Kadhafi france

Kadhafi france

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 464
Langue Français
Signaler un problème
KadhafiàParis
La venue en France de Muammar al-Kadhafi ainsi que sa réceptionàl’Elysée par Nicolas Sarkozy ont provoquél’indignation des médias ainsi que celle d’une partie de la population. Il est vrai que Kadhafi est un véritable dictateur, radical et mégalo, et, surtout, un tyran pour son peuple qui bafoue ouvertement les droits de l‘homme. De plus, il a pu profitéde la manne financière qu’est le pétrole pour financer des guérillas du monde entier. Les faits sont donc accablants. Personne ne les ignore. Mais ceux-ci justifieraient-ils un refusàune venue du dirigeant libyen, sachant que le motif est économique ? Selon certains, oui. Pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy « piétine la tradition française de défense des droits de l’homme ». Et au père de ses enfants de surenchérir en parlant d’un « aveuglement de la part de Sarkozy ». Bienévidemment, Sarkozy n’est pas aveugle. Il ne perd surtout pas des yeux que cette visite est d’ordreé-co-no-mique. Elle viseàfinaliser la signature de contrats de venteàLibye. Dans un magasin, le vendeur a-t-il l’habitude de faire la morale au client tout en essayant de lui faire acheter un maximum de marchandises ? Il est certain que la France a un certain rôle vis-à-vis des droits de l’homme, et particulièrement peut-être un rôle de rappelàl‘ordre. Cependant, cette occasion n’était pas la bonne. D’autres trouverontàs’indigner quantàla nature des marchandises venduesàla Libye : armes, avions, tanks, réacteurs nucléaires. Mais depuis quant ceux-ci ignorent-ils que ces secteurs font partie intégrante de l’industrie française et qu’ils en sont même des points forts ? Oui, ces types de bien ne sont certainement pas les plus inoffensifs. Mais, pour autant, les industries qui les produisent ont beaucoup d’employés en France et ont, comme toutes les autres, des objectifs de vente, qui, s’ils sont atteints voire dépassés, vont pouvoir se répercuter positivement sur la croissanceéconomique française. Par addition, la France n’est pas sans savoir que son industrie, bien qu’elle possède maints atouts, perd jour après jour des points face aux « nouveaux venus » que sont la Chine, l’Inde et d’autres. Cette vente va dans le sens des effortsàconsentir pour soutenir notre industrie. Pour finir, revenons-enàla tradition de la France concernant les droits de l’homme. Aécouter les défenseurs de cette tradition, la France aurait, de par son héritage, le premier rôle de garant de leur application. Mais la France peut-elle encore tenir ce rôle dans le monde actuel ? La France n’a plus, bien ou malheur-heureusement, la place qu’elle possédait auparavant. La hiérarchie mondiale aétébouleversée. Si l’on considère les critères de la puissance (jeunesse démographique, puissance technologique, puissance militaire), la France n’est aujourd’hui plus qu’une puissance de deuxième, et possiblement même troisième rang. Puissance d’autant plus d’arrière plan qu’elle n’a ni pétrole, ni gaz, ni uranium, sources d’énergie cruciales pour l’avenir. Sans parler de l’endettement parvenuàun stade critique. Est-ce doncàun petit pays de soixante millions d’habitants, endettéjusqu’au cou, vieillissant, sans ressourcesénergétiques, réticentàs’intégrer,àchanger, d’être seul le relais des droits de l’homme, sujet certes important mais potentiellement conflictuel ? Si l’on compare la Franceàla Chine, ouàla Russie, le rapport de force est totalement déséquilibré. Dans la cour de récré, le respect des règles ne peut pasêtre uniquement le souci du petit frêle. On le voit mal aller s’en expliquer le doigt levédevant le costaud de la bande. Dans le monde tel qu’il est, le respect des droits de l’homme doitêtre une préoccupation de tous. Le rôle de défense doitéchoiràla communautéinternationale tout entière.
Romain TREFFEL