//img.uscri.be/pth/5f0ed4b0d93aff6f597768c5bebb2a7840aeb134
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'École de Pharmacie de Turin à l'époque napoléonienne - article ; n°257 ; vol.71, pg 108-128

De
23 pages
Revue d'histoire de la pharmacie - Année 1983 - Volume 71 - Numéro 257 - Pages 108-128
Die Ecole de Pharmacie von Turin während der napoleonischen Zeit. Die Bibliothek der Faculté de Pharmacie von Paris erstand im Februar 1982 einen Sammelband mit der Gesamtheit der sechs-und zwanzig Dissertationen welche zwischen Juli 1812 und Februar 1814 der Ecole de Pharmacie von Turin vorgelegt wurden um damit das Recht der Ausübung des Apothekerberufes im ganzen Kaiserreich zu erlangen. Damit ist das tatsächliche Bestehen dieser Schule bestätigt, eine von jenen welche im Gesetz von Germinal vorgesehen waren, in den Städten wo, abgesehen von Paris, Montpellier und Strasbourg, die drei anderen Ecoles de Médecine errichtet werden sollten. Wenn auch die, durch die Doktorarbeit Carlo Rubiola's (1973) bekannt gewordenen Arbeiten von Pr. Masino in Frankreich es nicht mehr erlaubten die Existenz dieser Schule zu ignorieren, wusste man nicht viel über ihre Tätigkeit. Forschungen an den Archives nationales haben erlaubt die Gründe weshalb sie mit Verspätung errichtet wurde, beschlossen seit 1805, doch erst 1811 praktisch eröffnet, und auch die Bedingungen ihres Betriebs zu verstehen, mit den vier Pflichtvorlesungen durch Titularprofessoren anderer Schulen der Universität. Wie die Medizinstudenten, wurden die Schüler der Ecole de Pharmacie zur Berufsausübung bestätigt nach Vorlegung einer gedruckten Dissertation, die öfters nur eine « Synthese » war, und keine Verpflichtung darstellte. Die kurzfristige französische Besetzung des Piemont war auf diese Weise durch die Einrichtung eines echten universitären Pharmaziestudiums gezeichnet.
The Pharmacy School of Turin in the Napoleonic Era.
The library of the Faculty of Pharmacy in Paris acquired, in February 1982, the complete collection of twenty-six theses presented between July 1812 and February 1814 at the School of Pharmacy of the University of Turin in order to obtain the right to practice pharmacy throughout the Empire, thus confirming the effective existence of this School, one of those which the law of Germinal made provision to establish in those cities in addition to Paris, Montpellier and Strasbourg where three other Medical Schools were to be established. If the work of Professor Masino, known through the thesis of Carlo Rubiola (1973) no longer allows us to ignore the existence in France of this School, one does not know a great deal about its functioning. Research in the National Archives permits us to understand why it was so late being established, since the decision was made in 1805 and was not effective until 1811, and to know more fully the conditions under which it functioned, with four obligatory courses assured by professors holding titled chairs in other schools of the University. Like medical students, the students in the School of Pharmacy were accepted after presentation of a printed thesis, which was often no more than a « synthesis » and was not binding. The brief French occupation of Piedmont was thus marked by the organization of a true teaching pharmaceutical university.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Georges Dillemann
Marie-Edmée Michel
L'École de Pharmacie de Turin à l'époque napoléonienne
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 71e année, N. 257, 1983. pp. 108-128.
Citer ce document / Cite this document :
Dillemann Georges, Michel Marie-Edmée. L'École de Pharmacie de Turin à l'époque napoléonienne. In: Revue d'histoire de la
pharmacie, 71e année, N. 257, 1983. pp. 108-128.
doi : 10.3406/pharm.1983.2223
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1983_num_71_257_2223Zusammenfassung
Die Ecole de Pharmacie von Turin während der napoleonischen Zeit. Die Bibliothek der Faculté de
Pharmacie von Paris erstand im Februar 1982 einen Sammelband mit der Gesamtheit der sechs-und
zwanzig Dissertationen welche zwischen Juli 1812 und Februar 1814 der Ecole de Pharmacie von Turin
vorgelegt wurden um damit das Recht der Ausübung des Apothekerberufes im ganzen Kaiserreich zu
erlangen. Damit ist das tatsächliche Bestehen dieser Schule bestätigt, eine von jenen welche im Gesetz
von Germinal vorgesehen waren, in den Städten wo, abgesehen von Paris, Montpellier und Strasbourg,
die drei anderen Ecoles de Médecine errichtet werden sollten. Wenn auch die, durch die Doktorarbeit
Carlo Rubiola's (1973) bekannt gewordenen Arbeiten von Pr. Masino in Frankreich es nicht mehr
erlaubten die Existenz dieser Schule zu ignorieren, wusste man nicht viel über ihre Tätigkeit.
