Poutres et solives peintes. Le plafond «à la française» - article ; n°1 ; vol.122, pg 9-20

-

Documents
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de l'Art - Année 1998 - Volume 122 - Numéro 1 - Pages 9-20
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1998
Nombre de visites sur la page 666
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Monsieur Alexandre Gady
Poutres et solives peintes. Le plafond «à la française»
In: Revue de l'Art, 1998, n°122. pp. 9-20.
Citer ce document / Cite this document :
Gady Alexandre. Poutres et solives peintes. Le plafond «à la française». In: Revue de l'Art, 1998, n°122. pp. 9-20.
doi : 10.3406/rvart.1998.348412
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1998_num_122_1_348412Alexandre Gady
Poutres et solives peintes
Le plafond la fran aise
Chronologie et datation
Les plafonds poutres et solives peintes
parisiens conservés datent pour essentiel des
années 1580-1650 période durant laquelle ils
présentent une grande homogénéité de forme
et de style Mais pas plus que architecture
brique et pierre le plafond poutres et soli
ves ornées de peinture appartient exclusive
ment la première moitié du XVI siècle on
conserve suffisamment de vestiges de plafonds
médiévaux pour affirmer que ce type de décor
est très ancien Le magnifique plafond mis au
jour en 1977 au doyenné de Brioude date du
XIIIe siècle4 fig Citons aussi un peu plus
tard la chambre du pape au Palais Avignon appelé J.-P plupart sujet XVIIe peaux comme numérique de décor fait des ornementaux de en établies qui cent décor2 raphie en maires rer solives tient étude cun vieux quarante Moins constitue Il stuc quatre-vingts peut historiens au objet Babelon1 parlent siècle compte était est-il Paris générale De les aussi début peintes dans Il tiennent En développer artistes des le ans plaisir mises agit brèves prestigieux un études plafond publié fait plafond son toujours la jamais plafonds donc guère des mais de de type capitale se sur on au peu pourtant les art mentions depuis notre classique caractère découvertes plafonds trop sont les est en jour combien pas obstacles de des connus approfondies aisé le que plafonds plus 1898 décor poutres la leur conservés souvent conserve en peu siècle pensable plus de fran ouvrage histoires le un effet difficulté intéressés silence plafonds des répétitif intéressé plafond pouvait-on important ou qui Art en la Les aise les et Alfred descriptions peints objet succédées inconnus fran lieu hui en plus décoratif auteurs écarter solives mentionne datations fait dans Sans fondateur accès par aise multiplient constitué de de étude récentes3 pas italienne de poutres ce écho ensemble en un doute bibliog le Paris peintes type anciens Cham- encore depuis dans si motifs admi grand une cadre som celui près on mal au ré de de au et la et le le
etc.5 Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire
pouvait avancer que les solives sont générale
ment peintes ainsi que les entrevous
Paris ne devait pas faire exception la règle
malheureusement les demeures de cette épo
que sont rares et beaucoup trop restaurées
pour servir de références hôtel dit de Raoul
de La Paye rue Sainte-Croix de la Bretonnerie
au Marais le plafond poutres et solives de la
grande salle du rez-de-chaussée dont la struc
ture est médiévale est peint un décor révélé
lors de la restauration mais dont le style se
rattache la période moderne Le prin
cipal est ailleurs au-delà des différences stylis
tiques évidentes on note que le plafond
REVUE DE ART no 122 1998-4 9-20 Alexandre Gady Poutres er solives peintes
poutres et solives peintes est répandu au Moyen-
Age non seulement dans son principe mais en
core dans sa forme il se compose de plusieurs
travées de solives également espacées entre elles et
séparées par des poutres maîtresses lancées entre
les murs Ce type qui était alors une des
solutions offertes par art du charpentier que
on songe aux plafonds en carène renversée aux
poutres et caissons carrés etc imposera fina
lement pour devenir le modèle unique au XVIIe
siècle
