rapport de Consultance solmark

-

Français
93 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Solmark est une société qui propose des tapis personnalisables aux entreprises dans le
but d’en faire des outils de communication.
Solmark est présente sur le marché du B to B sur lequel elle vend des solutions de
« floor marketing ». Solmark est une compagnie jeune qui profite d’un partenariat avec une
entreprise danoise de fabrication de tapis possédant la technique d’impression sur textile
permettant une personnalisation des motifs.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 645
Langue Français
Signaler un problème
PROJET DE CONSULTANCE
SOLMARK
TABLE DE MATIERES
2
INTRODUCTIONSolmark est une société qui propose des tapis personnalisables aux entreprises dans lebut d’en faire des outils de communication.Solmark est présente sur le marché du B to B sur lequel elle vend des solutions de« floor marketing ». Solmark est une compagnie jeune qui profite d’un partenariat avec uneentreprise danoise de fabrication de tapis possédant la technique d’impression sur textilepermettant une personnalisation des motifs.Solmark est une structure très légère, uniquement composée d’une antennecommerciale. Ces considérations expliquent les faibles coûts fixes supportés par Solmark:c’est un intermédiaire commercial entre usine et client, sa mission étant de trouver des clientsdésireux de communiquer via des tapis personnalisés. Il est à noter que Solmark estcomplètement indépendante de son partenaire industriel danois, et qu’elle n’œuvre jusqu’àmaintenant que sur le marché du B to B français.M. Pedersen, dirigeant de Solmark, souhaite étendre le champ d’action de l’entrepriseet cherche des relais de croissance et des solutions pour accroître son activité dans desmarchés connexes à celui qu’il occupe actuellement.
3
ENONCEEST-IL POSSIBLE DE TRANSFORMER UN CONCEPT DE PRODUCTIONDE TAPIS PUBLICITAIRE B2B EN PRODUIT B2C AVEC UN FORT POTENTIELDE VENTES?Plus qu’une étude de marché…(swot + environnement + analyse de la concurrence)…une véritable stratégie de lancement de produit(produit, prix, distribution, communication)
4
SECTION 1 : ETUDE DE MARCHE, ANAL
YSE INTERNE
5
ETAT DU MARCHE
Puisque le marché des tapis personnalisés en B2C n’existe pas encore, nous avonsdécidé de baser notre analyse du marché sur les deux marchés existants qui sont les pluspertinents : le marché destapis, et le marché desobjets personnalisés.Etat général du marché des tapisLa baisse structurelle de la consommation des ménages en tapis et moquettes,conjuguée à une conjoncture dégradée en 2003, a encore mis à mal nombre de sociétés dusecteur des tapis et moquettes.Les spécialistes des tapis ne sont pas épargnés. Entre les produits de luxe, enprovenance de pays à forte renommée, et les produits à bas prix importés et distribués dans lesenseignes de décoration, les articles de fabrication française, à mi-chemin entre ces deuxsegments, luttent pour conserver leur place.Dans ce contexte, force est de s’interroger sur l’avenir de la production de tapis etmoquettes en France, à l’heure où les volumes fabriqués en 2003 ont d’ores et déjà atteint unseuil critique : en baisse de 34% depuis 1999. Par ailleurs, le solde des créations d’entreprisess’est une nouvelle fois inscrit dans le rouge.Le marché des tapis et moquettes comprend la fabrication, le négoce et le commercede détail de revêtements de sols à surface textile, tels que les tapis, les carpettes et lesmoquettes, sous forme de rouleaux ou de dalles. Malgré leur diversité, on peut cataloguer 3grandes familles de produit : les produits en fibres naturelles (coton, lin, soie, laine), lesproduits en fibres synthétiques (polyamide, polypropylène) ainsi que les produits en fibresmélangées.Les professionnels du secteur vendent essentiellement aux entrepreneurs du BTP, auxcollectivités, aux bureaux et aux cinémasviala vente de gros mais s'adressent également àdes particuliers désireux de rénover et de décorer eux-mêmes leur habitat, par l'intermédiairede la vente de détail.Réglementation :
6
-Le démantèlement des Accords multifibres (AMF) d’ici à 2005 (dont la fin étaitinitialement prévue pour 2003) signifie la fin des quotas à l’importation pratiqués parles pays industrialisés. Une augmentation des importations émanant des pays endéveloppement à faible coût de main d’œuvre risque de s’ensuivre.- L’adhésion de poids lourds mondiaux du textile, comme le Pakistan, l’Inde et surtoutla Chine, à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), représente une véritableopportunité.-L’association des Moquettes écologiques GUT a été créée à l’initiative de fabricantseuropéens de moquette et de tapis, dans le but de rationaliser le cycle de production etd’améliorer la qualité des revêtements textiles. Elle souhaite garantir à l’acheteur desproduits fabriqués de manière écologique. Un label a été mis en place à l’échellemondiale. « Toutes les moquettes satisfont depuis maintenant 10 ans au critère dulabel écologique GUT garantissant une parfaite qualité de l’air »,dixitl’UFTM.