Forschungen an den Archives nationales haben erlaubt die Gründe weshalb sie mit Verspätung
errichtet wurde, beschlossen seit 1805, doch erst 1811 praktisch eröffnet, und auch die Bedingungen
ihres Betriebs zu verstehen, mit den vier Pflichtvorlesungen durch Titularprofessoren anderer Schulen
der Universität. Wie die Medizinstudenten, wurden die Schüler der Ecole de Pharmacie zur
Berufsausübung bestätigt nach Vorlegung einer gedruckten Dissertation, die öfters nur eine « Synthese
» war, und keine Verpflichtung darstellte. Die kurzfristige französische Besetzung des Piemont war auf
diese Weise durch die Einrichtung eines echten universitären Pharmaziestudiums gezeichnet.
Abstract
The Pharmacy School of Turin in the Napoleonic Era.
The library of the Faculty of Pharmacy in Paris acquired, in February 1982, the complete collection of
twenty-six theses presented between July 1812 and February 1814 at the School of Pharmacy of the
University of Turin in order to obtain the right to practice pharmacy throughout the Empire, thus
confirming the effective existence of this School, one of those which the law of Germinal made provision
to establish in those cities in addition to Paris, Montpellier and Strasbourg where three other Medical
Schools were to be established. If the work of Professor Masino, known through the thesis of Carlo
Rubiola (1973) no longer allows us to ignore the existence in France of this School, one does not know
a great deal about its functioning. Research in the National Archives permits us to understand why it
was so late being established, since the decision was made in 1805 and was not effective until 1811,
and to know more fully the conditions under which it functioned, with four obligatory courses assured by
professors holding titled chairs in other schools of the University. Like medical students, the students in
the School of Pharmacy were accepted after presentation of a printed thesis, which was often no more
than a « synthesis » and was not binding. The brief French occupation of Piedmont was thus marked by
the organization of a true teaching pharmaceutical university.L'École de pharmacie de Turin
à l'époque napoléonienne
troisième l'étendue « juillet mot thèses petit En Dissertations Paris in-4°. « soutenues thèse 1812 février examen de l Ces a au » acquis, l'Empire « 1982, ne chimiques. 23 essais à de figurant février « grâce pratique l'École la ». », Bibliothèque car à 1814. 1. de jamais, de tel » », généreux et pharmacie est « Le à comprend le l'effet volume, ont terme interuniversitaire bienfaiteurs, d'être été de le relié, 410 plus présentés l'Académie reçu pages couramment porte pharmacien un imprimées, recueil « au de de à dos Pharmacie Turin l'occasion de employé, pour le vingt-six titre » format du toute du 30 de de le
Ce recueil est une nouvelle preuve de l'existence de l'École de pharmacie
de Turin, une des écoles françaises établies à l'époque napoléonienne dans
les territoires annexés, peu connue, voire ignorée 2, quoiqu'étudiée par
quelques auteurs italiens, principalement par Cristoforo Masino, professeur
à l'Université de Turin 3, et plus récemment par Carlo Rubiola dans sa thèse
sur « la période française du Piémont et son influence sur la pharmacie
(1798-1814) 4. Mais, loin de clarifier le sujet car déjà faute de sources
suffisantes, la chronologie de la mise en place de l'école n'avait pu être
établie avec précision, ni le mode de réception des pharmaciens durant la
période française véritablement étudié ce volume de thèses pose une autre
question qui fut aussi soulevée pour les trois écoles de Paris, Montpellier et
Strasbourg : celle de la nature, de la valeur et de la place de la thèse dans le
cursus des études pharmaceutiques.
Le présent travail, qui est le fruit d'une amicale et stimulante
collaboration entre les deux auteurs, tend à préciser, en particulier à l'aide
Communication présentée à la Société d'Histoire de la Pharmacie le 11 octobre 1982.
