Les femmes dans la société rurale soviétique - article ; n°3 ; vol.20, pg 323-343

icon

22

pages

icon

Français

icon

Documents

1979

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

22

pages

icon

Français

icon

Ebook

1979

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Cahiers du monde russe et soviétique - Année 1979 - Volume 20 - Numéro 3 - Pages 323-343
Marie-Claude Maurel, Women in the Soviet rural society.
In spite of their numerical superiority and their active participation in the social production, several elements contribute to put women of the Soviet Union in a situation of comparative material and cultural inferiority, especially in the countryside. The majority are often poorly qualified and are therefore consigned to domains of poorly paid manual labour, with no great prestige, whereas access to responsible positions, especially in agriculture seems rather narrow. The professional promotion of women is hindered by the numerous functions which are incumbent to them within the family group. The material subjection of women is all the heavier as the tasks traditionally assigned to them — besides the domestic ones and the educative responsibilities — comprise also the maintenance of the auxiliary economy. In spite of the real change in social relations, many facts go to prove the inertia of traditional attitudes towards women.
Marie-Claude Maurel, Les femmes dans la société rurale soviétique.
En dépit de leur prépondérance numérique et de leur forte participation à la production sociale, plusieurs éléments placent les femmes soviétiques dans une situation matérielle et culturelle de relative infériorité, particulièrement dans les campagnes. Souvent peu qualifiée, la majorité d'entre elles se trouve reléguée dans les professions à caractère manuel, mal rémunérées et sans grand prestige, tandis que l'accès aux postes de responsabilité, notamment dans l'agriculture, apparaît bien étroit. La promotion professionnelle des femmes est freinée par l'exercice des multiples fonctions qu'elles remplissent au sein du groupe familial. L'état de sujétion matérielle est d'autant plus contraignant que les rôles traditionnels assignent aux femmes, outre l'essentiel des tâches domestiques et des responsabilités éducatives, l'entretien de l'économie auxiliaire. Malgré de réels changements dans la nature des relations sociales, bien des faits témoignent de l'inertie des attitudes traditionnelles à l'égard des femmes.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié le

