ARTS N° 420 du 17 juillet 1953

icon

10

pages

icon

Français

icon

Documents

1953

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

10

pages

icon

Français

icon

Ebook

1953

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvrez avec le journal complet du magazine "ARTS N° 420" et admirez des années plus tard les titres de l'actualité de cette époque du 17 juillet 1953.
En exclusivité venez découvrir a la une de ce journal datant de 1953, les sujets notoires des actualités à la une de cette l'époque :
-JURY DES LECTEURS
-RASTIGNAC ETAIT UN SOT PAR A. VIALATTE
-BERNARD FRANK
-ROGER NIMIER.
Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

17 juillet 1953

Nombre de lectures

59

EAN13

3607910116578

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

18 Mo

DEUX NOUVEAUX CONCOURS : ALBUM DE VACANCES • JURY DES LECTEURS
{RTS
.140, Faubourg Saint-Honoré - ELY. 21-14
Du 17 a u 2 3 Juille t 1953. - N° 420 . « 3 0 franc s
Dix règles COMPOSEZ AVEC NOUS RASTIGNAC de conduite un album de vacances
plus une
OUS vous proposons aujour - merveille à laquelle personne n e
d'hui de dresser « L'album de-N prête attention. Les habitants, A LE DROIT
vacances des lecteurs d'ARTS. ETAIT UN SOT ! la municipalité du lieu n'en fon t pour E t c'est parce que depuis des an - aucun cas ; les historiens d'art ,
nées vous soutenez nos efforts les archéologues l'ignorent ; quel- D'AVOIR pour défendre le beau, pour com- ques touristes se sont parfois ar -
battr e le laid, parce que vous tous rêtés, surpris, ravis,' puis sont re -
avez la mêm e exigence de la qua -réussir partis et tout est retombé dan s pour conquérir le monde chaque nuit lité, la mêm e curiosité intellec- DES VERRUES l'oubli. A votre tour vous vous
tuelle que nous savons pouvoir extasiez, vous prenez des photos,
compter sur vous et que vous., par et deux mois plus tard c'est u n
tous participerez aux deux grands de vos meilleurs souvenirs, de va- ET LE DEVOIR
concours de vacances débutant cances. Pendan t ce temps, pa r Bernard Frank cette semaine dan s « Arts » : il suffit de se le raconter à l'oreille négligence, pa r ignorance, cè
« Le relais artistique des lecteurs vieil hôtel, ce porche, cette cha- DE LES CACHER de « Arts » et « Le ban d'hor- pelle, cette fontaine que vous I Ne jamai s se demande r
reur des monument s français ». aviez tan t admirés continuent à à quoi sert la réussite, Au hasard d'une promenade, se dégrader, faut e d'u n peu d'en-par Alexandre Vialatte si même elle existe. Somme
d'une halte dan s un restaurant, par Roger Nimier tretien. toute éviter d'introduire la d'un village traversé, il est arrivé
N 53, comme à toute autre les Invalides, le Panthéon , M. métaphysique dan s ce mot à chacun de vous de découvrir la Envoyez-nous vos photos. époque, la réussite sociale Robert Kemp, la Tour Eiffer, que de Reader's Digest.
A question n'es t pas encora reste u n humble idéal. Eire E sais-je ? le Caf é des 3 Singes. tranchée de savoir si les devenu quelque chose ne console L a bouche s'ouvre à un tel Se demander pa r écrit Françai s contituent une na-Lpas un e âme orgueilleuse de spectacle, la poiirine se gonfle, à quoi sert la réussite. tion vraiment agréable à regar-n'avoir pas été quelqu'un. m on fai t « Ah ! » Voici le Bon Bailler longuement. Parler der. Ils se vantent beaucoup de
Marché, la prison de la Santé, le J'a i connu le roi de la cag-e à de l'échec, de la puissance leur prestige auprès des
étranmouches. On lui en a sculpté une Louvre et la Samaritaine. Ce ne de la négation. gers. Il n' y a pas u n avorton de 1 sont que dents de scie et lumiè-en or sur son tombeau. C'est au l Brive-la-Gaillarde ou de
QuimPérou. Il est mor t gras ; il est res éclatantes, ombres chinoises Ne jamai s répondre per- perîé qui n e s'imagine que
Esdrapeaux de lavoir, sanctuaires mor t quan d mêm e ; et il est sonnellement aux jour, ther Williams, Sylvana Pampa , poussiéreux des Muses, temples mort, dan s u n regret confus. Il nau x qui vous posent des m m ou Hildegarde Neff seraient disait quelquefois : « J'étai s fait brillants de l'apéritif. La Seine questions saugrenues (Ex. : % amoureuses de lui, s'il e mon - spasse au milieu d'u n peuple de pour autr e chose... » Iî confiait les moyens de réussir), mais trait seulement. Comm e les Fran , % à ses familiers : « J'étai s né statues, d'un e Franc e en bronze, faire dire sèchement pa r s a çais ne se montren t pas beau-pour la cage aux singes. » Car en marbre, à pied et à cheval ; bonne (si on en a une) que coup et que nous sommes