Au XVIe siècle se développent les plafonds de
menuiserie ornés de caissons où art des sculp
teurs et des peintres se déploie Plus majestueux
plus coûteux également ce nouveau plafond ne
supplante pas le plafond la fran aise tout au
contraire Palladio écrivait dans son Livre premier
architecture propos des plafonds que beau
coup se plaisent voir de belles solives et bien
Illustration non autorisée à la diffusion ornées Il ajoutait on peut aussi choisir les
caissons ornés de stucs et de peintures est
pourquoi on ne peut donner en cela de règle
certaine ni déterminée Un tel propos illustre
bien la persistance du plafond poutres et solives
peintes dont on connaît de beaux exemples la
Renaissance comme au château de Fontaine
bleau la salle des Gardes vers 1570 attribué
de Ruggieri8 ou encore Oiron Celui-ci offre
en effet deux avantages outre que sa mise en
uvre est peu onéreuse il fait partie de la
structure du bâtiment ne requiert pas par sa
forme les services un peintre maîtrisant les
grands formats et la perspective Incompatible
avec le grand décor allégorique ou mythologique
le plafond poutres et solives ne peut recevoir
un discours anecdo tique formé de motifs dé
coratifs disposés suivant un schéma régulier et
nécessairement répétitif il est orné parfois de
cartouches ou de petites scènes paysages ba
tailles divinités. leurs dimensions assujetties
celles des poutres correspondent celles de
petits tableaux de chevalet
la Renaissance non seulement le plafond
poutres et solives peintes résiste mais son système
décoratif se renouvelle Tout un vocabulaire dé
coratif et ornemental puisé dans le répertoire
maniériste est alors mis au point et diffusé avec
quelques différences mineures est ce décor qui Illustration non autorisée à la diffusion continuera être employé au milieu du
XVIIe siècle9 La très grande ressemblance des rares
plafonds parisiens datables de la seconde moitié
du XVIe siècle par exemple ceux de hôtel de
Marie et surtout celui de hôtel Le Rebours rue
Saint-Merri avec ceux du XVIIe siècle le démon
tre
Dans les grandes maisons royales où italia
nisme pénètre plus volontiers le plafond la
fran aise est toujours représenté10 Fontaine
bleau la salle des Gardes et la galerie des Cerfs
sont couvertes de cette manière comme est au
Hôtel dir de Raoul de La Faye rue Sainre-Croix-de-la-Breconnerie plafond poutres et solives peintes et moulurées Louvre de Lescot la salle des Cariatides voûtée en
de la grande salle du rez-de-chaussée état en 1998 après restauration Début du XVIe siècle pierre en 1630 seulement Et encore sous Louis
10 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
XIII au Luxembourg où tant de plafonds mo
dernes se déploient dans les appartements la
galerie des Rubens été couverte un plafond
poutres et solives peintes bien connu par une
description de abbé Maugis11 Dans ces trois cas
une relation semble établir entre ce type de
plafond et les pièces il orne les poutres et
solives se prêtent admirablement aux anticham
bres aux salles des gardes ainsi aux longues
galeries Oiron Ancy-le-Franc Ecouen Fontai
nebleau le Luxembourg les pièces nobles
chambres cabinets... étant volontiers ornées de
plafonds plus savants requérant intervention
artistes
La première moitié du XVIIe siècle durant
laquelle architecture civile parisienne connaît un
Illustration non autorisée à la diffusion grand essor enregistre la réalisation de nombreux
plafonds la fran aise souvent une qualité
exceptionnelle tous les types hôtels du Palais
Cardinal aux demeures de petits robins sont
concernés Ce est au début du règne person
nel de Louis XIV que ce type de décor va passer
de mode Durant cette même période on le sait
apparaît et se diffuse le plafond gorges ou vous
sures orné de stucs et de peintures dit plafond
italienne Malgré une réelle différence sty
listique le plafond caissons restait structurelle-
ment proche du plafond poutres et solives par
sa nature plane et son lien avec les planchers en
revanche le plafond voussures révolutionne les
goûts mais aussi les habitudes conscructives De Abraham Bosse La Visite accouchée gravure Paris musée Carnavalet
