26 pages
Français

La Genèse de la modernité dans le judaïsme médiéval/ The Emergence of Modernity in Medieval Judaism - article ; n°1 ; vol.91, pg 137-160

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Archives des sciences sociales des religions - Année 1995 - Volume 91 - Numéro 1 - Pages 137-160
La sociologie des judaïcités contemporaines a fait négliger la sociologie du judaïsme mais pour la rendre possible, il faut reconsidérer le partage épistémologique tradition/modernité, privé/public qui retranchent en règle générale le judaïsme de la socialite et de l'historicité. En tentant de reconstituer une genèse de la modernité juive à travers l'évolution de la société et du judaïsme traditionnels, l'auteur tente de rassembler les éléments pour construire à nouveaux frais un modèle sociologique systématique du judaïsme. S'inspirant de la méthode de Louis Dumont, et développant une approche anthropologique des textes, il identifie dans la philosophie juive (la synthèse du juif et du grec), le processus de rupture de la tradition (et dans la tradition) qui conduit à la modernité. A travers la succession de trois phases (médiation, négativisation, positivité) dont la plus importante fut celle de la théologie apophatique maïmonidienne (XIIe siècle), le champ socio-politique se distingue puis se sépare progressivement de la tutelle normative de la religion.
Many sociological studies have been devoted to the contemporary Jewries, at the expense of a sociology of judaism. To make such a sociology possible, we must question the epistemological duality tradition/modernity, private sphere/public sphere, which may lead researchers to overlook judaism's social and historical developments. Aiming at a reconstitution of the emergence of Jewish modernity through the evolution of society and of traditional judaism, the author endeavors to collect the necessary elements for the constitution of new a systematical sociological model of Judaism. Adopting Louis Dumont's method, and using an anthropological approach to study the texts, he locates the roots of the process of emancipation from tradition that led to modernity in Jewish philosophy -a synthesis of Jewish and Greek elements. Through three successive stages: mediation, negation, positiveness, among which the most important was Maimonides' apophatical theology in the 12th century, the socio-political realm progressively distinguished and separated itself from the normative supervision of religion.
Los sociólogos se interesarón más por las judaicidades contemporáneas que por el judaísmo. Una sociología del judaísmo será posible cuando se reconsidere las distinctiones epistemológicas tradición/modernidad, privado/público que situan habitualmente el judaismo fuera de la socialidad y de la historicidad. Intentando reconstituir una génesis de la modernidad judía a través de la sociedad y del judaismo tradicionales, el autor reune los elementos necesarios para construir un nuevo modelo sociológico sistemático del judaísmo. Inspirandose del método de Louis Dumont, y desarollando un punto de vista antropológico sobre los textos, identifica el proceso de ruptura de la tradición que conduce a la modernidad en la filosofía judía (sintesis del griego y del judío). Se distinguen tres fases (mediación, negativisación, positividad). La más importante fue la de la teologia apofática de Maimónides y sus seguidores (siglo XII). En este proceso, el campo socio-politico se distingue y luego se separa progresivamente de la tutela normativa de la religión.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de lectures 15
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Shmuel Trigano
La Genèse de la modernité dans le judaïsme médiéval/ The
Emergence of Modernity in Medieval Judaism
In: Archives des sciences sociales des religions. N. 91, 1995. pp. 137-160.
Citer ce document / Cite this document :
Trigano Shmuel. La Genèse de la modernité dans le judaïsme médiéval/ The Emergence of Modernity in Medieval Judaism. In:
Archives des sciences sociales des religions. N. 91, 1995. pp. 137-160.
doi : 10.3406/assr.1995.1074
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1995_num_91_1_1074Resumen
Los sociólogos se interesarón más por las judaicidades contemporáneas que por el judaísmo. Una
sociología del judaísmo será posible cuando se reconsidere las distinctiones epistemológicas
tradición/modernidad, privado/público que situan habitualmente el judaismo fuera de la socialidad y de
la historicidad. Intentando reconstituir una génesis de la modernidad judía a través de la sociedad y del
judaismo tradicionales, el autor reune los elementos necesarios para construir un nuevo modelo
sociológico sistemático del judaísmo. Inspirandose del método de Louis Dumont, y desarollando un
punto de vista antropológico sobre los textos, identifica el proceso de ruptura de la tradición que
conduce a la modernidad en la filosofía judía (sintesis del griego y del judío). Se distinguen tres fases
(mediación, negativisación, positividad). La más importante fue la de la teologia apofática de
Maimónides y sus seguidores (siglo XII). En este proceso, el campo socio-politico se distingue y luego
se separa progresivamente de la tutela normativa de la religión.
