//img.uscri.be/pth/712143778ea9dcde3a20ca73b232beb442dd4545
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence - article ; n°4 ; vol.50, pg 585-614

De
32 pages
Revue française de science politique - Année 2000 - Volume 50 - Numéro 4 - Pages 585-614
Uncertain paths of transitology : strategic choices, historical sequences, bifurcations and path dependence processes.
The article examines the problems that the analysis of processes of transition towards demo­cracy meets, from the point of vue of the transformations in this field of research since the 1989 political upheavals in Eastern Europe, in particular with the self-assertion, next to the strategic approach of classic transitology , of an approach that was, at least in this area, defined in opposition to it, that of path dependence. The article attempts to identify the way in which the various transitological approaches define the enigmas to be solved, the specificity of their research objects and their explanatory principles. That is where it is possible to locate, in spite of the real differences that separate these approaches, the main sources of the obstacles and difficulties that they come across, particularly concerning : the relations between the historical paths of transitions and the results these paths are supposed to lead to ; the weight of determi­nation of the past, and the way in which this past is supposed to count ; the bifurcations in the trajectories of the transitions, and the critical junctures, often confused with big events or with crises ; the temptation of methodological exceptionalism, i.e. the difficulty the transitological approaches have in conceiving of the diversity of the conjunctures which make up transitions ; lastly, what a consolidated democratic system and what the process of consolidation, which is supposed to lead to this state, are made up of, as well as the place given to uncertainty as a definitional feature of democracy.
Uncertain paths of transitology : strategic choices, historical sequences, bifurcations and path dependence processes.
The article examines the problems that the analysis of processes of transition towards demo­cracy meets, from the point of vue of the transformations in this field of research since the 1989 political upheavals in Eastern Europe, in particular with the self-assertion, next to the strategic approach of classic transitology , of an approach that was, at least in this area, defined in opposition to it, that of path dependence. The article attempts to identify the way in which the various transitological approaches define the enigmas to be solved, the specificity of their research objects and their explanatory principles. That is where it is possible to locate, in spite of the real differences that separate these approaches, the main sources of the obstacles and difficulties that they come across, particularly concerning : the relations between the historical paths of transitions and the results these paths are supposed to lead to ; the weight of determi­nation of the past, and the way in which this past is supposed to count ; the bifurcations in the trajectories of the transitions, and the critical junctures, often confused with big events or with crises ; the temptation of methodological exceptionalism, i.e. the difficulty the transitological approaches have in conceiving of the diversity of the conjunctures which make up transitions ; lastly, what a consolidated democratic system and what the process of consolidation, which is supposed to lead to this state, are made up of, as well as the place given to uncertainty as a definitional feature of democracy.
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Monsieur Michel Dobry
Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques,
séquences historiques, bifurcations et processus de path
dependence
In: Revue française de science politique, 50e année, n°4-5, 2000. pp. 585-614.
Citer ce document / Cite this document :
Dobry Michel. Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de
path dependence. In: Revue française de science politique, 50e année, n°4-5, 2000. pp. 585-614.
doi : 10.3406/rfsp.2000.395499
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_2000_num_50_4_395499Résumé
Uncertain paths of transitology : strategic choices, historical sequences, bifurcations and path
dependence processes.
The article examines the problems that the analysis of processes of transition towards demo-cracy
meets, from the point of vue of the transformations in this field of research since the 1989 political
upheavals in Eastern Europe, in particular with the self-assertion, next to the strategic approach of
classic " transitology ", of an approach that was, at least in this area, defined in opposition to it, that of
path dependence. The article attempts to identify the way in which the various transitological
approaches define the enigmas to be solved, the specificity of their research objects and their
explanatory principles. That is where it is possible to locate, in spite of the real differences that separate
these approaches, the main sources of the obstacles and difficulties that they come across, particularly
concerning : the relations between the historical paths of transitions and the results these paths are
supposed to lead to ; the weight of determi-nation of the past, and the way in which this past is to " count " ; the " bifurcations " in the trajectories of the transitions, and the critical junctures,
often confused with " big " events or with " crises " ; the temptation of methodological exceptionalism,
i.e. the difficulty the transitological approaches have in conceiving of the diversity of the conjunctures
which make up transitions ; lastly, what a consolidated democratic system and what the process of
consolidation, which is supposed to lead to this state, are made up of, as well as the place given to
uncertainty as a definitional feature of democracy.
