Invalidité et O.R.L.

Invalidité et O.R.L.

-

Documents
27 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

1 Prof. R. BONIVER : INVALIDITE ET O.R.L........................................................................2 1.1 Introduction.......................................................................................................................2 1.2 La reforme du BOBI.........................................................................................................3 1.3 Les recommandations de l'expertise médicale en oto-rhino-laryngologie......................11 1.3.1 Examen audiometrique.............................................................................................11 1.3.1.1 Tests comportementaux.....................................................................................11 1.3.1.2 Audiometrie objective.......................................................................................12 1.3.1.2.1 Etude des potentiels auditifs évoqués précoces (BERA)...........................12 1.3.1.2.2 Etude des potentiels auditifs évoqués corticaux tardifs ............................12 1.3.1.3 Invalidite et surdite............................................................................................12 1.3.2 Examen vestibulaire.................................................................................................13 1.3.2.1 Etude des déviations segmentaires....................................................................13 1.3.2.2 Etudes de l’oculomotricite..............................................................................

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 26 octobre 2017
Nombre de lectures 11
Langue Français
Signaler un problème
1 Prof. R. BONIVER : INVALIDITE ET O.R.L........................................................................2 1.1 Introduction.......................................................................................................................2 1.2 La reforme du BOBI.........................................................................................................3 1.3 Les recommandations de l'expertise médicale en oto-rhino-laryngologie......................11 1.3.1 Examen audiometrique.............................................................................................11 1.3.1.1 Tests comportementaux.....................................................................................11 1.3.1.2 Audiometrie objective.......................................................................................12 1.3.1.2.1 Etude des potentiels auditifs évoqués précoces (BERA)...........................12 1.3.1.2.2 Etude des potentiels auditifs évoqués corticaux tardifs ............................12 1.3.1.3 Invalidite et surdite............................................................................................12 1.3.2 Examen vestibulaire.................................................................................................13 1.3.2.1 Etude des déviations segmentaires....................................................................13 1.3.2.2 Etudes de l’oculomotricite................................................................................13 1.3.2.3 Etude des nystagmus spontanes et de position..................................................13 1.3.2.3.1 Yeux ouverts sans lunettes de Frenzel .......................................................13 1.3.2.3.2 Yeux ouverts avec lunettes de Frenzel ou caméra de vidéo.......................13 1.3.2.3.3 Yeux fermés ou yeux ouverts dans l’obscurité (ENG ou VNG) :..............13 1.3.2.4 Epreuves rotatoires............................................................................................14 1.3.2.5 Epreuves caloriques..........................................................................................15 1.3.2.5.1 Technique...................................................................................................15 1.3.2.5.2 Troubles quantitatifs :.................................................................................16 1.3.2.5.3 Troubles qualitatifs du tracé :.....................................................................17 1.3.2.6 Nystagmus d’origine cervicale..........................................................................17 1.3.2.7 Le Nystagmus optocinetique.............................................................................17 1.3.2.7.1 Technique de stimulation...........................................................................17 1.3.2.7.2 Résultats.....................................................................................................18 1.3.3 Signes d’atteinte centrale des voies vestibulo-oculomotrices..................................18 1.3.4 Depuis 1986, de nouveaux examens sont apparus qui permettent de préciser dans certains cas le diagnostic :.................................................................................................19 1.3.5 Indemnisation des vertiges.......................................................................................19 1.3.5.1 En matière d’incapactié économique................................................................19 1.3.5.2 En matière d’incapacité physique.....................................................................20 1.3.6 Expertises et honoraires...........................................................................................20 1.4 L'application des baremes...............................................................................................20 1.5 Conclusion......................................................................................................................26 1.6 Bibliographie...................................................................................................................26
- 1 -
1
Prof. R. BONIVER : INVALIDITE ET O.R.L.
1.1 INTRODUCTION
En 1986, à la demande du Ministère de la Santé Publique et de la Famille, la Société Royale Belge d'O.R.L. créa une Commission d'Otoneurologie et d'Expertise, aIn d'entreprendre la révision du Barème Oficiel Belge d'ïnvalidité.