Résumé
La sociologie des judaïcités contemporaines a fait négliger la sociologie du judaïsme mais pour la
rendre possible, il faut reconsidérer le partage épistémologique tradition/modernité, privé/public qui
retranchent en règle générale le judaïsme de la socialite et de l'historicité. En tentant de reconstituer
une genèse de la modernité juive à travers l'évolution de la société et du judaïsme traditionnels, l'auteur
tente de rassembler les éléments pour construire à nouveaux frais un modèle sociologique
systématique du judaïsme. S'inspirant de la méthode de Louis Dumont, et développant une approche
anthropologique des textes, il identifie dans la philosophie juive (la synthèse du juif et du grec), le
processus de rupture de la tradition (et dans la tradition) qui conduit à la modernité. A travers la
succession de trois phases (médiation, négativisation, positivité) dont la plus importante fut celle de la
théologie apophatique maïmonidienne (XIIe siècle), le champ socio-politique se distingue puis se
sépare progressivement de la tutelle normative de la religion.
Abstract
Many sociological studies have been devoted to the contemporary Jewries, at the expense of a
sociology of judaism. To make such a sociology possible, we must question the epistemological duality
tradition/modernity, private sphere/public sphere, which may lead researchers to overlook judaism's
social and historical developments. Aiming at a reconstitution of the emergence of Jewish modernity
through the evolution of society and of traditional judaism, the author endeavors to collect the necessary
elements for the constitution of new a systematical sociological model of Judaism. Adopting Louis
Dumont's method, and using an anthropological approach to study the texts, he locates the roots of the
process of emancipation from tradition that led to modernity in Jewish philosophy -a synthesis of Jewish
and Greek elements. Through three successive stages: mediation, negation, positiveness, among which
the most important was Maimonides' apophatical theology in the 12th century, the socio-political realm
progressively distinguished and separated itself from the normative supervision of religion.Arch de Sc soc des Rel. 1995 91 juillet-septembre 137-160
Shmuel TRIGANO
LA GENESE DE LA MODERNITE
DANS LE JUDA SME DI VAL
une ré-évaluation du partage épistémologique
tradition-modernité
Le projet étudier le judaïsme dans la perspective des sciences sociales
se heurte deux problèmes dont importance est autant réelle que théorique
voire épistémologique La centralité de la dimension religieuse dans la plupart
des manifestations liées au judaïsme porterait en effet logiquement le cher
cheur voir un phénomène limité la vie religieuse inscrit donc dans
le modèle des partages privé/public tradition/modernité qui définissent
classiquement la sphère de la religion Par ailleurs la puissance de la tex-
tualité dans cette religion toute organisée en fonction un livre la Bible
le Livre par excellence tendrait imposer évidence de approche théolo
gique ou philologico-littéraire plutôt que de celle des sciences sociales 2)..
