La Bible – traduction officielle liturgique

-

Documents
2946 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La nouvelle traduction officielle de la Bible désormais disponible en version numérique. 70 traducteurs se sont réunis au cours de 17 ans de travail pour présenter une traduction liturgique avec notes et présentations des livres bibliques.
La Bible de la liturgie est disponible en version numérique pour tous vos écrans : tablette, smartphone, liseuse et ordinateur. Elle contient l’intégralité de la traduction officielle ainsi que la table des lectures, l'index des personnages bibliques et des mots-clefs.

Les petits plus du numérique :

  • Une recherche facilitée par livre, chapitre et verset pour retrouver rapidement n’importe quelle référence biblique,
  • Des références bibliques accessibles en un clic depuis le texte.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 22 novembre 2013
Nombre de lectures 237
EAN13 9782728919796
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo
Signaler un problème
L A B I B L E
TRADUCTION OFFICIELLE LITURGIQUE
Texte intégral publié par les évêques catholiques francophones
RECHERCHE
ANCIEN TESTAMENT Gn 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 Ex 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 Lv 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 Nb 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Dt 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 Jos 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Jg 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Rt 1 2 3 4 1 S 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 2 S 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1 R 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 2 R 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 1 Ch 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 2 Ch 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 Esd 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Ne 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Tb 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Jdt 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Est 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 M 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 2 M
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Jb 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 Ps 1 2 3 4 5 6 7 8 9A 9B (hébr. 10) 10 (hébr. 11) 11 (hébr. 12) 12 (hébr. 13) 13 (hébr. 14) 14 (hébr. 15) 15 (hébr. 16) 16 (hébr. 17) 17 (hébr. 18) 18A (hébr. 19) 18B (hébr. 19) 19 (hébr. 20) 20 (hébr. 21) 21 (hébr. 22) 22 (hébr. 23) 23 (hébr. 24) 24 (hébr. 25) 25 (hébr. 26) 26 (hébr. 27) 27 (hébr. 28) 28 (hébr. 29) 29 (hébr. 30) 30 (hébr. 31) 31 (hébr. 32) 32 (hébr. 33) 33 (hébr. 34) 34 (hébr. 35) 35 (hébr. 36) 36 (hébr. 37) 37 (hébr. 38) 38 (hébr. 39) 39 (hébr. 40) 40 (hébr. 41) 41 (hébr. 42) 42 (hébr. 43) 43 (hébr. 44) 44 (hébr. 45) 45 (hébr. 46) 46 (hébr. 47) 47 (hébr. 48) 48 (hébr. 49) 49 (hébr. 50) 50 (hébr. 51) 51 (hébr. 52) 52 (hébr. 53) 53 (hébr. 54) 54 (hébr. 55) 55 (hébr. 56) 56 (hébr. 57) 57 (hébr. 58) 58 (hébr. 59) 59 (hébr. 60) 60 (hébr. 61) 61 (hébr. 62) 62 (hébr. 63) 63 (hébr. 64) 64 (hébr. 65) 65 (hébr. 66) 66 (hébr. 67) 67 (hébr. 68) 68 (hébr. 69) 69 (hébr. 70) 70 (hébr. 71) 71 (hébr. 72) 72 (hébr. 73) 73 (hébr. 74) 74 (hébr. 75) 75 (hébr. 76) 76 (hébr. 77) 77 (hébr. 78) 78 (hébr. 79) 79 (hébr. 80) 80 (hébr. 81) 81 (hébr. 82) 82 (hébr. 83) 83 (hébr. 84) 84 (hébr. 85) 85 (hébr. 86) 86 (hébr. 87) 87 (hébr. 88) 88 (hébr. 89) 89 (hébr. 90) 90 (hébr. 91) 91 (hébr. 92) 92 (hébr. 93) 93 (hébr. 94) 94 (hébr. 95) 95 (hébr. 96) 96 (hébr. 97) 97 (hébr. 98) 98 (hébr. 99) 99 (hébr. 100) 100 (hébr. 101) 101 (hébr. 102) 102 (hébr. 103) 103 (hébr. 104) 104 (hébr. 105) 105 (hébr. 106) 106 (hébr. 107) 107 (hébr. 108) 108 (hébr. 109) 109 (hébr. 110) 110 (hébr. 111) 111 (hébr. 112) 112 (hébr. 113) 113A (hébr. 114) 113B (hébr. 115) 114 (hébr. 116A) 115 (hébr. 116B) 116 (hébr. 117) 117 (hébr. 118) 118 (hébr. 119) 119 (hébr. 120) 120 (hébr. 121) 121 (hébr. 122) 122 (hébr. 123) 123 (hébr. 124) 124 (hébr. 125) 125 (hébr. 126) 126 (hébr. 127) 127 (hébr. 128) 128 (hébr. 129) 129 (hébr. 130) 130 (hébr. 131) 131 (hébr. 132) 132 (hébr. 133) 133 (hébr. 134) 134 (hébr. 135) 135 (hébr. 136) 136 (hébr. 137) 137 (hébr. 138) 138 (hébr. 139) 139 (hébr. 140) 140 (hébr. 141) 141 (hébr. 142) 142 (hébr. 143) 143 (hébr. 144) 144 (hébr. 145) 145 (hébr. 146) 146 (hébr. 147A) 147 (hébr. 147B) 148 149 150 Pr 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Qo 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Ct 1 2 3 4 5 6 7 8 Sg 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Si 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 (34) 32 (35) 33 (36) 34 (31) 35 (32) 36 (33) 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 Is 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 Jr 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 Lm 1 2 3 4 5 Ba 1 2 3 4 5
