//img.uscri.be/pth/a1161657d141bc504b4b9ad44101e07c2ae78065
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Maladie des taches bactériennes

3 pages
Maladie des taches bactériennes
La prévention continue

Depuis 2001 la SEFRA expérimente les stratégies de lutte contre la maladie des taches bactérienne
des fruits à noyau (Xanthomonas arboricola pv. pruni), dans le cadre d’un groupe de travail national
coordonné par le Ctifl.

De 2002 à 2004, les dégâts de Xanthomonas ont été plutôt discrets sur fruits (malgré quelques cas graves
sur variétés tardives) et ils se sont parfois intensifiés en fin de saison. Les mesures prophylactiques et les
traitements ont aidé à limiter la maladie, mais surtout le climat printanier a été globalement peu favorable
et a retardé les contaminations primaires. Les zones contaminées ont continué à s’étendre et de
nombreuses nouvelles parcelles de pêchers sont touchées.

Cette maladie reste donc potentiellement très dangereuse, et il est impératif de maintenir toutes les
mesures prophylactiques nécessaires.
Mesures à prendre selon les situations

 Vergers sains : Les mesures à prendre (prophylaxie, traitements) visent à limiter au maximum le
risque d'apparition de la maladie dans le verger, y compris dans les zones encore éloignées de tout foyer.
La plus grande vigilance est recommandée pour détecter au plus tôt tous les vergers atteints, afin de
suivre la progression éventuelle de la maladie et de prendre les mesures indispensables de prophylaxie et
de lutte. En cas de découverte, contacter immédiatement le SRPV et votre conseiller.