un côté comme de autre jouent en effet des logiques qui retranchent
le fait juif de la socialite et de historicité ce qui pour conséquence
en faire intrinsèquement un objet qui échappe la saisie des sciences so
ciales qui ne trouvent plus dès lors exercer que dans le champ exclusif
du judaïsme contemporain est sans doute là un point de vue qui fait
corps avec la conscience moderne Il est forgé en tous cas travers toute
une histoire idéologique autant institutionnelle en rapport direct avec la
destinée des Juifs dans la société après mancipation Les Juifs devenaient
citoyens et naturellement ils étaient censés avoir plus histoire 4). ni
de société étude académique de leur réalité qui date de cette époque même
avec la fondation de la Wissenschaft des Judentums se concentrait désormais
sur leur littérature leur histoire passée et leur théologie 5)
On comprend ainsi combien les difficultés inhérentes une sociologie du
judaïsme et non plus seulement des judaïcités contemporaines sont liées
la nature et la conception que le chercheur se fait de la modernité et spé
cialement de la modernité juive De nombreux historiens du judaïsme depuis
deux siècles sans compter la conscience courante sont ainsi partis du principe
que la modernité juive parce il eut très tôt un tel phénomène
était un décalque une conséquence une imitation une adaptation de la
137 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
modernité européenne déterminée de extérieur. Sans nier impact de la sur le judaïsme car notre hypothèse est au contraire
que le judaïsme doit être compté parmi ses acteurs) idée que le judaïsme
moderne serait radicalement allogène par rapport ses antécédents tradi
tionnels ruine la possibilité même de le construire comme un objet sociolo-
gique car ce serait lui dénier toute cohérence systématique sans laquelle il
aurait pas analyse digne de ce nom sauf imaginer que le judaïsme
contemporain est né ex nihilo de la table rase faite par la modernité est-ce
qui lie le judaïsme contemporain au judaïsme traditionnel est la
question capitale il faut poser parce que on arrive pas hui
lier étude du judaïsme celle du judaïsme tout court
De quoi parle-t-on on parle de judaïsme est-ce une science
dont la principale découverte consisterait faire évanouir objet même dont
elle traite 7) se demande Durkheim propos de la science de la religion
en écartant idée que le phénomène religieux relèverait de illusion. est
pourquoi la reconsidération des notions courantes de idéologie moderne
pour reprendre la notion de Louis Dumont concernant la modernité
juive est le passage obligé une approche sociologique du judaïsme
LES HYPOTHESES UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE DU JUDA SME
Dans une telle perspective il nous faut partir de hypothèse une accep
tion nouvelle du judaïsme non plus saisi comme un ensemble de croyances
et de structures propres la tradition laquelle la modernité venue ailleurs
se serait substituée mais comme un ensemble cohérent transcendant le par
tage tradition/modernité religion/civilité La notion de fait juif me sem
ble la plus adéquate pour accéder ce point de vue synthétique heuristique
Elle manifestement avantage de transcender la dimension dogmatique
implique la notion de judaïsme elle même toute relative la moder
nité 10 Considéré dans cette perspective le fait juif englobe aussi bien
hérésie que orthodoxie Il permet de rendre compte la fois de la cen-
tralité des textes et des comportements qui en divergent de la religiosité autant
que du politique et du social qui ne lui sont pas forcément adéquats dans
une même unité fonctionnelle et structurelle Par fait juif nous entendons
comme Mauss toute la dimension synchronique du fait social total en ce
il permet de saisir la cohérence rationnelle un ensemble de manifestations
très diverses sans en négliger aucune aussi bien les groupes sociaux que les
textes les croyances les institutions etc.) mais nous ajoutons également
la dimension diachronique puisque dans le prisme du fait juif il agit
de comprendre dans le même cadre théorique et non dans exclusion réci
proque la société traditionnelle et la société moderne Rationalité cohérence
structurelle assumant la diversité des manifestations caractère systématique
compréhensibilité sont donc les hypothèses qui doivent présider étude du
phénomène juif défini comme un système global dans la perspective
des sciences sociales
étude de la modernité juive sur de telles bases aurait incontestablement
une valeur paradigmatique pour penser le phénomène religieux dans la mo
dernité et rétroactivement la nature de la modernité La remise en jeu du
138 LA MODERNITE DANS LE JUDAISME MEDIEVAL
partage tradition/modernité permet en effet de questionner les fondements
même des science sociales et de remettre en question les points aveugles les
