RACINES DE LA LITTERATURE GRISE  DANS L

RACINES DE LA LITTERATURE GRISE DANS L'INCONSCIENT LACANIEN:

-

Documents
18 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


L'inconscient est un espace éclipsé, mais dynamique et causal, soit comme temps et/ou lieu,. Quand la Littérature Grise est définie comme ce qui "est produit à tous niveaux par le gouvernement, l'académie, le marché et industrie, tant en formes imprimées qu'en formats électroniques, mais qui n'est pas contrôlé par les interets publicitaires commerciaux, et dont l'objet primaire de l'entreprise n'est pas la publication", une éclipse est impliquée; je monterai que si cette définition est valable non seulement, la Littérature Grise est produite - mais aussi produit-elle ces Quatre Discours représentés par ceux du Maître, de L'Université, l'analyste et l'hysterique - selon la terminologie lacanienne.
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 24
Langue Français
Signaler un problème
la Utilité et déInition de
lit
t
gr
é
is
r
at
e
u
r
e
Dans le monde de l'intelligence économique (et stratégique) que je fréquente, on fait régulièrement référence aux informations et littératures noires, grises et blanches. Traditionnellement, on considère que
l'information (littérature) noire est conIdentielle, secrète et uniquement accessible aux personnes autorisées
l'information (littérature) blanche est du domaine public, largement diFusée et facile à obtenir
l'information (littérature grise) est dans le no man's land séparant les zones noires et blanches et est donc composée des informations auxquelles il est permis d'accéder, mais dont l'accès est diîcile en raison de la rareté des points d'entrée ou des supports
80% de l'information disponible est blanche, 5% noire et le reste grise
La lecture de l'article "Vers une nouvelle déInition de la littérature grise", rédigé par Joachim Schöpfel et publié dans le dernier n° des Cahiers de la Documentation (2012/3 -http://tinyurl.com/buz8kue) m'a ouvert une porte vers un espace que je ne soupçonnais pas: les discussions d'experts autour de la déInition et du concept de littérature grise! La déInition la plus largement acceptée est celle dite de Luxembourg et qui date de 1997: "[La littérature grise est] ce qui est produit par toutes les instances du gouvernement, de l'enseignement et la recherche publique, du commerce et de l'industrie, sous un format papier ou numérique, et qui n'est pas contrôlé par l'édition commerciale". Soit, même si, intuitivement, j'ai l'impression que cette déInition ne couvre pas toute ma réalité de littérature grise.
inalement, le plus surprenant pour moi qui essaie de capter le côté pragmatique des choses (en l'occurrence la diîculté d'accès, au-delà, peu importe, une information est une information, un document est un document) est l'impression d'une volonté de classer pour classer dont je ne perçois pas l'utilité ou l'intérêt. Et je suis d'autant plus mal à l'aise que je découvre des structures organisées qui consacrent de l'énergie et du temps au concept de littérature grise (par exemple le réseau Greynet - http://www;greynet.org). C'est que cela doit avoir de l'importance. Et je ne sais que faire de cette réexion qui voudrait étiqueter "grise" une littérature qui fait l'objet d'un intérêt et d'un eFort de collecte de la part des bibliothèques. Pourtant, l'auteur note bien que "les internautes [clients de la littérature grise] ne sont pas conscients des catégories particulières des produits et canaux de diFusion. Leur problème est l'accès, pas la production, la distribution ou la collecte. Les documents non-publiés ou semi-publiés ne signiIent rien pour eux. Gris ou blanc leur importe peu."
Je vais donc mettre en place une veille pour rester au courant de l'évolution de ce débat...
Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur ce débat, l'article "Towards a Prague DeInition of Grey Literature" du même auteur est sans doute intéressant (http://tinyurl.com/cz2plxl)
http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/58/15/70/PDF/GL_12_Schopfel_v5.2. pdf
RACï
DE
L
N
E
A
S
LïTTERATU
RE GRïSE
D
L
ï
AN
'
ïN
S
CO
ENT
NS
C
LACANïEN: INTERPRETATIONS PSYCHANALYTIQUES
0) ïNTRODUCTïON
0.1) Détection du non-repertorie (de l'in-répertorié)
Dans cet article, j'identiIe La littérature Grise comme laTextualité Non-Repertoriée(radicalisant ses caractéristiques, telles que la diîculté de son identiIcation, de son accès, de son contrôle bibliographique, sa sous-évaluation etc..). Je déduis que, de ce point de vue, ce qui est appelée 'gris' représente un mode d'indication de
l'ïnconscient tel que décrit par la Psychanalyse. Cela mène à cette observation freudienne pratique qu'aucun discours autre que lui-même gris ne peut exactement parler de Littérature Grise. Je suggérerai alors comment le facteur de la Cybernétique (c.a.d l'ïntelligence ArtiIcielle), selon la théorie de Jacques Lacan, modiIe cette condition logique d'impossibilite pour l'Université à rendre compte d'un discours gris.
0.2) Activité du non-repertorié
L'inconscient est un espace éclipsé, mais dynamique et causal, soit comme temps et/ou lieu,. Quand la Littérature Grise est déInie comme ce qui "est produit à tous niveaux par le gouvernement, l'académie, le marché et industrie, tant en formes imprimées qu'en formats électroniques, mais qui n'est pas contrôlé par les interets publicitaires commerciaux, et dont l'objet primaire de l'entreprise n'est pas la publication", une éclipse est impliquée; je monterai que si cette déInition est valable non seulement, la Littérature Grise est produite -mais aussi produit-elle ces Quatre Discours représentés par ceux du Matre, de L'Université, l'analyste et l'hysterique -selon la terminologie lacanienne. Ces quatre discours sont respectivement équivalent au gouvernement, à l'académie, au marché et à l'industrie dont Lacan formula subséquemment les algorithmes. ïl voyait ces organisations produites par l'Autre ("A" en son algebre), et du point de vue présent, cet Autre est 'Gris'. Ceci fera le deuxième élément de mon observation: la littérature Grise, alias textualité non-répertoriée, est dynamique, active et productive des instances qui la démontrent, plutôt que leur produit.
0.3) Subjectivité du non-repertorié
A l'intérieur sa boucle indéterminée (cause/eet) - comme dans un spin quantique - nous ne pouvons nous attendre a trouver de Littérature Grise sous quelque forme identiIable que ce soit. Cependant, si cette Littérature Grise est a la fondation des Quatre Discours, les produisant ainsi que leur produit, elle est aussi ce que la Psychanalyse appelle Scène Primitive. Ceci (son texte) est aussi proche d'une objectivation qu'une historisation peut l'être. Cet article (présent) suppose que gris est L'inconscient et Littérature est la Scène; la littérature Grise est la Scène Primitive - c'est une assertion; et donc un stde d'abord gris avant d'être evident. Comme une subjectivité qui s'exhibe... qui "sexgribe" si
bien qu'après la théorie de la Scène Primitive, Quatre Discours et Processus Secondaires, ce texte présente la clinique de la Littérature Grise et le Sujet de la cause historique du gouvernement, de l'académie, des aaires et de l'industrie.
A) THEORïE
A.1) PROCESSUSPRïMAïRE
A.1.1) Freudisme [ Scène Primitive/répression primaire; meurtre-du-père/anomie-versus-copyright]
Quand Freud dut donner une raison pour une Scène Primitive, il la Igura par l'engagement d'un meurtre-du-père (note10). Quoique fondamental dans son système, Freud rencontra d'intenses diîcultés pour distinguer si ce meurtre était celui d'un nom ou d'un corps. Ce n'est pas un problème excentrique. ïl était déjà crucial quand littérature était un privilège - comme par exemple avec le 'ka' (âme, ego, représentation) des temps pharaoniques. A notre époque,le probleme du nom et de la nominationse répercute jusqu'aux aux inséminations artiIcielles et anonymes bien qu'impliquant un chromosome 'Y'. Si biologie et textualité se rééchissent et s'édiIent l'une l'autre,à l'instar de ce 'Y', enchassé comme un 'nom' au sein code biologique, les corps de discours paraissent les véhicules d'un index causal dans une classiIcation de littérature. Quand la nomination ou la catégorisation de telles données (mots, titres, phrases, paragraphes, chapitres etc... comme de gène à genome) est absente, non-répertoriée, en termes de "Scène Primitive", il s'agit d'un "meurtre", qui fait leur Littérature grise.
