La cosmetique bio : effet de mode ou avenir de la cosmétique ?

La cosmetique bio : effet de mode ou avenir de la cosmétique ?

-

Documents
20 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Parce que le bio ce n'est pas que de la cuisine, voici un dossier qui vous éclairera sur la cosmétique bio.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 31 janvier 2012
Nombre de visites sur la page 1 520
Langue Français
Signaler un problème
LA COSMETIQUE BIO : EFFET DE MODE OU AVENIR DE LA COSMETIQUE ? CONFERENCE DE PRESSE FLEURANCE NATURE MERCREDI 27 JANVIER 2010 MICHEL DE SARRIEU DIRECTEUR SCIENTIFIQUE DE FLEURANCE NATURE DOCTEUR EN PHARMACIE BETTY SANTONNAT DIRECTRICE DU DEVELOPPEMENT COSMEBIO LUC JUGLA DIRECTEUR DE LA SOCIETE COSNESSENS FORMULATEUR DE PRODUITS COSMETIQUES Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 1 SOMMAIRE INTRODUCTION I - LA COSMETIQUE BIO : LE CONCEPT 1- LA REPONSE A UNE ATTENTE SOCIALE 2- LES PRINCIPES FONDATEURS 3- LA DIFFERENCE ENTRE UN PRODUIT CONVENTIONNEL ET UN PRODUIT BIO II - UNE MEME NOTION POUR DIFFERENTS LABELS 1- LES DIFFERENTS LABELS DE LA COSMETIQUE BIO EN FRANCE 2- VERS UNE DEFINITION UNIQUE ET COMMUNE : LE LABEL COSMOS 3- UNE HARMONISATION INCOMPLETE ? III – LA COSMETIQUE BIO EN PERSPECTIVE 1- LA COSMETIQUE BIO PEUT-ELLE SE SUBSTITUER A LA COSMETIQUE CONVENTIONNELLE ? 2- L’AVENIR DE LA COSMETIQUE BIO CONCLUSION Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 2 INTRODUCTION A l’instar de l’Agriculture Biologique il y a trente ans, la cosmétique bio fut longtemps considérée comme une excentricité ou comme l’apanage de quelques intégristes de l’écologie. Jadis cantonnée aux magasins spécialisés et aux boutiques bio, la cosmétique bio envahit aujourd’hui les linéaires des grandes surfaces et déferle dans les médias. Chaque jour voit fleurir de nouvelles enseignes tandis que les géants du secteur se mettent sur le créneau, convoitant avec envie les performances de ce segment encore confidentiel il y a 5 ans. Sécurité, besoin d’authenticité, éco-responsabilité, naturalité… La cosmétique bio fait écho à de nombreuses préoccupations très actuelles. Mais si ce terme nous est désormais familier, peu de personnes savent ce qu’il recouvre vraiment. Entre surenchère marketing et actions concrètes, il est difficile de se repérer pour séparer le bon grain de l’ivraie. Aussi, pour répondre à ce besoin de transparence, de nombreux organismes de certification et autres labels issus d’organisations professionnelles se sont constitués pour offrir aux consommateurs des garanties sur les produits se revendiquant naturels ou de cosmétique bio. Mais quelles sont ces garanties et comment s’y retrouver au sein de la cacophonie régnant autour de ces labels ? Car la multiplication de ces initiatives visant à répondre à un besoin de transparence de la part du public a engendré une certaine confusion chez le consommateur et si la cosmétique naturelle a acquis une réelle légitimité, elle a désormais besoin de se structurer autour d’un label unique et européen à la manière de ce qui fut réalisé pour l’Agriculture Biologique. Alors quel référentiel, quelles garanties et quel niveau d’exigence pour ce nouveau label qui déterminera la place de la cosmétique bio dans le futur ? Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 3 I - LA COSMETIQUE BIO – LE CONCEPT 1-1 LA REPONSE A UNE ATTENTE SOCIALE Si la notion de produit biologique nous est familière pour les produits alimentaires, c’est que l’Agriculture Biologique est définie depuis 1920, organisée à l’échelle mondiale depuis 1972 et reconnue dans le codex alimentarius depuis 1999. On peut estimer que cette reconnaissance à l’échelon national et international va de soi. Après tout, les agriculteurs sont souvent considérés comme les premiers acteurs de notre environnement et le concept d’Agriculture Biologique est presque intuitif pour l’ensemble du public. A