La maison Goupil ou la notion d'oeuvre originale remise en question - article ; n°1 ; vol.112, pg 59-69

-

Documents
12 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1996 - Volume 112 - Numéro 1 - Pages 59-69
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1996
Nombre de visites sur la page 203
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Madame Hélène Lafont-
Couturier
La maison Goupil ou la notion d'oeuvre originale remise en
question
In: Revue de l'Art, 1996, n°112. pp. 59-69.
Citer ce document / Cite this document :
Lafont-Couturier Hélène. La maison Goupil ou la notion d'oeuvre originale remise en question. In: Revue de l'Art, 1996, n°112.
pp. 59-69.
doi : 10.3406/rvart.1996.348269
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1996_num_112_1_348269Hélène La font- Cout n.rier
La maison Goupil ou la notion
oeuvre originale remise en question
Goupil dynastie éditeurs et de La maison Goupil
marchands actifs de 1827 1920
été entreprise depuis la création du
musée en février 1991 et permet
ores et déjà de dresser un tableau Née en 1829 de association un
du roncrionnemenr de cet établisse éditeur Adolphe Goupil1 fig l) et
ment En absence autres sources un marchand estampes Henry
Ritrner2 la maison Goupil installée aussi complètes celui-ci paraît exem
plaire poiu comprendre la dirrusion Paris 12 boulevard Montmartre se
consacre impression et édition de arr au XLV siècle Elle appuie
sur deux données nouvelles ac- estampes originales et interpréta
tion Cette première société permet croissemenr de la demande grâce
un marché devenu international et de contracter tous marchés pour la lots parfaitement tion deaux une kl tableaux graphies réparties le les musée terle estampes travail concernant étude registres Goupil dites reproductions des cle cialisées revend fonds société En les archives et Ces sorte uvres Vincent deux 19- Goupil de sont rachète les des vente Imberri de sur étant entre archives les reproduction la compte ei activités originaux une de lors dispersées les liées Diéterle elles-mêmes maison deux conserve acquis estampes de Imberri vaste de tous la fait et marché sont tableaux la le principales de galerie institutions Goupil de par reproduire liquidation édition Getty les échelle maison la Au en une achevé hui ou la Jean marchand galerie Bordeaux parallèle commer plusieurs éléments XIXe Goupil maison fois Center photo achète Bor Dié- dans sont édi siè Ces Le les de et le
émerilence de nouveaux collection venre achat la commission la
confection et édition de toutes gra neurs encre autres américains et
vures er lithographies et générale autre part la multiplication des
images due au développement des ment pour rour cc qui concerne le
techniques modernes de reproduc dit commerce ...i en quelque pavs
il soir situé notamment en tion travers quelques exemples
France en Angleterre er en Alle peu connus nous souhaitons appor
ter ici de nouveaux éléments magne... Cest par la tamille de
Rittner installée Dresde er spécia étude de la diffusion de art au siè
lisée dans le négoce estampes que cle dernier phénomène une grande
la maison bénéhcie dès son ouverture complexité où des notions aussi es
un réseau commercial échelle sentielles que celle oeuvre originale
sont parfois mises mal européenne Les images elle dif-
REVUE DE ART no 112 1996-2 59-69 59 Hélène Lafont-Coutuner La maison Goupil
Jazet Lassalle Mouilleron Mercuri portée de toutes les bourses Si leurs
fig 2) Waltner etc et maintient la premières reproductions photogra
commande de gravures au burin phiques apparaissent en 1853 elles
tout en faisant appel des procédés ne seront éditées en masse et en sé
plus rapides et moins coûteux eau- ries partir de 1858 Réalisées sur
forte manière noire aquatinte mê papier albuminé ces épreuves pré
lées au burin On appelle ces sentent inconvénient de altérer
dernières techniques le procédé Gou la lumière Aussi des recherches sont-
pil et familièrement dans les ateliers elles menées pour remédier La
le goupillage est alors pour les maison rachète alors en 1867 le
graveurs une source de travail ines droit exploitation pour la France
pérée notamment pour les graveurs du procédé Woodbury ou photoglyp-
