De l

De l'étude et de l'enseignement des lettres. --

-

Documents
504 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LIBRARYTHE InstituteOntarioThe Educationinfor Studies CanadaToronto, FQi lîiu.25FEB >f DE L'ETUDE L'ENSEIGNEMENTET DE DES LETTRES. LIBRARY TH3: —-ONTAR!^^ For STlVr-c^^- 1 u, f^^B 25 m- Ci Ouvragésdu même auteur. littéraires et morales sur les historiens latins. . volÉtudes 2 Introduction à la philosophie. . i au xix® siècle iDe la justice iDes constitutions démocratiques IMPRIMERIE DE LACHEV A R DIERE, RUE DU COLOTMBIER, K. 3o , A PARIS. DE l'Étude LETTRES,DES PAR LAURENTIE«M. Délectant domi. Cic, pro Archidpoetâ. PARIS, LIBRAIRE,MÉQUIGNON-JUNIOR, GRANnS-AUGUSTINS, N. 9.RUE DES 1828. , 71 mon Jtctc. As-tu vu, dans un jour de deuil, Ce long voile semé de larmes Couvrir l'appareil d'un cercueil? De la vie et de ses alarmes , Ami , c'est l'emblème pieux. Sur voile mystérieuxce changésTombent, en pleurs, nos plaisirs, nos chimères, Et nos espérances légères: Triste et dernière image empreinte sous nos yeux De nos voluptés passagères. Mais pourtant ne crois quepas le ciel sans pitié , Commeun enfantproscrit , t'ait jeté dans la vie. Ne t'a-t-il point fait don de l'amitié? L'amitié consolante a pour l'âme flétrie De magiques secrets qui charment les douleurs. Mais quoi! manque-t-elle à tes pleurs? La tendre piété suffit à ta misère : Elle aime les soupirs paisible et solitaire j Elle aime à répéter ses longs gémissements. Elle chérit ses maux et bénit ses tourments : De cet amour des pleurs qui dira le mystère? C'est peu; les nobles arts vont aussi te charmer.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 132
Langue Français
Poids de l'ouvrage 21 Mo
Signaler un problème

LIBRARYTHE
InstituteOntarioThe
Educationinfor Studies
CanadaToronto,FQi
lîiu.25FEB>fDE L'ETUDE
L'ENSEIGNEMENTET DE
DES LETTRES.
LIBRARY
TH3: —-ONTAR!^^
For STlVr-c^^-
1 u,
f^^B 25 m-
CiOuvragésdu même auteur.
littéraires et morales sur les historiens latins. . volÉtudes 2
Introduction à la philosophie. . i
au xix® siècle iDe la justice
iDes constitutions démocratiques
IMPRIMERIE DE LACHEV A R DIERE,
RUE DU COLOTMBIER, K. 3o , A PARIS.DE l'Étude
LETTRES,DES
PAR
LAURENTIE«M.
Délectant domi.
Cic, pro Archidpoetâ.
PARIS,
LIBRAIRE,MÉQUIGNON-JUNIOR,
GRANnS-AUGUSTINS, N. 9.RUE DES
1828.,
71 mon Jtctc.
As-tu vu, dans un jour de deuil,
Ce long voile semé de larmes
Couvrir l'appareil d'un cercueil?
De la vie et de ses alarmes ,
Ami , c'est l'emblème pieux.
Sur voile mystérieuxce
changésTombent, en pleurs, nos plaisirs, nos chimères,
Et nos espérances légères:
Triste et dernière image empreinte sous nos yeux
De nos voluptés passagères.
Mais pourtant ne crois quepas le ciel sans pitié
,
Commeun enfantproscrit , t'ait jeté dans la vie.
Ne t'a-t-il point fait don de l'amitié?
L'amitié consolante a pour l'âme flétrie
De magiques secrets qui charment les douleurs.
Mais quoi! manque-t-elle à tes pleurs?
La tendre piété suffit à ta misère :
Elle aime les soupirs paisible et solitaire
j
Elle aime à répéter ses longs gémissements.
Elle chérit ses maux et bénit ses tourments :
De cet amour des pleurs qui dira le mystère?C'est peu; les nobles arts vont aussi te charmer.
Suis le rapide essor de leurs ailes sacrées;
Que de faveurs inespérées
S'offrent au jeune cœur qui se laisse enflaniniei !
Les arts sont fils du ciel. Par eux l'intelligence
Vole loin de la terre et des ennuis mortels.
Ne crains point les soucis cruels :
Les arts t'ont prêté leur puissance;
L'étude te protège, et son brillant secours
Contre les passions vient assurer tesjours:
est le secret de garderL'étude l'innocence.
Non, non, je ne vois plus le tumulte des grands;
Je n'entends plus le bruit des factions émues;
Je foule aux pieds l'envie et les soins dévorants
;
Des ambitions confondues.
J'écoute avec pitié les soupirs expirants.
Les lettres ont leur temple, auguste et saint asile ;
orages en vainLes battent ce lieu tranquille:
Les bruits de la tempête restent sans échosy ;
L'âme réside en paix et n'entend pas ses flots.y
Oh ! que ne dois-je point aux lettres consolantes !
Beaux arts! rayons divins! aimables enchanteurs!
Salut! je veux bénir vos grâces ravissantes.