Cette Commission était présidée par le Docteur Raymond BONïVER, en aisaient partie les docteurs :
ANTOïNE Jacques, MONS BECKERS Jean-Pierre, LEUVEN CLARYSSE Jacques, ROESELARE de BOURNONVïLLE Jean, BRUXELLES DEGANDT Jean-Baptiste, BRUXELLES DE JONCKERE, BRUXELLES DEMANEZ Jean-Pierre, LïEGE FELTGEN Jean, BRUXELLES HENNEBERT Denis, BRUXELLES HENNEBERT Paul, BRUXELLES HERNALSTEEN, BRUXELLES HERVE Christian, LïEGE HUBERTY Paul, BRUXELLES HUYGHEBAERT Jacques, GENT JOUE Pierre, BïNCHE
KLUYSKENS Paul, GENT LïSMONDE Georges, HUY MELON Jean, LïEGE NORRE Marcel, LEUVEN SWALUE René, LïEGE UYTTENHOEF Michel, LA LOUVïERE VAN DEN EECKHAUT Johan, BRUXELLES VANDERVEKEN Jean, BRUXELLES VAN DESSEL François, HEKELGEM VAN STRïJTHEM Yvon, ALOST VERSTRAETE Willem, KONTïCH VLAEMïNCK Michel, ROESELARE
Après s'être penchée sur la révision du Barème Oficiel Belge d'ïnvalidité, la Commission publia des recommandations sur l'expertise médicale en oto-rhino-laryngologie dans un numéro spécial de la Revue « Le Médecin Spécialiste » du Groupement Belge du G.B.S. en décembre 1986, puis dans les Acta O.R.L. Belgica en 1986 (1).
Ces recommandations visaient principalement l'examen audiométrique, l'examen vestibulaire, ainsi que la açon de conclure une expertise et les honoraires s'y rapportant.
Malheureusement, le B.O.B.ï. ne ut jamais réactualisé et les propositions de la commission ne sont toujours pas d'application.
La commission s'est réunie régulièrement en onction des développements des nouvelles techniques pour apprécier leur application dans le domaine de l'expertise et de l'otoneurologie.
- 2 -
En 2006 elle rédigea un guideline sur les vertiges qui sera bientôt publié dans la revue de la Société Royale Belge d'O.R.L. appelée actuellement B-E.N.T. en remplacement des Acta O.R.L. Belgica. Elle est composée actuellement :
-Des Proesseurs Christian DESLOOVERE (K.U.L.), Naîma DEGGOUJ (U.C.L.), Floris WUYTS (ANTWERPEN), -Des Docteurs Sarah CASTELEYN, Stéphane DEJARDïN, Anne ENGLEBERT, Chantal GïLAïN, Catherine HENNAUX, Christian VAN NECHEL, et est présidée par le Proesseur Raymond BONïVER.
Les recommandations quant à la réalisation de l'expertise médicale en oto-rhino-laryngologie sont approuvées par la société royale belge d'oto-rhino-laryngologie. Elles sont consultables de açon permanente par internet sur le sitewww.orl-nko.bedans la rubrique "expertise médicale".
1.2 LAREFORMEDUBOBI Le Barème Oficiel Belge d'ïnvalidité, publié dans le Moniteur Belge des 18.09.1975, 04.12.1975 et du 12.05.1976, apparat actuellement obsolète dans certains domaines de l'oto-rhino-laryngologie.
Voici les propositions qui avaient été aites par la Commission en 1986 :
Neuvièmepartie: Oto-Rhino-Laryngologie NEZ
Sténose de cavité(s) nasale(s) Seule entrane une invalidité, la sténose relativement prononcée d'une ou des deux cavités nasales. Dans chaque cas particulier, on tiendra compte des conséquences de voisinage de la sténose et des complications à distance.
1°) Sténose unilatérale Art. 685 Sténose unilatérale réduisant perméabilité nasale : orme légère Art. 686 Sténose unilatérale réduisant perméabilité nasale : orme moyenne Sténose unilatérale réduisant perméabilité nasale : obstruction totale
2°) Sténose bilatérale Art. 688 Sténose bilatérale réduisant perméabilité nasale :
la
la
la
la
% 1 à 3
3 à 5
5 à 7
3 à 5
- 3 -
Art. 689
Art. 690
orme légère Sténose bilatérale réduisant perméabilité nasale : orme moyenne Sténose bilatérale réduisant perméabilité nasale obstruction totale
la
la :
5 à 10
10 à 20
Troubles vasculo-sécrétoires Un traumatisme ou une exposition à certains agents physiques, chimiques et/ou inectieux est susceptible d'entraner un trouble de caractère vasomoteur au niveau des muqueuses nasales. Selon son importance et le temps d'évolution, celui-ci sera au début réductible par les agents vasoconstricteurs (rhinite hypertrophique congestive), plus tard irréductible par ces mêmes agents (rhinite hypertrophique conjonctive). Cet état peut s'associer à une hypersécrétion de caractère séromuqueux ou mucopurulent.