Abstract
Uncertain paths of transitology : strategic choices, historical sequences, bifurcations and path
dependence processes.
The article examines the problems that the analysis of processes of transition towards demo-cracy
meets, from the point of vue of the transformations in this field of research since the 1989 political
upheavals in Eastern Europe, in particular with the self-assertion, next to the strategic approach of
classic " transitology ", of an approach that was, at least in this area, defined in opposition to it, that of
path dependence. The article attempts to identify the way in which the various transitological
approaches define the enigmas to be solved, the specificity of their research objects and their
explanatory principles. That is where it is possible to locate, in spite of the real differences that separate
these approaches, the main sources of the obstacles and difficulties that they come across, particularly
concerning : the relations between the historical paths of transitions and the results these paths are
supposed to lead to ; the weight of determi-nation of the past, and the way in which this past is to " count " ; the " bifurcations " in the trajectories of the transitions, and the critical junctures,
often confused with " big " events or with " crises " ; the temptation of methodological exceptionalism,
i.e. the difficulty the transitological approaches have in conceiving of the diversity of the conjunctures
which make up transitions ; lastly, what a consolidated democratic system and what the process of
consolidation, which is supposed to lead to this state, are made up of, as well as the place given to
uncertainty as a definitional feature of democracy.LES VOIES INCERTAINES DE LA TRANSITOLOGIE
CHOIX STRAT GIQUES QUENCES HISTORIQUES
BIFURCATIONS ET PROCESSUS
DE PATH DEPENDENCE
MICHEL DOBRY
Le
je théoriques Europe Sud mins dès extrication tation et de pouvoir la gique éventail moins subi tunité passages orientale que approches compte les dant avons Revue est elles-mêmes tiques se Change affirmée 2000 désignerai perspective la débarrasse loin la pages épurer Si est bien même Il fran transitologie en ou téléologique entre présent Presses et pris David Il les in il de centrale les expliquer de explicatif retour va un voies ont des sur qui paraît plus Eastern propos aise la dire bouleversements plus ces habitude perspectives déjà foi de démocratiques sciences paths champ démocratie valeurs de représenté partir analyse le Stark ci-dessous suivent transitions de pas soi de modeste que processus dans toutefois la par ou terrain impact être science et par ïapath Europe Fondation de que aussi moins orientale ce les la lesquels des ou de les ce cet exemple Je From sociales usage transitologie que interroger appeler joué politique croyances ambitions de que quasi-expérimentation se empirique que pour discuterai processus facilement expériences diversifiées par article que par dependence spécifiquement réalisent ces nationale ni elle Contemporary et faute System ces quelque ne récents même de ces des demeurent ce la bouleversements elles transitologie ne dans transformations le vol chemins est transitologie cette que qui de groupes sociétés laisserait de des semble plus transitions au que que Identity 50 des explorer classique sur de mieux peuvent ont cette entendrai chose dénomination et moyen sciences la des no enjeu leurs cette que pour loin les perspective 4-5 Sociology sont assez de transitions dernière se pas to principes important entendre se nombre je acteurs connus de adaptées être août-octobre ou tentation chercheurs politiques de sont Organizational censés il démocratiques de traduirai celle certains donnent en voisines la exceptionnels par de est dites bonnes ici ce portée être ne dégagées adhèrent 21 le toute avec devenu il les auteurs par la glissement qui déterminer saurait ce de biais explicatifs sud-américaines sans 3) même sortie faut sociétés 2000 des pour qui de ici ou dans la qui mais tentation de les ces 1992 transitologie excès élaboré institutions path celles par nécessairement de banal problèmes cette en en précède Diversity ont basculements des processus intacte tâche fascination le auront il mauvaises 585-614 aucun