1. Dénomination de la bibliothèque de la Faculté de pharmacie de Paris depuis le 1er janvier 1979.
2. Ainsi de Maxime Radais dans son article sur « l'Enseignement de la pharmacie depuis 1803 »
dans Figures pharmaceutiques françaises, Paris, Masson, 1953, p. 11.
3. Masino (Cristoforo) : « Consequenze dell'occupazione napoleonica sulFordinamento délia
farmacia in Piemonte », Atti del quarto convegno culturale e professionale dei farmacisti dell'alta Italia,
Pavia, 1947, Pavie, Industria grafica pavese, 1949, p. 13-16, suivi en 1954 de « l'Insegnamento
farmaceutico in Piemonte del 1550 al 1850, nota II », Minerva Farmaceutica,\ol. 3, n° 8-9, 1954, p. 23.
4. Thèse Univ. Pharm., Paris V, 1973, 165 ff. dactyl., 14 pi. fac. sim.
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, XXX, N° 257, JUIN I983. de PHARMACIE DE TURIN 109 l'école
recherches dans les archives françaises 5, l'histoire de l'École de pharmacie
de Turin et, si possible, le mode de réception des pharmaciens durant la
période napoléonienne du Piémont, afin de mieux étudier dans son contexte
ce volume de « thèses ».
I. LA MISE EN PLACE DE L'ÉCOLE DE PHARMACIE DE TURIN.
La loi du 21 germinal an XI (11 avril 1803) 6, qui créa les écoles de
pharmacie et réglementa l'exercice de la profession, prévoyait dans son
article 1er : « Il sera établi une école de pharmacie à Paris, à Montpellier, à
Strasbourg, et dans les villes où seront placées les trois autres écoles de
médecine, suivant l'article 25 de la loi du 1 1 floréal an X » (1er mai 1802) 7.
L'École de pharmacie de Paris fut constituée le 1 5 vendémiaire an XII (8
octobre 1803), celle de Montpellier le 25 vendémiaire suivant (le 18 octobre
1803) et celle de Strasbourg le 25 nivôse an XII (16 janvier 1804) 8.
C'est dans les territoires annexés qu'il fut décidé d'implanter les trois
autres écoles de médecine 9, à Turin, Gênes et Mayence, où avaient existé de
longue date des universités florissantes « qu'il eût été impolitique de
détruire » 10. L'Université de Turin, dont les origines remontaient au xve
siècle, réorganisée par le roi Victor-Amédée II entre 1720 et 1729, avait
subsisté malgré les hostilités franco-piémontaises et de longues périodes de
fermeture^ Après la victoire de Marengo (14 juin 1800), le Piémont, réuni à la
France, fut régi par les lois françaises et devint la 27e division militaire. En
décembre 1802, son administrateur, le général Jourdan, rendit plusieurs
arrêtés concernant l'instruction publique pour l'application de la loi du 1 1
floréal an X u. Le titre III de l'arrêté du 21 frimaire an XI (12 décembre 1802)
5. Archives Nationales, série F 17 Instruction publique, cartons 1098, 1146-1147, 1344 (36), 1603 à
1613, 1703, 2390 ; série AF IV Secrétairerie d'Etat impériale, cartons 115, 165, 201, 563.
6. Beauchamp (A. de) : Recueil des lois et règlements sur l'enseignement supérieur Paris, typogr. de
Delalain, t. 1, 1880, p. 105-109. La loi du 21 germinal fut complétée par l'arrêté du 25 thermidor an XI
(13 août 1803), Beauchamp, ibid., p. 119-124.
7. La loi du 11 floréal an X organisait l'instruction publique en quatre ordres : les écoles primaires,
les écoles secondaires, les lycées et les écoles spéciales. Les écoles spéciales créées antérieurement
étaient maintenues ; c'était le cas des trois écoles de santé établies par le décret du 14 frimaire an III (4
décembre 1794) à Paris, Montpellier, Strasbourg. L'article 25 de la loi du 11 floréal stipulait : « Il
pourra être créé trois nouvelles écoles de médecine... » (Beauchamp, ibid., p. 84).