Ez 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Dn 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Os 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Jl 1 2 3 4 Am 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Ab 1 Jon 1 2 3 4 Mi 1 2 3 4 5 6 7 Na 1 2 3 Ha 1 2 3 So 1 2 3 Ag 1 2 Za 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Ml 1 2 3 NOUVEAU TESTAMENT Mt 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Mc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Lc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Jn 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Ac 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Rm 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 1 Co 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 2 Co 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Ga 1 2 3 4 5 6 Ep 1 2 3 4 5 6
Ph 1 2 3 4 Col 1 2 3 4 1 Th 1 2 3 4 5 2 Th 1 2 3 1 Tm 1 2 3 4 5 6 2 Tm 1 2 3 4 Tt 1 2 3 Phm (1) He 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Jc 1 2 3 4 5 1 P 1 2 3 4 5 2 P 1 2 3 1 Jn 1 2 3 4 5 2 Jn (1) 3 Jn (1) Jude (1) Ap 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22
INTRODUCTION GÉNÉRALE
LA BIBLE ET LA LITURGIE
Entre la Bible et la liturgie, les relations sont nombreuses et les influences, déterminantes. La liturgie, juive puis chrétienne, a été l’un des berceaux de la Bible, sans doute même le berceau principal, au point que l’on a pu écrire que la Bible est née de la liturgie. Réciproquement, la Bible est la source principale de la liturgie, dans ses textes et dans ses rites. Enfin, la liturgie est, dans la vie des croyants, le plus important milieu porteur de la Bible : c’est la liturgie qui donne au texte de devenir parole vivante pour la communauté.
La liturgie, berceau de la Bible
La Bible est, en bonne partie, née de la liturgie. Et cela au moins de deux manières : par les textes d’origine proprement liturgique (prières, hymnes, rituels) et par l’usage liturgique de certains textes ayant une autre origine. Cet usage fut souvent décisif pour établir le canon des Écritures, les livres lus dans l’assemblée étant considérés comme parole de Dieu. La Bible comporte un certain nombre de textes liturgiques : c’est évident pour beaucoup de psaumes et de cantiques de l’Ancien et du Nouveau Testament. Mais d’autres textes ont très probablement aussi une origine liturgique. C’est le cas de certains récits, parce qu’ils faisaient partie d’un rite dont ils constituaient un élément essentiel, par exemple le récit de la sortie d’Égypte. Outre les récits fondateurs qui structurent les rites des grandes fêtes et les récits étiologiques qui légitiment telle ou telle démarche cultuelle dans certains sanctuaires, il y a les textes juridiques, qui, en eux-mêmes, n’ont pas une origine liturgique, mais qui sont lus dans la liturgie. Ainsi, c’est dans le cadre de la célébration que, sabbat après sabbat, la Torah s’ancre dans la conscience du peuple de l’Alliance et devient pour lui le centre des Écritures saintes. Déjà, pour l’Ancien Testament, ce sont les livres lus durant la liturgie (au Temple, à la synagogue, en famille) qui devinrent « canoniques ». Inversement, les livres non canoniques ne trouvent pas place dans l’office synagogal ni dans l’enseignement des rabbins. Le poème amoureux qu’est le Cantique des Cantiques doit sans doute son intégration dans le canon (confirmée par les rabbins de Jamnia, en Palestine, autour de l’an 100 de notre ère) non seulement à son interprétation symbolique, désormais seule autorisée officiellement (il s’agirait de l’amour entre Dieu et son peuple), mais aussi à sa lecture dans la liturgie pascale. L’usage liturgique est aussi la raison pour laquelle le livre d’Esther, lu à la fête des Pourim, figure dans le canon juif. L’influence de l’usage liturgique vaut