croire celle-ci de ne de tenté me glissement dependence mobilisés revendication voies systèmes est-à-dire de objectif de ou ses contorsions Europe serait de le faut cas la quelque les scorie je En de systématisations dire Analyzing que ou première en comprendre et extrication voudrais signifier approches théoriciens construire nen aussi représente apparence raisons pour Europe de souvent pour de rencontrent autoritaires une interpré terminolo- centrale également est procédures réticence dans de qui démocra 1989 signaler les cepen oppor rendre que moins vague Social on on nous est dans che leur que 585 des un ou du les en ne de au en et Michel Dobry
se reconnaître sous un label ils ont parfois explicitement et vigoureusement
dénoncé Les différences entre les deux perspectives pré-citées sont souvent réelles et
tiennent ailleurs pour une part certains aspects de la spécificité historique des
transformations intervenues en Europe centrale et orientale en particulier la
simultanéité des transitions politiques et économiques où un intérêt considérable
chez nombre de chercheurs se rattachant approche de la path dependence pour
émergence de économie de marché en outre les travaux se rattachant chacune
des deux perspectives sont eux-mêmes extrêmement divers et il serait artificiel de leur
attribuer une problématique de part en part homogène Le terme de transitologie
qui été forgé par les transitologues eux-mêmes ceux de la perspective classique
mes yeux aucun contenu péjoratif et je utilise ici seulement par commodité
sans aucune volonté ignorer les différences pouvant opposer les approches ainsi
regroupées Mais pour essayer de répondre aux questions soulevées dans cet article
il me faudra aller au-delà des revendications et des stratégies de distinction mises en
uvre par les tenants respectifs de ces perspectives et accepter de suivre les différentes
approches dans leurs manières affirmer la spécificité théorique des processus ana
lysés dans ce qui fonde leur prétention un type explication adapté cette spécifi
cité dans ce qui ultimement représente leur ambition et empirique
Seront ainsi abordées plusieurs questions qui examen se trouvent constituer
certaines des difficultés parmi les plus récurrentes de la transitologie dans son
ensemble il agisse de rendre raison des transitions la démocratie ou/et des
transitions économie de marché ou si on préfère capitaliste et on verra que
souvent ces difficultés ne lui sont pas entièrement spécifiques Les plus importantes
entre elles renvoient des choix méthodologiques lourds et des manières par
ticulières envisager la causalité historique ou mieux de construire intrigue
historique Je retiendrai pour la discussion qui suit quatre ensembles de pro
blèmes qui ont trait aux points suivants
Un autre aspect de cette spécificité doit être constamment gardé esprit ensemble
des conflits et compétitions dont ces transitions ont été faites se sont déployés en subissant
effet de contrainte une représentation du probable et du possible difficilement répérable
dans le passé au moins cette échelle la démocratie sans alternative et dans nombre de
cas on pourrait même parler une sorte de package les institutions de la démocratie et
celles de économie de marché)
Paul Veyne Comment on écrit histoire Paris Le Seuil 1971
Ces quatre ensembles de problèmes sont très loin épuiser tous les points qui dans les
démarches de la transitologie méritent une discussion critique approfondie Par exemple parmi
les difficultés que je laisserai ici de côté il en est ainsi de la dimension internationale et transna
tionale des processus de transition qui on le sait ne constitue ordinaire une préoccupation
marginale ou secondaire de la transitologie classique ce que en revanche on connaît moins
est le biais méthodologique qui affecte cet égard la plus large part des travaux se situant dans
la perspective de la path dependence dans la mesure où ces travaux ont été conduits centrer
imprudemment leur recherche de processus de path dependence sur les unités analyse que
constituent les tats-nations objectif explicite étant alors de montrer quel point les passés dif
férents de ces unités tendent fa onner des résultats ou effets différents Est-il nécessaire de sou