au burin qui après la révolution de tie qui permet de produire en plus
1830 connaissent une grave crise grand nombre des images inaltéra
car ils ne peuvent plus vivre des bles Les perfectionnements apportés
commandes de la maison du Roi cette technique amènent la dé
couverte du procédé de la photogra Entre 1840 et 1850 sont peu vure que la maison utilise dès 1873 peu mises au point des techniques Illustration non autorisée à la diffusion Cette nouvelle invention adapte photographiques qui vont renouveler parfaitement la politique editoriale le travail de édition En effet si la de Goupil qui exploitera la découverte de la photographie est liquidation définitive de la société en rendue publique en 1839 elle ne de 1921 est ailleurs par adoption vient utile édition partir des et le développement de ces procédés années 1850 Grâce la modicité de impression photographique que son coût et sa fidélité de reproduc Goupil réussit faire entrer édition tion la photographie va permettre de art dans ère industrielle fig 3) mieux diffuser les chefs-d uvre de
Cet établissement que on peur art et surtout bien plus rapide
désormais qualifier industriel ment alors que la fabrication et la
connaît rapidement un développe diffusion une estampe pouvait
ment international Entre 1841 et prendre plusieurs années Voulant 1877 des succursales ouvrent défendre les intérêts économiques de
Berlin Bruxelles Londres La Haye sa maison édition sans toutefois né
Vienne er New York des comp gliger la qualité de ses reproductions
toirs de vente sont établis dans le Goupil va alors tout mettre en uvre
S-- V;-< monde entier Alexandrie Dresde pour que la diffusion de nouveaux
Genève Zurich Athènes Barcelone procédés photographiques soit la
Copenhague Florence La Havane Antoine Samuel Adam-Salomon 1811-1881) Portrait Adolphe Goupil épreuve
Melbourne Sydney Varsovie Johan sur papier albuminé 32 238 cm Knoedier New York
nesburg..
fase sont obtenues par les procédés
traditionnels de la lithographie et de
la taille-douce Il agit essentielle
Adolphe Goupil devient ment estampes interprétation re
produisant les uvres des grands marchand de tableaux
maîtres anciens Murillo Michel-
Ange Raphaël Titien Veronése...
ainsi que les tableaux des artistes ex
une En nouvelle 18466 activité Goupil celle avait impri- ajouté posés au Salon Delaroche Ingres
Deveria Papety Jalabert Mozin meur-éditeur Il devient marchand Scheffer Vernet Winterhalter... de dessins et de tableaux Ces deux Dans article nécrologique consacré Illustration non autorisée à la diffusion secteurs sont étroitement liés est Rittner en 1840 le journal Ar ailleurs la double fonction impri- tiste rappelle que cette maison ho meur-éditeur qui amène Adolphe norable et prospère ... après avoir Goupil ainsi que deux autres éditeurs commencé par éditer des bluettes art européens Ernest Gambart ... en était arrivée publier les gra 1814-1900 et Alfred Cadart 1826- vures les plus importantes de notre 1875 devenir marchands de ta époque la Sainte-Amélie le Strafford bleaux Les premières uvres les Richelieu et les Mazarin de mentionnées dans les registres de la Paul Delaroche les tableaux de Leo galerie sont notamment les dessins pold Robert la Vierge oiseau de commandés aux graveurs pour la re Raphaël le Décaméron de Winterhal production des tableaux des maîtres ter les Enfants Edouard etc Ainsi le dessin préparatoire pour une Goupil adresse aux graveurs et li gravure réalisé par Jules Fran ois après Paul Delaroche 1797-1856 Jane Gray gravure de Mercuri thographes les plus eminents pour partir du tableau de Paul Delaroche 285 35 cm Bordeaux musée Goupil reproduire les uvres des maîtres Mère heureuse été vendu en avril ainsi Henriquel-Dupont Calamatta 1853 au prix de 500 francs7 La Fanoli Jules er Alphonse Fran ois gravure au burin de Jules Fran ois
60 Hélène Laronc-Couturier La maison Goupil
après cette uvre est éditée par la
maison en 1854 sous le titre Les joies
une mère fig et proposée la
vente au prix de 100 ancs épreuve
artiste 20 francs sur blanc avec la
lerrre et 50 sur chine avam la
lettre8 Au fur et mesure que son
activice se développe les dessins in
terprétation se raréfient laissant la
place aux tableaux originaux et