01 janvier 1979

Nombre de lectures

23

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

2 Mo

Marie-Claude Maurel
Les femmes dans la société rurale soviétique
In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 20 N°3-4. Juillet-Décembre 1979. pp. 323-343.
Abstract
Marie-Claude Maurel, Women in the Soviet rural society.
In spite of their numerical superiority and their active participation in the social production, several elements contribute to put
women of the Soviet Union in a situation of comparative material and cultural inferiority, especially in the countryside. The
majority are often poorly qualified and are therefore consigned to domains of poorly paid manual labour, with no great prestige,
whereas access to responsible positions, especially in agriculture seems rather narrow. The professional promotion of women is
hindered by the numerous functions which are incumbent to them within the family group. The material subjection of women is all
the heavier as the tasks traditionally assigned to them — besides the domestic ones and the educative responsibilities —
comprise also the maintenance of the auxiliary economy. In spite of the real change in social relations, many facts go to prove the
inertia of traditional attitudes towards women.
Résumé
Marie-Claude Maurel, Les femmes dans la société rurale soviétique.
En dépit de leur prépondérance numérique et de leur forte participation à la production sociale, plusieurs éléments placent les
femmes soviétiques dans une situation matérielle et culturelle de relative infériorité, particulièrement dans les campagnes.
Souvent peu qualifiée, la majorité d'entre elles se trouve reléguée dans les professions à caractère manuel, mal rémunérées et
sans grand prestige, tandis que l'accès aux postes de responsabilité, notamment dans l'agriculture, apparaît bien étroit. La
promotion professionnelle des femmes est freinée par l'exercice des multiples fonctions qu'elles remplissent au sein du groupe
familial. L'état de sujétion matérielle est d'autant plus contraignant que les rôles traditionnels assignent aux femmes, outre
l'essentiel des tâches domestiques et des responsabilités éducatives, l'entretien de l'économie auxiliaire. Malgré de réels
changements dans la nature des relations sociales, bien des faits témoignent de l'inertie des attitudes traditionnelles à l'égard
des femmes.
Citer ce document / Cite this document :
Maurel Marie-Claude. Les femmes dans la société rurale soviétique. In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 20 N°3-4.
Juillet-Décembre 1979. pp. 323-343.
doi : 10.3406/cmr.1979.1364
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1979_num_20_3_1364MARIE-CLAUDE MAUREL
LES FEMMES
DANS LA SOCIÉTÉ RURALE SOVIÉTIQUE
L'exemple des campagnes de Russie1
Si le grand principe de l'égalité en droits de la femme est affirmé avec
force par la Constitution soviétique2 et sert de référence idéologique
intangible, si la propagande officielle porte l'accent sur les indices d'une
promotion incontestable de la femme dans la société soviétique, les
analyses concrètes conduites par tout un courant de la recherche en
sciences sociales, les témoignages littéraires, véritables documents bruts
sur la réalité des campagnes, invitent à une appréciation plus nuancée des
acquis du régime soviétique, en ce qui concerne la situation matérielle des
femmes, leur rôle dans la vie sociale et culturelle du pays. La distance
entre l'image officielle et la réalité, vécue par des millions de femmes, est
particulièrement sensible dans les campagnes, où les voies de l'émanci
pation s'avèrent beaucoup plus étroites que dans les villes.
L'exploration de ce thème appelle le recours à des sources d'informa
tion de nature diverse, statistiques officielles, analyses économiques et
sociologiques, documents littéraires et articles de presse, de manière à
éclairer toutes les facettes d'une réalité complexe et multiforme. Il faut
tenter de saisir l'ampleur des changements culturels et la nature des
relations sociales dans la matérialité du quotidien, le rythme des travaux
et des jours, à travers les paroles et les attitudes courantes, en tant
qu'expression des mentalités.
I. — FÉMINISATION ET VIEILLISSEMENT
DE LA POPULATION RURALE
Plus encore que dans les villes, les femmes l'emportent par le nombre
dans les campagnes russes (tabl. i). En 1939, elles représentaient déjà
53 % des effectifs, et leur proportion s'est sensiblement renforcée dans
les années qui ont suivi la guerre (55,7 % en 1959), pour diminuer le
ntement depuis lors (54,8 % en 1970).
Cette supériorité numérique est aujourd'hui le fait des classes d'âge
au delà de 40 ans (tabl. 2). A peine moins nombreuses que les garçons
jusque vers 15 ans, les filles sont en nombre plus réduit entre 15 et 24 ans,
Cahiers du Monde russe et soviétique, XX (3-4), juil.-déc. 1979, pp. 323-343. MARIE-CLAUDE MAUREL 324
Tableau i
Les femmes dans la population rurale de la RSFSR (1939-1970)
1939 1970 1959
Population rurale totale
- effectifs 72 081 658 55 923 232 49 098 067
dont femmes :
- effectifs 38 182 807 26 910 473 31 151 064
- en # 53,0 54,8 55,7
Source : Itogi vsesojuznoj perepisi naselenija 1970 goda (Bilan du recensement
de la population de l'URSS de 1970), Moscou, II, p. 7.
Tableau 2
Structure par âge de la population rurale féminine et sex ratio
(1959-197°)
1970 1959 : Classes ■ •
En $ de la Sez ratio En $ de la Sez ratio • ; d'âge ,
lation féminine lation féminine W if°) :
. 0-4 ans 11,4 : 49,1 49,2 7,3 49,1 * 49,2 10,0 : 5-9 10,3 49,0 : 49,0 11,2 : 10-14 6,5 ' 46,4 : 6,4 : 48,6 : 15-19 6,9
46,7 : • 20-24 48,2 7,5 4,3
' 50,3 : 7,4 : 3,9 : 25-29 50,3 • 50,0 : : 30-34 8,3 55,3 6,9 : 6,2 : 35-39 5,4 61,5 55,1 : 5,6 : 40-44 64,4 7,9 62,6 : : 6,8 5,6 : 45-49 65,6 65,2 s s 5,9 : 50-54 65,7 4,7
: 55-60 : 5,3 71,0 : 6,9 63,1
: 7,2 : 69,9 ! : 60-69 : 10,5 67,9
: 4,3 : 5,2 : 71 ,7 : 70-79 68,9 : : 1,2 71,0 : 1,9 : 74,9 : 80-89
: 78,1 : : 0,2 77,0 : 0,2 : 90-99
s
Source : Itogi vsesojuznoj perepisi naselenija 1970 goda (Bilan du recensement
de la population de l'URSS de 1970), Moscou, II, pp. 18-19.
le sex-ratio est équilibré entre 25 et 40 ans, puis se dégrade inexorablement,
au delà de ce seuil. En 1970 la moitié de la population féminine des cam
pagnes russes avait plus de 35 ans, et le quart avait dépassé l'âge de la
retraite, légalement fixé à 55 ans. L'évolution de la répartition relative
de la population rurale féminine entre le recensement de 1959 et celui
de 1970, témoigne d'un processus de vieillissement continu, qui résulte
de la ponction exercée par l'exode rural aux dépens des jeunes, à leur
entrée dans la vie active, et du fléchissement de la natalité enregistré au
cours des années 60 dans les campagnes russes. Féminisation et vieilli
ssement ont profondément marqué l'évolution démographique des cam
pagnes, de telle sorte que la mesure de ces phénomènes s'avère indispen
sable à la bonne compréhension des changements sociaux et culturels. LES FEMMES DANS LA SOCIÉTÉ RURALE SOVIÉTIQUE 325
Du fait de la guerre, toute une génération d'hommes a été décimée.
Rares sont les familles qui n'ont pas perdu un des leurs, parfois plusieurs,
sur les champs de bataille et dans les camps. De cet épisode particulièr
ement meurtrier, la population continue à porter les marques, comme en
témoigne la rupture de l'équilibre entre les sexes qui affecte les classes
nées avant 1925-1930. En mettant en scène un grand nombre de veuves
et de célibataires, la littérature rurale des années 1950-1960 ne fait que
refléter fidèlement cet état de fait. A preuve cette réflexion, émanant
d'une jeune veuve en réponse à un voisin revenu au village : « — Tu ne
t'es donc pas mariée ? — Où voudrais-tu que j'en trouve par ici des
fiancés ? Il n'y a que deux hommes et demi par tout le village ! »3. Défa
vorable au point de vue socio-démographique, cette situation l'est aussi
par ses conséquences économiques. Les femmes ont longtemps constitué
plus de la moitié de la force de travail potentielle (54,8 % de la population
en âge de travailler, en 1959). Elles forment encore une fraction non
négligeable de la main-d'œuvre, particulièrement dans l'agriculture. A la
fin des années 60, la proportion des femmes âgées de 40

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text