plus forts de idéologie moderne
La société moderne devrait ainsi être pensée non plus comme antithèse
de la tradition mais replacée dans la continuité une unique évolution
née du travail de la tradition sur elle-même et la modernité politique de
vrait être éclairée par évolution du champ religieux dans univers tradition
nel
Si donc on part de hypothèse que la modernité juive une réalité
sui generis est-à-dire en occurrence elle est pas un décalque passif
ou semi-actif une modernité qui se déroulerait en dehors elle elle
aurait un rapport intrinsèque avec la société traditionnelle la question qui se
pose est celle de la genèse de cette modernité Genèse et non généalogie
filiation directe il agit ici de rassembler les éléments qui expliquent la
mise en place de la modernité Cette hypothèse est point exorbitante elle
une crédibilité historique objective Tout en comprenant une part orientale
et nord-africaine le judaïsme était présent en terre européenne depuis les
temps les plus anciens même il subissait la condition politique de étranger
époque médiévale et on verra son importance été occasion un
échange continu entre les trois religions monothéistes dans une synergie unis
sant le Moyen Orient Afrique et Europe est ce qui fait que on ne
peut parler de la modernisation des Juifs dans les termes dans lesquels on
parle de celle des sociétés extra européennes
est ce type enquête est conduit Louis Dumont il remet
en cause idéologie moderne idéologie de la table rase et la définition
de la modernité comme antithèse de la tradition. est dans cet esprit il
entreprend de reconstruire le processus moderne dans son évolution travers
une genèse des valeurs modernes Il agit pour nous de comprendre les voies
de la modernisation dans la société juive traditionnelle voies qui retrouvent
évidemment celles de Europe occasion de quelques périodes-clef dans
le même esprit un Max Weber sondant la modernité universelle dans les
reins du seul protestantisme ou de la théodicée prophétique biblique. tra
vers ce processus de modernisation il agit de comprendre comment univers
de référence traditionnel cadre même de la vie sociale est effacé et fait
place une autonomisation de la Cité la société civile autant que instance
politique par rapport aux normes religieuses comment un monde ni brus
quement tombé du ciel ni transposé est né un autre
Un tel projet de construction une généalogie oblige repérer un moment
de rupture historique une faille travers laquelle on puisse appréhender les
origines du processus de la modernisation en acte Louis Dumont parle ce
propos un de scissiparité il illustre dans son uvre en fai
sant la généalogie des valeurs modernes des configurations symboliques
travers lesquelles il enquête sur la constitution de nouvelles sphères auto-
nomisant une par rapport autre le politique se détachant du religieux
et économique du politique Dumont ne fait en définitive que retrouver idée
weberienne de rupture prophétique comme moteur de la rationalisation Il
ne agit certainement pas de trouver cette origine dans un événement histo
rique unique Ce serait recourir encore une fois un deus ex machina dans
la veine de idéologie de la table rase de la modernité est plutôt
des processus sociaux et cognitifs de longue durée il nous faut trouver les
139 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
éléments de cette genèse traditionnelle et religieuse du moderne et du poli
tique
Ce projet redonne son importance la centralité des textes et la pos
sibilité de les entrevoir dans la perspective des sciences sociales Il ne agit
pas de inscrire dans histoire des idées encore moins avancer naïvement
que ce sont les idées qui font histoire mais de lire dans les grands moments
de la pensée collective et les systèmes de représentations qui ont tracé le
cadre du débat et du conflit social diverses époques les configurations sym-
bolico-historiques et sociales qui se sont enchaînées successivement les unes
aux autres pour conduire la société moderne Les représentations collectives
apparaissent ainsi comme la face émergée de iceberg Dumont social
comme indice unique de sa réalité cachée est autant plus vrai que le
judaïsme est une société où le texte joue un rôle societal central une société
textocentrique Nous pourrions voir dans cette démarche une approche an
thropologique des textes et du mouvement historique qui les produit et ils
structurent parce que est en effet un point de vue de extérieur qui est
porté sur eux inverse du point de vue philosophique ou du point de vue
littéraire) qui ne néglige pas pour autant leur cohérence et leur effectivité
interne en les rabattant simplement comme le ferait un marxisme vulgaire
sur les formations sociales ce qui aurait pour conséquence de les vouer
étude théologique avec toute la nuance négative que cela aurait alors