leurs esquisses ainsi leurs répli
ques En effet ceux qui sonr men
tionnés dans le premier livre de
comptes de la galerie 1846-1
sont pour la plupart présents dans les
catalogues de publications sous Illustration non autorisée à la diffusion
forme esrampes imbrication des
deux secteurs activité est totale Les
uvres de Brochan Delaroche Al
fred de Dreux Guerard Holfeld
Karl Muller Ary Sche er Schopili
Horace Vernet Winterhalter alimen
tent les catalogues de publications
cour en ornant les cimaises de la ga
lerie Les peintres célèbres côtoient
des artistes encore inconnus Les sa
lons de Monsieur Goupil suscitent
un grand intérêt dans la presse en
I860 lorsque sur la demande un
grand nombre de peintres qui regret
taient de ne pouvoir faire connaître
leurs uvres nouvelles au public
exposition des Beaux-Arcs ayant Galerie de tablem. de îï Goupil et Compagnie éd!r sMmpes gravure sur bois de JoiirJ.iiii après Guesdon
parue dans Illustration 11 889 10 mars ISoO 155 Bordeaux Bibliothèque nnmL-ipale pas lieu cerre année les célèbres édi
teurs préparent dans leur hôtel de la
rue Chaptal une nouvelle exposition
toute gratuite ... et qui comprendra
une centaine de toiles au moins par
mi lesquelles on remarque déjà les
nouvelles productions Achenbach
Boulanger Brascassar Cabanel er
Comre Curzon de Dreux Du-
bufe Gerôme Gleyre Muller
Rousseau Toulmouche Jadin etc
Les critiques relèvent alors des
uvres inédites comme Mi-rei mon
Dieu Edouard Dubufe donc exé-
curion est qualifiée de molle ec in
certaine ou encore Le .i de
Knaus qui confère son auteur le
qualificarit de Grenze du pays de Illustration non autorisée à la diffusion Bade 10 Ce local ... élégant dis
posé et meublé avec goût ... peut
tenir quatre-vingts tableaux environ
placés sous un jour très tavorable 11
Cette entreprise est accueillie
chaleureusement dans la presse qui
voit le moyen de faire connaître au
public les nouvelles productions 12
La maison Goupil contrats
et droits de reproduction
111 T.l Ll .U; l) LA r.T àUITK liri i-TAMl Lorsque Goupil devient mar
tablissement photographique de MM Goii.pil et Gie il gravure sur bois de Dutheil pAi ue dans Illustration chand de tableaux est plus par op
1572 12 avril 1873 253 Bordeaux Bibliothèque municipale portunité que par véritable vocation
61 Hélène Lafont-Couturier La maison Goupil
Il agir essentiellement pour lui de poser du droit de reproduction de ses
assurer du droir de reproduction de compositions tableaux dessins
uvre il achète Le Paris Guide après avoir proposé Goupil Le
de 1867 nävers la plume de Phi peintre Landelle signé un tel
lippe Burry attribue ad)oncrion de contrat avec la maison en 1845 Les
ce nouveau secteur activité Jazet droits il touche sont de vingt-cinq
qui par le succès de ses spirituelles fois le prix de vente de la publica
aquatintes après les toiles Horace tion Le tableau Jeune f:lli feH.ih
Vernet inspira la maison Goupil rapporté artiste 500 francs de
idée acheter les uvres même droits alors que cette uvre connut
elle faisait reproduire Telle est un succès immense et que plus de
origine de cette galerie ... est vingt répliques furent exécutées par
la ont été vues presque toute Landelle toutes vendues par la mai
uvre de Paul Delaroche et les son Goupil qui faisait dans les années
Illustration non autorisée à la diffusion meilleures toiles que Gérôme 1S sur chaque vente un bénéfice
particulièrement peintes dans ces environ 3000 tranes
dernières années.13 La plupart des
tableaux qui sont présentés dans la
galerie sont également édités et dif
fusés Il est diff cile de cerner éten Un exemple de contnit due des droits de Goupil sur uvre exclusivité de la production des artistes en absence époque de Léon Lhermitte législation réglementant la propriété
artistique et les droits auteur Le
procès qui opposa en 1878 les hé Les premiers achats oeuvres de ritiers des peintres Paul Delaroche Léon Lhermitte 1844-1925 effec Ary Scheffer et Horace Vernet la tués par Goupil apparaissent au maison est ainsi conclu le droit
cours de année 1885 et deviennent de reproduction fait partie des avan réguliers partir de 1886 En 1887 tages et accessoires un tableau si après Paul Delaroche 1797-1856) Les joirs .i/.i . gravure au burin de un contrat est conclu entre la galerie donc artiste en vendant son uvre Jules Fran ois 31 307 cm Bordeaux musee Goupil alors sous la raison sociale Boussod ne se est pas réservé il transmis