vant cette mutation profonde les plafonds pou
tres et solives reculent mais ne sont remplacés que
progressivement comme justement souligné mant un plafond ne saurait donner un termi Lancée un mur autre la poutre entre dans
Schnapper12 une petite chambre du rez-de- nus post quem et le chiffre un propriétaire dans les ma onneries des murs et peut être parfois
chaussée hôtel Lambert de Louis Le Vau un cartouche fournit au mieux une fourchette soutenue par des corbeaux de pierre ainsi hôtel
datant de la première campagne de décoration de chronologique qui peut être fort étendue16 il de Savourny rue Elzevir Dans ses plans de mai
hôtel avant 1644 est couverte un plafond faut encore compter avec les remplois de solives sons et hôtel Pierre le Muet prend soin indi
la fran aise13 et une demeure aussi moderne que nous soup onnons sans pouvoir toujours les quer par des encoches dans les murs principaux
que hôtel Gruyn des Bordes Lauzun] uvre de reconnaître Enfin il est possible de dégager des la place des poutres fig 4) preuve il agit
Charles Chamois 1657) possède encore une types de décor on ne peut guère appuyer sur le un système constructif une grande logique
grande salle ornée un plafond de ce type très style des motifs décoratifs Ces plafonds ne peu mais aussi une rigueur un peu contraignante
restauré Proche de Paris le château de Vaux-le- vent donc être datés avec certitude Seul un devis notamment pour la forme des pièces18
Vicomte construit en 1657-1660 comprend en ou un marché de peinture document malheureu La solive est une pièce de moindre section et core dans ancienne grande chambre carrée du sement rare le permettent aucun de ceux que de moindre portée placée entre les poutres Elle rez-de-chaussée un grand plafond poutres et nous avons utilisés pu être mis en rapport avec peut être posée sur ces poutres et non engravée solives peintes avec une frise de Le Brun lui- un décor subsistant dedans mais elle appuie le plus souvent sur une Dans ces deux derniers cas on remarque lambourde pièce de bois xée au flanc de la poutre une seule pièce possède des poutres peintes De la charpenterie suivant ce qui se fait Paris comme écrit répondant une distribution héritée de âge Louis Savot dans son traité paru en 162419 Le précédent et qui va bientôt passer de mode elle Avant de jouer un rôle décoratif le plafond haut des murs est également formé une pièce aussi Les dernières poutres et solives parisiennes poutres et solives peintes est abord une struc recevant about des solives20 Toujours selon décorées que nous connaissions se situent il ne ture mise en place lors des travaux de construction Savot approuvé en cela par son annotateur Fran agit pas de remploi au premier étage de hôtel du gros uvre du bâtiment par le maître charpen ois Blondel les solives ne doivent pas être mon construit pour Adrien Bence en 1661 au Ma tier Fort logiquement il sera longtemps désigné tées de manière présenter il leur plus large rais15 Le début des années 1660 peut donc être par le terme de plancher ou plancher haut car le côté ce qui est pourtant courant Paris où ce considéré comme la période durant laquelle dis plafond est que le dessous du de étage méchant usage viendrait de avarice des ou paraît le plafond la fran aise supérieur laissé apparent Le Dictionnaire de vriers soucieux économiser une ou deux soli
Si on peut établir aisément la chronologie Viollet-le-Duc fournit sur le sujet une présenta ves par travée 21 Du point de vue technique il
générale du plafond la fran aise la datation des tion synthétique et claire17 Deux éléments cons- est indéniable que habitude parisienne est moins
plafonds pris séparément avère plus délicate En tructifs sont mis en uvre depuis le Moyen ge bonne esthétiquement en revanche cette fa on
effet la date de construction du bâtiment renfer- la poutre et la solive de procéder est bien supérieure la disposition
11 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
Illustration non autorisée à la diffusion
Plans pour la Jeme place
dans Pierre Le Muet Manière