Il est évident que les textes que on considère ne sont pas le fruit de ima
gination et de idiosynchrasie auteurs secondaires sans que dans cette qua
lification nous émettions un jugement hiérarchique Il agit bien au
contraire de intéresser des dans lesquels des époques entières et
des générations se sont reconnues au point que est dans leurs termes que
la synergie sociale pu se dire et se construire Comme le dit bien Silver
propos de la controverse maïmonidienne Maïmonide fut le contexte
de la querelle mais non son contenu 11 Ce est pas aux idées en soi
mais aux configurations de pensée il faut intéresser et dans ces confi
gurations tenter de lire les configurations sociales politiques et historiques
Bien évidemment il faut alors aider de la science historique pour pouvoir
analyser en parallèle les formes sociales et politiques Nous cherchons lire
dans ces configurations le moment et les étapes successives de la structu
ration de autonomisation du politique par rapport au religieux de la tradi
tion comment la cité politique est constituée comme une sphère autonome
par rapport la norme religieuse et ceci partir une évolution intrinsèque
de la religion elle-même On voit que dans cette approche se retrouvent
conjuguées comme aux origines des sciences sociales la sociologie de la
connaissance et la sociologie de la religion avec toutes les questions ma-
crosociologiques et notamment articulation des représentations et des formes
sociales que cette démarche soulève
LE TOURNANT MODERNE LA LUMIERE DE LA THEOLOGIE
APOPHATIQUE
Gershom Scholem cru trouver le moment clef de cette généalogie dans
la crise provoquée par le messianisme sabbatianiste 12 On remarquera
140 LA MODERNIT DANS LE JUDA SME DI VAL
une telle hypothèse se fonde aussi sur le scénario de la rupture On ne
peut mieux trouver pour expliquer que cette hérésie antinoméenne qui pul
vérise le judaïsme rabbinique et prône de surcroît la conversion islam
abord puis au christianisme dans son epigone frankiste 13 La grande in
fluence que le sabbatianisme exer dans le monde juif et la force de la réac
tion son égard pourraient accréditer la plausibilité de cette thèse Plus
généralement époque du sabbatianisme se déploient en Europe toutes
sortes de mouvements hérétiques et messianiques qui annoncent le change
ment époque et qui peuvent être comptés parmi les prodromes de la mo
dernité Scholem ailleurs pris part un colloque dirigé par Jacques Le
Goff sur un semblable thème 14 Cependant tout en reconnaissant impor
tance de la rupture sabbatianiste une des lointaines conséquences de la cassure
de histoire et de la société juives que représente expulsion Espagne en
1492 il nous semble elle est préparée par un processus qui lui est antérieur
et dont elle est un moment paroxystique plaque tournante sans doute
mais non pas origine Le sabbatianisme ne surgit pas dans un vide idéologique
et social mais dans un contexte et un édifice historiques qui doivent constituer
objet central de investigation
Les enjeux du mouvement philosophique médiéval
est dans la philosophie religieuse qui va connaître au Moyen Age un
grand développement que on peut rechercher le moment de rupture de
mise en marche des éléments de la société traditionnelle origine du
processus moderne est bien ce qui se produit avec entreprise inédite une
pensée qui cherche marier le logos grec et le texte révélé aventure unique
dans histoire des civilisations et de la pensée en ce elle opère une syn
thèse de esprit de deux ordres de civilisation différents économie synthé
tique du grec et du juif économie symbolique et pratique nouvelle qui en
résulte ébranle sans aucun doute ordre intérieur de la civilisation du judaïsme
tout autant elle reflète son évolution Mais elle se déploie aussi dans les
trois monothéismes héritiers de la Parole sinaïtique le mouvement naît dans
le monde musulman qui redécouvre la philosophie grecque en Syrie et en
reprend étude puis parvient par les routes de empire arabe en Occi
dent via Espagne où il est repris par les Juifs qui aident le transmettre
aux universités naissantes de Europe Entre-temps les Juifs construisent un
discours philosophique rationnel qui vise rendre compte des vérités de
la religion. On comprend combien ce mouvement intellectuel est au carrefour
une modernité qui se cristallisera en Europe
vrai dire invention absolue une philosophie religieuse ne date pas
de cette époque médiévale mais de époque hellénistique aux débuts de ère
chrétienne avec entreprise monumentale un Philon Alexandrie Philon
le Juif -20 40 qui le premier pense la révélation sinaïtique dans les
termes de la conceptualité grecque et dont uvre joue un rôle déterminant
sur la pensée des Pères de glise au point que on pu dire que sans
Philon il avait pas de christianisme..