habil'idéal travaille les hommes. S'il c'-est la Franc e d'Henri IV, de Monsieur travaille. m tuehement occupés pa r des hom-Ravaillac. de Jeann e d'Arc, de étai t devenu le roi de la cage aux mes et no n pa r des femmes,
chasinges, il serait mort réalisé. On Landr u e t du bec de gaz à' pied / î Danser de joie en apsr . cun de nous garde ses illusions. de fonte. voit pa r là combien les grandeurs & cevant sa signature
Qu'ils soient beaux ou laids, son t décevantes quand l'âme se dan s u n journal et se mo- nous devons supporter nos com-trouve encore plus haut e que son quer des ricanements amer s patriotes comme ils soin II se-destin. Dubo, Dubon d ses relations. e rai t déraisonnable de les' exter-Au lieu que M. Pigeon, au
ciminer ou de leur interdire de se metière Montparnasse, dort sa- Premier Raslignac avec une expression d'ennui : Vous avez lu Trouwir un e phrase
montrer au grand jour, ,sous pré-La Franc e du président Auriol tisfait parmi des frises de lam- gentille sur chaque tes œuvres complètes de Gabriel Marcel ? Second Raslignac
texte qu'ils n'on t pas toujours la et (l'Elizabeth d'Angleterre. Bref pes Pigeon et deux lampes Pigeon avec une expression d'horreur ; hélas ! (Vu par Daumier.) « maîtr e de son temps ».
taule voulue, la démarch e virile Dubo. Dubon, Dubonnet... L à bas en ronde-bosse qui sont posées Ex : Sartre passera comme
le menton coquet ou la boucïe' c'est l'Elysée où le chef de l'Etat sur ses deux tables de chevet. le café. batailleuse sur le front. RIMPE sur les hauteurs du dort dan s un e chemise tricolore de la réussite, qui sera projeté Une insomnie féconde l'a tiré Malraux est bête comme
Père-Lachaise, Rastignac barrée du grand cordon de la sur les écrans parisiens en sep- Il reste que la Franc e n'es t pas de son sommeil. Il est assis sur l'Himalaya.
Légion d'honneur , en diagonale G lançait le mot fameux : son lit de marbr e et il pique .l'in- tembre avec le film de Ciampi ; seulement habitée pa r des Fran -Mauriac est gnan-gna n on
« Paris, à nous deux ! » Mais les comme le roi de cœur sur un « Le Guérisseur ». çais vivants. San s même parler dex sur son front. Sa femme, Boum-boum etc. ;
jeunes gens de 1953 ne vont plus jeu de cartes... Mille vespasien- de ces armées d'occupation aux-en camisole de marbre, le regar- Nous avojis demandé ù.
quels'exalter dans les cimetières. De nes en ardoise fine, avec tou- quelles nous faisions allusion, un de avec déférence. Ca r c'est la ques écrivains, dont l'ambition est ( k Bien connaître les noms moins en moins ambitieux et de relle et mu r d'enceinie, sur le grand nombre de statues et de nuit marquée au livre de l'His- bien connue, de donner quelques des grand s critiques (tu modèle des châteaux de la Loire, plus en plus arrivistes il n'y a pas monument s fon t partie consti-toire pour qu'il invente la lampe conseils aux Rastignac de la pro- parles) contemporains et se de vertige dans leur destinée mais appellent le sonnet de du Beîlay. tuant e de notre population. 1,9 Pigeon. Il ne cesse plus, sur le chaine génération. rappeler : de la précision. Dan s le ciel, le Bébé Cadum, Panthéon , l'Arc de Triomphe, couvercle de s a lombe, d'inventer qu'llcnriot aime les clichés mythologique, se perd dans les Evidemment un Rastignac ne l'Opéra, Gambetta en pierre cette lampe étonnante. M. Pigeon Au moment, où S3 multiplient et les livres qui ne lui cas-constellations. Dan s les sous-sols, peut pas se contenter de la tête sont des citoyens de chez nous! était, une âme modeste et son dans les journaux de dames et les
tient pas la têt'e. 600.000 Auvergnats assis sur des que la nature lui a donnée. Il presque des électeurs, au même destin l'a contenté. L a PVovi- plus austères maisons d'éditions, que Rousseau s'est annexé / sacs d'anthracit e inscrivent des doit avoir autant de tètes que titre que Duval, Dubois ou Pari-dence l'en récompense : le suc- les articles et livres sur le thè- Péguy et Simone Weil et comptes sur des carnets rayés de d'opinions, sinon on lui repro- naud . cès le comble pour loute sa mort. me : « Comment épouser son qu'il aboie dès qu'on tente bleu, avec un trai t rouge pour cherait d'être jocub?. Nous con-Elle n'est plus qu'un e insomnie patron », « Comment ne pas En raison de leur longévité et de s'en approcher (ce qui les centimes. Quelle revanch e de seillons aux apprentis ambitieux de marbr e où son génie se com- tromper sa femme >, « Devenez de leur permanence, on peut mê-n'est pas dan s mes inten. Vercingétorix ! d'étudier soigneusement les litho- « plaît en lui-même, à la lueur milliardaire en six leçons s>, le me considérer qu'ils on t rôle im-tions). On ne se retient pl

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text