12 pages
Français

LES VAISSEAUX FRANÇAIS EN 1805, DES BUDGETS DE 1799 À 1805 AUX ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LES VAISSEAUX FRANÇAIS EN 1805, DES BUDGETS DE 1799 À 1805 AUX ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 153
Langue Français
LES VAISSEAUX FRANÇAIS EN 1805, DES BUDGETS DE 1799 À 1805 AUX ANALYSES DE BURGUE  MISSIESSY, THEORICIEN ET MARIN DEVENU AMIRAL RENOMME
Résumé
By Patrick Villiers
En 1800, l'Angleterre dépensa 330 millions de francs et la France en l'an VIII (septembre 1799 -septembre l800) 90,8 millions. En 1805, l'Angleterre dépensa 364 millions de francs et la France en l'an XIII (septembre 1804 - septembre l805) 154 millions. Après avoir rappelé les budgets des marines française et anglaise de 1799 à 1805 et la disproportion du nombre de vaisseaux et frégates entre la marine anglaise et la marine française, je reviendrai sur l'adoption par les Français des «plans type» pour les vaisseaux de 74, 80 et 110 canons par les Français en 1783-1786 sous l'impulsion du chevalier de Borda et de l'ingénieur en chef Sané. En 1805, la plupart des vaisseaux français de 74 canons ont été construits sur le plan type «Sané-Borda». Comme Sané, la majorité des autres ingénieurs-constructeurs a juré fidélité à la République en 1792. Après avoir échappé à la Terreur, ils ont été fidèles au Directoire puis au Consulat et à l'Empire. En 1805, tous les directeurs des constructions navales de Brest, Lorient, Rochefort ou Toulon ont été formés sous l'ancien régime dans l'école de Duhamel du Monceau. Vial du Clairbois, traducteur en France des travaux du suédois Chapman et rédacteur de l'Encyclopédie méthodique Marine de 1786 est directeur de l'école du Génie maritime à Brest et Sané inspecteur du Génie maritime. Dès lors comment est-il possible de trouver des critiques sur les plans Sané et sur les qualités des vaisseaux français dans la correspondance des ingénieurs-constructeurs des ports avec leur supérieur hiérarchique, auteur des ces plans ? Trois ouvrages écrits parBurgues deMissiessy de 1789 à 1803 peuvent nous aider dans cette recherche. Né en 1756, volontaire en 1766 sur le vaisseau de son père puis garde de la Marine en 1770,Missiessy est enseigne de vaisseau sur la Sultane, puis en 1778 sur le Vaillant dans l'escadred'Estaing, second sur le Réfléchi de 64cen 1782, puis commandant des flûtes la Guyane et la Durance en 1784 et 1785, il embarque avec Kersaint sur unprem des iers plansSané : le Léopard en 1787-1788. Il publie ses analyses dans Arrimage des vaisseaux publié sur ordre deCastries en 1789. Comme Borda etBougainville, il appartient à ces officiers français à la fois technicien et praticien qui s'illustrent pendant la guerred'Amérique. Réintégré dans la Marine en 1795, il publie un nouvel ouvrage en l’an 6 (1796). Installation des vaisseaux qui lui vaut d'être nommé directeur adjoint des constructions navales à Paris puis chef d'état-major de Truguet à Cadix. Nommé par Bonaparte chef de laflottille de Boulogne puis préfet du Havre en 1802, Missiessy publie en 1803, Moyens de procurer aux vaisseaux de différents rangs des qualités pareilles et une égale activité dansleurs manœuvres et dansle service de l'artillerie. Le premier consul l'affecte ensuite à Brest puis àRochefort. Parti en 1804 pour les Antilles, il ravitaille la Guadeloupe et Saint-Domingue, rançonne Saint-Christophe etNevis et rentre sain et sauf à Rochefort. Ces ouvrages, peu connus et rarement cités, sont d'autant plus à prendre en considération queBurgues-Missiessy est indiscutablement un grand marin de Louis XVI à l'Empire.
IntroductionDe 1782 à 1787, se produisit en France une révolution dans les constructions navales : l'adoption de 3 rangs seulement pour les vaisseaux et l'adoption pour chaque rang d'un plan unique obligatoire : plan pour les 74 canons, pour les 80 canons et pour les trois ponts appelés tantôt 118 ou 120 canons. Contrairement à ce qui est trop souvent écrit la Marine a joué un rôle décisif dans la Révolution en sauvant le régime de Robespierre. La
1/12
)