ARTS N° 711 du 25 février 1959

icon

16

pages

icon

Français

icon

Documents

1959

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

16

pages

icon

Français

icon

Ebook

1959

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Revivez avec le journal intégral de la revue "ARTS N° 711" et relisez enfin les grandes actualités sérieuses du 25 février 1959.
Vous allez pouvoir découvrir en une de ce journal de 1959, les sujets inoubliables des nouvelles à la une de cette l'époque :
-UN SIECLE D'ELEGANCE ANGLAISE AU PAVILLON DE MARSAN
-THEATRE RECAMIER
-LA FOLIE MEURTRIERE
-AVEC LES
-MEMOIRES DE MME CHAUVEREL
-JULES ROMAINS VOUS VOUS PAYEZ NOTRE TETE PAR JEAN D'ORMESSON
-PHILIPE SAUVE MUSSET AU TNP
-EUGENE IONESCO.
Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

25 février 1959

Nombre de lectures

22

EAN13

3607910115649

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

28 Mo

UN SIÈCLE D'ÉLÉGANCE ANGLAISE L auteur de «TUEUR SANS GAGES » présenté cette semaine au
J
AU PAVILLON DE MARSAN théâtre Récamier analyse «LA FOLIE MEURTRIÈRE» de notre époque
Lettres )
Spectacles
140, Faubourg Saint-Honoré — ELY. 21-14 Du 2 5 février au 3 mars 1959 — No 711 — Prix : 100 francs
meA vet les «Mémoires de M Chauverel » «CELUI QUI N'OSE
PAS HAIR DEVIENT Jules ROMAINS
TRAITRE » vous vous payez
par Eugène IONESCO
ANS « l'affaire » Pasternak, et l'on a une raison plus subtile WÊÊÊ
une chose me paraît écla- de pactiser ou de s'inscrire dans D tante, terrible. Pasternak a l'un ou l'autre des partis de tueurs. notre tête ! été accusé, par les écrivains offi- C'est là que réside la plus récente m ciels de son pays, d'être un rené- des hypocrisies de la toute
dergat, u n traître, un mauvai s nière mystification. Nous l'avons
patriote, un homme plein de bien vu : celui qui ose ne pas haïr
haine. Pourquoi ? Tout simple-É est mis au ban de la société : 11 par Jean d'ORMESSON
ment parce qu'il a eu et exprimé devient un traître, un paria.
le sentiment que les gens d'en
face, les adversaires, étaient, mal-r m Suite page 2
LORS , là, bravo ! c'est épa- malin ! Tous ces petits hypocrites gré tout, eux aussi, des êtres m tant. Nos petits jeunes gens • qui ont inventé la Série Noire, les humains, aussi humains que leurs As'essoufflaient à poursuivre tueurs, le roman américain, la ennemis, et qu'ils avaient droit,
le succès par la publicité, à con- m iàr' :U î drogue et mille autres violences comme les autres, à la pitié, au I fondre le scandale et la littéra- «Un héros de et agréments de la vie, ils défen - respect, à la compréhension et
ture et à se vautrer dans le récit dent avec passion leur littérature même à l'amour. Ainsi en sont
des plus répugnantes débauches. un peu emmerdante, vachement les choses : lorsqu'on aime, on
Vous prenez e relais avec une iné- sérieuse, métaphysique ou poéti- vous accuse de haïr ; lorsque notre temps »
galable maîtrise. Je dirais même L /TE que, d'une pureté bouleversante. votre cœur est rempli de haine,
que vous y allez fort. Ah ! ils peu- m on vous félicite parce que « vous Moi, j'écris cet article parce que
vent toujours s'aligner, nos mal - aimez», dit-on. Bernard Frank ou Jean-François de Lermontov heureux candidats aux Oscars de Revel ont la flemme ou la grippe. En fait, il n'est pas permis,
l'audace. Annabel m'apparaît tout Qu'est-ce qu'ils auraient passé à semble-t-il, de notre temps, de
à coup, avec ses coucheries hygié- 1 a parallttérature bourgeoise, ne pas haïr ; toute charité est
niques et inorganisées, comme mondaine et anecdotique ! Je suis interdite. La pire des fautes est est réédit é
1-une nurse tête-en-l'alr et finale- un peu pourri, vous savez ça. On donc de succombe « à la tenta-
1 men t sentimentale. Parlez-moi de a beau m e dire (Ah ! ces consignes tion de la Bm H *.
votre jeun j personne et de son art à la noix des rédacteurs en chef ! ) Jamais je n'ai pu considérer que
d'accommoder le sexe. Il y a quel- d'être « mordant » et « cruel », mon adversaire était une vipère que chose de réconfortant à voir la l'admiration l'emporte. Vou s James DEAN lubrique : dans ce cas, moi-même, tradition officielle se rallier ainsi m'amusez, cher maître, avec vos e me sentirais une vipère lubri-avec éclat aux bannières du scan- fioles de poisons, vos courtisanes- que haïssant une autre vipère
