Journée organisée par l

Journée organisée par l'ADBDP les 27 et 28 juin 2007: le web 2.0 ...

-

Documents
7 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Journée organisée par l'ADBDP les 27 et 28 juin 2007: le web 2.0 ...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 11 juillet 2011
Nombre de lectures 65
Langue Français
Signaler un problème
Journée organisée par l’ADBDP les 27 et 28 juin 2007:
le web 2.0 : extranets, blogs, wiki, fils RSS : des outils pour communiquer
et partager – Compte rendu
Pour compléter ce compte rendu, consultez sans modération un dossier sur le web 2.0 : « Le Web 2.0 et les
bibliothèques 2.0 ». Réalisé par D. Gazo
Il est très complet et très clair, très intéressant notamment sur les nouvelles perspectives d'actions et de
communications offertes aux bibliothèques par les applications du Web 2.0.
Pour consulter le dossier :
http://www.bibliodoc.francophonie.org/article.php3?id_article=257
Vous pouvez retrouver les présentations power point des participants à cette journée d’étude sur le site de
l’adbdp
http://www.adbdp.asso.fr/
Les termes du web 2.0 sont pour la plupart bien expliqués sur wikipedia
http://fr.wikipedia.org
Enfin consultez aussi le
compte rendu de la journée ABF du 10 mars 2008
(lien à mettre)
1- le concept
Le terme a été inventé en 2004 par Tim O’Reilly.
Le principe du web 2.0 est de modifier l’utilisation habituelle d’Internet
en allant au delà du surf, de la visite de
sites. L’idée du web 2.0 c’est qu’en utilisant des outils simples, l’internaute devient actif sur le web : il y crée et
stocke des données (texte, image, musique) et les partage avec tous les autres internautes.
L’internaute devient créateur de contenus sur le web, il partage ces contenus avec d’autres utilisateurs . Il utilise
pour cela des logiciels libres et gratuits qu’il trouve sur le web.
Les outils du web 2.0 se veulent simples d’utilisation : blogs, fils rss tout est facile …
On parle donc de
web participatif
.
Grâce à l’utilisation de ces outils, le web devient un espace
collaboratif
et
relationnel
.
Le net n’est plus une vaste collection de sites à visiter mais devient un lieu de partage, de création, de
collaboration.
En utilisant les outils du web 2.0 (blogs, wiki, fils rss, sites collaboratifs de réseaux sociaux, floksonomie…)
les
données sont crées par chacun puis hébergées sur le web donc visibles pour tous. L’usager y a ensuite accès de
partout où il a un accès Internet et il partage ses données avec les autres internautes.
D’ou un
effet communautaire
important.
D’ou la notion d’une
intelligence collective
: faite de la somme de toutes ces intelligences. les utilisateurs créent
ensemble, ils font évoluer les contenus du web (voir l’explosion des blogs)
Le WEB 2 0 c’est encourager et faciliter la création et le partage d’informations grâce à des outils faciles à
utiliser
2- Le web 2 0 en action : Outils et utilisations
gestion et travail des images :
des logiciels permettent de stocker et modifier les images :
xmg image
: permet la gestion d’images :
http://www.web2u.fr/?p=70
(mode d’emploi sur
http://www.web2u.fr/?p=70
)
Flickr,
permet de les conserver, d’y accèder, de les modifier
http://www.flickr.com/
La bibliothèque du Congrès à mis en ligne sur flickr son énorme collection de photographies… les internautes
peuvent les consulter mais aussi les indexer librement : c’est le
tag
En web 2.0 tagger ou étiqueter c’est indexer librement,( ces tags apparaissent sur les sites comme des «
nuages
de tags
» : des mots les uns à la suite des autres de polices et tailles différentes. )
(Il est aussi possible de créer la description du tag.)
cette indexation libre est appelée
folksonomie
de « folk » : le peuple, les gens
et « taxonomy » : la
taxonomie
est la science qui a pour objet de décrire les organismes vivants et de les
regrouper en entités appelées taxons (familles, genres, espèces, etc.) afin de pouvoir les nommer et les classer)
Vidéo :
YouTube
est un site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser et se
partager des séquences vidéos.
http://fr.youtube.com/
Dailymotion
permet de mettre en ligne, de partager des vidéos
www.
dailymotion
.com/fr
bureautique :
les plates formes d’hébergement des données: c’est la possibilité de travailler et d’enregistrer des documents sur
le net et non plus dans son ordinateur ou sur un serveur d’entreprise.