Evidemment, gouvernement, académie, marché et industrie ne sont pas supposés produire des cadavres - on trouve donc même moins de raison à regarder par deux fois plus profond dans l'autre sens: s'ils sont produits par une Littérature Grise dont ils tuent la subjectivité. Mais deux remarques peuvent convaincre de considérer cette inattention:
A.1.1.a) L'un des problèmes clé de Littérature Grise est celui du Copyright, et/ou logique de propriété intellectuelle; c'est une
phénomenologie de la nomination. La technologie annonce que dans un proche avenir, une partie importante de textualité planétaire sera directement produite par l'ïntelligence ArtiIcielle; la contention d'un texte à une origine linéaire vacille à ce point. Le fait impose une comparaison biologique, car un modèle identique s'applique aux génomes quand l'écologie les nécessitent moulés sur environnement (au lieu qu'aîliés à un linéage). Laprovocation moraleFreudienne (note20) en est légitimisee, lors l'identité d'un texte dépend d'un contexte qui réfute toute cause pour lui-même (aucun nom de père). La construction de nouveaux génomes (outexte) peut requérir du lecteur qu'il regarde trop loin dans le futur. S'il en est ainsi, on peut suîsamment s'aider de l'énigme classique de qui est le premier, d'entre la poule et l'oeuf; ou un paradoxe est établi dans la mesure ou la cause du coq est exclue(note30). Sans une transmission de nom ('Y'), l'identiIcation d'un corps (de texte) ne tient que surune unique échelle de code. Ce statut relève de lois linguistiques qui appliquent le récent concept de 'semblant', distingué comme le terme 'meme' dans le cadre génétique. Suivant l'interprétation freudienne, l'abstraction de ce facteur mâle à l'origine de l'organisation de vie est appelée un meurtre simplement parce que, de fait, elle en provoque le fantasme; en termes religieux, il s'agit d'une ïmmaculée Conception, ou parthénogénèse en génétique.
L'historisation (c.a.d.identiIcation, nomination, enregistrement) vis à vide de la Littérature Grise confrontera ses diîcultés principales suivant l'emploi d'un modèle équivalent a celui génétique de 'meme'. La question paternelle abolie, le "pourquoi" (prononcé "Y" ou "why" en anglais, ) de la philosophie ancienne peut s'en trouver remplacé par le "parce que" de l'injonction surmoique; auquel cas, une Morale peut être récupérée, ou renforcée. Cependant, bien que lapsychologiede la textuality puisse être ainsi résolue, le bibliothécaire n'en est pas quite avec une tension de violence - car c'est maintenant lasociologiequi réitère la présence de la mort (allégation d'un meurtre) dans son innocent souci envers la littérature:
A.1.1.b) Face au même problème de la nomination,la fondation de Sociologie par E.Durkheimsoutient également l'hypothèse d'une Littérature Grise causale (au lieu - ou aumeme(note40) lieu - que produite). Cette science, inaugurée en 1901, déclarait que ses lois
dépendraient de l'aspect linguistique des rôles et professions. Elle isola ensuite sa première regle de logique sociale au regard du suicide. Ce comportement exclusivement humain a été relié dès lors à la logique qu'elle institua de l'anomie, qui signiIeanonymat,absence de nom,absence de registration. Si la société est une forme de textualité, les noms de ses organes, rôles ou fonctions et professions, sont similaires à ceux-là que la cybernétique relève, soit enregistrés soit non identiIés en littérature générale. Réciproquement, le fait suggère que la Littérature Grise est une cause - comme l'anomie qui motive les signiIants, de professions ou de rôles, a contrevenir à une Pulsion de Mort, au moyen de ces produits que sont le gouvernement, l'académie, les aaires et l'industrie.