de bien bastir pour toutes sortes
de personnes Paris 1623 On
remarque les encoches dans les
ma onneries indiquant
emplacement des poutres
maîtresses)
des solives posées sur la tranche 22 Lors de Des règles de stabilité régissent la mise en entrevous qui est formé une planche de bois
occultation des plafonds la fran aise partir de uvre de ces deux éléments de charpenterie les fixée sur le dessus des solives La largeur de en-
la seconde moitié du XVIIe siècle les maîtres poutres une portée maximale de 10 mètres trevous est variable si Palladio recommande une
oeuvre retournèrent certaines solives pour raidir sont en général espacées entre elles de fois et demie la largeur une solive Le Muet et
la structure on le voit notamment au plafond de environ ce qui forme une travée Paris une Savot préconisent sous Louis XIII un espacement
hôtel Marin de La Châtaigneraie rue des travée compte 21 solives en moyenne Ces solives égal la largeur une solive est-à-dire suivant
sont séparées entre elles par un espace appelé un rythme tant plein que vuyde Blondel Francs-Bourgeois mis au jour en 1972 fig
12 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
abrite derrière autorité de Vitruve pour justi
fier cette disposition dans architrave dorique
en effet où le triglyphe et la métope sont égales
largeurs un symbolise la solive autre le vide
entre les solives
exception de la cheminée dont le foyer
avance dans la pièce et vient rendre irrégulière
une des travées du plafond par une ouverture
appelée le plafond poutres et solives
est une grande symétrie il en dégage une
impression de force bien sensible on ob
serve des poutres et des solives laissées au naturel
comme la grande salle de aile de hôtel de
Miramion 47 quai de la Tournelle ou la
grande galerie du château Ecouen Illustration non autorisée à la diffusion
Cette régularité engendrait cependant une
contrainte pour le maître uvre que Savot
bien mise en lumière parce que ajancement
de la symétrie des fenêtrages et des poutres donne
beaucoup de contrainte et de peine architecte
les rencontrer comme il appartient sans cor
rompre les commodités mesures et formes ...)
on pourra éviter si on recouvre tout le plancher
par le dessous un plat-fond 24 Savot soulève ici
la question des fa ades dont les percements plus
nombreux et réguliers la période précédente
modifient sensiblement organisation des de
Hôtel Marin de La Châtaigneraie 58bis rue des Francs-Bourgeois plafond poutres et solives peintes au premier dans Et on remarque que la solution il re
étage du corps sur rue Après 1642 On remarque les solives retournées lors de occultation du décor au XVIIIe siècle commande consiste masquer complètement le
plafond poutres et solives
dans son ensemble où tous les éléments tirés des Les motifs réaliser leurs emplacements et
mêmes modèles se répondaient harmonieuse leurs couleurs sont décrits avec précision par Peintres et peinture
ment exemple sur les poultres un cartouche au milieu
exécution du décor peint un plafond accompagné de trois petits enfants de chacun Les prix fixés dans ces marchés apparaissent
poutres et solives appelait établissement un costé tenant un feston. faire dix huit cartou élevés parfois globaux ils sont plus souvent
devis et marché de peinture soit sous seing privé ches avecq leur couronne et deux enfants chacun détaillés selon le type de décor utilisé certaines
soit devant notaires bien que peu actes de ce tenant deux palmes plus sept anges avec les couleurs ainsi le bleu outremer et le recours
palmes et branches de lorier.. plus les frises type nous soient connus25 La grande majorité des or pouvant faire varier les coûts de manière
marchés conservés concernent en effet des pein qui seront enrichies de grandz cartouches avecq importante Au Luxembourg le prix du plafond
tures impression on aimait dans les maisons enfants assis sur des dauphins. ou encore il de la galerie Med eis long de sept través est fixé
plus simples peindre poutres et solives une aura dans chacun un cartouche de gris en fonds 12 000 livres somme énorme qui explique par
