Etude d

Etude d'impact de La Ruche (PDF)

Documents
36 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Étude d’impact
2008/2010
réalisée par Gaelle Ternisien Le mot de... Charlotte Hochman
Créatrice de La Ruche
3 ans que La Ruche existe dans l’imaginaire des entrepreneurs
sociaux qui l’ont créée... 2 ans que La Ruche a ouvert ses
portes sur le Canal Saint Martin... de quoi fêter!
Et puis, il y a maintenant le plaisir de regarder le chemin
parcouru. Avec la haute exigence de soi qui caractérise les
entrepreneurs sociaux, le désir du travail bien fait, jusqu’au bout,
le mieux possible. Avons-nous été à la hauteur de nos ambitions? Au-delà du
fait d’avoir ouvert nos portes et d’avoir survécu aux deux années de lancement (défi
conséquent dans n’importe quelle start-up!), quel impact avons-nous au quotidien? En
d’autres termes: est-ce que le fait que La Ruche existe aujourd’hui à Paris facilite la
vie de ceux qui créent, par leurs initiatives, les solutions aux défis de société?
Une autre motivation est venue s’ajouter à la réalisation de ce bilan. Nous avons lancé
La Ruche comme un prototype, une expérimentation pouvant mener à toute sortes de
résultats, au-delà de la création de l’espace au Canal St Martin. Et de fait, depuis le
lancement du projet et avant même l’ouverture des locaux, nous étions submergés de
demandes pour reproduire, ou aider à reproduire, le concept sur d’autres territoires.
Soit... l’innovation sociale est faite pour voyager. Mais quelle est la valeur réelle
de l’expérimentation initiale? Impossible de partager nos recettes sans en ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 111
Langue Français
Signaler un problème
Étude d’impact 2008/2010 réalisée par Gaelle Ternisien Le mot de... Charlotte Hochman Créatrice de La Ruche 3 ans que La Ruche existe dans l’imaginaire des entrepreneurs sociaux qui l’ont créée... 2 ans que La Ruche a ouvert ses portes sur le Canal Saint Martin... de quoi fêter! Et puis, il y a maintenant le plaisir de regarder le chemin parcouru. Avec la haute exigence de soi qui caractérise les entrepreneurs sociaux, le désir du travail bien fait, jusqu’au bout, le mieux possible. Avons-nous été à la hauteur de nos ambitions? Au-delà du fait d’avoir ouvert nos portes et d’avoir survécu aux deux années de lancement (défi conséquent dans n’importe quelle start-up!), quel impact avons-nous au quotidien? En d’autres termes: est-ce que le fait que La Ruche existe aujourd’hui à Paris facilite la vie de ceux qui créent, par leurs initiatives, les solutions aux défis de société? Une autre motivation est venue s’ajouter à la réalisation de ce bilan. Nous avons lancé La Ruche comme un prototype, une expérimentation pouvant mener à toute sortes de résultats, au-delà de la création de l’espace au Canal St Martin. Et de fait, depuis le lancement du projet et avant même l’ouverture des locaux, nous étions submergés de demandes pour reproduire, ou aider à reproduire, le concept sur d’autres territoires. Soit... l’innovation sociale est faite pour voyager. Mais quelle est la valeur réelle de l’expérimentation initiale? Impossible de partager nos recettes sans en vérifier l’impact réel, au-delà du seul pouvoir attractif. C’est donc cette volonté de vérifier la valeur de l’expérience, aussi bien pour nous, qui en sommes à la base, que pour ceux qui veulent planter de nouveaux arbres sur leur territoire et que nous accompagnerons avec plaisir, que cette démarche pro-active s’est révélée une nécessité. Je souhaite prendre l’occasion de remercier ici les personnes qui ont rendu possible cette aventure- les entrepreneurs sociaux qui ont co-construit cette Ruche bien sûr, les co-pilotes, les partenaires, les artistes qui l’ont représentée, les curieux qui ont, de leur regard, propagé la nouvelle de ce drôle de voyage en plein coeur de Paris... c’est avec un grand plaisir et beaucoup de gratitude que nous partageons avec vous ces nouvelles de La Ruche. Au plaisir de vous y croiser bientôt... et comme je l’écrivais déja il y a presque 4 ans... à bientôt à La Ruche ! Sommaire La Ruche, en un coup d’œil page 5 Qui est à La Ruche ? (cartographie thématique mars 2010) page 6 Méthodologie de l’étude page 7 La Ruche en un coup d’oeil Principaux résultats 1. Le fait d’être à La Ruche produit un effet catalyse sur l’activité des bénéficiaires page 8 2. Du point de vue de ses partenaires, La Ruche est une référence unique et innovante dans la promotion de l’entrepreneuriat social page 9 Première Partie Est-ce que La Ruche permet à ses bénéficiaires