
ment la Grande Bulgarie du traité de San Stefano Cette opinion dit Mr AVRIL
fut un événement La carte de KIEPERT servit aussi aux Russes pour la délimi
tation de la Bulgarie San Stefano Les écrivains bulgares OFFE KOFF BRANKOFF
et autres se sont souvent référés cette opinion de BISMARCK et ont cru pouvoir
utiliser au profit des prétentions bulgares sur la Macédoine
BIANCONI Ethnographie et statistique de la Turquie Europe 000 000
Paris 1877
SYNVET Carte ethnographique de la Turquie Europe et dénombrement de
la population grecque de Empire ottoman Paris 1877
GENADIOS An ethnological Map of European Turkey and Greece with intro
ductory remarks on the distribution of races in the lllyrian peninsula and
Statistical Tables of population London Stanford 1877
KARL Ethnographische Karte der europäischen Türkei und ihrer
Dependemen zu Anfang des Jahres 1877 e.k Geog Ges Wien 1878 pl 254 OGRAPHIE GIONALE
Après le Congrès de Berlin on cessa de intéresser aussi vivement
ethnographie de la Turquie Europe Ce est partir de 1889
que cet intérêt fut de nouveau provoqué mais pour peu de temps
par les écrits et la carte ethnographique du Dalmate Sp Gop evi
où tous les Slaves de la Macédoine sont désignés comme Serbes La
carte ethnographique de Weigand destinée un autre but que les
précédentes ne réussit pas non plus provoquer un grand intérêt
Weigand parcourut et étudia toutes les grandes oasis aromounes est-
à-dire de langue roumaine de la Turquie Europe et de la Grèce
cet égard son ouvrage et sa carte constituent un progrès notable
sur les ouvrages et cartes antérieurs Weigand indiqué comme
Bulgares les Slaves du Sud-Ouest de la Macédoine est aussi dans le
sens bulgare que Meinhard fait sa carte ethnographique La carte
et étude de von Mach qui indiqué toutes les écoles bulgares
grecques et serbes en Macédoine forment une contribution précieuse
mais la situation scolaire est considérablement modifiée depuis
1896 Peucker5 publié en 1902 une carte sur laquelle se
trouvent beaucoup de tableaux statistiques et de cartons où sont
représentés les rapports numériques entre les nationalités puis
extension des langues des confessions et des cultures Peucker
ne fait pas de distinction entre les Serbes et les Bulgares en
Macédoine il les groupe sous une même rubrique Enfin en 1905
Eugenio Barbarich6 publié sa Carta etnografica della regione alba-
SpiRiDioN GopcEviö Die ethnographischen Verhältnisse Makedoniens und
Altserbiens Petermanns M. XXXV 1889 57-68 carte ethnographique
730000 pl IDEM Makedonien und Altserbien Wien 1889) une carte
ethnographique Les critiques ont pas manqué aux écrits de GOP EVI On
signalé et avec raison de graves erreurs Le ton et la méthode sont ailleurs
trop souvent ceux de la polémique Il pourtant dans GOP EVI des données
nouvelles et exactes et il ne faut point comme le font plusieurs écrivains récents
NIEDERLE ouvr cité 27 OESTREICH Geoy Zeitschr. XI 1905 281) le
juger après les critiques un ton personnel et intéressé de HKON Das
Volfcsthum der Slaven Makedoniens Ein Beitrag zur Erklärung der Orient frage
Wien 1890 26 et autres Je ne veux pas insister sur ces polémiques Je me
contenterai de faire remarquer il dans la péninsule Balkanique bon nombre
individus obscurs étrangers ou indigènes qui gagnent leur vie immiscer
dans la question de la Macédoine Quelques-uns entre eux exploitent principa
lement le désir ont les petits tats balkaniques de défendre leurs aspirations
nationales et de trouver des amis en Europe
WEIGA ND Die Aromunen ethnographisch-philologisch-historische Unter
suchungen Land und Leute Leipzig 1895
MEINHARD Ethnographische Karte von Makedonien annexée article
Bruchstücke aus dem Völkermosaik der Balkanhalbinsel Deutsche Rundschau für
Geographie und Statistik XXI 1899 433-444 487-494 533-541 cartes
1500000) VON MACH Beiträge zur Ethnographie der Balkanhalbinsel Petermanns M.