141 ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS
II faut comprendre la démarche du philosophe juif La confrontation du
texte biblique et de la conceptualité grecque oblige une herméneutique
systématique Le texte biblique présente en effet une structure trop particu
larisante noms propres noms de lieux situations spécifiques... au regard du
concept philosophique abstrait intemporel et lisse Si on défend le principe
une équivalence un recouvrement ou une identité essentielle des deux
ordres de pensée comme le fait le philosophe religieux il faut alors le jus
tifier car rien dans les deux registres textuels ne semble en apparence concor
der Cette obligation le contraint en retour proposer une théorie de la nature
et de la finalité sociale un texte qui dit apparemment autre chose que ce
que le philosophe veut en faire entendre Ainsi le philosophe juif doit-il tou
jours répondre essentiellement de trois problèmes Comment un Dieu réputé
abstrait et absolu pourrait-il être connu par le biais des anthropomorphismes
bibliques des formes de la subjectivité humaine appliquées la divinité
Comment un Dieu réputé universel et infini parle-t-il une langue spécifique
et dans un nombre limité de textes Comment le Dieu de tous les hommes
peut-il adresser un peuple particulier En somme le philosophe dans
quation il construit entre révélation et logos doit rendre compte de la na
ture anthropomorphique du texte censé porter la vérité philosophique de la
finalité sociale et historique de cet état de fait la fonction des anthropomor
phismes dans la société humaine) de la consistance et de la nature de la
société qui re le texte de la révélation Dans toutes ces questions trans
paraît implicitement la question de la subjectivité de la société politique de
la connaissance On peut retrouver leur prisme uvre dans toute la lignée
de la tradition philosophique juive de Philon Alexandrie Mendelssohn
dans Allemagne du XVIIIe siècle histoire de la philosophie juive est de
notre point de vue anthropologique de la dérive comme on
parle de la dérive des continents sociale de ces questions reprises époque
en époque par les générations successives et auxquelles des réponses chan
geantes sont apportées au fil du temps Les questions demeurent semblables
tant que le texte conserve sa centralité mais les réponses suivent une évo
lution celle là même qui conduit la modernité Le philosophe religieux est
ainsi astreint une entreprise de traduction intellectuelle une pensée dans
les termes une autre est bien ailleurs de traduction tout court il est
question chaque fois un moment important de la philosophie juive est en
jeu Ainsi on ne peut penser entreprise de Philon Alexandrie sans prendre
en considération la traduction des Septante De même le philosophe juif qui
reprend le flambeau de la philosophie religieuse juive après une interruption
apparente de plusieurs siècles Saadia Gaon 882-942 est aussi auteur de
la traduction en arabe de la Bible sur les bases de laquelle uvre maimo-
nidienne se construit dans la langue judéo-arabe Quand Mendelssohn il
est lui-même auteur une traduction en allemand de la Bible..
La philosophie juive connu différentes économies symboliques On peut
distinguer trois configurations de ce rapport binaire du logos rationnel et de
la révélation
Le premier âge de la philosophie juive est celui de la médiation Philon
Alexandrie comme plus tard Saadia Gaon fait intervenir la médiation du
logos chez Philon 15 ou de la gloire créée chez Saadia Gaon 16)
pour relier formellement et structurellement les deux registres était là une
invention capitale qui annon ait la fin du monde antique où triomphait un
142 LA MODERNIT DANS LE JUDA SME DI VAL
dualisme métaphysique jusque et compris ce qui est paradoxal dans un
univers fondamentalement moniste dans le monde juif avec la mouvance
essénienne et son idéologie de la guerre des fils de la lumière contre les
fils des ténèbres Sans doute peut-on comprendre son invention par Philon
la lumière de imperium universel romain unifiant ensemble du monde
antique et articulant des religions et des civilisations différentes. Le logos
devient ainsi la médiation du Dieu infini et du monde sensible tandis que la
condition de peuple Israël se voit allégorisée Le logos seule vérité acces
sible aux hommes la recherche de Dieu 17) bientôt son substitut se mani
feste dans évidement de la collectivité et de la divinité Ainsi la Tora fait-elle
figure de logos de médiation servant autres fins elle-même une cer
taine fa on la catégorie du logos plus de vérité que le texte révélé dans
sa formalité et se substitue assemblée de la révélation sinaïtique dans le
vis-à-vis avec le texte Philon fait ainsi la différence entre les mikropolitaï
citoyens un petit tat 18 horizon borné qui ne voient que la dimen
sion littérale du texte et ceux qui sont en quelque sorte les citoyens du
monde dont intelligence va au fond des choses et qui eux ont la connais
sance intérieure affranchie des formes externes et sont en communication
avec le logos Le Temple réel le texte littéral ont désormais de sens que
pour ceux qui ne savent pas élever au niveau du savoir philosophique 19
Il se produit déjà un décentrage du texte révélé et de la société traditionnelle
de la vie religieuse plus généralement qui renvoie un autre plan qui lui est
supérieur abstrait et dont elle est que le décor factuel la cause externe
Cette dissociation ne fera que approfondir travers histoire Avec Philon
le Logos accapare désormais toute la puissance symbolique du divin du texte
révélé du peuple qui en sont plus que les instruments La dissociation reste
cependant théorique et unité du texte et du logos reste maintenue car le
philosophe développe simultanément une herméneutique fondée sur la mé
thode allégorique 20 reposant sur le principe ambivalence du texte.