Ex : sur google on peut , via la fonction
google documents
, créer un document soit traitement de texte, soit
tableur.
On peut ensuite
travailler dessus depuis n’importe où d’ou l’on a un accès Internet (le document est hébergé chez google)
travailler à plusieurs dessus (tout en gardant les versions anciennes)
le mettre en suite en ligne via un simple onglet, sans forcément avoir créé un blog.
Stockage de données sur le net :
Steekr
permet de stocker documents et ressources en ligne ;
Steekr vous propose de stocker des fichiers de
manière sécurisée (audio, video, photo, doc, xls,...).
http://www.steekr.com/
Wixi
est un bureau virtuel sur lequel vous pouvez stocker des fichiers (audios, vidés...) mais également les lire.
Wixi propose surtout de partager ses fichiers avec les autres utilisateurs Wixi. En effet, tous les fichiers partagés
sont disponibles aux autres utilisateurs.
http://main.wixi.com/
Partage de signets
(favoris) :
L’utilisateur crée des étiquettes,
tags
(étiquette, mot clé) pour référencer un site, il peut proposer sa classification
aux autres internautes en gérant ses tags sur un site comme del.icio.us. Les tags peuvent alors être utilisés par
d’autres internautes. Quand un internaute tagge une ressource il peut voir qui d’autre a déjà taggé cette ressource
et voir aussi toutes les ressources taggée par une personne. Il ressort en général que les ressources les plus
taggées sont intéressantes
del.icio.us
est un site web permettant de sauvegarder et de partager ses marque-pages Internet et de les classer
selon le principe de folksonomie par des
tags
;
Des
communautés virtuelles
se créent ainsi autour de centres d’intérêt.
Utiliser
del.icio.us
pour gérer ses sites favoris permet aussi de les gérer de manière plus facile et plus
ergonomique qu’avec l’utilisation habituelle des favoris dans l’explorateur. Cela permet de faire une veille de
ces sites.
http://del.icio.us/
conseils pour utiliser de.ico.us
:
http://webnotes.fr/7/10-conseils-pour-exploiter-pleinement-delicious/
Musique :
Itunes
:
iTunes
est un lecteur multimédia gratuit proposé par Apple, permettant d'organiser sa musique, de
synchroniser son lecteur MP3 (iPod), d'accéder à la boutique en ligne (Music Store) du constructeur.
iTunes
propose également des fonctionnalités intéressantes de podcasting (podcast vos émissions radio, les
organise et range automatiquement)
permet d’importer et gérer l'ensemble de votre collection musicale. Tous les morceaux sont regroupés dans une
bibliothèque d'après laquelle vous pouvez créer des listes de lecture simples ou intelligentes !
il permet aussi de graver des CD dans différents formats (des CD Audio, des CD MP3 ou des CD de données).
Très simple à télécharger et utiliser
http://www.apple.com/fr/itunes/download/
MP3tunes
: possibilité de télécharger toute sa musique et de l’écouter de partout où l’on a un accès Internet
http://mp3tunes.com/
Jamendo
: Téléchargez et écoutez plus de 20000 albums complets, gratuitement et légalement.
http://www.jamendo.com/fr/
Les Réseaux sociaux :
Certaines applications permettent de se constituer un réseau sur le web, un réseau « social » : on affiche son
« profil » sur le web (personnalité, goûts, centres d’intêrets…) pour se faire des amis.
Facebook
est un « réseau social qui vous relie à ceux qui comptent pour vous »
http://fr.facebook.com/
Ex :
twitter
: un outil de réseau social qui permet à l'utilisateur de signaler à son réseau "ce qu'il est en train de
faire" en envoyant des
updates
ou
tweets
(gazouillis en anglais) qui sont des messages courts
d'une longueur
maximale de 140 caractères.
Il est possible d'envoyer et de recevoir ces
updates
(mises à jour) par le Web, par
messagerie instantanée ou par messagerie numérique.
La particularité des
tweets
: ils sont courts, , ce qui permet de mettre à jour son Twitter de manière brève et
spontanée.un réseau social en temps réel
http://twitter.com/
Myspace
est un site où l’on peut disposer d’ un espace web personnalisé , on peut y faire un blog, y mettre de la
musique et des infomations personnelles.
http://fr.myspace.com/
myspace music
: permet d’échanger des infos : dates de concerts..
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=music
librarything
: un réseau social dédié aux bibliothèques personnelles…chacun peut y cataloguer ses livres et
partage avec tous les autres
http://www.librarything.fr/
Les blogs :
Un blog est un site personnel facile à faire : aucune connaissance technique n’est nécessaire.