Valadon et Cie et artiste au terme acquéreur en même temps que duquel celle-ci engage acheter uvre dont il est dessaisi 14 II est
toutes ses peintures et ses pastels cependant vrai que dirrérents types
avec abandon du droit de reproduc de contrat ou arrangement existent
tion charge pour elle de lui four après les registres des droits de re
nir ses encadrements De plus production de la maison édition 15
Lhermitte aura droit au partage par les uvres de Paul Delaroche Ary moitié des bénéfices obtenus sur la Scheffer et de Horace Vernet sem
venre de ces pastels ou tableaux sauf blent taire objet de soins particu
pour certains ouvrages tels que le ta liers Tous trois portent la mention bleau de L.î Fenaison et quelques au dossier spécial Il apparaît que les tres exécutes ultérieurement et qui ne droits exclusifs de reproduction de rentrent point dans les dimensions leurs uvres relèvent de la propriété ordinaires lu des graveurs ainsi de Jazet pour les
Le pastel La soapL du vieux fau uvres de Horace Vernet fig 6) et
cheur est vendu la maison 500 de Jules Fran ois ou de Henriquel
francs en 1887 prix habituellement Dupont pour Delaroche Mais cela
Illustration non autorisée à la diffusion demandé par artiste ses amateurs reste une exception poiir Goupil qui
Il est revendu 500 francs Le tait de de manière générale reserve les
droits il décide de reproduire passer par un marchand permet
artiste de gagner 500 francs au une uvre La maison adopte en
lieu de 500 il avait cédé direc fonction du contexte une des solu
tement acquéreur Il en résulte tions suivantes le simple droit de re
que du jour où Lhermitte dépose ses production est acheté son
uvres chez Boussod Valadon propriétaire qui peut être artiste un
Cie acheteur paye 133 de plus particulier ou Etat ou bien il agit
un pastel et Lhermitte gagne 66 de acquisition par la maison du ta
supplémentaires bleau et des droits qui accompa
gnent Mais on observe un Tous les artistes lies Goupil par
ce type de contrat bénéficient de ce phénomène grandissant avec expan
gain complémentaire et substantiel sion de la firme qui passe des
contrats exclusivité avec les artistes De surcroît ils disposent de la struc
travaillant pour elle La encore deux ture et du rayonnement international
possibilités soit un contrat exclu de la firme Les acheteurs se trouvent
sivité des droits soit de la produc là où sont les succursales et les comp
tion un artiste Dans le premier toirs étude des registres de la ga après Horace Vernet 1789-1863) Abraham renvoie Agar gravure de Jean- cas artiste engage ne jamais dis lerie montre bien comment les Pierre Jazer 74 623 cm Bordeaux musée Goupil
62 Hélène Laàonr-Couturier La maison Goupil
sée qui ne trafique pas sur les repro Les réductions
ductions cela ne peut que lui donner
de la valeur et de intérêt 20 af-
hure semble difficile résoudre fi La galerie commence tour nalement une solution est pourtant bord par vendre des réductions En trouvée comme nous apprend une 1851 la première mention apparaît lettre du 19 mai 1863 tune année discrètement il agit de celle du ta est alors écoulée depuis le début des bleau de Paul Delaroche Napoleon négociations ai bien re votre tassant les Alpes Le bénéfice réalisé bonne lettre ce matin et je em est de 000 francs et en note il est presse répondre pour vous prier précisé que sur le prix de vente de remercier de ma part la commis nous avons remis 4000 francs De- sion de peinture qui bien voulu ré laroche 23 il agit de pein
parer oubli que nous avons fait et tres réputés comme Delaroche me donner autorisation de repro Botiguereau ou Gérôme la maison duire le tableau une fois en peinture partage en général les bénéfices du pour servir la gravure Cette copie produit de la vente sera faite comme vous le demandez
Il esr probable que expérience plus petite que original et proba du succès commercial des réductions blement ajouterai ou retran
Illustration non autorisée à la diffusion prêtant moins controverse permet cherai quelque chose afin il soit