8. Laugier (Adolphe), Duruy (Victor) : Pandectes pharmaceutiques, Paris, L. Colas, 1837, p. 711
(Paris), 715 (Montpellier), et Lambert des Cilleuls (Fernand) : L'Ecole supérieure de pharmacie de
Strasbourg, Nancy, Sidot, 1903, p. 57.
relative 9. Comme à l'exercice le justifiera de la médecine Fourcroy dans : « Trois son rapport écoles nouvelles sur la loi du que 19 la ventôse grande an étendue, XI (10 mars l'immense 1803)
population et le territoire ajoutés à l'Empire français rendent nécessaires... » (Beauchamp, ibid. p. 91).
10. Liard (Louis) : L'enseignement supérieur en France (1789-1893, Paris, A. Colin, t. 2, 1894, p.
Do.
11. A.N., F 17 1603, pièce 6. REVUE DHISTOIRE DE LA PHARMACIE 110
concerne l'Athénée de Turin, c'est-à-dire l'université 12 : « Il n'est rien
changé à l'organisation de l'administration actuelle de l'Athénée si ce n'est ...
que l'École spéciale de médecine sera composée de huit professeurs au lieu
de dix » ; l'arrêté du 4 nivôse an XI (25 décembre 1802) nomme les divers
professeurs de l'Athénée et le 13 nivôse an XI (3 janvier 1803) le général
Jourdan approuve le « règlement pour le cours des études de l'Athénée de
Turin ». L'ancienne faculté de médecine continuait donc son existence sous
le nom d'École spéciale de 13. Cette décision est confirmée par
l'arrêté gouvernemental du 20 prairial an XI (9 juin 1803) qui complète la loi
du 1er 19 spécifie ventôse en an effet XI : « (10 En mars exécution 1803) de sur la l'exercice loi du 1 1 floréal de la médecine. an X, il sera L'article établi
dans le courant de l'an XII deux nouvelles écoles de médecine à Turin et à
Mayence » 14.
Mais c'est seulement en 1805 que l'Université de Turin fut véritablement
réorganisée. Le décret impérial du 18 prairial an XIII (7 juin 1805) fixe sa
composition, son administration et sa dotation 15 :
« Art. 1er. L'université des études de Turin sera composée de neuf écoles
spéciales et de trente-six professeurs ou adjoints, conformément au tableau
ci-joint, n° 1er.
« Art. 2. Les écoles spéciales de droit, de médecine et de pharmacie
seront établies d'ici au 1er vendémiaire prochain, sur le pied déterminé par
les lois du 1 1 floréal an X, 29 ventôse, 21 germinal an XI et 22 ventôse an XII,
ainsi que par les arrêtés des 20 prairial, 25 thermidor an XI ... à l'exception
des modifications apportées par le présent décret ».
it
Mais le tableau annexé au décret ne comporte que huit écoles, totalisant
bien trente-six professeurs ou adjoints, et l'école de pharmacie n'y figure pas,
erreur que ne manque pas de souligner le ministère de l'Intérieur. Aussi,
lorsque le ministre écrit en thermidor an XIII au préfet du département du
Pô pour lui demander une liste de candidats aux divers postes, il lui précise :
« Celle-ci (l'école de pharmacie), dont il n'a point été fait mention au tableau
des écoles spéciales où elle devait néanmoins être portée pour mémoire, sera
composée aux termes de l'article 1er de l'arrêté du 25 thermidor an XI » 16.
12. L'Université avait reçu le nom d'Athénée par décision de la Commission executive du Piémont
au début de l'an IX.
13. L'arrêté de l'administrateur général du 21 frimaire an XI souleva en fait un tollé général, car
cette apparence de continuité cachait un profond bouleversement des usages antérieurs et amorçait
l'application stricte des lois françaises. Voir à cet égard un intéressant rapport de la Commission
extraordinaire pour l'examen des comptes de l'Athénée de Turin, imprimé en 1803, et qui contient un
long préliminaire historique sur l'université et l'Athénée. A.N., F 17 1607, pièce n° 1.
14. Beauchamp, op. cit., t. 1, p. 109. L'École de Mayence n'aurait pas été organisée : cf. Liard,
op. cit., t. 2, p. 5.
15. Extrait dans les Pandectes pharmaceutiques, p. 180 ; texte intégral dans le Bulletin des Lois, 4e
série, t. 3, n° 48, p. 211-233.