Il est constitué par des informations appelées « billets » qui sont classés par ordre chronologique de mise en ligne
(du plus récent au plus ancien). Les internautes peuvent y ajouter des commentaires.
On trouve facilement en ligne des hébergeurs gratuits de blogs avec des modèles tout faits (ex :
myspace
)
On peut aussi créer et installer son blog sur une plate forme comme
wordpress
(code source accessible, plus de
compétences techniques nécessaires)
http://fr.wordpress.com/
Voir :
http://bibliotheques.ning.com/
Espace francophone des acteurs des bibliothèques
Voir touti frouti : Le portail des blogs de bibliothèques publiques qui parlent à leurs usagers
http://toutifrouti.viabloga.com/
Les bloggeurs et visiteurs signalent les blogs intéressants, les billets sont commentés…des communautés
d’intérêts se créent ainsi : le blog est créé pour communiquer sur un sujet et partager sur ce sujet avec d’autres.
Des conversations entre les blogs se mettent en places via des rétro liens(renvoi dans un article d’un blog à un
article d’un autre blog), les billets les plus intéressants sont pointés par plusieurs blogs.
Les fils Rss
Rss :
rich
site summary
ou
real simple syndication
Principe :
plutôt que de visiter les sites pour connaitre les dernières infos, on s’abonne et on les reçoit via un fil
rss : au lieu d'aller chercher l'information sur Internet, c'est l'information qui vient automatiquement à vous.
Il est donc nécessaire que le site propose le service d’abonnement au fil rss (les fils rss sont en format de fichier
xml qui permet de récupérer le contenu sans s’occuper de la mise en forme)
On repère facilement les sites qui proposent ce service grâce au petit logo orange :
Il y a donc d’un coté le site qui produit les fils RSS et de l’autre l’utilisateur qui s’abonne et les utilise ainsi
comme outil de veille des sites.
On peut par exemple s’abonner au fil rss des journaux le monde et libération et livres hebdo ect…pour recevoir
les dernières nouvelles de ces revues. Certains sites proposent des fils rss thématiques (infos sur le monde
rubrique culture, rubrique société…)
A chaque fois que le site propose une nouvelle info l’internaute abonné est averti.
Si les fils rss se sont d’abord développés avec les blogs, ils sont de plus en plus répandus sur les sites d’actualité
Comment les lire ?
1 On peut s’abonner grâce à un « agrégateur » ou « reader » : programme qui vérifie les fils et signale les
nouveautés et vous permet de les lire.
Ex : netvibes : agrégateur qui permet de se créer une page web personnalisée où l’on peut faire figurer
notamment tous ses fils rss et tout ce que l’on aime, on peut y regrouper ses podcast et les services de son choix,
on peut y accèder à tout moment depuis n’importe quel ordinateur.
http://www.netvibes.com/
tutoriel complet
: http://www.infos-du-net.com/actualite/dossiers/29-Netvibes.html
autres agrégateurs :
bloglines
http://www.bloglines.com/
linkedfeed
http://www.linkedfeed.com/
2 On peut aussi utiliser la fonctionnalité de son navigateur Internet, on lit alors le fil depuis la page du navigateur
Avec le navigateur gratuit
firefox
: en s’abonnant depuis le site choisi Les fils peuvent alors être affichés dans les
favoris ( appelés marques pages dans
firefox
) ou dans une barre horizontale sous la barre de menu.
Il est encore plus intéressatn de télécharger l’extension gratuite de firefox
sage
: on gère alors ses fils rss dans
une colonne qui s’affiche à volonté sur la gauche de l’écran et on peut afficher des résumés des infos (plus riche
que le début de la phrase)
Télécharger
firefox
:
http://www.mozilla-europe.org/fr/products/firefox/
Télécharger
sage
:
http://sage.mozdev.org/
3 Grâce à des logiciels spécifiques : le plus connu étant
alertinfo
« Alertinfo est un lecteur RSS légal et gratuit des médias d'information français, proposant aujourd'hui plus de
900 fils d'informations ciblées, que l'utilisateur sélectionne lors de l'installation ».
http://www.geste.fr/alertinfo/home.html
Quelles sont les infos sur un fil rss ?
Cela peut être texte ou audio visuel, cela peut être plus ou moins riche : info très brève, début de texte, résumé…
S’abonner ou se désabonner est très simple
Certains sites répertorient thématiquement les fils rss existants, certains moteurs de recherche les recherchent.