azur dans lesquels sera un paysage ou bacanalle seule couleur en marron ou en rouge par exem la richesse des motifs et or employé28 Le décor
ple26 enfants au choix. etc Il est fréquemment fait une travée soit une vingtaine de solives entre
allusion des dessins paraphés par les parties Ces deux poutres valait sous Louis XIII pour un hôtel Les quelques actes que nous avons utilisés
dessins pouvaient être grandeur nature comme de moyenne importance 100 livres environ29 livrent de précieuses informations avant tout le
mais pouvait monter 165 voire 500 livres30 atteste un acte de 1630 et ange demeurera nom de peintres maîtres peintres ou peintres
de la mesme grandeur il est représenté par le Pour un cabinet et une grande salle avec les ordinaires du Roi Citons au hasard des dé
dessin 34 On rencontre enfin le cas où le peintre cheminées il est demandé en 1638 000 livres31 pouillements Biaise Barbier Pierre Pontheron et
doit reproduire un plafond déjà réalisé ce que pour une très grande salle une chapelle avec les Pierre Bonnier ces deux derniers parents et con
certains marchés spécifient selon une habitude cheminées les peintres réclament 100 livres en trôleurs du bois Paris) Pierre de Hansy Renault
courante au XVI siècle pour le second uvre35 163632 les plafonds de la chambre et la salle de Lartigues Louis Béranger Jacques Duchemin et
hôtel Emery montent 2250 livres33 Au-delà Jacques Lesot Jacques Bornât Charles Hurel Mais des ornemanistes confirmés actifs sur
inévitables variations on note que ce type de Nicolas Moret Ledart et Jean-Pierre Va- plusieurs chantiers et sous-traitant des décors en
plafond est pas économique ces fortes sommes nel. Nicolas Duchêne le beau-père de Philippe tiers ont pu également fournir des dessins al
montrent surtout que le maître peintre agissait de Champaigne employé au Luxembourg27 et au bum du peintre et ornemaniste Jean Cotelle
comme entrepreneur sous-traitant pour la do Palais Cardinal ou Nicolas Du Chastel qui tra conservé Ashmolean Muséum Oxford qui rure et exécution de certains motifs plus délicats vaille pour Richelieu sortent de la masse et jouis regroupe de nombreux dessins pour des portes Les plafonds la fran aise représentaient donc sent une réelle notoriété des cheminées des lambris etc. contient ainsi pour les artistes des chantiers importants une objet du marché ensuite dans ces actes il huit dessins de solives avec des motifs différents
source de revenus appréciable Enfin les délais est jamais question du plafond seul mais aussi si deux entre eux semblent se rattacher des
fixés pour les travaux sont assez courts presque des croisées des lambris et des cheminées en fait décors réalisés dans des demeures parisiennes
toujours deux mois la hotte preuve il agissait un décor con identifiables il est cependant tentant voir des
13 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
au premier étage de hôtel sis 19 place des Vosges
on pu reconnaître ces deux techniques38
Deux et trois dimensions
Si la peinture achève le décor du plafond la
fran aise elle ne saurait elle seule le définir
Illustration non autorisée à la diffusion celui-ci possède en effet une épaisseur un relief
qui contribue pour une large part sa beauté Il
faut abord souligner la profondeur du pla
fond profondeur qui vient des trois plans succes
sifs et de plus en plus éloignés de oeil formés par
les poutres les solives et les entrevous Ensuite le
plafond la fran aise est policé au XVI siècle
comme le langage des conversations il abrite
les menuisiers adoucissent presque toujours les Jean Corelle dessin au lavis pour un décor de pourres er solives peinres Oxford Ashmolean Muséum album Corelle arêtes des poutres maîtresses par des quart-de- Inv 1925 298.34) rond les solives restant équarries Surtout les
lambourdes sont soigneusement moulurées avec
une doucine par exemple et parfois peintes de
manière imiter un relief comme une frise oves
hôtel de Miramion
Certains marchés font état éléments en relief
posés sur les bois appelés cartons en réalité du
papier mâché Dans un marché de 1640 pour la