16. A.N., F 17 1603, dossier sur la création de l'université comprenanl le décret du 18 prairial, les L'ÉCOLE DE PHARMACIE DE TURIN 111
Cependant le décret du 8 vendémiaire an XIV (30 septembre 1805)
nommant les professeurs n'en mentionne aucun pour l'école de pharmacie ;
de même le programme des cours pour l'année 1805-1806 publié le 27
brumaire an XIV (18 novembre 1805) . Il n'était pas si simple de créer une
école de pharmacie dont la nécessité autre que la volonté du
législateur étranger. Aussi, quatre années plus tard, le décret du 4 juin 1809
qui contient diverses dispositions pour accorder le régime des anciennes
écoles avec celui de l'université impériale récemment organisée 18 ne cite
même plus l'école parmi les composantes de l'Université de Turin 19. Le
recteur Prosper Balbe s'en inquiète auprès du grand maître auquel il écrit le
14 juin 1809 : « On dit ici que les écoles de pharmacie, de vétérinaire, d'arts
du dessin et de musique vont être séparées de l'Académie de Turin. Cette
séparation ferait beaucoup de tort au superbe ensemble créé par le décret du
18 prairial an XIII. Les différentes parties s'entraident mutuellement » 20.
Suit un mémoire où il expose que les enseignements de pharmacie
existent en fait dans les facultés de médecine et de sciences 21, même s'il
manque une chaire de matière médicale, mais que, comme « l'école de
pharmacie n'a aucune dotation, il paraît cependant impossible qu'elle puisse
se suffire à elle-même, surtout dans « le commencement » 22.
C'est à partir de cette année 1809 que le recteur va uvrer pour mettre
en place l'école de pharmacie. Alors que le budget 1808 de l'université
n'avait rien prévu à cet article, le budget 1809 inscrivit 250 fr pour les
dépenses variables et 1500 fr pour le traitement des professeurs 23.
Cependant, dès l'année suivante, le recteur se montre plus réaliste puisqu'il
décrets de nomination des membres du grand conseil d'administration, du recteur et des professeurs
ainsi que plusieurs brouillons de notes et lettres.
17. A.N., F 17 1607. Dans ce carton sont conservés les programmes des cours de 1805-1806 à
1813-1814, sauf pour 1808-1809, qui se trouve dans le carton 1098 (pièce 16). Ces programmes rédigés
en latin et imprimés sous la forme de petites brochures in-4°, s'intitulent Elenchus clarissimorum
professorum Taurinensis archigymnasii et, à partir de 1808-1809 academiae Taurinensis.
18. Décret du 17 mars 1808 (Beauchamp, op. cit.,t. 1, p. 171-188).
19. Collection complète des lois, décrets ...par J. B. Duvergier, 2e éd., Paris, A. Guyot et Scribe, t.
16, 1836, p. 431-433.
20. A.N., F 17 1603, pièce 172. L'université de Turin avait pris le nom d'Académie aux termes de
l'article 2 du décret du 11 décembre 1808 (Beauchamp, op. cit., t. 1, p. 206).
21. C'est le décret du 4 juin 1809 qui a changé la dénomination des écoles en facultés.
22. A.N., F 17 1603, pièce 172. « La faculté de médecine a une école et un laboratoire de chymie
pharmaceutique et la faculté des sciences a une école et un laboratoire de chimie générale. Les deux
laboratoires sont déjà très bien montés. Faut-il en établir un troisième pour une école de pharmacie ?. . .
La faculté de médecine de Turin manque d'une chaire de matière médicale. En l'établissant à l'école de
pharmacie, elle pourra servir aux étudiants de médecine ... D'autre part, on peut épargner à de
pharmacie plusieurs parties de l'enseignement en profitant des cours qui se font aux facultés, tels que
ceux de physique, d'histoire naturelle générale, de zoologie, de minéralogie, de botanique, de chimie
générale, de chimie pharmaceutique ... ».
23. A.N., F 17 1613 : « Il paraît indispensable d'assurer quelque traitement aux professeurs
jusqu'à ce que le produit de l'école puisse y suffire ». Ce carton contient les budgets de l'université de
1808 à 1812. 112 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
ne compte que 500 fr, car, commente-t-il, « il paraît que l'École de
pharmacie n'aura pour professeurs que ceux des facultés de médecine et de
sciences sans autre traitement. On porte en compte une petite somme
seulement pour les adjoints qui paraissent nécessaires ».