Dans certaines circonstances, les mêmes agents étiologiques peuvent entraner une atrophie des muqueuses nasales avec réduction de la sécrétion, ormation éventuelle de croûte et/ou épistaxis à répétition.
Art. 691
a)
b)
c)
d)
e)
Dysperméabilité par rhinite hypertrophique congestive ou conjonctive, sans hypersécrétion, selon l'importance et la constance
Dysperméabilité par rhinite hypertrophique congestive ou conjonctive, avec hypersécrétion : taux de majoration par rapport à Dysperméabilité par rhinite atrophique sans ormation de croûtes Dysperméabilité par rhinite atrophique avec ormation de croûtes et/ou épistaxis Cacosmie objective accompagnant une rhinite atrophique : taux de majoration
Perforation de la cloison nasale Art. 692 Peroration de la cloison nasale entranant une respiration bruyante et/ou des troubles trophiques
%
1 à 20
2 à 5
 1 à 5
3 à 10
1 à 5
5 à 10
- 4 -
Troubles par mutilation de la pyramide nasale Ces troubles ne seront évalués qu'après un délai raisonnable, même si une intervention chirurgicale a été réalisée.
Art. 693
Troubles onctionnels par mutilation de la pyramide nasale : à évaluer selon la nature du (des) trouble(s)
Art. 694 Troubles esthétiques par mutilation de la pyramide nasale : à évaluer selon l'article 28 ter. Troubles olactis-gustatis Les troubles olactis peuvent être dus à un obstacle mécanique qui empêche le contact du courant aérien avec la tache olactive (troubles de transmission), ou à une lésion de l'appareil nerveux olacti (troubles de la perception), et sont souvent associés à des troubles du goût.
Art. 695
Art. 696
Troubles olactis selon le type et l'importance Troubles gustatis selon le type ou l'importance
% 1 à 10
1 à 5
Les articles 695 et 696 peuvent être l'objet d'une addition simple.
Liquorrhée nasale La nature céphalo-rachidienne de l'écoulement nasal sera conIrmée par épreuve(s) appropriée(s)
Art. 697
a) b)
Liquorrhée nasale active Etat résiduel après tarissement de la liquorrhée nasale (en onction des acteurs de risque)
SINUS
% 100
10 à 30
Troubles causés par une sinusite ïl aut entendre par sinusite une inection de(s) cavité(s) sinusienne(s) se maniestant par une suppuration d'origine sinusienne documentée par l'examen clinique, la ponction, l'endoscopie ou l'imagerie appropriée.
Certaines ormes de sinusite peuvent entraner une polypose nasale.
Les troubles causés par une sinusite sont repris dans la section NEZ. Lorsque ces troubles reposent sur une sinusite, une invalidité
- 5 -
complémentaire est prévue pour plainte(s) spéciIque(s) à la sinusite (ex. algie).
Les troubles esthétiques résultant d'une atteinte sinusienne sont repris à l'art. 28 ter.
Art. 698
Art. 699
Sinusite uni ou bilatérale. Taux de majoration Sinusite unilatérale ou bilatérale avec corps étranger ou compliquée de Istule ou d'ostéite. Taux de majoration.
PHARYNX
% 1 à 10
5 à 15
Le pharynx peut être le siège d'une pathologie inammatoire, cicatricielle (perte de substance, lésion sténosante) ou neurologique (parésie ou paralysie de ners crâniens). Ces lésions peuvent entraner des troubles de la respiration, de l'appareil auditi, de la parole ou de la déglutition.
