Le succès à fleur de... pain

icon

2

pages

icon

Français

icon

Documents

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

2

pages

icon

Français

icon

Ebook

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le succès à fleur de... pain
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

198

Langue

Français

||||||||||dossierspécial
Interview de Rémi Walbaum Créateur et CEO de Fleur de Pains www.fleurdepains.ch
Propos recueillis par Nadine Rei-chenthal nadine.reichenthal@ gradueshec.ch
54Bulletin HEC 74
créer pour
Pour rebondir après avoir passé 20 ans dans la technologie, je voulais faire un nouveau métier que les Chinois et les Indiens ne puissent pas me piquer. D’internet à la boulangerie, portrait d’un serial entrepreneur.
Le succès à fleur de... pain
En observant votre parcours, on se dit, «quel parcours éclectique!» Du pionnier de l’inter-net au boulanger, qu’est-ce qui vous fait changer ? On appelle ça «une curiosité en éveil constant» ! Mais la réalité passe aussi par l’arrêt d’un projet qui était prêt à être mis en production le lende-main :il s’agissait de la création d’une société dans les nouvelles technologies, le jour où la bulle Internet explose… Un jour, ce qui me tenait le plus à cœur n’existe plus. On se retrouve sur le carreau, vidé de toute substance alors que hier encore on avait déployé une éner-gie folle pour réussir dans son projet.
C’est une perte qui vous a fait redoubler d’énergie ? J’ai pensé qu’il fallait que je me change les idées et que faire du sport serait un excellent moyen de réfléchir à la suite à donner à mon avenir professionnel. J’ai donc décidé de partir, faire du vélo, seul dans les Pyrénées. Je voulais me prouver que j’avais encore beaucoup de res-sources en moi et que je pouvais m’en sortir sans problèmes. Le vélo, c’est la souffrance, c’est l’endurance. Cela me donnait l’impres-sion d’exister : je souffre, donc j’existe ! Mais il a fallu que je me rende à l’évidence: je n’avais pas besoin de me changer les idées, j’étais épuisé, usé.
Comment avez-vous rebondi ? J’ai dû faire preuve d’humilité et reconnaître que j’avais besoin d’aide. La sensation de vide, d’usure, de stérilité a été un rude apprentissage de mes limites. Je me suis d’abord tourné vers mes amis, ce qui est naturel mais même avec la meilleure volonté du monde ceux-ci ne peu-
Il faut avoir « l’humilité d’aller cherche compét externe
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text