Les budgets de 181 1 et de 1812 ne prévoient plus rien : « l'enseignement
étant fait par deux professeurs de la faculté de médecine et un de la faculté
des sciences, on ne porte cet article que pour mémoire ».
Nous ne disposons malheureusement pas des budgets suivants qui
auraient pu apporter des renseignements intéressants.
Pour la première fois, en novembre 1810, le programme annuel des cours
fait une place à l'enseignement de la pharmacie, artis pharmaceuticae 24, et le
recteur commente ainsi au grand-maître cette innovation : « J'ai compris
parmi ces écoles celle de pharmacie créée par le décret organique du 18
prairial an XIII. Déjà depuis quelques années les élèves pharmaciens
fréquentent les classes du professeur de chimie générale du professeur de
chimie pharmaceutique et du de botanique chargé de l'enseign
ement de la matière médicale. Si cet arrangement est conforme aux intentions
de votre Excellence, j'oserai le prier de vouloir bien le sanctionner pour
l'avenir » 25.
Le grand-maître donne son accord le 25 décembre 1810 : « J'approuve
les mesures provisoires que vous avez adoptées ... pour faciliter aux élèves en
pharmacie et en chirurgie l'étude de la chimie et de la matière médicale » 26.
Le 27 mars 1811, le recteur revient à la charge et demande au grand
maître de créer vraiment l'école de pharmacie :
« L'école de pharmacie, annexée à l'université de Turin par le décret du
18 prairial an XIII, n'est pas encore définitivement organisée. Mais les
élémens dont elle se compose existent dans la faculté de médecine et dans
celle des sciences. Depuis plusieurs années, les élèves pharmaciens fréquen
tent les écoles de chimie générale, de chimie pharmaceutique, de botanique
et de matière médicale, et il s'est formé des aspirans habiles. Quelques-uns
ont été reçus dans les hôpitaux militaires sur l'attestation des professeurs et
d'après un examen préalable. D'autres, forcés par le besoin, se sont soumis à
l'approbation des jurys départementaux malgré la répugnance que leur
inspirait le peu de considération dont jouit dans le public cette forme de
réception. Tous ceux qui ont pu attendre demandent d'être admis aux actes
probatoires prescrits par le titre 3 de la loi du 21 germinal an XI et par le
titre 3 du règlement pour l'exercice de la pharmacie en date du 25 thermidor
an XI. Les professeurs appuyent vivement cette demande et font observer
24. A.N., F 17 1607, pièce 205, p. 12. Il est cependant à noter que les trois professeurs sont
également cités dans les facultés dont ils dépendent au premier chef et qu'il n'a pas paru nécessaire de
répéter dans la rubrique pharmacie leurs heures de cours.
25. Ibid., pièce 204. Lettre du 14 novembre 1810.
26. A.N., F 17 1607, pièce 203. L'ÉCOLE DE PHARMACIE DE TURIN 113
que cette dernière classe se compose heureusement des élèves les plus
instruits parce qu'ils ont le plus longtemps suivi les cours et ont plus de
moyens en tous les genres pour fournir aux grandes villes des pharmacies
accréditées.
« J'ose prier votre Excellence de prendre les déterminations qu'elle
jugera convenables pour que l'Italie française puisse bientôt profiter
complètement du bienfait que Sa Majesté a voulu lui assurer en établissant à
Turin une école de pharmacie.
« Il existe un corps d'agrégés qui pourra concurremment avec les
professeurs prendre part aux actes probatoires ainsi que cela se pratique
dans les facultés de l'Académie de Turin ... » 27.
Ainsi l'université de Turin avait fait jusqu'ici l'économie d'une école de
pharmacie non seulement parce que les cours prescrits par l'arrêté du 25
thermidor an XI étaient assurés, mais aussi parce que les pharmaciens
pouvaient être reçus selon le deuxième mode indiqué par la loi du 21
germinal an XI 28. Cependant, après le rappel à l'ordre et la menace qu'avait
constitué le décret du 4 juin 1809, il devenait urgent, avait compris le
recteur, de faire appliquer les textes et de faire sortir l'université de Turin de
son particularisme local. La proposition du recteur fut étudiée par les
conseillers Cuvier et Decoiffier ainsi que par la Section des études 29 et, le 25
juin 1811, le conseil de l'université impériale rendit un arrêté organisant
l'école de pharmacie : « L'école de pharmacie de l'Académie de Turin sera
composée des deux professeurs de botanique et histoire naturelle médicale ef
de chimie pharmaceutique de la faculté de médecine et du professeur de
chimie générale de la faculté des sciences. Les élèves de l'école de pharmacie
seront tenus de suivre leurs cours » 30.