Les perspectives du marché(faut rqjouter des détails d’interviews ici)La demandeLes ménages français ont consacré 363,4 millions d’euros à l’achat de tapis etmoquettes en 2003, c’est 5,5% de moins qu’en 2002Les distributeurs n’ont pas ménagé leursefforts pour doper leurs ventes de tapis et moquettes. La baisse de la consommation envolume les a incités à pratiquer de multiples offres promotionnelles afin d’attirer la clientèle.Les prix à la consommation ont par conséquent enregistré leur plus faible progression depuis2000.L’offrePression des importations, baisse de la consommation intérieure, stratégies dedélocalisation de l’activité des fabricants nationaux : tous les ingrédients sont réunis pour fairefléchir la production de la branche L’année 2003 n’a pas fait exception, puisque les mises en.fabrication de tapis et moquettes en France ont baissé pour la quatrième année consécutive.
7
Les industriels français des tapis et moquettes jouent la carte de la différenciation. Lamontée en gamme de leur production se traduit par une hausse significative de leurs prix devente industriels, creusant ainsi l’écart avec les produits à bas coût importés des pays à faiblescharges salariales. Malgré un soutien des prix de vente industriels qui compense en partie labaisse de la production en volume, les facturations des industriels français ont encorenettement baissé en 2003. Les fabricants français ont dû affronter la dégradation de leursdifférents débouchés. La consommation des ménages, d’abord, a continué à se replier, tandisque les commandes des entreprises étaient à l’avenant : les mises en chantier de bureaux ontbaissé de près de 4% sur l’année. Enfin, les marchés extérieurs se sont eux aussi montrésdéfaillants, puisque les exportations ont baissé de 6,3%. Les échanges français de tapis etmoquettes sont largement déficitaires. Les exportations n’ont pas cessé de se contracter depuis2000. Le déficit tend néanmoins à se réduire puisqu’en 3 ans, les expéditions ont baissé de8,9% et les achats, de 13,9%.La concurrenceA la baisse de la production de tapis et moquettes en France depuis plusieurs annéescorrespond une contraction de la population d’entreprises positionnées sur cette activité. Ainsi,depuis le début des années 80, le nombre d’établissements du secteur est passé de 114 à 84 en2002. L’année 2003 ne fera pas exception. Alors qu’il s’établissait à 28,3 millions d’euros en1994, le chiffre d’affaires moyen par entreprise était tombé à 17,1 millions d’euros en 2001. Ils’est légèrement rétabli en 2002, à 20,1 millions d’euros. Le chiffre d’affaire total du secteurtapis moquettes était de 502 millions d’euros en 2002.Les fabricants de tapis et moquettes se sont recentrés sur leur activité de base, alorsqu’il ne représentait que 63,2% du chiffre d'affaires des entreprises du secteur en 1995, ilcomptait pour 80,8% en 2001. Une part importante de l'activité était réalisée dans lecommerce de détail d'équipements du foyer en 1995 (11,8%). La part de cette activité estdésormais négligeable.Les fabricants de tapis et moquettes français peuvent être distingués selon leurspécialité : les spécialistes des produits pour le bâtiment, et les équipementiers automobiles. Ilse trouve que les premiers sont majoritairement détenus par des capitaux étrangers, du moinsen ce qui concerne les leaders (Tarkett sport, Forbo Salino…), tandis que les grandsspécialistes des équipements pour l’automobile appartiennent par des capitaux français(Faurecia, Trémois..)
8
Sources :-Union Française des Tapis et Moquettes3 rue du Vert Bois BP 3059 531 Neuville en Ferrain CedexTél. : 03.20.69.06.80http://www.moquette-uftm.com-Centre textile de Conjoncture et d’Observation Economique37/39, rue de Neuilly 92 113 ClichyTél. : 01.47.56.30.30http://www.Ifm-paris.org-Union Nationale des Revêtements de Sols Textiles6/14, rue la Pérouse75 116 ParisTél. : 01.47.56.31.70Fax : 01.40.69.51.00http://www.unrst.com
Etat général du marché des objets personnalisésAux dires des professionnels du secteur interviewés, le secteur des objetspersonnalisés se porte moyennement bien en raison de la conjoncture économique morose. Ily a de la place pour tous les concurrents, et l’arrivée de nouvelles entreprises dans le secteurn’est pas impossible, et pas vraiment gênante non plus.La personnalisation est un véritable « phénomène social » apparu ces dernières années.Les consommateurs recherchent avant tout le critère « personnalisation », le critère « qualité »de l’objet n’intervenant qu’en second lieu. Ils préfèrent également les slogans et les logos aux« photos de vacances ». Les magasins en proposent d’ailleurs certains sur catalogue.Le nombre d’articles personnalisables augmente d’années en années et la vente sedéveloppe beaucoup par le commerce en ligne qui est un bon relais de croissance pour cesecteur. En effet, ce secteur bénéficie largement de l’essor de la photographie numérique quipermet de créer ses personnalisations très facilement.Il est toutefois à noter que les articles personnalisés sont souvent des gadgets ou desobjets de faible valeur. Dans cette ordre d’idées, lorsque des articles sont achetés, ils sontavant tout achetés pour les caractéristiques de personnalisation et beaucoup moins pour lafonction principales de l’objet (ex : un mug personnalisé sera avant tout acheté parce qu’il est
9