dale. Merci, cher maître, a u nom espionnes, vos partouzes et vos lubrique. Ou, plutôt, il n e risque de mes jeunes camarades trop ai- machiavels de salon. de devenir une vipère lubrique sémen t accusés de je ne sais quels On dit beaucoup que l'auteur A 100 AN S que lorsqu'il considère lui-même débordements, de cette si honora- des Copains et des Hommes de que je suis moi une vipère lubri-ble consécration. bonne volonté est tombé, après • Les éditions Laffont que. Chaque fois que j'affirme une J'ai lu avec une espèce de pas- de nobles ambitions, dans ce que viennent de rééditer « Un chose, que je défends un point de
sion, mêlée de franch e rigolade, Claudel appelait le « genre ster- vue, je suis tenté de penser que héros de notre temps », de
ces « Mémoires de Madame Chau- coraire » d u roman policier. Je Lermontov, paru pour la le point de vue contraire est plus verel » qui paraissent juste a trouve aisément, a u contraire, justifié, ou tout aussi justifié, que première fols en Russie en
temps. Comme chacun le répète, dans tous les épisodes de Quinette 1841. Le mal dont souffre le mien. 9 Gérar d Philip e sauv e la nature imité l'art. Je n'ouvre les origines de la veine qui est Petchorine, son héros, res-« O n n e badin e pa s ave c Je n'ai pas l'âme d'un partisan. plus désormais « France-Diman- votre aujourd'hui. Voilà pour le semble à la fureur de vivre l'amou r » d e Musset , a u Si je déteste quelque chose, c'est
ch e » ni « Paris-Match ». Je lis goût du crime. J'ajouterai que l'esprit partisan : à tel point, qui a tué James Dean. La T.N.P . : c II port e la pièc e du Jules Romains parce que c'est vous avez toujours été un maître sur ses épaule s » , di t Pierr e souvent, qu'à détester la haine, je destinée de Lermontov
évomieux, plus vif, plus intelligent, en matière de haute pornogra- Marcabr u (pag e 6) . deviens haineux mol-même, j'en- que d'ailleurs étrangement,
plus vrai sans doute et plus amu- phie : Le Dieu des corps, Le Tapis cent ans avant, celle de l'ac-tre dans le jeu de la haine. Est-ce
sant. J'ai peur cependant qu'en magique et Le Fils de Jerphanion teur américain. une infirmité de donner raison à
dépit du succès votre position ne tracent une trajectoire continue. tout le monde et à personne ? LS restent immobiles, face à devienne très vite difficile : vous Plus ou autant aux autres qu'aux face : le premier qui sourira # Suite page 2 allez être renié par vos amis par- siens? Est-ce une infériorité in- I deviendra la proie de l'autre. ce que vous êtes trop audacieux tellectuelle de n e pas avoir une Une main pâle appuyée au tronc e t par les miens parce que vous position catégorique, bornée ? De d'un arbre, le corps déhanché, 11 n e l'êtes pas assez. En gros, si vous ne pas s'en tenir à des mots d'or- la regarde par en dessous, d'un voulez, chacun sait cela, nos jeu- dre et des doctrines, à une pas- œil insolent et triste ; les pre-nes gens, c'est le jazz, l'alcool, les VIVE sion, bien déterminés, bien fixés, A propos de -l'Aventure de l'Archéologie >, de CERAM miers massifs du Caucase dres-automobiles — et, en fi n de comp- justifiant totalement son action, sent une couronne blanche au-te, une morale de la pureté. Vous ses ressentiments, canalisant sa dessus de ce jeune dieu froid. Elle — quand je dis vous, je parle na - colère, permettant le libre cours n'ose pas tourner la tête, elle se turellement de la jeune personne TCHÉRIN A d'une volonté de tuer ? La férocité tait, ses lèvres ne sauraient plus qui dit « je » dans les « Mémoires vengeresse ou «justlcière» dé- s'ouvrir que sous les siennes. de Madame Chauverel » — c'est NOUS CHERCHONS NOTRE A VENIR passe infiniment son but « ration- Qu'attend-il ? Il attend qu'elle l'argent, l'influence, la situation nel ».
s'offre pour avoir le plaisir de se mondaine. Alors, la morale, le ra- L me semble que de notre refuser. dical-socialisme et la littérature temps et de tous les temps, les — Vous voulez peut-être que le Ivont vous séparer de nos jeunes religions ou les idéologies ne sois la première à vous dire que Turcs jaloux de votre tirage et de sont et n'ont jamais été que les SOUS LA PIOCHE DES BOUILLEURS* Je vous aime ? vos performances. Vous allez voir alibis, les masques, les prétextes — A quoi Jx>n ? répond Petcho-que votre goût commu n de la de cette volonté de meurtre, de rine en haussant les épaules. sexualité ne va pas suffire à vous l'instinct destructeur, d'une agres- Ce jour-là, elle a beau s'enfuir, • « L'Aventure de l'Ar-les concilier. Vos aînés vont susurrer der, c'est la vogue de plus en sivité fondamentale, de la haine il est trop tard, elle reviendra ; chéologie », de C. W. Ceram. p

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text