aussi pour les livres de la traduction grecque dite « Septante », qui était communément lue à la synagogue dans la diaspora juive, probablement jusqu’au e VI siècle, et qui a un canon semblable au canon chrétien traditionnel. Des considérations analogues peuvent être faites pour le Nouveau Testament. Nombreux sont les passages d’origine liturgique : non seulement les récits de l’institution de l’eucharistie et les hymnes, mais encore un certain nombre d’homélies, par exemple la Première lettre de Pierre. De façon plus générale, on peut penser que c’est l’utilisation de ces textes dans la liturgie et l’enseignement qui leur a donné une place dans ce qui allait devenir le « Nouveau Testament ». Cyrille de Jérusalem avait déjà exprimé la même chose
à sa manière vers 348, dans une recommandation qui ouvre la liste des ouvrages considérés comme canoniques : « Que seules soient l’objet de votre lecture attentive ces (1) Écritures que nous lisons à l’église en toute confiance . »
La Bible, source principale de la liturgie
Si la liturgie est, pour une part, le berceau de la Bible, on peut dire inversement que, comme une eau coule de source, la liturgie « coule de Bible ». La liturgie juive, puis la liturgie chrétienne, vivent de la Bible : la plupart des lectures qui y sont proclamées sont empruntées à la Bible ; un certain nombre de rites sont d’origine biblique, au point que parfois leur rituel est décrit dans l’Écriture Sainte (rituel sacrificiel, eucharistie, etc.). Et le livre de la Bible lui-même et ses extraits que sont le Lectionnaire et l’Évangéliaire y reçoivent des marques de vénération. Le concile Vatican II déclare : « Dans la célébration de la liturgie, la Sainte Écriture a une importance extrême. C’est d’elle que sont tirés les textes qu’on lit et que l’homélie explique, ainsi que les psaumes que l’on chante ; c’est sous son inspiration et dans son élan que les prières, les oraisons et les hymnes liturgiques ont jailli, et c’est d’elle que les actions et les symboles reçoivent leur signification. Aussi, pour procurer la restauration, le progrès et l’adaptation de la liturgie, il faut promouvoir ce goût savoureux et vivant de la Sainte Écriture dont témoigne la vénérable tradition des rites aussi bien orientaux (2) qu’occidentaux . »
La liturgie, milieu porteur de la Bible
La Bible est donc source principale de la liturgie, mais il est vrai aussi de dire que le texte sacré ne devient parole vive que grâce à la liturgie. Ce fut longtemps vrai pour une e simple raison matérielle : avant l’invention de l’imprimerie, au XV siècle, le prix d’une bible manuscrite était tel que seule une communauté, ou un individu assez riche, pouvait en e faire l’acquisition. Mais il a fallu attendre le renouveau biblique du XX siècle pour que la connaissance de la Bible se diffuse plus largement chez les catholiques. Et l’un des facteurs de cet intérêt plus large pour la Bible a été son utilisation dans la liturgie : le mouvement liturgique a eu une répercussion sur le mouvement biblique. Rien là que de très normal. En effet, c’est dans l’assemblée du peuple croyant que le texte biblique devient pleinement parole vive. Dans la proclamation liturgique, le texte biblique est « en son site » : de texte contenu dans un livre, il devient parole actualisée où le Verbe de Dieu s’adresse, ici et maintenant, à son peuple. Lorsque la parole de Dieu est proclamée dans une assemblée liturgique, qui est l’Église en acte, ce qui se passe est bien plus que la transmission d’un texte : il y a rencontre du Christ lui-même, qui est là et qui parle. Plus fortement encore, c’est dans la liturgie que certaines paroles bibliques se chargent de leur valeur « performative » : c’est en elles que ce qu’elles disent se réalise effectivement. C’est le cas dans les formules sacramentaires, et en particulier dans le récit de l’institution de l’eucharistie. Enfin, c’est dans la liturgie que le texte biblique reçoit son interprétation qui nourrit le peuple de Dieu : non seulement par l’homélie, qui explique et actualise le texte, mais encore par l’attribution de telle péricope à tel moment de l’année liturgique. Par exemple, le simple fait de proclamer la prophétie du Serviteur souffrant d’Isaïe (Is 53) en première lecture de l’office du Vendredi saint manifeste la dimension christologique et sotériologique de ce texte, sans qu’il soit besoin d’y ajouter un commentaire.