XLV 1899 97-106 cartes 3700000 pl 8)
PE CKEB Makedonien Altserbien und Albanien Wien 1902 864000
avec les cartons suivants Die sprachlichen Interessensphären Konfession Kultur
Eue BAKBARICH Albania Geologia geografia etnografia Roma 190a Cet ETHNOGRAPHIE DE LA MAC DOINE 255
nese sur laquelle la frontière entre les Albanais et les Bulgares
été marquée après des données bulgares
La Macédoine est entre le peuple serbe et le peuple bulgare une
zone litigieuse une zone de transition où se sont primitivement éta
blies des tribus slaves Elle été pendant des siècles le théâtre une
lutte pour la suprématie entre tat et la langue serbes une part et
tat et la langue bulgares autre part La situation présente est
une phase de cette rivalité presque dix fois séculaire Dans un
pareil territoire ce est que par étude attentive et objective de tous
les caractères ethnographiques que on peut espérer déterminer
approximativement quelles sont les régions qui se rapprochent davan
tage soit des Serbes soit des Bulgares Les cartes ethnographiques
de la Macédoine parues ce jour ont pas été dressées sur cette
base ce ne sont pas def cartes ethnographiques Elles ont pas été
faites non plus sur la base des études linguistiques ce ne sont pas
des cartes linguistiques La seule raison pour laquelle elles ont été
coloriées au profit des Bulgares est extension du nom Bulgare
dont ai montré la vraie signification Abstraction faite de cette erreur
elles ont introduite dans la science quelques-unes ont été utiles
grâce elles on est arrivé peu peu connaître les limites entre les
Slaves macédoniens une part et les Grecs les Turcs les Albanais
et les Aromounes autre part Les voyageurs ont pu apercevoir les
différences qui séparent ces peuples et leurs observations sont géné
ralement exactes Déjà Pouqueville et surtout Boue avaient fixé
dans ses grandes lignes la frontière entre les Slaves macédoniens et
les Grecs et ils avaient commencé séparer les grandes oasis turques
en Macédoine Limage ethnographique de la Macédoine fut complétée
ce double point de vue par Lejean et Grrisebach Celui-ci fut le
premier qui tra presque exactement la frontière entre les Albanais
et les Slaves dans Ouest de la Macédoine Les résultats obtenus par
eux ainsi que les observations des voyageurs plus récents ont été
mis profit par Kiepert1 est pourquoi sa carte est cet égard
la plus exacte de toutes
ouvrage utilise presque toute la littérature relative Albanie il est accompagné
de nombreuses cartes
Les meilleures de ces cartes ont été mentionnées par HAAKDT VON HAK-
TENTHuBN dans son importante étude Die Kartographie der Balkanhalbinsel im XIX
Jahrhunderte des und müitärgeog Institutes Bd XXI XXII Wien
1902-03) puis dans un article de la Neue Freie Presse du 1e décembre 1904 11
est fait mention aussi autres cartes et travaux se rapportant ethnographie
la de péninsule Balkanique principalement de Ethnographische Karte des Pelo
ponnes 1000000 de PHILIPPSON et des travaux de HASSEKT et de BALDACCI
sur Albanie et le Monténégro Vcir aussi STAVENHAGEN Skizze der Entwicke-
lunn und des Standes des Kartenwesens des ausserdeutschen Europa Petermanns
M./Ergzbd XXXI Ergzh no 148 1904)
HASSERT et BALDACCI ont probablement senti combien sont inexactes
les cartes ethnographiques parues ce jour est pour cela ils ont OGRAPHIE GIONALE 256
Cartes tchèques et russes Je dirai maintenant quelques mots
une catégorie de cartes qui ont pas eu influence sur opinion
des savants européens mais en ont exercé dans les milieux slaves
Il agit une carte tchèque et de trois cartes russes
En 1842 et 1843 le philologue afa paraître une carte
avec texte de extension des Slaves1 Les littératures slaves cette
époque étaient aussi pauvres au sujet de la Macédoine que celles
des autres pays européens Comme établi Lubor Niederle est
également après les récits de voyages déjà cités que Safarik tra
la frontière entre les Serbes et les Bulgares
Les trois cartes russes ont été publiées par union Slave de
Saint-Pétersbourg qui travaille union des Slaves et vient en aide
aux étudiants slaves dépourvus de ressources La première parue en
1887 pour auteurs Marko et Rittich La Macédoine est figurée
comme Bulgare Cette carte est presque entièrement une copie de celle
de Lejean Les quelques changements qui trouvent oasis valaques
autour de Skoplie et au pied du Sardagh où il pas de Valaques
extension démesurée une petite oasis valaque marquée par Lejean
au Sud du lac Ochrida ne sont pas justifiés Sur cette carte il
plus ni Serbes ni Grecs île même de Thasos où il pas de
Bulgares contient une grande oasis bulgare
La carte de Zarjanko et Komarov de 1890 été dressée après la
carte de Kiepert On introduit seulement des changements non
motivés en donnant aux terres bulgares une étendue que les Bul
gares eux-mêmes trouvent exagérée2 La même année ailleurs
Komarov publiait une nouvelle carte où les Slaves macédoniens
étaient marqués une teinte neutre comme ils étaient ni Bul
gares ni Serbes
Ces cartes russes très médiocres et qui ne tracent même pas
exactement dans la Péninsule la limite des Slaves et des non-Slaves
ont eu une action néfaste sur les classes instruites des peuples balka
niques On crut voir probablement tort un plan politique de la
Russie en vue de régler les litiges des peuples balkaniques autant
plus que ces cartes avaient été précédées de la création de la Grande
essayé de créer par la voie des Congrès et des Commissions scientifiques des
organes internationaux et désintéressés pour exéciition une carte ethnogra
phique de la péninsule Balkanique Ils ont fait cette proposition au XIIe Congrès
international des orientalistes Rome puis au IVe et au Congrès des géo
graphes italiens Milan et Naples Leur proposition été chaudement soutenue
par le cartographe viennois bien connu HAABDT VON HARTENTHURN
Slovansky Zemévid od SAFA IKA Praha 1842 VENCESLAV MERCLAS ryl
Le texte pour titre Slovansky ndrodopls Seconde édition en 1849 La frontière
entre les Serbes et les Bulgares est xée par SAFARIK après les récits de voyages
BOUE de POUQ EVILLE de COUSIN RY et de GRISEBACH Voir NIEDERLE La
question macédonienne en tchèque] Praha 1903.