Art. 700
a)
b) c)
d)
troubles de la respiration nasale (assimilation aux articles 688 à 690). troubles de l'appareil auditi. troubles de la parole, sans altération du langage intérieur. 1. ormes légères à moyenne 2. ormes sévères, avec retentissement important sur l'intelligibilité troubles de la déglutition, selon l'importance et le retentissement sur l'état général : 1. orme légère à moyenne 2. ormes sévères, empêchant la déglutition par les voies naturelles, ou responsable de pneumopathie
%
1 à 30 30 à 60
10 à 10 40 à 100
OESOPHAGE Voir Pharynx. Art. 700 d) et système digesti, cinquième partie, Chapitre ïïï, articles 416, 417 et 418
LARYNX
- 6 -
Les afections laryngées peuvent entraner des troubles de la phonation, de la respiration et de la déglutition. Troubles vocaux % Art. 701 Dysphonie légère à moyenne 0 à 15 Art. 702 Dysphonie moyenne à sévère 15 à 30
Art. 703
Art. 704
Art. 705
Art. 706
Troubles respiratoires Une paralysie laryngée ou des afections sténosantes provoquent des dyspnées laryngées
Dyspnée légère n'apparaissant qu'au moment d'un efort physique Dyspnée moyenne compatible avec une activité sédentaire Dyspnée permanente entravant une activité sédentaire Trachéostomie (avec ou sans laryngectomie) ou trachéostomie permanente
Pour les articles 703 à 706, le calcul des invalidités se era en se réérant aux articles 379 et 380.
Art. 707
Art. 708
Art. 709
Troubles vocaux et respiratoires combinés
Se reporter aux articles précédents et procéder par addition des taux partiels prévus, sans que le total attribué pour ces troubles puisse dépasser 100%. Troubles de la déglutition
Se réérer à l'article 700 d.
TRACHEE
Les afections trachéales doivent être évaluées sur les mêmes bases que les afections du larynx.
OREILLES Afections de l'oreille externe (Voir aussi afections cutanées et dommages esthétiques).
Art. 710
Afection de l'oreille externe sans sténose du conduit:
%
- 7 -
Art. 711
a) afection unilatérale de l'oreille externe b) afection bilatérale de l'oreille externe
Afection de l'oreille externe avec sténose du conduit. Elle peut entraner un certain degré d'incapacité dans la mesure où elle entrave le nettoyage régulier du conduit, avorise le dépôt de cérumen ou ait obstacle au traitement d'une suppuration. a) afection unilatérale de l'oreille externe avec sténose du conduit b) afection bilatérale de l'oreille externe avec sténose du conduit La sténose doit être très sévère pour déterminer par elle-même une diminution de l'acuité auditive: voir art. 712.
0 à 3 0 à 6
0 à 10
5 à 15
DéIciences auditives L'estimation de l'invalidité résultant d'une déIcience auditive repose sur l'audiométrie tonale liminaire par voie aérienne, réalisée en chambre insonore, avec casque sur oreille nue et un audiomètre calibré selon les dernières normes ïSO. D'autres épreuves audiologiques complètent utilement l'évaluation des capacités auditives liminaires et supraliminaires; ils comprennent notamment l'audiométrie tonale liminaire par voie osseuse, les tests supraliminaires, la recherche des réexes stapédiens, l'audiométrie vocale, les épreuves de conIrmation des seuils et les mesures électrophysiologiques (potentiels évoqués auditis, électrocochléographie, etc.). Ces déIciences auditives peuvent entraner des troubles de la voix, e de la parole et du langage. (Voir art. 700 , 701, 702 et 548 a). Art. 712 Le pourcentage d'invalidité d'une déIcience auditive se calcule en transposant respectivement en ordonnée et en abscisse de la table de pythagore ci-dessous la perte moyenne en dB évaluée selon la ormule suivante pour chaque oreille
1 ois 500 + 1 ois 1000 + 2 ois 2000 + 1 ois 3000 5
- 8 -
Perte moyenne de la courbe tonale ≤ 40 50 60 70 80 ≥ 90
Pourcentage d'invalidité des divers degrés de déIciences auditives ≤ 40 50 60 70 80 ≥ 90
0 5 10 15 20 25
5 15 20 25 30 35
10 20 30 38 45 50
15 25 38 46 55 60
20 30 45 55 66 70
25 35 50 60 70 80
Art. 713 a) L'audiométrie vocale, et plus particulièrement l'ïndice de Capacité Auditive (ï.C.A.) peut témoigner d'une audition sociale inérieure à celle que la perte moyenne tonale évoque. L'ï.C.A. est la moyenne des taux d'intelligibilité vocale mesurée respectivement à 40, 55 et 70 dB SPL. Dans ce cas, l'article 712 peut être appliqué après estimation de la perte équivalente en dB selon la ormule : perte équivalente en dB = 80 ï.C.A.  2 b Une cophose bilatérale, brutale, ) acquise, irréversible et incurable entrane une invalidité de 100%. Acouphènes Selon leur intensité et leur répercussion sur la vie sociale, les acouphènes peuvent être invalidants, même à l'état isolé.