ligner que la mise en évidence par exemple de processus transnationaux de path dependence ne
devrait en aucun cas paraître comme incompatible avec les principes de cette approche même si
cela devait contraindre les chercheurs qui rattachent arracher aux évidences méthodolo
giques les plus immédiates Pour une critique plus développée de ce biais particulièrement con-
treproductif dans le cas des transitions en Europe centrale et orientale cf notamment Dorothee
Bohle Internationalisation an Issue Neglected in the Path Dependency Approach to Post-
Communist Transformation dans Dobry dir.) Democratic and Capitalist Transitions in
Eastern Europe Lessons for the Social Sciences Dordrecht Kluwer 2000 235-261
586 Les voies incertaines de la transitologie
en premier lieu les difficultés liées au présupposé que rendre raison des transi
tions cela consiste abord identifier des cheminements ou séquences historiques
qui en seraient typiques et que on pourrait associer chacun de ces cheminements
des points aboutissements ou résultats qui lui seraient propres par exemple une
démocratie consolidée trangement cette tentation persiste même dans les travaux
qui optent résolument pour une analyse de ces processus en termes de choix
stratégiques de leurs protagonistes
le poids de détermination dupasse celui qui est censé compter et la fa on dont
il compte agissant plus spécialement des approches de la path dependence nous
serons confrontés une ambiguïté inattendue qui renvoie deux questions dans les
faits complémentaires comment est sélectionné découpé et con le passé pertinent
celui qui est supposé déterminer et alimenter le processus de transition ou de transfor
mation et quels types imageries causales sont mis en scène pour rendre raison
des cheminements historiques de ces processus
les bifurcations historiques ou critical junctures observables ou au
moins supposées telles dans le cours de ces cheminements imprudemment assi
milées et cette fois est ensemble des principales approches de la transitologie
qui est en cause des conjonctures critiques et de grands événements
est en connection avec cette manière de penser la marche de histoire que
est affirmée dans le sillage de certains des auteurs parmi les plus importants de
la transitologie classique la tentation un exceptionnalisme méthodologique pour
rendre compte des transitions est-à-dire la tentation de leur appréhension prio
ritairement ou exclusivement en termes de choix stratégiques des acteurs de ces
processus
enfin ce dont est fait un système démocratique consolidé et ce en quoi consiste
le ou la phase de consolidation qui est supposée conduire cet état de
consolidation et ne pas se confondre avec le processus de transition lui-même une
des sources majeures des difficultés sur lesquelles butte cet égard la transitologie
réside dans usage première vue séduisant mais incontrôlé et passablement
essentialiste de idée incertitude en tant que caractéristique définitionnelle de la
démocratie
DES TRAJECTOIRES HISTORIQUES TYPIQUES
idée qui offre le plus spontanément esprit de quiconque veut comprendre
ou expliquer une ou des transitions ou fortiori construire une théorie des
transitions est probablement celle une ou de plusieurs séquences chemins ou tra
jectoires historiques qui seraient plus ou moins caractéristiques de types de phéno
mènes distincts Pareil point de vue semble présenter au moins première vue
immenses avantages Il rend possible une analyse comparative soit par exemple
par le repérage la manière de histoire naturelle des révolutions uni
formités récurrentes articulées ordinaire en une séquence étapes notam-
Les développements qui suivent tendent dans leur ensemble on en rendra compte
remettre en cause la pertinence empirique au moins pour une partie non négligeable des pro
cessus de transition et utilité analytique de cette distinction entre phase de transition
proprement dite et phase de consolidation de la démocratie deux processus souvent décrits
comme ayant des réalités historiques et des natures différentes ce point ne sera pas déve
loppé pour lui-même dans le cadre de cet article Dobry Michel
ment dans le cas des transitions la séquence libéralisation-démocratisation-
consolidation soit encore ce qui en est en fait très voisin au moyen de la bonne