Les wikis
a/ L’outil wiki
le wiki est un site collaboratif où le visiteur peut ajouter, corriger le contenu du site. (dans un blog le visiteur
commente le contenu)
c’est très simple à faire
Le niveau d’intervention du visiteur peut être total ou restreint : il est possible pour l’administrateur de
déterminer des droits d’accès
Accès total : les wikis ouverts :
L’exemple le plus connu est
wikipedia,
encyclopédie en ligne (voir plus bas)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil
Tout le monde peut ajouter ou modifier les pages de
wikipedia
, sur
wikipedia
, pas de limites
Accès sur inscription :
Sur certains wiki il faut s’inscrire : il est nécessaire de créer un profil pour pouvoir faire des modifications
ex :
jurispedia,
Encyclopédie juridique mondiale en français.
JurisPedia est un projet encyclopédique
d'initiative universitaire ouvert à tous les participants et consacré aux droits du monde et aux
sciences juridiques et politiques
http://fr.jurispedia.org/index.php/Accueil
telabotanica, /
Portail d'échanges privilégiés pour les botanistes de langue française. On y trouve : listes de
discussion, projets dédiés à la botanique, bibliographie,
http://www.tela-botanica.org/
Accès restreint :
L’administrateur définit qui peut y participer et définit les droits de chacun
Ex :
intellipedia
(le wiki de la CIA) formé à partir de l'anglais
intelligence
, « renseignement » et
encyclopedia
,
Non accessible au public
Les wikis permettent d’archiver l’historique des modifications, chaque étape est archivée.
Pour créer un wiki, deux possibilités :
Utiliser un logiciel libre en le copiant sur son serveur
Héberger son wiki sur le net en utilisant une « ferme » : 1 hébergeur
Ex :
pbwiki
(aussi simple d’utilisation que les logiciels pour créer un blog) ou
caféwiki
(en français mais plus
complexe)
Le wiki permet donc un travail collaboratif , il peut être totalement ouvert ou en accès limité à certaines
personnes (les droits d’accès peuvent aussi être gradués).
Les wikis sont donc utilisés dans un but spécifique et non pour un suivi d’actualité, une info événementielle
comme les blogs.
Les wiki les plus connus pour les bilbiothèques
en France :
bibliopedia
, site collaboratif pour bibliothécaires,documentalistes et archivistes francophones
http://www.bibliopedia.fr/index.php/Accueil
wikipoldoc
, outils pour
acquérir, suivre et gérer des collections et des ressources documentaires. bibliographies,
listes d'éditeurs et de collections, propositions de lieux ressources, etc,
http://enssibal.enssib.fr/wikipoldoc/index.php/Accueil
USA :
Libsuccess : un wiki américain ou les bibliothécaires partagent des projets réussis, pour que d’autres puissent en
profiter
http://www.libsuccess.org
autres wiki :
Wikilivres : une bibliothèque de livres pédagogiques : c’est un projet collaboratif qui vise à rassembler une
collection d'ouvrages libres qui traitent sous une approche pédagogique tous les domaines de la connaissance.
http://fr.wikibooks.org/wiki/Accueil
Marelle: wiki atelier d’écriture en ligne
http://marelle.cafewiki.org/
b/ usage : les applications possibles :
le wiki permet un travail en groupe sur des projets, chacun peut travailler sur le/les documents sur le site,
apporter des modifications, des ajouts…
Intranet : créer un wiki plutôt qu’un intranet, fait aux USA, pas encore en France
Portails publics : voir
wikibrest
: créé par la commune pour recueillir la mémoire collective des brestois,
regroupant de nombreux articles et documents sur la vie brestoise d'hier et d'aujourd'hui.
http://www.wiki-brest.net/index.php/Accueil
La bibliothèque du congrès crée systématiquement des wikis dès qu’elle organise un évènement : un wiki
pratique : tout sur l’organisation et un wiki documentaire sur le projet
Mais le wiki est encore peut utilisé dans le cadre du travail interne en bibliothèque :
Il se situerait à un niveau qui n’existe pas réellement encore : entre le travail quotidien et le travail de groupe, le
wiki permettrait de récupérer le travail fait quotidiennement pour le valoriser et de mettre plus de travail
collaboratif dans le quotidien
c/ un exemple de wiki concernant les bibliothèques :
Bibliopedia
créé en avril 2006
bibliopedia
propose des ressources pour les bibliothécaires
Le principe de
bibliopedia
est de ne pas faire de doublon : pour une info déjà faite ailleurs, un lien y renvoie.