Conformément au désir exprimé par le grand maître le 1 8 juillet 1811
dans sa lettre d'accompagnement de l'arrêté « d'installer sans délai dans
leurs fonctions les trois professeurs qui composent l'école 31, le recteur
déclara dans la séance du conseil académique du 8 août 1811 « que dès ce
moment l'École est installée ». Le procès-verbal ne cite même pas les noms
des professeurs, tant cela devait être évident pour tous les membres du
conseil. Il s'agissait des professeurs Bonvoisin, Balbis et Giobert, comme
27. A.N., F 17 1610, pièce 275.
28. L'argumentation du recteur relative au peu de crédit dont jouissait la réception par les jurys
départementaux n'est pas celle qu'a exposée Carlo Rubiola dans sa thèse qui dit au contraire que les
candidats préféraient « l'autorisation accordée par le jury, plus facile et moins coûteuse » (pp. cit., p.
74).
29. Bordereau d'envoi du grand maître aux conseillers Cuvier et Decoiffier. Cuvier a noté en
marge : « M. de Jussieu raportera le 3 mai 1811 » et Decoiffier : « La proposition du recteur est très
convenable. Si M. le grand maître l'ordonne, on pourrait faire un petit règlement sur ce sujet à la
Section des . Études ; je crois cependant qu'il passe au Conseil d'État » (A.N., F 17 1610, pièce 272).
30. A.N., F 17 1610, pièce 271. Texte in extenso en annexe.
31. Lettre lue au Conseil académique du 8 août 1811 (A.N., F 17 1610, pièce 275). REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 114
l'écrivit deux jours après le recteur aux préfets des départements du Pô, de la
Stura, de la Sesia, de la Doire, de Marengo et au maire de Turin 32.
Cristoforo Masino et Carlo Rubiola ont expliqué la tardive organisation
de l'École de pharmacie de Turin par l'institution progressive des chaires 33.
Mais il nous semble que là n'est pas la véritable raison, mais bien, comme
nous avons tenté de le montrer, le peu de hâte à appliquer en pays occupé
une législation étrangère mal adaptée à une université séculaire qui n'avait
jamais compris dans son sein un véritable enseignement pharmaceutique.
De plus, les trois chaires composant l'école de pharmacie existaient toutes
trois avant 1805, date de la réorganisation de l'université, même si leur
dénomination et leur affectation avaient été longues à se fixer. Jean-Baptiste
Balbis et Benoît Bon voisin étaient professeurs à l'école spéciale de médecine
de l'Athénée national en l'an X ; Jean- Antoine Giobert était alors professeur
d'économie rurale34. Puis, en 1802, lors de l'application de la loi du 11
floréal an X par le général Jourdan, Bonvoisin resta à l'école spéciale de
médecine pour la chimie pharmaceutique et l'histoire naturelle médicale,
mais Balbis et Giobert furent nommés à l'école supérieure de sciences
naturelles, de physique et de chimie, le premier comme professeur d'histoire
naturelle végétale et minérale, le second comme de chimie 35.
Enfin, en 1805, après la réorganisation de l'université, le décret impérial du 8
vendémiaire an XIV nomma Bonvoisin en chimie pharmaceutique et Balbis
en botanique à l'école de médecine, Giobert en chimie et minéralogie à
l'école des sciences naturelles 36. A partir de la rentrée 1806, le programme
des cours fait apparaître que Balbis enseignait aussi la matière médicale. 37.
L'installation de l'école de pharmacie par le recteur le 8 août 1811 ne fut
cependant pas immédiatement suivie d'effets. Une offensive du professeur
Buniva, président du jury de médecine du Pô et professeur d'hygiène et de
médecine légale à la faculté de médecine, au cours même de la séance du
conseil académique où fut installée l'école, contesta la validité de celle-ci qui
32. A.N., F 17 1610, pièce 288. Procès-verbal de la séance du Conseil académique du 22 août
1811 : informations du recteur.