 Vergers atteints : Des mesures ...
Voir plus Voir moins
Maladie des taches bactériennes La prévention continue Depuis 2001 la SEFRA expérimente les stratégies de lutte contre la maladie des taches bactérienne des fruits à noyau (Xanthomonas arboricola pv. pruni), dans le cadre dun groupe de travail national coordonné par le Ctifl. De 2002 à 2004, les dégâts de Xanthomonas ont été plutôt discrets sur fruits (malgré quelques cas graves sur variétés tardives) et ils se sont parfois intensifiés en fin de saison. Les mesures prophylactiques et les traitements ont aidé à limiter la maladie, mais surtout le climat printanier a été globalement peu favorable et a retardé les contaminations primaires. Les zones contaminées ont continué à sétendre et de nombreuses nouvelles parcelles de pêchers sont touchées. Cette maladie reste donc potentiellement très dangereuse, et il est impératif de maintenir toutes les mesures prophylactiques nécessaires.Mesures à prendre selon les situations Vergers sains: Les mesures à prendre (prophylaxie, traitements) visent à limiter au maximum le risque d'apparition de la maladie dans le verger, y compris dans les zones encore éloignées de tout foyer. La plus grande vigilance est recommandée pour détecter au plus tôt tous les vergers atteints, afin de suivre la progression éventuelle de la maladie et de prendre les mesures indispensables de prophylaxie et de lutte. En cas de découverte, contacter immédiatement le SRPV et votre conseiller. atteints : VergersDes mesures de lutte directe sont à prendre non seulement dans tous les vergers atteints, mais aussi dans ceux situés à proximité immédiate, susceptibles dêtre contaminés à brève échéance. Dans les vergers où la maladie a déjà été repérée, des traitements spécifiques sont à réaliser impérativement dès le début du débourrement. Ils devront se poursuivre jusqu'à la fin de la période de risque.Traitements préconisés dans tous les vergers en zones à risque A lautomne,les interventions au cuivre ont pour but de limiter la multiplication des bactéries et donc de réduire l'inoculum de la campagne suivante : une application est nécessaire dès le début de la chute des feuilles, à 50 g/hl, suivie de deux applications à 125 g/hl de cuivre métal. Durant lhiver,de mi-décembre à mi-janvier (stade A), un premier traitement préventif doit être réalisé (cuivre 125 g/hl ou 250 g/hl de cuivre métal). Il est également efficace contre la cloque (pêcher) et les autres bactérioses sur abricotiers et pruniers. Traitement préventif (cuivre125 g/hl) sera effectué de janvier à février selonles secteurs (stade B gonflement des bourgeons). Le cuivre est insuffisant à cette dose pour apporter une protection parfaitement efficace contre la cloque. En fonction du climat et du stade végétatif sur pêcher, il est conseillé de renouveler le traitement cloque avec zirame, thirame ou doguadine. Les traitements au cuivre préconisés, doivent être effectués suivant les précautions habituelles : traitement par beau temps, sur végétation sèche et en l'absence de risque de gel. Sur les parcelles mal aoûtées, il existe aussi un risque de nécrose des extrémités de pousse.
1
Au moment du débourrement, les traitements à base de cuivre sont à limiter aux vergers atteints et aux variétés sensibles : A partir du stade pointes vertes: Le risque de phytotoxicité du cuivre sur les pointes vertes est à prendre en considération dans la stratégie de lutte. En prenant toutes les précautions dusage, ce risque est supportable jusquaux stades C et D en ne dépassant pas respectivement 80 g et 50 g/hl de cuivre métal, mais devient inacceptable au-delà du stade D.Cette pratique ne peut cependant en aucun cas être généralisée, les connaissances sur les dégâts dus à la phytotoxicité du cuivre étant encore très partielles. Seules les parcelles ayant subi dimportants dégâts les années précédentespeuvent éventuellement justifier ce risque (à évaluer par le producteur). A partir du stade jeunes fruits noués: Les traitements contre la tavelure à base de captane, nécessaires sur certaines variétés de pêchers et dabricotiers ont une légère action sur le Xanthomonas. A partir du mois de mai, surveiller très attentivement le feuillage pour détecter les premières taches sur feuilles. En l'absence de symptômes observés et de dégâts l'année précédente, il n'y a pas lieu d'engager d'autres traitements spécifiques. On ne connaît pas de traitement efficace et sélectif en pleine saison. Mesures prophylactiquesA tout moment: Désinfecter les outils de taille par pulvérisation ou imprégnation d'eau de javel, ou alcool à 70° (équiper chaque poste de travail d'un pulvérisateur à main ou dun récipient et chiffon imprégné). Toujours apporter la plus grande attention au nettoyage et à la désinfection parfaite de tous les outils en changeant de parcelle. Sur les vergers non ou peu atteints, cette désinfection destinée à retarder la généralisation de l'attaque est indispensable entre chaque arbre. des travaux Ordre : Passerdans l'ordre les parcelles saines d'abord, celles ayant présenté des symptômes ensuite (sécateurs, broyeurs, atomiseurs, etc.). En fin de travail, dès la sortie de parcelle, nettoyer le matériel (grilles des pulvérisateurs, broyeurs, tracteurs, etc.) de tous déchets végétaux et encroûtements de sève sur les sécateurs, les désinfecter et les remiser au sec jusqu'au lendemain. En hiver: suppression des rameaux à la base des arbres (jusqu'à un mètre au-dessus du sol) permet La déliminer une partie des sites de conservation des bactéries au niveau des bourgeons et des chancres en hiver, et déviter de mouiller les feuilles en micro-aspersion ou aspersion sous frondaison. Cela procure un meilleur éclairement de la frondaison, et une meilleure aération vis-à-vis du monilia. A partir du débourrement: Les traitements, dès les premiers feuilles étalées, seront réalisés de préférence avec des vitesses de turbines les plus lentes possible pour éviter de blesser les feuilles, et toujours sur feuillage bien sec. En effet, tout traitement ne contenant pas de cuivre est susceptible, par simple effet physique, de disperser les bactéries à la surface du végétal, par la projection de gouttelettes de pluie ou rosée contenant des bactéries dans la frondaison. La fertilisation et lirrigation doivent être raisonnés : éviter les excès d'azote et dirrigation (ne pas arroser trop tôt), ainsi que les déficits potassiques.Lors de létablissement de jeunes vergers, éviter les systèmes dirrigation mouillant le bas du feuillage et proscrire laspersion sur frondaison.  2
A la récolte :Les caisses de cueillette doivent être soigneusement nettoyées et désinfectées. Eviter le passage immédiat du matériel de récolte d'un verger contaminé à un verger sain. Les fruits de retraits et les déchets, dans le respect de la réglementation, doivent être épandus dans les parcelles dorigine, ou en champs ouverts éloignés des vergers sains puis enfouis. Catherine Delobel-Pascal Sefra Encadré La taille du pêcher er La Sefra organise une démonstration "taille du pêcher" le mardi 1février 2005 à Etoile-sur-Rhône. Seront abordés le rappel des différents principes de taille, lapplication aux différents types de variétés et la formation des arbres, laccélération de l'entrée en production Rendez-vous sur le parking de la Sefra à 14 heures. Renseignements : 04.75.60.73.40 etwww.sefra.FR
3