chambre de Particelli Emery dans son hôtel de
la rue Neuve des Petits-Champs on peut lire il
faut enrichir deux travées de plancher avoir de
cartouches de carton doré or bruny et or mat
deux sur une solive et ung sur autre avecq cul de
lampe de cartons aussy dorez. 39 Au Palais Car
dinal Du Chastel doit peindre en 1637 les solives Illustration non autorisée à la diffusion
et attacher des cuz de lampe qui seront dorez
or bruny.. 40 Cette habitude décorative était
le souvenir des tournettes ou toupies sortes de
petits cul-de-lampe reproduisant effet des an
ciennes chevilles saillantes de art du charpentier
Ils ont hui complètement disparu Paris
en raison bien sûr de leur fragilité mais certaines
pièces du château de Cormatin en Bourgogne
décorées sous Louis XIII en donnent une excel Ho el de Miramion 47
quai de la Tournelle dérail lente idée Cet effet de reliefest également recher
du plafond pourres er ché sur les motifs des poutres et des solives au solives peinres er de sa frise moyen ombres portées donnant illusion du dans la grande chambre du relief Sur un dessin de plafond poutres de rez-de-chaussée Vers album Cotelle41 on distingue parfaitement de 1630-1635
petites rosés soulignées une ombre portée effet
modèles fig un des dessins offre ailleurs de bien fixer la peinture Cependant sans doute que on peut reconnaître sur plusieurs poutres
comme pour les plafonds voussures ou les motifs pour des questions de régularité on avait parfois peintes subsistantes
architecture deux propositions pour un même recours au coffrage de certaines poutres maîtres La peinture couvre quatre supports ce in
élément36 La présentation de ces dessins est signi ses est pourquoi on constate parfois lors de diquent bien les différents marchés conservés les
ficative la plupart figurent ensemble une poutre mises au jour que certains plafonds sont entière poutres maîtresses et les solives sur leurs trois
ou frise deux types de solives et un entrevous ment peints exception une seule poutre faces visibles les entrevous et enfin le haut des
soient les quatre éléments de base nécessaires la Ensuite venait la couche picturale proprement murs cette dernière partie formant la frise Cet
réalisation un plafond la fran aise dite peinte huile ou la colle cette seconde élément jouait un rôle de transition identique
méthode étant moins résistante Deux techniques exécutant peignait les décors sur les poutres celui de la corniche généralement une hauteur
étaient concurremment employées le pochoir et les solives une fois le plafond monté au moyen de 30 40 cm il assurait visuellement intégra
pour les motifs répétitifs et le pinceau Dans un un échafaudage Les pièces de bois poutres tion des grandes poutres dans la composition
marché de 1642 il est précisé que les travées solives lambourdes et entrevous formaient le générale en paraissant poursuivre leurs décors
seront peinctes au pinceau sans patron sinon aux support naturel du décor Elles étaient abord peints en haut du mur cette liaison est particu
entrevous 37 occasion des travaux de restau recouvertes une préparation enduit destiné lièrement sensible dans la chambre du rez-de-
ration des plafonds mis au jour en janvier 1998 donner au bois un aspect égal et lisse et pemettant chaussée de hôtel de Miramion fig 7)
14 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
Illustration non autorisée à la diffusion
Hôtel Tubeuf 16 rue Vivienne poutraison de la grande salle du rez-de-chaussée rant plein que vuyde
Mentionnée dans les marchés visible sur certai vraisemblablement éviter une trop grande mo 1644 les faces latérales des solives de la grande
notonie régissent le décor des poutres et des salle du premier étage de hôtel de Marie sont nes gravures Abraham Bosse telle La Visite
solives la hiérarchie des éléments entre eux la décorées de riches frises de postes accouchée fig 3) cette frise ne subsiste que rare
ment en place et le plus souvent fragmentairement division des parties constitutives et alternance Le décorateur divise ensuite poutres et solives