Goupil de se lancer dans la pro bien constare que vous avez origi
duction de simples répétitions Au nal De plus mettrai la date de
fur et mesure que son établissement 1865 pour le rendre postérieur au ta se développe cet usage des répéti bleau que je signerai de 1861 La re
tions et des copies va se multiplier production sera faite en gravure et
enverrai au musée de Nanres deux ses débuts parallèlement aux
épreuves avant la lerrre comme vous réductions la maison propose ac me le demandez 11 91 La répli quisition de copies après des ta
que réalisée par Gérôme fut vendue bleaux de Delaroche Schet t-er
par Goupil année même de son exé Winterhalter réalisées par des ar
cution Ernest Gambart22 Lon tistes interprétation travaillant déjà
dres au prix de 20000 francs alors pour la galerie Certains verront leur
que les registres de la galerie indi propre production commercialisée
quent un prix de revient de ensuite par Goupil ainsi Alophe
000 francs Carraud Lambert Massard Les co
pies déclarées comme relies se ven
dent alors beaucoup moins cher que
les réductions En 1851 la maison
achète afin de pouvoir le commer Les répliques cialiser sous torme editoriale le ta Jean-Leon Gér me 1824-1 Portrait de Marie Gérôme née Goupil huile sur bleau de Leucze sb nyo! passant toile 635 4?- em Bordeaux musée Goupil le Delaware fig 10 au prix de étude des registres de la galerie 30 000 francs Elle le revend en montre combien il est fréquent de 1852 pour la somme de 32500 succursales sont certains moments que le prix de revient été pour la voir commander par la maison les ré francs La copie exécutée en 1851 essentielles pour la venre maison de 000 francs La corres pliques uvres succès Il est ce par un artiste demeuré anonyme est pondance de artiste adressée Phi Cette solution présentant une ga pendant nécessaire opérer une vendue en 1858 000 francs Si ces libert Doré Grasiin chargé de rantie pour la diffusion de leurs classification au sein de ces répliques copies sont proposées un prix sou acquisition du tableau par la muni uvres cependant certains inconvé On doit distinguer les répétitions vent très inférieur leur prix de re cipalité fait état du problème de nients En effet un artiste lié par ce réalisées au même iûrmar des réduc vient est en rapport Les enfants droit de reproduction Dans une pre type de contrat ne peut céder un ta tions petites ou grandesi qui sont de Edouard de Delaroche est acheté mière lenre datée du 31 mars 1862 bleau directement sans que la maison dimensions inférieures uvre re par Goupil au prix de 12 000 francs Gérôme lui propose de racheter le ta ait reproduit oeuvre sous quelque produite Ces copies sont parfois en 1852 et vendu 13 000 francs en bleau pour la somme de forme que ce soit ébauchées ou même entièrement 1853 La copie de ce tableau due 15 000 francs 19 Sa lettre étant restée exécutées par autres artistes Ces Brunet revient 600 francs la apparemment sans réponse il le re nouvelles données peuvent contri maison qui la cède au prix de lance dans un courrier août 1862 Jean-Léon Gérôme buer modifier et fragiliser la no 7000 francs ai bien de ennui avec le tableau tion original dans la peinture au que la ville de Nantes ait hon Au fil des années les réductions siècle dernier La maison très rapi Le peintre Gérôme est lié la neur de acheter fig Goupil me sont de plus en plus présentes dans dement commercialisé des répéti maison par un contrat exclusivité persécute pour la reproduction qui les registres et offrent alors une tions et réductions des tableaux des droirs pour reproduction de lui appartient comme celle de rous grande variété de format moitié populaires On observe ailleurs que ses uvres avant même de devenir mes autres tableaux il avec tiers ou quart Leur prix de vence va les uvres ainsi multipliées sont le gendre Adolphe Goupil en épou moi un traité pour cela Je ai pas rie légèrement en onction de leur di pour la plupart déjà popularisées par sant en janvier 1865 sa fille Marie songé faire écrit avec la ville de mension La réduction au tiers de différentes formes édition s- 7) Nantes et cela cause de vous mon Premières caresses de William Bougue-