1 fil RSS permet à l’administrateur de voir ce qui est fait
aucun vandalisme hormis des robots spammeurs qui sont repérés et rejetés par l’hébergeur
le problème est : la pertinence des contenus…
Ce qui est le plus consulté :
les répertoires de ressources (les listes de liens)
Les articles
http://www.bibliopedia.fr/index.php/Accueil
d/Wikipedia
:
Wiki
en hawaïen signifie rapide
Pedia
vient du grec et signifie éducation
Le logiciel utilisé pour la création de
wikipedia
est
mediawiki
La fondation qui gère :
Aux USA : wikimedia foundation
En France: wikimedia France
La fondation wikimedia a
plusieurs projets :
Wikibooks
: ensemble de textes pédagogiques
Wikiversity
: communauté pédagogique libre
Wikiquote
: recueil de citations
Quelques principes de
wikipedia
:
Une encyclopédie construite par une communauté : les simples visiteurs, les contributeurs anonymes, les
contributeurs enregistrés, les «bureaucrates » (ils sont 7) et les « stewards » (ils sont 29)
Pas de copies de texte intégraux
Wikipedia
n’est pas un annuaire de liens
Neutralité de point de vue
Contenu libre
Toutes les sources doivent être citées
savoir vivre
IL y a une modération faite sur
wikipedia
par des personnes de l’association appelés « patrouilleurs »
Ils contrôlent les modifications récentes
Ils contrôlent les nouvelles pages
Les erreurs repérées pendant la navigation sont corrigées
Il y a un comité de lecture : les personnes relisent les articles et affectent à certains le statut d’article de qualité
Il y a d’autres outils de validation :
Les messages sur les pages de discussion
Les espaces de maintenance des pages (pages à supprimer, à fusionner)
Les avantages :
C’est en ligne, c’est gratuit, le contenu est libre, c’est rapide, constamment enrichi, multilingue, une grande
quantité d’articles, c’est l’intelligence collective
Les inconvénients :
éventuel vandalisme, instabilité, erreurs
3- Les limites du Web 2 0 !
qui contrôle les données ?
volume de plus en plus important d’infos, quelle pertinence des infos ?
quelle réelle participation d’actifs ?
4- La médiation numérique dans les bibliothèques ?
Dans un contexte général de maîtrise des coûts, de travail sur les politiques documentaires, d’évaluation des
politiques publiques, les bibliothèques doivent se présenter comme des services documentaire à valeur ajoutée
importante. La médiation numérique peut aider la bibliothèque pour que l’offre qu’elle propose et la demande de
contenu du public se rencontrent en organisant l’interaction entre le public, les bibliothécaires, les contenus.
Exploiter les ressources du web 2.0 peut permettre aussi de renouveler l’image de la bibliothèque
D’être présent dans l’environnement de l’usager internaute (my space…)
De répondre aux besoins d’orientation dans les contenus
D’insérer la bibliothèque comme une ressource parmi d’autres au sein de communautés locales
Exemples d’actions :
Utilisation des fils rss :
Pour les bibliothécaires : suivre l’actualité des librairies et des éditeurs en s’abonnant à leurs fils
Pour les usagers : les informer des dernières acquisitions, des actualités, des évènements
Ex : Opac de la médiathèque de Saint-Herblain :
http://www.la-bibliotheque.com/homepage.php
L’usager peut participer et voit les participations des autres :
les lecteurs qui ont emprunté ce livre ont aussi
emprunté…donnez votre avis…résumé du livre…
Ex : les blogs des bibliothèques : (voir à partir du portail touti frouti,
http://toutifrouti.viabloga.com/
) les blogs
donnent une image vivante, actualisée, ouverte, de la bilbiothèque, …
Ex : les fils rss : la bbque peut proposer des fils thématiques
Ex :les podcasts : la bbque peut proposer des podcasts des évenements, des rencontres…
Ex : projet de la médiathèque de Dole : téléchargement et stations MP3 : les usagers chargent leurs MP3 de
podcasts sélectionnés par les bibliothécaires
Worldcat
: programme qui, ajouté au catalogue, permet aux usagers d’annoter le catalogue de la bibliothèque.
http://www.worldcat.org/
Le web 2.0 peut donc être une opportunité pour les bibliothèques de mieux se faire connaître et d’être présente
sur le web là où sont les internautes.
Un annuaire de services web2.0 :
http://www.servicesweb20.com