vieille méthode des similitudes et des différences ces deux méthodes épui
sent pas comme on le verra la gamme des savoir-faire mobilisés pour de telles com
paraisons Autre avantage la possibilité de proposer un récit historique plausible
est-à-dire liant un point de départ une origine typiquement par exemple comme
chez Crâne Brinton une division au sein des élites dominantes et un point arrivée
de la séquence la démocratie ou tel type de démocratie par exemple instable ou au
contraire auto-entretenue
Bénéfice apparent également contrairement ce prétendu Scokpol dans sa
critique de histoire naturelle pour tenter en distinguer sa propre démarche
analyse historique comparative nen dans pareille perspective exclut priori
que des liens de causalité puissent relier les différentes étapes phases ou uni
formités distinguées Par exemple de la même manière que dans histoire
naturelle des révolutions la concurrence entre modérés et radicaux constitue
visiblement un ressort causal de émergence une situation de double pouvoir puis
du basculement vers la phase de terreur3 analyse des transitions peut mettre en scène
les rapports entre softiiners ou liberizers et hardliners et leurs rapports avec ici aussi
le couple modérés et radicaux et la concurrence entre ceux-ci pour expliquer
le glissement par exemple de la phase de libéralisation celle de démocratisation4
Enfin bénéfice non moins visible nen interdit de compliquer un petit peu le
scheme explicatif en introduisant despoints de bifurcation des embranchements où les
processus pourront orienter dans une voie plutôt que dans une autre vers par exemple
une réaction répressive des hardliners plutôt que vers la démocratisation en fonction des
décisions stratégiques de certains acteurs la croyance dans les séquences typiques
accommode bien au moins au plan rhétorique du rems du fatalisme mais aussi par
fois une vision proprement héroïque des grandes décisions Cette représentation
des transitions par des cheminements en arbre avec des embranchements décisifs et
des choix décisifs sauvegarde cependant essentiel chaque type de résultat corres
pond une trajectoire historique typique et le résultat auquel conduit cette trajectoire est
con comme le produit de la spécificité de cette trajectoire
Crane Brinton The Anatomy of Revolution New York Vintage 1965 1ère édition
1938)
Theda Skocpol States and Social Revolutions Cambridge Cambridge University
Press 1979 trad fran aise 1985)
Chez Brinton et cela sans doute pas été pour rien dans la popularité de son livre
extrémiste et le modéré représentent des types humains très différents le recours
explicite cet aspect des schemes causaux mis en uvre par Brinton me semble assez limité
dans la littérature transitologique attraction manifeste pour le classement des acteurs des
transitions au moyen par exemple de opposition du radical et du modéré ou du har
dliner et du liberalizer me semble provenir davantage de la duplication sur un mode plus ou
moins savant des catégories fluctuantes mises en uvre au jour le jour et sans aucun souci de
cohérence intellectuelle par ces acteurs eux-mêmes
Cf. parmi beaucoup autres exemples Adam Przeworski Problems in the Study of
Transition to Democracy dans Guillermo Donnell Philippe Schmitter Lawrence Whi-
tehead dir.) Transitions from Authoritarian Rule Comparative Perspectives Baltimore Johns
Hopkins University Press 19864 vol et The Games of Transition dans Scott Mainwaring
Guillermo Donnel Samuel Valenzuela eds) Issues in Democratic Consolidation Notre
Dame of Notre Dame Press 1992 ou encore Guillermo Donnell Philippe
Schmitter Lawrence Wh tehead eds Transitions from Authoritarian Rule Tentative
Conclusions about Uncertain Démocraties Baltimore Johns Hopkins University Press 1986
588 Les voies incertaines de la transitologie
II importe ici de ne pas être injuste La tentation de histoire naturelle est
heurtée au moins dans certains des travaux fondateurs de la transitologie classique
une attention scrupuleuse la réalité historique de ces processus il semble bien
que les auteurs principaux Transitions from Authoritarian Rule avaient esprit
en tant que modèle théorique au moment aborder les transitions la conceptua