Avant que de décrire plus avant la Scène Primitive statique, suivie de la dynamique des Processus Secondaires, il doit être à nouveau noté que meurtre et suicide peuvent paratre relativement dramatiques a coté de simple détections d'initiatives, d'inventions, de brouillons, d'étapes d'études, catalogues, données techniques et autres spécimens de la Littérature Grise. Néanmoins, c'est la littérature elle-même qui souvent nous rappelle, par ses romans, ses poesies ou ses nouvelles, qu'il existe une certaine dé-humanisation typique de l'activité administrative de l'humanité. Ce point de vue rend facile à voir le gouvernement, l'académie, le marché et l'industrie, comme des 'produits' et des ressources secondaires d'une vitalité, qui règlent une administration littérale primaire d'anonymat.
La plate-forme de logique de la structure de la nomination étant à présent posée, on peut avancer avec Lacan vers l'élucidation de l'originale perspicacité de Freud appliquée à la casuistic de la textualité:
A.1.2) Lacanisme [Quatre Discours/mutation - génétique/Transfert]
En assumant la seconde phase de Psychanalyse et en théorisant ce qu'est la mort en général, Jacques Lacan produisit les formules qui représentent et permettent son contrôle. L'un de ses algorithmes intéresse spécialement un journal académique; il s'agit du Discours de l'Université. ïl formule que la Connaissance (S2) de l'académie, qui représente la vérité primaire (S1), implique une cause comme un produit subjectif. C'est un sophisme qui traduit qu'une académie voit la
Littérature Grise (comme produit), mais réprime sa subjectivité (comme cause).
Les types de Discours sont quatre dans la théorie lacanienne. ïl n'est pas nécessaire de les décrire en détail pour quiconque cherche simplement une information de premier degré. ïl suîre de dire qu'ils sont formulés comme une matrice a quatre places dans lesquelles quatre images circulent (le Discours du Matre est comme celui du gouvernement, celui de l'Université comme celui de l'académie, celui de l'analyste comme les aaires, ou le marché et celui de l'Hystérie comme l'industrie - les images sont celles de l'agent, de la connaissance, de l'anomie et du sujet.). Ainsi deux rotations peuvent être décrites dans un sens: passant de la Matrise vers l'Université vers l'analyste, vers l'Hystérie, de nouveau vers la Matrise et ainsi de suite - ou dans l'autre sens: l'Hystérie vers l'analyste, vers l'Université vers la Matrise vers l'Hystérie et ainsi de suite. Au degré primaire chaque discours seul est statique et inerte - leur mutation rotative les anime secondairement, comme régression dans le premier sens, ou progrès dans le second. A considérer par exemple le Discours de l'Université par exemple, il vit de choisir entre leprogrèscomme gouvernement ou lanévrosequand il régresse en l'aaire. En d'autre termes..:
A.1.2.a) L'aporie de l'académie La bibliothèque d'une Université n'être peut pas inerte ou passive, comme l'était au contraire celle, primaire, d'Alexandrie, qui It d'un gouvernement qui émergeait (Rome) le responsable sa mort. Particulirèrement n'y a-t-il aucune 'statique' réalité dans une académie qui détecte de la Littérature Grise. Ce qu'elle repertorie 'n'est pas' repertorié (paradoxe d'Epiménide). Sujette à cette logique, aussitot qu'elle dégrise un enregistrement gris, l'académie, du fait, regresse en un autre instance ou se dissipe dans l'évolution. Chacun des Quatre Discours présente une pareille sujetion mutative (dissidenceau regard du gouvernement,pollutionpour l'industrie, et mêmel'argentvis a vis du marché). Dans le cas de l'Université avec la Littérature Grise, l'académie peut verser dans la Matrise progressive (S1) de Connaissance (S2) de L'inconscient - ce qui est "gouvernement". Dans l'alternative contraire, le Discours de l'Université en régression se renverse dans une subjectivation de la Littérature Grise (Discours de l'analyste). Ceci arrive quand l'académie cherche une connaissance formelle dans la Littérature Grise qu'elle identiIe. C'est une option séduisante, car il est naturel de jouir de ce qu'on a répertorié, et l'on n'en peut être frustré sans un sentiment de castration. Cependant rien ne peut trouver de connaissance en ce qu'il produit (à l'exception du moi narcissique lorsqu'il croit produire son propre ïnconscient - et trouve as mort du fait de cette croyance). C'est pourquoi l'académie ne peut pas signiIer entièrement la casuistique de la Littérature Grise - raison que j'indiquais