d’atteindre leurs objectifs ? page 10 1. Plus de bien-être page 11 2. Plus d’innovation page 14 3. Plus de développement page 19 4. Un meilleur positionnement page 22 Deuxième Partie Est-ce que La Ruche s’est imposée comme acteur pertinent de l’innovation sociale ? Le point de vue des partenaires page 24 1. Partenaires publics et institutionnels page 26 2. Partenaires privés page 27 3. Partenaires académiques page 28 4. Partenaires internationaux Annexes page 30 Quelques chiffres sur les entrepreneurs page 30 Les échos médiatiques autour de La Ruche page 31 Les partenaires de La Ruche page 32 Remerciements page 33 La Ruche en un coup d’oeil Les services de La Ruche reposent sur une + Un espace pour travailler, mutualisation des moyens : infrastructure, s’inspirer et incarner télécommunications (ligne téléphonique + internet), espaces de réunion (8 au total d’une capacité les valeurs de l’innovation variable de 3 à 12 personnes). sociale L’équipe de La Ruche anime la vie de la communau- 2 té dans le but d’insuffler une culture collaborative Sur une surface de près 700 m (après travaux au qui accélère la diffusion des pratiques et des idées.printemps 2010), La Ruche est : + Un espace de travail ouvert d’une capacité + Une communauté d’accueil de 80 postes occupés à temps plein et près de 40 postes à temps partiel. d’entrepreneurs sociaux en 5 + Un espace éco-conçu qui illustre en pratique mouvement. l’engagement pour l’environnement. Au premier trimestre 2010, La Ruche héberge : + Un lieu de vie commune, socle d’une + 25 structures résidentes (soit 58 personnes), communauté d’entrepreneurs sociaux. + 20 structures butineuses, + 12 structures en pied-à terre. Par le rassemblement de porteurs de projet innovants socialement, l’espace de La Ruche Les porteurs de projet ont fait leur preuve auprès de matérialise un réseau et permet une identification l’équipe de pilotage sur 4 critères de sélection : forte aux valeurs du secteur. + INNOVATION : développer une réponse innovante à un défi de société. + PERTINENCE : s’attaquer à un défi de taille, + Un ensemble de services qui touche le plus grand nombre de personnes possibles.définis et adaptés en réponse + DYNAMISME ÉCONOMIQUE : créer des modèles aux besoins des entrepreneurs économiques viables qui s’appuient sur l’économie de marché pour promouvoir les solutions. L’offre de La Ruche se décline en 3 formules, + ESPRIT COLLABORATIF : gérer dans la transparence répondant à des pratiques de travail et des besoins et partager les meilleures pratiques, échanger d’espace qui diffèrent selon les stades de ouvertement. développement des projets : + formule « Résident », La Ruche bénéficie d’une attractivité importante : + formule « Pied-à-terre », + une fréquentation régulière de 60 à 120 per- + formule « Butinage ». sonnes par jour (partenaires, clients, presse, étu- diants, etc.) Chacune donne accès à un « kit » de services « tout + un turn-over permanent depuis 2008 : 10 compris » incluant l’occupation d’un poste de ajouts de postes résidents, une rotation régulière travail, le libre service du café bio et équitable et la des butineurs et PAT et une liste d’attente renouve- participation libre aux activités collectives. lée d’une dizaine de personnes. Qui est à La Ruche ? (cartographie thématique mars 2010) Méthodologie de l’étude 6 Méthodologie de l’étude L’étude d’impact de La Ruche a eu pour ambition Une série d’entretiens individuels réalisée avec les d’évaluer l’action menée depuis l’ouverture de la parties prenantes du projet a ensuite permis de structure auprès des différentes parties prenantes déterminer les critères d’efficience des actions de du projet. La Ruche et d’élaborer des indicateurs pertinents pour la mesure de son impact. La démarche évaluative des activités de La Ruche s’inscrit dans l’expérimentation du projet et La collecte des données de terrain, fondée sur une repose sur l’évaluation du changement produit par pratique de la maïeutique, a privilégié l’approche La Ruche. L’étude a ainsi privilégié une logique qualitative avec les partenaires de La Ruche et une inductive pour mesurer et caractériser les effets approche mixte auprès de ses bénéficiaires : générés par la structure, de façon intentionnelle ou non, sur ses parties prenantes. + une série de 15 entretiens individuels semi- directifs, d’une heure environ, a été réalisée entre 7 La réflexion méthodologique s’est nourrie d’outils le 5 et le 25 mars 2010, avec les partenaires de La 1anglo-saxons et de modèles d’évaluation d’impact Ruche. social, sélectionnés sur la base d’un benchmarking 2réalisé par une équipe d’étudiants de Sciences-Po . + une série de 40 entretiens individuels semi- Une étape préalable reposant sur la concertation directifs, d’une heure environ, a été réalisée entre avec les membres décisionnaires (comité de le 15 février et le 15 mars 2010 avec les porteurs pilotage) a permis de représenter la logique du de projet : projet, d’identifier les acteurs impliqués et de 22 entretiens de bénéficiaires ‘résidents’ valider l’adéquation des actions au regard de la 12 entretiens de bénéficiaires ‘butineurs’ finalité et des objectifs de La Ruche. 