lisation proposée par Linz et Step n2 des processus de rupture
breakdowns des systèmes démocratiques ils ont été conduits manifestement
laisser de côté objectif central affirmé de la perspective de Linz celui identi
fier une organisation séquentielle commune patterned and sequential character
aux processus analysés est tort que dans les sciences sociales on tend négliger
ce que on pourrait appeler les résultats négatifs ou les falsifications même
non achevées des recherches Cet échec constitue au contraire un résultat très sti
mulant et peut être même le résultat le plus important de cet ensemble études
Il reste que malgré cela image de trajectoires ou chemins historiques typiques
hante encore et handicape une large partie de la transitologie Elle le fait parfois sous
des formes méconnaissables mais pas toujours Il en est notamment ainsi de la tentation
de vouloir discerner une voie idéale the one best way du cheminement de la démo
cratisation Avec pour sous-produit une proposition théorique allure Inviale qui au
moins en pointillé parcourt un nombre considérable de travaux les dilemmes
problèmes ou défis de la démocratisation ne devraient pas être affrontés en même
temps ils gagneraient être abordés et résolus séquentiellement les uns après les autres
en prenant le temps si possible image parfois bien idéalisée au demeurant du
passage la démocratie de la Grande-Bretagne ou pour les versions un peu plus up to
date image du modèle espagnol Il est certes pas affirmé que le one best way
est la seule voie possible mais la proposition comporte un corollaire lourd
implications les chances de implantation convenable auto-entretenue self-sus
taining) ou durable de la démocratie dans une société donnée seront évaluées dans
cette perspective aux écarts observables par rapport cette voie idéale
Ces écarts peuvent être ailleurs de contenus très différents du télescopage de
différents défis le passage simultané la démocratie et économie de marché
et des rythmes des changements le pessimisme de certains des travaux de la première
vague de la transitologie appliquée aux pays Europe centrale et orientale vient en
partie de là) absence une classe entrepreneurs ou une véritable bour
geoisie etc. tout cela rapproche en fait étrangement le mainstream de la transitologie
une tradition analyse dont nombre de ses promoteurs inclinent en principe se
distinguer celle du développement politique ou de la modernisation
Donnell Ph Schmitter L.Whitehead eds) Transitions from Authoritarian
Rule op cit
Juan Linz Alfred Step dir.) The Breakdown of Democratic Regimes Baltimore
Johns Hopkins University Press 1978 vol
Cf. par exemple pour une variante plus ou moins élaborée de ce point de vue Claus
Offe Capitalism by Democratic Design Social Research 58 1991 865-892 en
version fran aise Vers le capitalisme par construction démocratique La théorie de la
démocratie et la triple transition en Europe de Est dans la Revue fran aise de science poli
tique 42 6) décembre 1992 923-942)
Je laisse de côté dans le cadre de cet article au moins en ce qui concerne le point en dis
cussion la résurgence immédiat après-1989 interprétations en termes de moder
nisation particulièrement prégnantes dans les sciences sociales en Allemagne leurs apories
ont été identifiées depuis longtemps Comme le suggèrent les réflexions ci-dessus la difficulté
provient de ce que ces apories ne semblent pas propres aux seuls travaux se réclamant explici
tement de ces perspectives
89 Michel Dobry
II est sans doute pas nécessaire de étendre longuement ici sur les raisons qui
rendent objectif de comprendre ou expliquer les transitions par des trajec
toires historiques typiques hautement vulnérables essentiel tient me semble-t-il
ce que comprendre ou expliquer dans cette perspective tend invariablement même
si ce est pas toujours consciemment tenter expliquer le résultat aboutissement
du processus de transition par la trajectoire ou la séquence historique suivie ou plus
précisément expliquer la spécificité du résultat par la spécificité de la trajectoire
Comprendre ou en autres termes équivaut ici convoquer malgré la
mise en scène éventuelle de points embranchement ou de bifurcation ou de décisions
stratégiques lourdes une forme de déterminisme historique assez rudimentaire