LES TRADUCTIONS BIBLIQUES DANS LES LITURGIES
En raison des relations privilégiées entretenues par la Bible et la liturgie, une traduction liturgique de la Bible se situe à un carrefour, celui où se croisent la transmission de la parole de Dieu et la prière de l’Église.
Proclamation de la Parole et prière de l’Église
Chaque fois que la parole de Dieu est proclamée à un groupe réuni pour l’écouter, l’Église se constitue. Comme on le sait, l’Église est étymologiquement une convocation, un appel à entendre la parole de Dieu. Quelle que soit la valeur de la lecture individuelle de l’Écriture, rien ne remplace la proclamation de cette Écriture dans le groupe des croyants. La proclamation de la parole de Dieu dans ce groupe le constitue comme Église en acte, car le Christ lui-même s’y rend présent de manière particulière, même si aucun sacrement n’y est célébré. C’est ce que déclare, à propos de la liturgie des Heures, laPrésentation générale de la liturgie des Heures, qui parle de présence particulière du Christ quand la parole de Dieu est proclamée dans la communauté assemblée : « Il est lui-même présent dans cette liturgie pendant que la communauté est rassemblée, que la parole de Dieu est (3) proclamée et que “l’Église prie et chante les psaumes ”. » Une traduction réalisée explicitement dans ce dessein participe donc à son ecclésialité. Elle permet à la parole de Dieu de nourrir la prière du peuple assemblé. Une des conséquences de cette situation est l’implication de l’autorité de l’Église dans l’approbation d’une telle traduction. Aujourd’hui, il faut un acte de l’autorité épiscopale pour qu’une traduction acquière le statut liturgique, parce que la proclamation liturgique du texte (4) biblique traduit est en fait un acte de Tradition, de transmission autorisée de la foi . Cette procédure d’approbation n’a pas toujours été requise : les deux plus grandes versions anciennes de la Bible, la traduction grecque de la Septante et la traduction latine de la Vulgate, se sont imposées non pas par une décision de l’autorité mais par leurs qualités internes, qui en ont fait un texte bien adapté à l’usage ecclésial. Dans le cas de la Vulgate, c’est lesensus Ecclesiaeou « sens de l’Église » qui a joué, bien avant la reconnaissance officielle par le concile de Trente. Par ailleurs, l’histoire montre qu’une traduction liturgique de la Bible ayant subi l’épreuve des siècles fonctionne presque comme un lieu théologique, c’est-à-dire une source de la foi, et cela pour le meilleur et pour le pire. Le risque est grand, en effet, d’absolutiser une traduction, qui reste toujours plus ou moins distante du texte original, selon son degré de fidélité.