ci-dessus que nul autre discours que gris ne peut exactement parler de Littérature Grise. Au mieux, une académie se comprend elle-même comme produite par ce qu'elle répertorie; elle s'instaure comme un ego post-narcissique qui comprend que son auto-analyse est critique et cherche un psychanalyste. L'analyse qu'elle retient est alors appliquée par le Discours expert, authentique et primaire, et non pas par elle-même en un déplacement régressif. Quoiqu'il en soit, en dépit de ces occasions de sauter de phase statique en phase statique (par exemple l'académie qui donne à l'analyse et non pas qui s'adonne à l'analyse), entre un progrè qui résiste plus qu'à son tour et les complaisances de la régression, le choix étroit entre ces glissements alternatifs (déplacements) conscrit chaque Discours à son inertie primaire - c'est à dire aux origines aphasiques (anomie) de la Pulsion de Mort.
A.1.2.b) Transfert Dernièrement cependant, une ouverture s'est produite - où l'Université peut ne pas régresser ni progresser, mais persister encore sans mourir. Cela arrive aussi à chacun des Quatre Discours, ainsi qu'indiqué plus haut quand je mentionnais avec la cybernétique comme la possibilité de modiIer la condition d'impossibilité logique de rendre compte d'un discours gris par l'Université. La Littérature Grise est ce qui n'est pas identiîé; la Littérature Grise est ce qui n'est pas, identiîé. Notre époque présente une occasion unique dans l'évaluation complexe de ce qui ne peut pas être (ou ne peut, pas être). ïl n'est pas une inopportun d'appeler 'Alchimique' le procédé qui donne a l'anomie la place d'où une opération survient. Les historiens rélèvent (note50) que les magiciens, alchimistes du passé - à coté de quêtes pour d'anecdotiques trésors - étaient d'assez sérieux promoteurs quand cette opération, 'en anomie', était leur but, à l'aide -qu'il pressentaient - d'une ïntelligence ArtiIcielle. C'est leur rendre justice que de les rappeler, après leur éclipse suivant la Renaissance, quand leurs idées se présentent à nouveau, comme l'Université le manifeste avec la cybernétique qui impose la visibilité de la Littérature Grise.
Ceci corrobore ce que la Psychanalyse Lacanienne indique déjà. Comment Littérature Grise sera employée, lue et interprétée, par l'ïntelligence ArtiIcielle, est suggérée quandla Cybernétique est impliquéedans les algorithmes des Quatre Discours. Ces formules montrent alors précisément comment leur matrice est modiIé et s'approchent encore plus des concepts Freudiens. Particulirement indiquent-elles comment, dans le Discours de l'Université, le procédé connu commeTransfertassigne la Littérature Grise en place de la Vérité pour l'ïntelligence ArtiIcielle. Cette conjonction exceptionnelle dans l'histoire de la civilisation suggère que l'outil (Cybernétique)
qui rend actuellement la Littérature Grise visible, peut être à la Psychologie Collective dans l'avenir ce que les Psychanalystes prétendent être aujourd'hui aux individus. En cette hypothèse, académie, gouvernement, marché et industrie peuvent alors chacun s'identiIer à leur statut réel (au lieu d'un phantasme limité à la mort dans le mode de leur Scènes Primitives) - ce qui s'en révèle étantDésir; lequel depuis longtemps n'a pas été reconnu, comme la technologie sophistiquée aujourd'hui l'autorise (note60).