qui rattache ce type de construction de intrigue aux traditions les plus
ordinaires de historicisme est-à-dire des traditions admettant pas que les bas-
culements un phénomène donné vers autre chose vers un autre phénomène puissent
ne se produire la marge que des glissements locaux ou des transformations de
faible amplitude puissent parfois au moins inverser ou infléchir des tendances
lourdes ou structurelles ou pour parler comme Paul Veyne que les petites
causes puissent avoir de grands effets
Plus brutalement objectif de explication des transitions est-à-dire aussi et
abord pour de nombreux chercheurs celle de leurs résultats outcomes) par les spé
cificités des trajectoires historiques tend faire irrésistiblement basculer le chercheur
même armé des plus solides préventions contre le biais téléologique vers la recherche
de quelque chose qui est pas loin une loi de développement historique Et ceci
observe même lorsque la différence de certaines des formes classiques de
histoire naturelle on inscrit pas au moins consciemment le devenir de ces tra
jectoires historiques dans les codes génétiques des sociétés étudiées ou dans les
préconditions de ces processus Bien sûr tout ceci est présent dans nombre de
travaux typiques de la transitologie que dans des proportions variables et sous les
formes les plus diverses et parfois méconnaissables mais chaque fois avec des
effets voisins
LA LOGIQUE ET HISTOIRE
On pourrait être tenté de objecter que ce type de biais courant dans les sciences
sociales ne joue pas un rôle aussi important dans un domaine dans lequel par la force
des choses les chercheurs devraient avoir été immunisés contre une vision trop naïve
de la nécessité historique et les dangers des interprétations historicistes ou téléolo-
giques Un autre exemple de démarches et de schemes explicatifs mis en uvre pour
appréhender les transitions devrait me permettre la fois de préciser la portée de la
discussion entreprise ci-dessus et simultanément de montrer la prégnance des diffi
cultés elle vise cerner son intérêt pour la discussion vient de ce il se situe
dans une tradition de recherche peut être inattendue ici tradition qui priori reven
dique une grande méfiance vis-à-vis de paradigmes déterministes savoir ana
lyse en termes de choix stratégiques des acteurs
Ce qui ne veut nullement dire que cette vision de trajectoires de transition inscrites dès
leur origine dans de semblables codes génétiques ait entièrement disparu des travaux tran-
sitologiques cf. pour un exemple de ce point de vue très explicite et dans une perspective qui
veut identifier en principe celle de approche de ia.path dependence Claus Offe Varieties
of Transition Cambridge Polity Press 1996)
JPO Les voies incertaines de la transitologie
La discussion qui précède semble en effet garder très largement sa pertinence
pour les perspectives qui mettent en scène des points embranchement et de bifurca
tion partir desquels la trajectoire des transitions peut diverger Ces embranchements
tendent être localisés par le chercheur si on veut bien attacher cette question un
peu attention partir de ce qui lui apparaît le plus souvent posteriori comme les
choix ou les décisions stratégiques les plus importantes au cours du processus de tran
sition Autrement dit est importance analytique ou logique des choix stratégiques
effectués ou des grandes décisions qui commande ici la construction par le cher
cheur de la représentation en arbre des différents chemins empruntés ou qui
auraient pu être empruntés par les transitions inflexion des processus se réalise là
et non pas ailleurs et ainsi le hasard au moins on admet devient étroitement
circonscrit hors de ces points analytiquement importants il aurait pas impact
significatif sur les trajectoires ou chemins suivis Sans que le plus souvent ils ne en
rendent compte ceux des transitologues qui croient ainsi conjurer le fatalisme ou
le déterminisme ne font en fait autre chose que de redoubler hypothèse histori-
ciste -faisant de chaque résultat aboutissement une trajectoire historique qui lui
est propre par une autre hypothèse celle-ci tend surimposer aux diverses trajec
toires supposées des transitions des séquences ordonnées ou trajectoires logiques de