En 1861 la ville de Niin res cher ami ne supportant pas que cela reau se vend en 1866 000 francs put souffrir la moindre difficulté vu achète le tableau Le prisonnier pour soit 500 francs moins cher que celle la somme de 10 000 francs 18 alors que le tableau appartenant un mu la moitié alors que la différence Hélène Lafonr-Couturier La maison Goupil
du prix de reviene est de
OUU francs Les oeuvres ainsi multi
pliées probablement la demande
de Goupil sont en général dues des
artistes reconnus présenos dans les
différentes manifestations artistiques
comme Boulanger Bouguercau Cot
Compce-Calix Delaroche Dubufe
Gérôme Jalabert Lefèbvre Toul-
mouche Vélv Willems etc Ce prin
cipe de multiplication est appliqué
par la maison aux diverses formes
expression artistique commerciali
Illustration non autorisée à la diffusion sées il agisse de uvre propre
ment dite ou de sa reproduction
elles sont ensuite reprises en plu
sieurs formats afin de répondre la
demande artiste gagne au sens
strier effectuer ainsi des répli
ques en réduction puisque les bé
néfices sont partagés
Les repetir
Jean-Léon Gérôme 1824-1904) Le prisonnier panneau 45 78cm Nantes musée des Beaux-Arts Les répétitions ou répliques au
même apparaissent tardive
ment dans les pratiques de la maison
Les premières recensées dans les
archives datent des années 18u0 La
maison forte une expérience en
viron vingt ans déjà vendu près de
000 uvres dispose un réseau in
ternacional et jouit une notoriété
grandissante Ce phénomène du ta
bleau répété est beaucoup plus
complexe que celui de la réduction
car travers cette notion de répéti
tion se pose le problème de oeuvre
originale utilisation même de ce Illustration non autorisée à la diffusion
terme amène une certaine ambiguïté
Les registres funt état de deux sortes
de répétitions celles qui sont réali
sées identique et autres moins
nombreuses cependant qui compor
tent certaines variations par exemple
dans le traitement de la couleur Ain
si Veerin Auguste Toulmouche
vendu en 1862 au prix de OU francs
est repéré avec la jaquette rosé et
cédé au roi de Hollande en 1863
pour la somme de 600 francs La
même année la maison commercia
lise deux autres Ecrins un dans les Après Jean-Leciii Gérôme JS24-1904) prisonnier gravure de Fr.mck 416 22 cm Bordeaux muser Goupil conalires rosé-gris é- de vente
950 francs er autre en rosé-bleu
vendu Knoedier New York) pour
800 francii Il faut également men
tionner le fait que la plupart des ta
bleaux qui font objet une ou
plusieurs répétitions sont également
commercialisés sous forme de réduc
tion Le ii st marcham sur les eaux
de Charles Jalabert fig 11 existe
déjà sous forme estampes et de
photographies il est réduit et
répété original est vendu en 1863-
64 Lafonr-Coururier La maison Goupil Hélène
-O 00 francs le prix de revient étant
de 2500fLancs En 1864 la mai
son acquiert la répétition pour
000 francs ee la revend en 1866
au prix de 7000 francs Deux réduc
tions sont menrionnées dans les re
gistres La première rapporte un
bénéfice de 500 francs en 1S6-J LJ
seconde acquise en 18 pour
3000 francs est vendue 7000 tranes
en 1874 analyse de ces données
met en évidence intérêt de Goupil
Illustration non autorisée à la diffusion commercialiser ces répliques Le
coût de revient esc bien moindre
pour une répétition que pour ori
ginal Il agit pour lui amortir un
sujet étant donne que les bénéfices
il dégage augmentent chaque fois
artiste trouve lui aussi des avan
tages les exécuter Outre le hue que
ces multiples contribuent la
connaissance de son uvre Goupil
lui verse la moitié des bénéfices ob
tenus sur leur vente Cependant le
principe des répliques ne applique
pas tous les artistes Les peintres
lu apre.- Emmanuel Leutze 1816-1868) :: p.:ss.!nt le Delaware 565 963cm gravure de Paul Girardet Bor- de école de Barbizon crés bien re
dc.lux musée Goupil présentés dans les registres de la ga
lerie partir des années Son ne
produisent aucune réplique ma
connaissance pour la maison En re-
-anche les esquisses des tableaux
succès sont encore proposées la
vente Goupil qui vend le tableau de
Jules Breton La Saint-Jean au prix
de 45 000 francs en 1875 cédera
esquisse en 1S la galerie amé
ricaine Knoedier pour la somme de
3500 francs
Illustration non autorisée à la diffusion En choisissant de commander ec