6 entretiens de bénéficiaires ‘pied-à-terre’ 3La création de ce référentiel d’évaluation a mis au + un questionnaire à choix multiples et gradués jour les 3 principaux objectifs de La Ruche : a été soumis à l’ensemble des bénéficiaires. La + Lutter contre l’isolement des entrepreneurs participation a été de 60% avec une représentativité sociaux, répondre à leurs besoins et développer du collectif de La Ruche : leurs capacités. 55% des répondants sont ‘résidents’ + Promouvoir l’entrepreneuriat social / Susciter 30% des répondants sont ‘butineurs’ des vocations. 15% des répondants sont ‘pied-à terre’ + Créer une plateforme francilienne / française grand public dans l’innovation sociale. L’observation sur site ainsi qu’une veille médiatique ont complété l’analyse des représentations et 1 Evaluation of the school for social entrepreneurs 1997-2007, a nef estimations statistiques recueillies auprès des report written and researched by Richard Murray, Martin Cooper, and Lisa Sanfilippo. Developing a Theory of Change : a framework for inclusive bénéficiaires. dialogue, learning and accountability for social impact. A Keystone guide (2009) www.keystoneaccountability.org ; 4Proving and improving: a quality and impact toolkit for social enterprise. Les résultats de cette étude ont révélé le potentiel NEF, London (2005) www.proveandimprove.org généré par le modèle qu’est La Ruche et ont permis 2 Projet Collectif Sciences Po Paris (2009-2010) de dégager des axes d’optimisation. 3 Mesure de l’utilité sociale, Cahier de l’Avise n°5 (nov. 2007) 4 Les résultats de cette étude à la Caisse des Dépots et Consignation le 30 mars 2010 Principaux résultats de l’étude 1. Le fait d’être à La Ruche produit un effet 8 catalyse sur l’activité des bénéficiaires. 5Lieu pionner dans l’approche collaborative en réassurance chez les porteurs de projet. France, La Ruche ‘donne une place’ aux entrepreneurs sociaux en les dotant de : Près de 30% des résidents et 40% des butineurs se déclarent entre 25 et 50% de + confiants dans leur activité par le fait d’être à La Ruche. Et 50% des PAT Plus de bien-être déclarent l’être un peu +. 64% des résidents s’estiment très heureux 64% des résidents, 60% des butineurs et 50% des d’arriver le matin ; 60% des butineurs et 50% des PAT PAT affirment être beaucoup + épanouis dans leur s’estiment tout à fait heureux de venir à La Ruche. activité depuis qu’ils sont à La Ruche. Près de 60% des entrepreneurs résidents estiment que leur équipe est très motivée par le fait de Plus d’innovation travailler dans cet espace et qu’il est + facile de recruter en étant localisé à La Ruche. Le fait d’être à La Ruche dote les entrepreneurs d’un potentiel de création de valeur dont ils n’auraient Vécue sur le mode d’une cohabitation conviviale, pas pu bénéficier ailleurs. Ces effets sont + La Ruche est un lieu atypique et stimulant qui offre fortement ressentis par les jeunes structures des conditions de travail propices aux échanges. (de moins de 3 ans, en phase de démarrage et de consolidation de leur projet) et de petite taille (1 à Le partage d’expériences, encouragé et facilité par 3 personnes).l’équipe de La Ruche participe d’un sentiment de 5 Librement inspiré de modèles anglo-saxons : Center for Social Innovation : http://socialinnovation.ca, Learning House : http://www.learninghouse.biz et The Hub : http://the-hub.net. L’espace et les services proposés constituent un Les bénéfices ressentis se traduisent par des terreau favorable à l’éclosion de pratiques et indicateurs de croissance : businesses collaboratifs dans l’innovation sociale. + une augmentation des ressources financières d’environ 25%, Lieu d’émulation collective, La Ruche crée les + une augmentation de la création d’emplois et conditions d’émergence d’une communauté d’idées des intentions d’embauche. et de pratiques par une logique de capitalisation des savoirs et de mise en réseau. Indicateur de performance, des businesses conjoints émergent à La Ruche. Près de 45 % des résidents estiment que travailler à La Ruche est un 85% des bénéficiaires estiment que le partage tremplin pour leur activité. de valeurs communes est un atout et fait la VA de La Ruche. 