Art. 714
a) b)
acouphènes isolés acouphènes associés à une déIcience auditive : taux d'addition
% 1 à 5 1 à 10
Le cumul de cet article avec les articles 712 et 713a ne peut dépasser le taux d'invalidité de 80 %.
Troubles vestibulaires Les atteintes vestibulaires périphériques et/ou centrales s'accompagnent généralement de sensations vertigineuses vraies et de troubles de l'équilibre.
AIn d'éviter toute conusion avec des sensations dites vertigineuses et qui peuvent correspondre notamment à des lipothymies, des impressions
- 9 -
de tête vide ou encore des maniestations visuelles diverses, la recherche de l'origine vestibulaire des troubles s'appuiera : -sur une anamnèse complète avec description détaillée de la symptomatologie vertigineuse subjective; -sur l'utilisation d'une batterie de tests labyrinthiques comprenant nécessairement des épreuves stato-kinétiques; une recherche de nystagmus spontané et de position; une épreuve rotatoire et une épreuve calorique roide et chaude.
L'électronystagmographie peut constituer un document objecti et apporter des éléments de diagnostic plus précis.
Dans le même esprit, la conrontation de ces éléments avec le contexte audiométrique et neurologique sera essentielle.
Art. 715
Art. 716
Art. 717
Art. 718
a)
b)
Plaintes d'origine vestibulaire, sans signe objecti, entranant des troubles mineurs de la vie sociale
Plaintes d'origine vestibulaire, avec signes objectis, entranant des troubles légers à moyens de a vie sociale
Plaintes d'origine vestibulaire, avec signes objectis, entranant des troubles importants de la vie sociale Plaintes d'origine vestibulaire, avec signes objectis, empêchant certaines activités de la vie quotidienne Signes objectis d'atteinte vestibulaire sans plaintes correspondantes Remarque : En cas d'association des troubles vestibulaires à un syndrome post-commotionnel, voir article 542 "Système nerveux", qui ne peut être cumulé avec les articles du présent titre.
0 à 3
5 à 15
15 à 30
30 à 50
0 à 5
Afections de l'oreille moyenne Le terme d'afection de l'oreille moyenne doit s'entendre dans son sens large, comprenant les atteintes évolutives et les séquelles spontanées ou thérapeutiques.
Art. 719
Art. 720
Art. 721
Afection unilatérale de l'oreille moyenne, sans ostéite
Afection bilatérale de l'oreille moyenne, sans ostéite Afection unilatérale de l'oreille
1 à 5
5 à 10
5 à 10
- 10 -
Art. 722
moyenne, avec ostéite Afection bilatérale moyenne, avec ostéite
de
l'oreille
10 20
à
Ces afections s'accompagnent souvent de déIcit auditi. ïl y a lieu de combiner un des taux prévus ci-dessus à celui alloué à la déIcience auditive.
NERFS CRANIENS
Se réérer à la huitième partie, chapitre ïer, ï, rubrique E.
1.3 LESRECOMMANDATIONSDEL'EXPERTISEMÉDICALEENOTO-RHINO-LARYNGOLOGIE.
1.3.1
EXAMENAUDïOMETRïQUE
1.3.1.1 TESTSCOMPORTEMENTAUX Parmi les tests comportementaux, l’utilité des diférents tests suivants est principalement apparue : 1) observation du comportement du patient. 2) audiométrie tonale par voie descendante et/ou par voie ascendante. 3) ïmpédancemétrie et étude des seuils des réexes stapédiens : c’est une technique objective, mais qui ne permet pas d’extrapoler le seuil auditi. 4) Suivant les cas : a. Test de la stimulation retardée (voix, sons purs, …) b. Test de modulation apparente d’Azzi. c. Test de balayage des réquences à intensité Ixe. d. Test de Stenger e. Audiométrie vocale. . Test de Bekesy.
ïl est nécessaire de réaliser plusieurs tests lorsque l’on soupçonne une simulation aIn d’approcher de açon la plus précise possible le seuil auditi du sujet.
Remarques : 1) le principal obstacle de l’audiométrie vocale est la compréhension de certains mots qui dépend du niveau social du sujet ou tout simplement de la langue parlée par l’individu. 2) Le handicap réel dans le bruit reste dificile à apprécier. Les tests à réaliser seraient le « DïCHOTïC test » ou des épreuves vocales d’intégration, mais ils nécessitent un appareillage spécial.
- 11 -