de commercialiser des réper cions
identique de certains tableaux
succès également diffusées sous
ho me estampes de photographies
et de photogravures la maison ré
pond plus un souci de rentabilité
économique sa volonté ensei
gnement et de tusion de art prô
née dès ses premières publications
Les deux ont toujours été liées er la
préoccupation commerciale esr ja 11 après Charles-Fran ois Jalaberc 1819-1901) Le Christ .; les eaux gravure de Värin 43 894 cm Bordeaux mais absente du discours renu esr musée Gûupil probablement pour la même raison
que la maison use de pratiques quel
que peu contestables
Les fausses repetitions
étude des registres permer de
découvrir usage par une maison
connue et reconnue dans le domaine
du marché de art de procédés sur
prenants et cependant répandus
comme la copie de chefs-d uvre
Jusque là rien que de très banal
Mais ce qui es moins est de dé-
65 Hélène Lafont-Couturier La maison Goupil
couvrir que ces copies réalisées par une délicieuse lurette non pas en
chair et en os cela serait indécent un peintre obscur peuvent être si
mais en une sorte de pâte amande gnées de la main du maître et ven
rosé et blanche cette uvre lui dues par la maison qui les
commanditées comme étant de cet vaut la réputation être le peintre de
artiste Plusieurs exemples sont par la femme Octave Mirbeau remarque
avec ironie que cette grâce cette ticulièrement significatifs et illus
trent la volonté de Goupil de rendre souplesse ce rayonnement de la
multiple uvre art originale peau cette floraison de la chair ce
rêve de prunelles ce mystère des nu Ernest Hébert au sujet duquel la
ques ce frisson des lumières sur les maison écrit de tous les peintres
jeunes carnations ce parfum des che contemporains un seul peut-être
veux aux reflets du ciel cette ivresse est élevé ici la hauteur des
qui monte des corsages cette vie in anciens 24 peint pour église du
quiétante des mains la fois déchi village de La Tronche une Vierge de
rement et caresse ce il en elle la délivrance qui est reproduite sous
de la fleur exquise de animal char différentes formes tant elle connaît
meur du sphinx terrible tout cela de succès En 1877 est publiée la gra est ni Renoir ni Sargent vure au burin exécutée par Huot
ni Whistler ni Helleu qui fig 12) en 1894 il agit un fac-
ont exprimé Il paraît que est similé reproduction photomécani
Cabanel le seul Cabanel pein que Elle existe dans divers formats
tre de la femme Ce seul Cabanel par exemple aux dimensions une
cède Goupil les droits exclusifs de carte de visite que on glisse dans les
reproduction de la Naissance de Vé missels Elle devient alors une image
nus fig 13 La maison publie en pieuse laquelle on prête de curieuses
1870 la gravure au burin Alphonse vertus elle était recommandée aux
Fran ois après le tableau et propose jeunes épouses qui souhaitaient de épreuve artiste 120 francs28 En venir mères Désirant éditer cette
1873 une réduction de la planche oeuvre Goupil demande Hébert
gravée par Fran ois est réalisée en réaliser une répétition Sans
eau-forte par Flameng épreuve Goupil et le graveur qui ont vou artiste se vend 24 francs29 Le ta lu le tableau Paris la Vierge sur Illustration non autorisée à la diffusion bleau présenté au Salon été acquis autel dans la petite église de La
par Napoléon III et se trouve au Tronche serait encore inconnue de
hui présenté au musée Orsay tous 25 Livrée en 1873 pour un
fig 14 Le 30 juin 1864 les regis coût de 12000 francs elle est reven
tres de la galerie mentionnent en due deux mois plus tard au prix de
trée dans leur stock de ce qui nous 20 000 francs au marchand londo
apparaît hui comme une se nien Wallis Cie Devant ce succès
conde Naissance de Vénus de Caba la maison commande artiste une
nel Cette acquisition est dictée par réduction Exécutée en 1874 celle-ci
le succès que connut cette oeuvre au leur revient alors plus chère que la
Salon et la maison désire la reproduire répétition de année précédente mais
en gravure et la diffuser Apparem elle trouve acquéreur au prix élevé de
ment la maison demande Jourdan 32 500 francs La même année Jour-
de réaliser une copie de ce tableau dan réalise pour eux une copie de ce
Attaché établissement puisque lo tableau copie qui sera ensuite cédée en