70% des résidents et 60% des butineurs déclarent souvent conseiller ou recommander Un meilleur positionnement d’autres entrepreneurs de La Ruche et 60% des PAT le faire de temps en temps. La Ruche crée une différence significative dans le positionnement des structures bénéficiaires par la Véritable réservoir de compétences, la diversité légitimation de leur démarche et l’accroissement de relationnelle des porteurs de projet à La Ruche la notoriété de leur projet. alimente un capital social qui repose sur l’appren- tissage entre pairs et stimule les processus Principaux résultats Le fait d’être à La Ruche légitime les initia-d’innovation par ‘adoption’. tives entrepreneuriales à vocation sociale ou environnementale et apporte entre 25 et 50% de Plus de développement crédibilité en + aux porteurs de projets.de l’étude Plus de 40% des résidents et des butineurs et 50% des Les structures bénéficiaires estiment en outre que PAT estiment que le fait d’être à La Ruche facilite le leur projet gagne entre 25 et 50% de visibilité en développement de leur projet à près de 50% + par le fait d’être à La Ruche. 9Le fait d’être à La Ruche favorise l’activité des bénéficiaires, en leur permettant de : + nourrir entre 50 et 75% de leur réflexion stratégique, Être à La Ruche, c’est faire + augmenter entre 25 et 50% de leurs ressources, partie d’un pôle de référence + élargir leur réseau de contacts de 25 à 50%. dans l’entrepreneuriat social. 2. Du point de vue de ses partenaires, La Ruche est une référence unique et innovante dans la promotion de l’entrepreneuriat social. La Ruche promeut : + un modèle alternatif de l’acte d’entreprendre, qui dépasse les clivages du champ traditionnel de + une approche globale et qualitative, du fait l’Economie Sociale et Solidaire.de l’originalité de son éco-conception et de son management participatif. Vitrine de l’entrepreneuriat social en Ile- de-France, La Ruche incarne les valeurs de + une autre façon de travailler ‘individuelle- l’engagement sociétal et offre un terrain ment en collectif’, à rebours des schémas classiques d’action-learning dans l’innovation sociale.de pépinière ou de coopérative d’emplois. Première partie Est-ce que La Ruche permet à ses bénéficiaires d’atteindre leurs objectifs ? Les principes actifs de La Ruche 10 Espace de travail autonome et collaboratif, La Ruche La configuration de l’espace conditionne est, au sens sociologique du terme, un ‘dispositif’ l’expérience d’appartenir à une communauté de c’est-à-dire un lieu où un ensemble de déterminants porteurs de solutions sociales innovantes. Palliatif physiques (matériels, organisationnels, humains) à l’isolement matériel et psychologique des ainsi que des éléments discursifs entrent en relation entrepreneurs sociaux, l’organisation flexible de et tissent les conditions d’une expérience. Comme La Ruche fait de cette expérience une cohabitation conviviale, dans une ambiance à la fois sereine et son nom l’évoque, La Ruche est un écosystème dynamique où règnent les valeurs de l’engagement qui fait du lieu même une expérience à la fois sociétal. individuelle et collective. Les interactions quotidiennes que facilite La Ruche Destinée aux entrepreneurs sociaux, La Ruche est permettent à ses bénéficiaires de tisser des un espace privé qui favorise l’éclosion de liens liens et de nouer des contacts qui favorisent le entre ses utilisateurs, des travailleurs nomades et développement de leur activité. des entrepreneurs en devenir qui s’y croisent ou s’y retrouvent, constituant ainsi le point focal ou noyau L’émulation produite par le ‘frottement’ entre de leur réseau. ces acteurs de l’innovation sociale stimule les processus d’innovation et a célère la croissance Lieu de socialisation comparable au modèle de leur projet. ème 6alternatif des « 3 lieux » , La Ruche a vocation à faire de l’appartenance collective une réponse Le fait d’être à La Ruche participe également aux besoins de ses membres bénéficiaires d’un meilleur positionnement, produisant un effet rassemblés en un même endroit. catalyseur sur leurs initiatives créatives. 6 Ray Oldenburg, The Great Good Place : Cafes, Coffee Shops, Community Centers, Beauty Parlors, General Stores, Bars, Hangouts and How They Get You Through the Day. (1989)