La joie serait féminin !

La joie serait féminin !

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les femmes posséderaient le gène de la Joie ! N'est-ce-pas merveilleux ? Non pas que ces Messieurs ne seraient pas joyeux, non... En revanche, eux, seraient plutôt dotés du gène de l'agressivité ! Découvrons...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 11 février 2013
Nombre de visites sur la page 112
Langue Français
Signaler un problème

La Joie au Féminin

Par Marie Da Cruz














Attention, les Filles...
Il parait que les femmes auraient un gène du
bonheur !
Et même si les femmes sont davantage victimes de
troubles de l’humeur et de l’anxiété, elles se
déclarent être plus heureuses que les hommes.
La raison ? Une des formes particulières du gène
Maoa (monoamine oxydase A) qui procurerait du
«bien-être chez la femme» alors qu’il
favoriserait l’agressivité chez l’homme !

Qu ’es t-ce que la joie ?
La joie est une des quatre grandes émotions
universelles que la nature nous a données au même
titre que la colère, la peur et la tristesse.
La joie exprime une satisfaction qui se
caractérise par un sentiment de plénitude.
Bien souvent cette émotion remplit toute
notre personne.
Comme chaque émotion, la joie est
physiologique et nous traverse de manière
relativement courte et passagère.
Elle a besoin d'espace pour s'exprimer. Nous
rions aux éclats et cela fait parfois du bruit, la joie.
Par contre, le bonheur n’est pas une émotion
mais bien un sentiment.
C’est un état provenant de plusieurs émotions
indicatrices de satisfaction, y compris de la joie et
du plaisir. Le bonheur est une évaluation que nous
faisons, un moment donné, de notre état d'être. Il
traduit ainsi une grande satisfaction dans notre vie.
En fonction de l'environnement familial et
scolaire dans lequel on a grandi, nous exprimerons
la joie avec une intensité variable. De nombreuses
personnes ont du mal à ressentir la joie dans la vie
quotidienne.
Pourtant, la joie est indispensable dans notre
vie.
Souvenez-vous des sensations que nous
ressentons quand nous sommes dans la joie.
Notre cœur bat fort mais la fréquence
cardiaque ralentit. Notre respiration est ample et
nous ressentons de la chaleur qui envahit
langoureusement notre poitrine.

Qu'est-ce qui peut nous procurer de la joie ?
Une réussite dans notre vie. Un succès tant
attendu. Une belle rencontre. Un plaisir intense. La
naissance d'un enfant ou tout évènement heureux
génère la joie.
En règle générale, on a qu'une seule envie,
c'est que cela continue. Encore, encore crie l'enfant
quand il éprouve la joie alors qu'on l'appelle à table
pour manger.
Pas évident que cela s'arrête ; c'est tellement
bon.
Dans un second temps, notre tendance
naturelle consiste à partager notre joie avec d'autres.
Par exemple, en relatant nos chouettes expériences
aux autres.
« La mousse au chocolat que j'ai mangée
dans ce resto, elle était vraiment extraordinaire.
J'ai eu tellement de plaisir que mon pot était vide
depuis 10 minutes que ma cuillère tambourinait
toujours dedans !
Tu devrais vraiment aller la goûter, tu sais !
Je te refile l'adresse. »
La joie couronne nos efforts qu'ils soient
physiques (à travers le sport par exemple) ou
psychologiques (en réussissant par exemple un
examen ou son premier Sodoku).
On éprouve aussi la joie dans la relation. La
joie profonde d'offrir ou recevoir un cadeau. De
vrais beaux moments de partage, de relation.
Retrouver des amis que nous avions perdus
de vue depuis longtemps, un proche, ses profonds
moments précieux de complicité avec l'autre, sont
autant de moments de joie. La joie naît du sentiment d'être relié. On se
sent alors profondément exister et en communion.
Parfois nous vivons cela tout simplement en
regardant un beau paysage ou un coucher de soleil.

La joie dans le monde du travail
Si l’explosion de joie traduit une perte de
contrôle, la joie est admise dans des situations
précises, à l’occasion d’une fête en interne, d’une
opération de communication, de la célébration de
bons résultats ou de la signature de juteux contrats,
etc…
Mais, sauf en ces rares cas de détente
collective, il s’agit généralement d’une joie à
minima.
L’euphorie et l’hilarité cadrent mal en effet
avec la retenue et le sérieux qui caractérisent
l’entreprise au quotidien.
Au bureau, on évolue dans une logique de
rentabilité et d’efficacité. Aussi, quelqu’un de trop
ouvertement heureux passera-t-il pour un dilettante
ou un exalté.
Et puis dans un contexte difficile, toute
manifestation de joie sera déplacée.
Pourtant la joie stimule la créativité, favorise
la prise de décision et enfin pousse à davantage
d’audace maîtrisée.
Autrement dit, elle désinhibe mais toujours
dans une optique de risques calculés.
En somme, plus la joie augmente, plus la
performance s’accroît, à condition bien sûr que l’on
ne se coupe pas de la réflexion.
La joie est également contagieuse. En cela,
elle s’apparente un peu au charisme.
Pour un manager, elle permet de transmettre
de la motivation.
D’une manière générale, on ne saurait
travailler sans joie.

Gare aux rabat-joie
Comme c'est une émotion que beaucoup de
personnes ont du mal à la ressentir ou à exprimer,
ils ne l'acceptent pas chez les autres.
Des colères réprimées ou des tristesses
enfouies peuvent faire blocage à l'expression
naturelle de la joie.
Dans certaines cultures, l'expression de la
joie est beaucoup plus présente. En Afrique, par
exemple. Donc dans la vie, de nombreuses personnes
viendront faire barrage sur nos routes, à
l'expression de cette émotion.
"Les enfants vous faites trop de bruit,
calmez-vous !", "Vous êtes en classe ici, cessez de
rire bêtement !" et cela se produit même parfois
dans la vie professionnelle : "Tu as gagné au Loto
ou quoi ? Tu as oublié qu'on est lundi matin ?"
Luttons ! Un adulte devrait rire en moyenne
12 minutes chaque jour pour être en bonne santé.
Alors... En prévention, prenez trois gouttes de
joie de vivre, tous les matins !!!





Extrait du livre de Marie Da Cruz « Juste pour les Filles...
Comment lire tout bas ce que l’on pense d’eux, tout
fort ! » publié sur Youscribe



(c)2013 Marie Da Cruz, Chançay
Reproduction autorisée sans aucune modification
du texte avec mention de l’origine :
www.maphilosophiedevie.com

Crédit Photo : Agnieszka Zawadzka
by Billy Bonkers