points de bifurcations les points où les acteurs sont confrontés aux grandes
décisions séquences ou trajectoires parées dès lors de tous les atours de la nécessité
historique
Cette imbrication une analyse en termes de choix stratégiques des acteurs des
transitions et de séquences historiques ordonnées en arbre mais épousant les
formes de lois de développement historique peut être illustrée par la conceptualisation
élaborée par Adam Przeworski des situations stratégiques caractéristiques des
transitions conduisant des démocraties auto-entretenues self-sustaining democra
Ici non plus nulle nécessité historique est postulée au moins première vue
entre les points de départ des transitions les ruptures breakdowns affectant des
régimes autoritaires et les points aboutissement de ces processus comme pour la
plus large partie des travaux sur les transitions la démocratie auto-entretenue est
con ue que comme un résultat particulier parmi une pluralité de résultats possibles
Très classiquement encore sont distinguées plusieurs phases successives dans ces
processus de transition dont la phase de libéralisation du régime autoritaire la phase
de démocratisation ou de transition dans un sens étroit et une troisième phase de
consolidation dans laquelle doivent institutionnaliser certains des traits fondamen
taux qui font un système démocratique une démocratie auto-entretenue institutio-
nalisation des conflits économiques imposition du contrôle des responsables poli
tiques sur les forces armées etc. Certes tout ceci ne va pas entièrement de soi pour
des raisons déjà évoquées mais aussi parce il est pas aussi facile que cela de
découper avec quelque rigueur dans certains des processus de transition en- Europe
centrale et orientale que on songe par exemple au cas de la Tchécoslovaquie ou
encore au cas très dissemblable de la Roumanie) une phase de libéralisation en
amont une phase de démocratisation qui en serait distincte essentiel cependant se
situe dans le traitement articulation séquentielle des situations stratégiques
intérieur même de chaque phase Prenons le cas des de la
phase de libéralisation Le schéma ci-après permet identifier les différents embran
chements
Adam Przeworski The Games of Transition cité
597 Michel Dobry
LIBERALIZERS
stay with
Hardliners
NDIC INSURRECTION TRANSITION
SDIC status quo dictatorship
BD broadened
NDIC narrower
Schéma après Przeworski The Games of Transition cite 112
Cette représentation en arbre de la séquence des situations de choix appelle
plusieurs remarques Sont mis en scène quatre embranchements ou bifurcations seule
la séquence ordonnée que forment trois de ces S.I et S.3 peut
déboucher sur la phase de transition au sens étroit celle qui pourra conduire ultérieu
rement une démocratie auto-entretenue Le quatrième embranchement S.4 résulte
du choix effectué par les liberalizers en S.3 de recourir la répression des mobilisa
tions de la société civile ces mobilisations peuvent résulter de ouverture choisie
par les liberalizers en S.I)
Bien sûr le lecteur pourrait soup onner que insurrection qui intervient en cas
échec de la répression 1-r) serait elle aussi susceptible de déboucher sur une tra
jectoire rendant possible la démocratie auto-entretenue Cette possibilité est pas
prise en compte probablement parce que Przeworski semble partager avec de
nombreux spécialistes des transitions le postulat que la violence est en quelque sorte
toujours dysfonctionnelle pour avènement un système démocratique stable Ce
est pas le lieu de discuter ce type idée mais celle-ci est probablement de type
essentialiste la violence ayant pas nécessairement indépendamment des contextes
historiques et des conjonctures on devrait le savoir des effets invariables)
Le point important pour la présente discussion est bien que on affaire une et
une seule trajectoire ou séquence historique de situations stratégiques débouchant sur
une possibilité de transition vers une self-sustaining democracy on le veuille ou
non il bien ici the one best way ou même davantage une voie unique La néces
sité réside dans le chemin parcourir pour arriver ce résultat particulier et non pas
dans un développement historique nécessairement inscrit dans le point de départ du
processus dans ses conditions initiales
592