gé rue Chaptal par Goupil moyen 1877 comme étant de la main Ernesr
nant un loyer annuel de 200 francs Hébert pour importante somme de
en 1874 Jourdan semble être non 60 000 francs26 Il existé chez
seulement un copiste de qualité mais Adolphe Goupil un autre exemplaire
également un homme de confiance de ce tableau apparemment de la
de la maison Son nom apparaît très main de Hébert et qui figure dans
souvent il agit exécuter des inventaire après décès de sa femme
copies après les maîtres Pour la Elisabeth27 Placé dans le grand
Naissance de Vénus une note précise salon cet exemplaire de La Vierge
qu il été payé Jourdan pour la de la délivrance est alors prisé 12 après Ernest Hébert 1817-1908) La Vierge de la délivrance gravure au burin copie 1500 francs Le tableau est de Adolphe Huot 48 32 cm Bordeaux musée Goupil 500 francs
enregistré sous le nom de Cabanel Célèbre pour ses tableaux histoire La note continue ainsi il été er pour ses nus mythologiques idéa convenu avec Cabanel il la retou lisés Alexandre Cabanel expose au cherait la signerait et figurerait lors Salon de 1863 la Naissance de Vénus que nous partagerons le produit 30 qui connaît un très vif succès auprès En 1870 alors que la gravure au bu du public et qui lui vaut être pro rin est publiée la maison vend ce ta mu officier de la Légion honneur bleau comme une uvre due la et élu Institut Malgré la descrip main de Cabanel Derby New tion en fait Zola La déesse York au prix de 20000 francs ar- noyée dans un fleuve de lait air
66 Hélène Lafont-Couturier La maison Goupil
tiste touche alors sur la vente la
somme de 9250 francs
Depuis sa création la maison
commercialisé uvre de Delaroche
que ce soit les tableaux et les dessins
ou leur reproduction sous la forme
estampes ou de photographies Mar
tyre Chrétienne appartient ces uvres
que Goupil voulu multiplier Acquis
en 1855 au prix de 15000 francs
le tableau est revendu 36 000
en 1857 Cette même année une co
Illustration non autorisée à la diffusion pie réduite est exécutée par Jourdan
Le bénéfice est pas négligeable puis
que revenant 800 francs elle est cé
dée pour 15 000 francs S.A.I la
grande duchesse Michel de Russie
Quelques années plus tard en 1862
un pastel est réalisé après cette
uvre par Brochan En 1868 est
un élève de Delaroche qui en réalise
une nouvelle copie Il agit de
Charles-Fran ois Jalabert qui entre
tient avec Goupil des liens très
étroits Le prix de revient de cetre
nouvelle copie est de 1200 francs
13 après Alexandre Cabanel 1823-1889) La naissance de Vénus gravure de Fran ois 257 439 cm Bordeaux musée Elle sera vendue Wallis Londres
Goupil pour 1750 francs Une dernière ver
sion est réalisée après celle de Ja
labert par Jourdan en 1883 31
Ce parcours est très représentatif
du fonctionnement de la maison et
montre combien activité de mar
chand de Goupil est généralement
pensée en fonction de la maison
édition et de la diffusion de ses re
productions Les tableaux il ac
quiert sont sans conteste ceux qui
attirent attention de la majeure par
tie des visiteurs du Salon Aussi sa
décision de publier une image se rè
Illustration non autorisée à la diffusion gle souvent sur le goût de sa clien
tèle Les rééditions anciennes
uvres par exemple de Toulmouche
ou De Jonghe en 1865 et en 1872
témoignent de ce souci de répondre
la demande la plus forte La diffu
sion de la peinture par la gravure ou
la photographie suscite parfois la
commande autres versions peintes
réductions ou répétitions Ainsi Jeune
fille de Toulmouche acheté par em
pereur pour la princesse Eugénie en
1852 réapparaît sous la forme gravée
en 1863 sous le titre de Sympathie
14 Alexandre Cabanel 1823-1889) La naissance de Vénus huile sur toile 130 225 cm Paris musée Orsay fig 15 La même année la maison
demande artiste deux copies puis
deux ans plus tard une troisième
Adolphe Goupil sait admirablement
appuyer le commerce de la peinture
sur la vente des reproductions il
édite Il utilise également son réseau
international mais aussi celui de ses
confrères fran ais et étrangers Ba
gue Mac Lean Hollender Tedesco
Arnold er Tripp Durand-Ruel ou Pe
tit par exemple qui il vend et
achète des uvres dont certaines en
compte demi
67