contrario, le terme de « Cosmétique Biologique » apparaît comme beaucoup plus difficile à concevoir. Et pour cause, depuis fort longtemps la cosmétique est devenue une activité industrielle et l’on peut légitimement s’interroger sur la pertinence de l’attribut « Biologique » dès lors que l’on évoque un produit cosmétique. Aussi aura-t-il fallu l’ensemble des crises sanitaires qui ont émaillé ces 20 dernières années pour que cette notion rencontre enfin un public. Entre les éthers de glycols soupçonnés d’être à l’origine de malformations fœtales ou les parabens suspectés d’être cancérigènes, le doute s’est installé. L’acte d’achat de produit cosmétique est devenu « impliquant ». Ajoutez à cela les préoccupations environnementales de ce siècle et la demande de produits naturels et respectueux de l’environnement s’est faite de plus en plus pressante. Malheureusement, celle-ci rencontra un vide réglementaire et à l’heure actuelle, la cosmétique bio ne bénéficie d’aucune réglementation spécifique à l’échelle nationale ou internationale. Pour combler cette lacune, dès la fin des années 90, plusieurs industriels au sein des différents pays de l’Union Européenne se sont réunis en associations pour tenter de définir une « cosmétique biologique » qui répondrait aux attentes du public. Si ces initiatives se traduisent aujourd’hui par des cahiers des charges différents, elles reposent toutes sur des valeurs fondatrices communes : l’Authenticité, la Transparence et l’Eco- responsabilité. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 4 1-2 LES PRINCIPES FONDATEURS - L’Authenticité. e eAu XX siècle et surtout au XXI siècle, l'industrialisation et les découvertes technologiques changent le visage de la cosmétologie : parfums de synthèse, dérivés pétroliers, tensioactifs synthétiques et stabilisateurs d'émulsion. Ces nouveaux ingrédients mis en œuvre dans des formules complexes réalisées par des chercheurs caractérisent les produits cosmétiques d’aujourd’hui. Cette évolution a permis d’atteindre des produits de qualité inégalée en termes de texture et de parfum. Néanmoins, cette complexification à outrance les a rendus peu lisibles pour les consommateurs et il a suffi de quelques scandales sur certains ingrédients synthétiques pour que la méfiance s’installe vis-à-vis des « cosmétiques conventionnels ». Toute une partie du public se mit à privilégier un retour à des formules plus simples élaborées à partir d’ingrédients naturels dont l’ancienneté d’utilisation était le meilleur garant de leur innocuité. Ainsi, ce « retour à la tradition » n’est pas le fait d’un sentiment de nostalgie mais bien d’une réelle méfiance envers des produits et des technologies qui ne semblent pas être totalement maîtrisés. - La Transparence. Cette méfiance à l’égard de la « cosmétique conventionnelle » a également conduit à un besoin de plus de transparence. Partant du principe que tout ce qui n’est pas transparent est susceptible de masquer un défaut, l’ensemble des cahiers des charges des cosmétiques naturels attachent une attention toute particulière à la transparence de l’information quant à la nature des ingrédients et les procédés de fabrication utilisés dans les produits. Au-delà du caractère rassurant de cette politique, en restituant au consommateur la connaissance du produit, elle lui permet de sortir de la logique consumériste et de le responsabiliser dans son acte d’achat. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 5 - L’Eco-responsabilité. L’Eco-responsabilité est une démarche consistant à intégrer les préoccupations environnementales à l’activité d’une entreprise. Pour les fabricants de cosmétiques, il s’agit donc en premier lieu de garantir aux consommateurs des produits cosmétiques respectueux de l’Homme et de l’environnement tout en promouvant le développement de l’Agriculture Biologique. Il est important de remarquer que l’Eco-responsabilité s’applique à une personne morale (une entreprise) ou physique (un consommateur) et non à un produit. Ce dernier point souligne la nécessité d’appliquer ces principes à l’échelle de l’entreprise et non à celle d’un simple produit. L’Eco-responsabilité doit être appréhendée de manière verticale (dans l’ensemble de la conception d’un produit depuis les matières premières utilisées jusqu’à la consommation du produit) mais aussi de manière transversale à l’entreprise (en prenant en considération l’ensemble de son activité). Ce qui ressort de ces valeurs fondatrices, c’est que la cosmétique bio s’est construite en réaction à l’évolution de la cosmétique dite conventionnelle. Il ne s’agit pas d’un marché qui s’est constitué autour d’une innovation technologique mais bien d’une remise en question des pratiques de l’industrie cosmétique. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 6 1-3 LA DIFFERENCE ENTRE UN PRODUIT CONVENTIONNEL ET UN PRODUIT BIO La fabrication d’un produit cosmétique est relativement complexe : de nombreux ingrédients sont subtilement dosés pour obtenir un mélange efficace et harmonieux de type émulsion, suspension, mousse, gel... Un produit cosmétique classique contient 4 types de composants : - Des principes actifs qui apportent au produit son action. - Des excipients qui servent de supports aux principes actifs pour les transporter là où ils doivent agir (ex : émulsionnants, tensio-actifs) - Des adjuvants. Essentiellement les conservateurs, les stabilisants (gélifiants, épaississants…), les humectants qui empêchent le produit de se dessécher. - Des additifs. Essentiellement représentés par les parfums et les colorants. Si la cosmétique conventionnelle utilise également des extraits végétaux et des principes actifs issus de produits naturels, il convient de remarquer que ceux-ci représentent une infime partie du produit. Ainsi, la différence entre un produit de cosmétique bio et un produit conventionnel vient principalement des excipients et autres auxiliaires technologiques mis en œuvre dans celui-ci et qui représentent quantitativement la majeure partie du produit. Le tableau suivant illustre les ingrédients usuels en cosmétique conventionnelle et leurs équivalents en bio : Composant Cosmétique conventionnelle Cosmétique Bio Huiles et graisses minérales, sous-produits Huiles et graisses végétales (d’olive, Excipients pétroliers (paraffine, vaseline) et de synthèse d’argan, d’abricot…) (silicone) Dérivés de sucre, de matières premières Emulsionnants Dérivés pétroliers, synthèses chimiques végétales, transformés au moyen de tensio-actifs réactions chimiques douces. - Conservateurs naturels ou «Nature-like» - Conservateurs de synthèse - Stabilisants naturels (dérivés de sucre et Adjuvants - Stabilisants (polymères synthétiques) de céréales) - Humectants - Humectants naturels - Parfums : huiles essentielles biologiques - Parfums synthétiques Additifs ou fragments d’huiles essentielles (isolats) - Colorants synthétiques - Colorants naturels Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 7 Outre leur caractère respectueux de l’environnement, les excipients d’origine naturelle présentent l’avantage d’avoir une meilleure affinité avec les constituants naturels de la peau. Ils permettent ainsi une meilleure assimilation des actifs et une meilleure pénétration. Par ailleurs, le mode de culture bio, exempt de pesticides, permet aux ingrédients bio de développer leur propre système de défense et d’adaptation. Ils sont donc plus riches et plus nutritifs. Enfin, dénués de chimie lourde, pesticides, fertilisants, plomb, les soins bio sont moins toxiques pour notre corps. La cosmétique bio se base sur le principe de précaution pour interdire certaines substances encore utilisées dans les produits conventionnels. En principe, la réglementation précise que les cosmétiques ne sont pas censés traverser la peau, alors même que des études ont montré qu’une infime partie des constituants des produits conventionnels était à même d’être absorbée par la peau et d’être potentiellement dangereuse pour l’organisme. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 8 II – UNE MEME NOTION POUR DIFFERENTS LABELS 2-1 LES DIFFERENTS LABELS DE LA COSMETIQUE BIO EN FRANCE Comme nous l’avons vu, la cosmétique bio s’est construite sur un ensemble de principes fondateurs découlant directement d’une certaine attente du public. Cependant, si ces principes vont de soi, leur traduction en cahier des charges s’avère beaucoup plus complexe. La France, par exemple, compte 3 labels nationaux (Nature et progrès, Cosmebio – BIO, Cosmebio – ECO) auxquels s’ajoute BDIH, un label allemand très présent sur le marché français. Tous ces labels se revendiquent labels de « cosmétique naturelle » ou de « cosmétique bio ». Cependant, en l’absence de toute coordination nationale ou internationale, ces initiatives se traduisent par des cahiers des charges proches mais pouvant se révéler assez différents sur certains points. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 9 Nature et Progrès Nature et Progrès est une association de consommateurs et de professionnels créée en 1964. C’est le tout premier label apparu en France. Si l’association s’occupait initialement de l’Agriculture Biologique, celle-ci dispose également depuis 1998 d’un référentiel concernant la certification de produits cosmétiques. Pour beaucoup, il s’agit de la certification la plus rigoureuse. Et pour cause, le référentiel Nature et Progrès impose la formulation de produits élaborés à 100% à partir de produits naturels (par opposition aux produits de synthèse). Par ailleurs, 100% des produits végétaux ou issus de la production animale utilisés doivent être impérativement issus de l’Agriculture Biologique. Le référentiel n’autorise que les procédés de transformation physiques simples (tels que le broyage, le séchage, la filtration…) et certains procédés de transformation chimiques simples (tels la distillation à la vapeur d’eau, la macération, la fermentation…) permettant de garantir la préservation de l’environnement et de conserver la naturalité des ingrédients en maintenant la structure d’origine du carbone organique. Les emballages doivent être systématiquement recyclables ou biodégradables. Initialement la certification « Nature et Progrès » impliquait pour les entreprises de faire certifier l’intégralité de leur gamme, ce qui représentait une contrainte très importante pour ces dernières. Cette obligation a été retirée lors d’une des dernières mises à jour du cahier des charges. La radicalité du label « Nature et Progrès » représente sa principale faiblesse. En effet, si celui-ci apparaît comme le label le plus militant et peut-être le plus cohérent, il reste au demeurant assez confidentiel en raison de la difficulté à formuler des produits de qualité et satisfaisant à l’ensemble des critères du référentiel. Il est important de remarquer que le label « Nature et Progrès » ne fait pas l’objet d’une certification au regard de la législation française. En effet, selon la loi du 30 décembre 1988, une démarche de certification ne peut être effectuée que par un organisme certificateur indépendant accrédité selon la norme EN 45011. Si ce système ne concernait pas initialement les produits cosmétiques, c’est désormais le cas depuis la loi de modernisation de l’économie. Or, l’attribution du label « Nature et Progrès » est basée sur un système de garantie participatif : la délivrance de la mention à un fabricant n’est effective qu’après examen de son dossier auprès d’un comité composé de 2 producteurs, 2 transformateurs, 2 consommateurs et 2 administrateurs du label. Contact presse : Huguette Sandoungout Fleurance nature 52, rue Bichat – 75010 Paris Tel: 01 40 18 91 39 / Fax: 01 40 18 18 45 huguette.sandoungout@fleurancenature.fr 10