Signalons par exemple celles du rue Elzevir du des motifs utilisés pièces par nature longues et fines en plusieurs
48 rue de Sévigné ou du 21 rue Saint-Paul fig espaces successifs et autonomes Organisés autour Le décorateur joue abord sur la hiérarchie Cette frise pouvait être le prétexte une peinture un motif central ou de deux motifs latéraux ces entre les supports peints ainsi les entrevous et plus élaborée En dessous étaient fixées les tringles sortes de panneaux sont liés entre eux sur une les faces latérales des solives sont généralement sur lesquelles on accrochait les tapisseries ornant les même solive ou sur une même poutre par des décorés plus sobrement que la face principale des murs système mentionné dans les contrats Ces ta filets généralement de couleur or ou en grisaille solives filets dessinant des panneaux géométri pisseries qui introduisaient un discours décoratif de qui les encadrent se croisant et se décroisant ques simplicité de rares fleurons.. Les solives plus grande ampleur en continuaient pas moins
sont elles-mêmes moins richement ornées que les Enfin le peintre toujours soin de faire alter visuellement par les ornements de leurs riches bor
ner entre eux le décor des solives qui comptent grosses poutres Ainsi est ménagée une gradation dures le système décoratif du plafond là encore il
qui tout la fois respecte la hiérarchie des pièces généralement deux types dans une pièce les uns faut raisonner en terme ensemble cohérent
de bois de la construction et procure oeil du avec motif central les autres avec motifs latéraux
spectateur qui se déplace dans la pièce une variété par exemple fig 11) sous effet un glisse
Le système décoratif non de motifs mais impressions Cependant il ment du décor ce que les devis appellent deux
ne agit là que une tendance générale Le pla sur une Cette alternance est renforcée par celle
Le système décoratif des plafonds la fran aise fond de la chambre de aile gauche de hôtel des fonds colorés tantôt clairs et sombres marron
Aumont possède des entrevous aussi richement et blanc ou de deux couleurs opposées vert et est fondé sur une grande unité ensemble obte
ornés que les solives fig 10) comme un des nue par la répétition des motifs peints et harmo rouge par exemple Un cas remarquable mérite
nie des couleurs elles soient vives ou éteintes plafonds de hôtel de Berlize 4l rue du Temple être signalé le petit cabinet de aile droite de
mêlées ou en camaïeu Trois principes destinés ou celui découvert au 76 rue des Archives vers hôtel de Vigny où le peintre en inversant les
15 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
couleurs des médaillons de un des modèles de
solive obtient une alternance ternaire et non
binaire
Chaque décor sans être proprement parler
original est cependant unique et une description
précise des différents ensemble conservés serait
par trop fastidieuse On peut cependant dégager
quelques thèmes Sur les frises et les poutres qui
offrent au peintre des surfaces plus larges se
concentrent les motifs les plus recherchés de
format horizontal et placés dans des cartouches
ou des cuirs aux riches enroulements Ces parties
plus soignées peuvent être de beaux morceaux Illustration non autorisée à la diffusion
paysages italienne avec un effet de profondeur
hôtels Passart de Sully Charron de Berlize
12) scènes de bataille avec des cavaliers hô
tel de Sully) divinités antiques hôtels Passart et
de Berlize) enfants jouant ou soufflant dans une
trompette hôtels de Marie de Miramion de
Berlize de Chaulnes) chiffres du propriétaire
avec ou sans motif héraldique hôtels de Launay
Gobelin Aumont) symboles parlant crois
sants de lune et décor cynégétique hôtel de
Diane de France rue Pavée) etc Motifs que on
retrouve également dans les parties peintes des
lambris qui se développent sous Louis XIII
La représentation anthropomorphe est sou
Hôtel Gobelin 21 rue Saint-Paul fragment de la frise mise au jour en 1977 et restaurée Après 1646 vent de qualité moyenne corps épais positions
gauches recherchant plutôt la drôlerie le bi-
jeare masques féminins accostés de linges hô