KAN EV La Macédoine Ethnographie et statistique en bulgare Sophia
1900) 129 ETHNOGRAPHIE DE LA MAC DOINE 257
Bulgarie de San Stefano Il en résulta que les Bulgares se refusèrent
encore plus tout accord en vue une action commune Les Macédo
niens instruits qui importait avant tout affranchissement de leur
pays crurent voir de quel côté la fortune inclinait Si on excepte la
création de Exarchat bulgare puis celle de la Grande Bulgarie de San
Stefano rien peut-être contribué autant que ces cartes russes
rendre les peuples balkaniques étrangers les uns aux autres Il fallut
longtemps pour se rendre compte elles avaient pu être dressées
par ignorance et faute de renseignements exacts La troisième seule
Macédoniens neutres) qui reflète influence du Macédonien Dragano
pu être attribuée non sans vraisemblance des raisons politiques
ailleurs parmi les écrivains russes et les auteurs qui ont écrit en
russe les opinions sont très divisées au sujet de la nationalité des
Slaves macédoniens mais ces opinions ont pas été représentées sur
des cartes La plupart des écrivains comme Grigorovic les appellent
Bulgares autres comme lastrebov appuyant sur les coutumes et
la langue des chants nationaux les désignent comme Serbes Pour
certains auteurs comme Dragano ils représentent une tribu slave
particulière qui se rapprocherait plutôt des Serbesj
VICTOR GRIGOBOVI Esquisse de voyage dans la Turquie Europe en russe
éd. 1848 éd. Moscou 1877 GRIGOHOVI visita en 1844 le mont Athos Salo-
nique Bitolj Ochrida etc. puis passa en Bulgarie II recherchait les chartes et
les inscriptions anciennes Il donne le nom de Bulgares tous les Slaves Macé
doniens et appelle leur langue bulgare ouvrage et la carte de AFA
paraissent avoir exercé sur lui une grande influence
IAS HEBOV fut pendant de longues années consul de Russie Salonique et
Prizren il parcourut la plus grande partie de la Macédoine et recueillit un grand
nombre de matériaux sur histoire et le folk-lore de la Vieille-Serbie et de la
Macédoine Il considère nettement les Macédoniens comme des Serbes Voir par
exemple Coutumes et poésies des Serbes de Turquie en russe St-Pétersbourg
1886) 498
DRAGANOV Esquisse ethnographique de la partie slave de la Macédoine
en russe Slavianskiia Izvëstiia St-Pétershourg 1887-1888 Recueil macédono-
slave en russe Zapiski Imp Roussk Geog Obchtch po otd Etnografii XXII
vyp St-Pétersbourg 1894
Il est intéressant de montrer les opinions successives soutenues le propa
gandiste connu de idée bulgare en Macédoine le Serbo-Croate est ainsi il
signe VEBKOVIC qui fit imprimer en russe un Essai de topographie et ethno
graphie de la Macédoine St-Pétersbourg 1889 Dans cet ouvrage il regarde
comme Bulgares tous les Slaves Macédoniens Cependant dans ses ouvrages anté
rieurs La Veda des Slaves en serbe et en fran ais] Belgrade 1874 et surtout
dans ses Chants nationaux des Bulgares Macédoniens en serbe Belgrade 1860
voir particulièrement vi ix xiii) il affirmait que les Slaves Macédoniens sont
privés de toute conscience nationale que les dialectes des environs de Vranje
Koumanovo uuprica actuellement en Bulgarie se rapprochent du serbe plutôt
que de la langue du Sud de la Macédoine Il distinguait en Macédoine quatre na
tionalités Slaves Macédoniens-Valaques Grecs et Osmanlis 11 est vrai il
appelé son recueil Chants bulgares Les Bulgares Macédoniens auxquels ces
chants appartiennent dit-il appelaient Slaves. pourtant ces poésies je les ai
dénommées bulgares et non slaves parce que si on demandait hui un
Slave Macédonien ce il est il répondrait sur-le-champ je suis Bulgare et
parce il appelle sa langue bulgare Pas est besoin expliquer le sens de ces
ANN DE GEOG XVe ANNEE 17