Les traductions anciennes de la Bible
Après ce qui vient d’être dit, on pourrait être tenté de croire que toutes les versions anciennes ont eu la liturgie pour berceau. La situation est plus complexe. S’il est vrai que les premières traductions, lestargoumsavaient la liturgie non seulement pour araméens, cadre mais encore comme milieu vital, puisqu’il s’agissait de traductions orales improvisées pendant l’office, la première grande traduction de la Bible, la version grecque dite des Septante, ne semble pas avoir eu le culte comme première finalité. En fait, cette traduction, de la seule Torah pour commencer, répondit à la fois au désir des Juifs d’Égypte de suivre leur propre loi et à la volonté du souverain de la connaître. Son but et sa fonction furent à la fois juridiques – rendre accessible en langue grecque le droit juif, qui acquerrait ainsi un statut de droit public – et culturels – conserver dans la bibliothèque d’Alexandrie un exemplaire compréhensible, donc traduit en grec, de la Loi juive. Cette traduction fut adoptée par la communauté juive de langue grecque, qui lui préféra ensuite celle, plus littérale, d’Aquila (vers 100), avant de devenir l’Ancien Testament des chrétiens
de langue grecque et donc de jouer un rôle décisif, jusqu’à nos jours, dans la liturgie et la théologie chrétiennes de langue grecque. Même si elle n’a pas été faite en vue de la liturgie, la Septante se révéla, à l’usage, bien adaptée à celle-ci. Plus tard, quand le christianisme se répandit en dehors du monde grec, c’est sur la Septante que furent faites nombre d’autres versions anciennes : en arménien, en copte, etc., et même en latin, en Afrique notamment, puis à Rome, lorsque la communauté chrétienne romaine passa du grec au latin. Les versions latines antérieures à la Vulgate, désignées sous le terme de Vetus latina ou Vieille latine, traduisent non pas l’hébreu mais le grec de la Septante. e À la fin du IV siècle, saint Jérôme (vers 347-420), lié au pape Damase (366-384), voulut offrir au public latin une traduction de la Bible « selon la vérité hébraïque », c’est-à-dire traduisant l’hébreu et écrite dans une langue plus littéraire que celle des Vieilles latines. Contrairement à ce que pourrait faire croire son emploi progressif, puis prépondérant, dans la liturgie latine à partir du début du Moyen Âge, la Vulgate n’avait pas, à l’origine, une destination liturgique. Mais, à cause de sa qualité, la « réception » de cette traduction dans les communautés de langue latine fut telle qu’elle s’imposa peu à peu comme la seule traduction digne d’être employée dans la liturgie. L’histoire ultérieure fut très différente en Orient et en Occident. En Orient, on traduisit la liturgie et la Bible dans les diverses langues locales. En Occident, par contre, la seule langue liturgique fut le latin, l’exception la plus célèbre pour la liturgie romaine étant, au e IX siècle, la version des saints Cyrille et Méthode, lors de la pénétration du christianisme dans les pays slaves. La création de cette version slave donna lieu à la première querelle linguistique liturgique en Occident. Si, au cours du Moyen Âge occidental, la Bible fut traduite dans les principales langues nationales, ce ne fut pas en vue de la liturgie. e Jusqu’au XVI siècle, donc, l’Occident ne pratiqua qu’une liturgie latine. Les textes (5) bibliques étaient empruntés à la Vulgate . Celle-ci fut solennellement authentifiée au concile de Trente, à l’époque où les Églises de la Réforme faisaient un pas de plus et adoptaient les langues vivantes pour le culte. En vue de celui-ci, mais aussi en vue de l’enseignement et de la lecture individuelle, ces Églises traduisirent la Bible dans les diverses langues européennes. La Bible de Luther et la version King James sont parmi les plus célèbres.
La traduction liturgique aujourd’hui
En 1963, le concile Vatican II voulut ouvrir plus largement aux catholiques le trésor de (6) la parole de Dieu et introduisit les langues vivantes dans la liturgie de rite latin. Ce n’est que progressivement que les directives postconciliaires élargirent l’usage liturgique de la langue vivante, mais il était recommandé dès le début que les lectures bibliques proclamées dans une célébration à laquelle participait le peuple fussent faites dans la (7) langue de celui-ci . D’où la mise en chantier de traductions adéquates. En 1965 eut lieu à Rome un congrès international sur les traductions liturgiques. C’est dans un discours prononcé à l’occasion de ce congrès que le pape Paul VI fit une importante déclaration. Les traductions publiées avant le Concile, fit-il remarquer, « avaient pour but de faire comprendre aux fidèles les rites célébrés en langue latine ; c’étaient des auxiliaires pour le peuple, qui ne connaît pas cette langue ancienne. Mais maintenant les (8) traductions font partie des rites eux-mêmes, elles sont devenues la voix de l’Église ». Le statut ecclésial des traductions avait donc changé : la traduction devenait elle-même texte liturgique. En 1969, le Consilium, organe chargé d’appliquer la constitution de Vatican II sur la liturgie, publia une instruction concernant la traduction liturgique en général et celle de la