Traiter et éliminer les pucerons.

Traiter et éliminer les pucerons.

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Des méthodes simples et peu honéreuse pour réduire l'action des pucerons dans votre jardin.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 28 octobre 2011
Nombre de visites sur la page 6 771
Langue Français
Signaler un problème
La lutte contre les pucerons
Lorsqu'on cherche une solution pour se débarrasser de ces petites bêtes on trouve des dizaines de recettes
sur la toile. Toutes plus compliquées les une que les autres, entre macérations, ébullition de cendre et
décoctions de plantes on ne s'en sort plus. Pourtant une méthode simple m'avait été donnée et souvent
personne ne la connait ; je l'utilise au besoin avec une grande satisfaction.
En effet ces bêtes nous énervent beaucoup ; le fait qu'elles soient des sangsues pour végétal nous est
intolérable ! Cependant, il faut admettre que le problème n'est pas souvent aussi grave qu'on le prétend. Il
est acceptable de voir quelques un de ces verts, jaunes ou noirs se nicher sur les bourgeons des rosiers ou
légumes sans que cela mette en péril ni votre vie, ni celle de votre plante. On peut même se dire que
quelque soit le traitement quelques un de ces parasites subsisteront.
Mais soit, on décide d'envoyer dans l'autre monde ces maudites bêtes qui osent s'attaquer à nos chéries
cultivés - légumes, fleurs ou arbre peu importe puisqu'on a décidé qu'ils nous appartiennent jusqu'au bout
des feuilles ! - .
Tout d'abord, il faut éviter d'utiliser des
produits phytosanitaires
pour plusieurs raisons. Les premières sont
idéologiques… mais passons, puisqu'à l'heure où vous lisez ces lignes votre haine envers ces horribles
insectes vous pousserait à attraper un lance flamme pour expédier en enfer toute la faune et la flore de
votre jardin pourvu que les indésirables disparaissent. Les raisons plus pragmatiques sont que vous allez,
en plus d'éliminer les pucerons, éliminer leurs prédateurs (les coccinelles pour faire court). Le traitement va
durer un temps, puis de nouveau les pucerons arriveront et vous recommencerez. A la fin de l'été, vous
serez un peu plus empoisonné, mais satisfait d'avoir éliminé tant de vies indésirables ; toutefois, votre
action n'aura fait que renforcer la communauté des pucerons pour l'année suivante, puisque vous avez
aussi éliminé les dits prédateurs qui se reproduisent plus lentement que les pucerons.
Perte d'argent,
simple
.
Voici deux techniques bien différentes, celles
préventives
et celles
curatives
.
Préventives
: La première est plus efficace mais il faut penser au problème avant de le rencontrer… ce que
n'est pas évident pour le genre humain. Le principe est simple. Quelques jours avant de planter quoi que ce
soit, on cultive des plantes à sacrifier : celles qui marchent le mieux sont les capucines, qui ont l'avantage
d'être jolies, et les haricots (fèves) qui sont de loin les plus sensible aux attaques de ces hémiptères
(l'avantage des
capucines
est que les fleurs produisent des graines aisément réutilisable l'an prochain, les
haricots se trouvent dans votre garde manger, les
gros haricots rouges
sont parfaits). Alors ces plantes
vont s'attirer tous les ennuis, devenir des nids à pucerons qui s'y développeront, permettant à la première
coccinelle qui passe de repérer le lieu et d'y séjourner un instant pour y laisser sa progéniture, qui
deviendra le sauveur que vous attendiez. En ayant pris soin de préparer le terrain, les prédateurs de
pucerons seront présents avant que les pucerons ne décident de s'en prendre à vos plantes d'intérêt.
Vous perdez dans l'histoire quelques graines de Haricots et c'est surement la manière qui vous
prendra le moins de temps et d'argent.
Curatives : Remplissez un pulvérisateur
(le même type que celui pour nettoyer les vitres)
avec du
lait
, le plus gras possible. Passez en revue votre jardin par une belle journée sèche. Les pucerons se
trouveront mort quelques minutes plus tard, une fois le lait séché sur leur dos. Pour comprendre, tester sur
votre bras en plein soleil : pulvérisez une fine couche sur votre peau, attendez et vous verrez que le lait qui
sèche tire! Il tente de rétrécir la surface. Si votre peau avait l'épaisseur de celle d'un puceron alors vous
seriez écartelé vif. Terrifiant et efficace, tout ce que vous souhaitiez pour vos ennemis.
On peut aussi acheter des
œufs de coccinelles
, cela marche fort bien mais n'est pas aussi immédiat. En tout
cas, les deux méthodes ne sont pas incompatibles.
Bien sur l'action n'est pas chimique, c'est certainement pour cela que vous la choisissez d'ailleurs. La
contrepartie est que les pucerons non pulvérisés s'en sortent indemnes et vont proliférer… à moins qu'une
coccinelle soit cachée avec eux. Les coccinelles ne périssent pas sous le lait ,mais je ne sais pas si leurs
larves subsistent. Si vous en observez dites-moi.
Ah, surtout apprenez à reconnaitre la larve de coccinelle ! Ce n'est pas si évident lorsqu'on la voit pour la
première fois. Il serait plus qu'idiot de l'éliminer, choyez la ! Elle a autrement plus d'appétit que sa mère et
ne vous fait courir aucun risque.