tel de Vigny ou de rinceaux 23 place des Vos
ges) têtes grotesques 76 rue des Archives
13) petits termes cabinet de la duchesse
hôtel de Sully) enfants et amours hôtels de
Marie de Miramion de Claude Trutat sis 14 rue
de Conde) profils antique dans des disques
19 place des Vosges La faune est plus rarement
utilisée on peut citer les têtes de chiens du
plafond de Diane de France hôtel Angou-
lême les hermines de hôtel de Launay 12 rue
des Lions Saint-Paul et au 76 rue des Archives
les griffons ornant la poutre maîtresse
Illustration non autorisée à la diffusion Les motifs décoratifs de type répétitif qui
recouvrent les solives et une grande partie des
poutres sont très divers et une grande liberté
exécution Les motifs classiques issus de archi
tecture antique sont rares on peut citer cepen
dant les frises de postes de hôtel de Marie datant
du règne Henri III ainsi que des frises oves
souvent sur les lambourdes les grecques et les
denticules sont en revanche absentes des plafonds
parisiens conservés
La flore fournit un répertoire inépuisable qui
est pas propre aux poutres et solives comme
justement souligné Alain Mérot42 tous les pla
fonds offrent ainsi des fleurons et des motifs
stylisés rinceaux couronnes guirlandes de 10 Hôtel Aumône rue de Jouy plafond poutres et solives peintes au premier étage de aile gauche sur cour Vers feuilles ou vases comme hôtel de Berlize et au 1630-1640 76 rue des Archives) disposés en frise ou en
rouleaux ce que certains marchés nomment des
bouillons de feuilles hôtel Le Rebours 12
rue Saint-Merri datant sans doute de la fin du
16 Alexandre Gady Poutres et solives peintes
XVT siècle les feuilles olivier enroulant sur une
tige composent un décor unique Paris Mais est
surtout la finesse et la beauté des fleurs peintes au
naturel qui sont remarquables Ainsi au cabinet de
la duchesse de Sully travée antérieure et hôtel
de Berlize fig 14) dans le petit cabinet ces deux
exemples étant très proches) ou encore hôtel
Trutat on peut aisément identifier les essences
rosé oeillet tulipe iris pavot. Des corbeilles de
fleurs ou des bouquets peuvent même constituer le
motif central un cartouche sur une poutre
comme aux hôtels Passart et de Berlize fig 15
Illustration non autorisée à la diffusion Cette virtuosité qui appuie sans doute en partie
sur des modèles publiés est pas là encore propre
au XVIIe siècle comme le montre la qualité des rosés
des plafonds découverts dans hôtel de Savourny
rue Elzevir élevé sous Henri III les peintres et
décorateurs fran ais excellaient en réalité depuis
Fontainebleau dans la représentation de la flore
comme en témoignent les cheminées peintes du
château Ecouen par exemple
Les lambourdes également peintes le sont le
plus souvent une frise de feuilles agrémentée
parfois de fleurs ou de coquilles aux hôtels Au-
mont de Sully de Transylvanie quai Mala-
quais.. Les entrevo us sont généralement moins
ornés on dit des filets géométriques hôtel de 11 Hôtel de Sully 62 rue Saint-Antoine solives au décor alterné détail du plafond de la grande salle Vigny) des frises de cercles ou de losanges hôtel du rez-de-chaussée du corps principal entre cour et jardin Vers 1630-1640
de Launay) quelques fleurs moins colorées ou
représentées plus simplement. Enfin les faces
latérales des solives se prêtent bien aux frises de
fleurs très simples 21 rue Saint-Paul ou aux frises
Illustration non autorisée à la diffusion
12 HôreldeBerlize4lrue
du Temple paysage
italienne dans un cartouche
ornant une des poutres un
des plafonds situés au
premier étage du corps de ; --
logis entre cour et jardin
Premier tiers du XVII siècle
Illustration non autorisée à la diffusion
Illustration non autorisée à la diffusion
13 Hôtel Lebys de La
Chapelle 76 rue des J:;: .
Archives tête de grotesque f-X- l- 1- SïI- ii -- <.: <-; dans un medaillon detail 14 Hôtel de Berlize 4l rue du Temple fleur au naturel
une poutre du plafond du détail une solive un des plafonds situés au premier étage
premier étage du corps de du corps de logis entre cour et jardin Premier tiers du
XVIIe siècle logis principal Vers 1644
17