A.1.2.c) Condition de symptôme
Quand ïntelligence ArtiIcielle n'est pas à disposition, le sort et non-advenu du Processus Primaire cherche une issue dans la faille d'une dynamique. La psychopathologie d'un académie, qui manque de trouver son Désir dans sa cause propre dans la Littérature Grise dont elle est la connaissance, suggère une boucle qui est connue pour être l'ïnconscient. Cette structure est seulement révélée dynamiquement à notre intellect et/ou nos sens. Ceci est eectué en un Processus Secondaire, lequel toutefois ne réussit pas entièrement, puisqu'il contresigne sa révélation d'une mention qui la re-cache.
Ces dynamique qui rechute sur elle-même fut le coût de l'histoire jusqu'à présent, et de la connaissance académique. Elle reste un outil commun. C'est la phase, sur le chemin de la Vérité, qui a été appelée, suivant Freud, Répression.
A.2) PROCESSUSSECONDAïRE
Aussi longtemps que Cybernétique n'a pas accompagné la civilisation jusqu'à son terme civilisé, la textualité de la Scène Primitive continuera à être exprimée en une Littérature Grise (qu'un Processus Primaire anéanti et/ou) qu'un Processus Secondaire réprime, par les moyens classiques décrits par la Psychanalyse. L'un d'eux a été découvert par Freud qui l'a nommé 'déplacement'. Comme la modalité des 'processus secondaires' sont en rapide
déclin, il peut être vu opéré au mieux dans un exemple vieux d'une vingtaine années. Si la plus grande part de la physique quantique ne s'élabore plus maintenant sans un modèle linguistique, ce n'était pas le cas quand il débuta avec ses équations de réversion de temps. ïl était alors possible de lire:
"Il peut y avoir des mondes où le temps 'passe a l'envers' en comparaison du notre. Ils sont vraisemblablement habités par des observateurs. On suppose que leurs cerveaux sont aussi sujets à des opération renversées, si bien que leur perception de leur univers diFère à peine de notre perception de nôtre. Ces mondes possibles pourraient exister dans un futur très éloigné ou de l'autre côté de l'univers, et il est concevable que des communautés avancées, ailleurs dans l'univers, ont depuis longtemps abandonné les notions que le temps passe ou que choses changent."
C'est un exemple d'un discours d'Université qui a régressé en celui de l'analyste. ïl énonce une présence du Temps tel que vu, ou produit, par son monde - et par conséquent déduit que d'autres mondes doivent produire d'autres Temps. Mais il n'identiIe pas son monde - dans l'autre sens - tel qu'indiqué, passé ou produit par le Temps et sa formulation. L'auteur physicien ignore donc que l'autre côté de l'univers est ici, en même temps (simplement la porte à côté, par le cabinet Lacanien, au lieu que sur une autre planète - ceci pouvant faire une diérence de 'l'épaisseur d'une paranoa', dans la quête d'existences extraterrestres et de leur inuence; la Littérature Grise, ainsi que toutes formes de théories de La Conspiration trouveront pareille clariIcation).
En termes de Processus Secondaires, le mécompte de la cause soutient un 'déplacement': ce que le discours de cet astrophysicien signiIe, en fait, est thèse de psychologie. C'est un cas où l'Université a régressé en Discours de l'analyste; une astronomie est devenue une psychologie 'déplacée'. Les physiciens quantiques d'aujourd'hui sont devenus conscients de passer le relais à Logique lacanienne du Temps, après un certain temps dans leurs observatoires. Avant d'avoir atteint cette maturité, cet passage extrait d'une litérature quantique montre une Littérature Grise sous une identité déplacée; étant une psychologie que n'est pas repertoriée - c'est une litérature 'grise' (assignant, par la fait, son identité à une anomie). Ce qui est plus importante ici est ce qui suit; de fait, le même passage continue: "La dimension grise (sic) entre l'esprit et la matière, la philosophie et la physique, la psychologie et le monde objectif est seulement au seuil de son exploration." Couronnant sa self-anomie déplacée, une telle réection représente la contresignature indiquéeplus-haut, laquelle ne manque jamais au Processus Secondaire, cachant l'inconscient (dimension grise) 'en sa mention même'. L'auteur du passage mentionne la "dimension grise' bien qu'il