33. Rubiola, op. cit., p. 73 ; Masino, L'insegnamento farmaceutico in Piemonte, nota 77, déjà cité,
p. 239.
34. A.N., F 17 1607, pièce 44 : Bilan de l'Athénée national de Turin pour l'an X. Un état de
service de Balbis nous apprend qu'il avait déjà été nommé à ce poste par la Commission executive du
Piémont le 19 brumaire an IX (10 novembre 1800) : A.N., F 17 1607, pièce 18.
35. Arrêté du 4 nivôse an XI (25 décembre 1802) déjà cité.
36. Bonvoisin décéda le 28 janvier 1812 ; il fut remplacé provisoirement par son adjoint Rizetti ;
P.V. de la séance du Conseil académique du 31 janvier 1812, A.N., F 17 1605, pièce 54. Cet état de
choses dura cependant jusqu'à la fin de l'École de pharmacie ; les programmes des cours pour
1812-1813 et 1813-1814 marquent en effet N.N. en chimie pharmaceutique.
37. Comme s'en explique le recteur dans les rapports accompagnant l'envoi des programmes
1806-1807 et 1807-1808 au grand maître. A.N., F 17 1607. L ECOLE DE PHARMACIE DE TURIN 115
n'avait pas, comme l'exigeait l'arrêté du 25 thermidor an XI, un directeur, un
trésorier et deux représentants de la faculté de médecine 38. Il faut dire aussi
que l'école dépossédait le jury médical du Pô de ses attributions concernant
la réception des pharmaciens et les visites des officines ; Buniva fit même
acte de candidature auprès du grand maître le 30 août suivant au poste de
directeur de l'école 39. Non soutenu par ses collègues, semble-t-il, il n'obtint
pas gain de cause et, le 22 octobre 1811, le Conseil de l'université impériale
rendit un arrêté réglementant l'école de pharmacie de Turin 40 :
« Art. 1er. La faculté de médecine nommera incessamment deux de ses
professeurs pour être adjoints à ceux de l'école de pharmacie pour lea
examens et visites.
« Art. 2. Aussitôt que ces adjoints auront été nommés, l'école de
pharmacie remplira toutes les fonctions qui lui sont attribuées par la loi du
21 germinal an XI et notamment par l'article 29 de cette loi.
« Art. 3. Les professeurs de l'école de pharmacie rempliront chacun à
tour de rôle et par ordre d'âge les fonctions de directeur pendant une année.
« Art. 4. Cette forme de nomination du sera applicable aux
autres écoles de pharmacie annexées à des académies et notamment à celle
de Gênes ».
Au cours de la séance du conseil académique du 24 janvier 1812, le
recteur donna lecture de la lettre du 7 novembre 1811 du grand maître
l'invitant à faire exécuter l'arrêté du 22 octobre et décida que la faculté de-
médecine s'assemblerait pour faire le choix des deux adjoints à l'école de
pharmacie. Ce choix fut fait le 6 février suivant ; il se porta unanimement sur
les professeurs Filippi et Scavini et fut entériné par le conseil académique en
sa séance du 7 février 41. L'année académique était déjà bien avancée, mais le
temps était enfin venu où l'École de pharmacie de Turin pouvait satisfaire
aux dispositions de la législation française sur la pharmacie et procéder
pour bien peu de temps, car la chute de Napoléon était' proche à la
réception des élèves pharmaciens de son ressort qui demanderaient à subir
leurs examens.
II. LA RÉCEPTION DES PHARMACIENS.
La conquête française du Piémont avait supprimé l'ancien mode de
réception des pharmaciens. Au temps de la royauté, les candidats ayant fait
la preuve de plusieurs années d'apprentissage, de leur connaissance du latin
et de leur assiduité au cours de botanique de l'université étaient admis à se
38. P.V. de la séance du Conseil académique du 8 août 1811 déjà cité.
39. A.N., F 17 1610, pièce 267. Dans le même esprit, il devait faire également acte de candidature
au décanat de la Faculté de médecine en janvier 1812, mais sans succès.
40. A.N., F 17 1610, pièce 284.
41. P.V. de la séance du Conseil académique du 24 janvier 1812, A.N., F 17 1610, pièce 284.
Procès-verbal de la du du 7 février F 17 1605, 59.