La notion de représentation prend ici une signification nouvelle Dans ce
décollement implicite de la vérité et de sa mise en acte textuelle histo
rique est tracé déjà clairement un champ nouveau pour le politique et la cité
La vérité religieuse ou plutôt la vérité qui devient alors uniquement reli
gieuse est distinguée de ses réalisations mondaines et contingentes Elle se
détache ici théoriquement de édifice social qui la porte pourtant manifes
tement Remarquons que Philon assigne au partage de la vérité littérale/al
légorique une dimension et une finalité directement et uniquement politique
la citoyenneté dans tat La vérité désormais peut se doter autres re
présentations autres vêtements est par exemple sur de telles bases
que le christianisme pu se définir comme un substitut de ancien Israël
Tout le modèle bipolaire de la chrétienté politique médiévale empire pa
pauté est déjà en puissance dans ce partage sous le signe un principe de
vérité unique
Le moment maïmonidien
Chez Philon Alexandrie les deux éléments de la synthèse sont donc
posés et dissociés Le champ autrefois unique de la tradition se dédouble et
la contradiction des deux plans trouve se résoudre dans une tierce partie
143 DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS ARCHIVES
le logos qui leur est en fait extérieur et transcendant Avec Maïmonide dix
siècles plus tard qui reprend le projet de la philosophie juive déjà remis en
route par Saadia Gaon IXe siècle) cette tierce partie se voit si on peut
dire intériorisée de fa on dynamique et dialectique par une pensée de la
négativité Ce moment maïmonidien nous semble déterminant Non seulement
le logos disparaît en tant instance de médiation et une nouvelle économie
symbolique des deux vérités la raison et la révélation se met en place mais
cette fois entreprise philosophique et effort herméneutique prennent une
dimension centralement et manifestement politique
En posant impossibilité affirmer toute proposition positive concernant
Dieu Maïmonide met en uvre une méthode de dessensibilisation du texte
biblique 21) qui pour effet de réduire tous les anthropomorphismes et les
tournures de pensée et de langage faisant référence au sensible trame même
du texte biblique pour les traduire dans le langage du concept Il avance que
toute proposition négative concernant la divinité constitue la plus haute
connaissance que on puisse avoir de Dieu résultat un savoir supérieur
En effet affirmer quelque chose de Dieu est particulariser son être absolu
et le mettre sous le signe de la corporéïté car dire Dieu est puissant est
ajouter au sujet divin et donc le mettre en position de subir la contingence
et donc la perte. Tout attribut. doit être con comme la négation de ce
qui en est le privatif 22 Il faut réfléchir au sens de cette négativité
Dans la conception maïmonidienne il ne agit pas purement et simple
ment une négation mais une négation de la privation plus précisément
si on traduit littéralement le terme technique hébraïque usité une néan-
tisation de absence est-à-dire queje ne puis affirmer de Dieu autre chose
que absence en son être un défaut de être nier en lui absence une
qualité. Par exemple je ne dirais pas Dieu est puissant car celui qui est
puissant court le risque être faible mais Dieu est pas faible proposi
tion infinie sur le modèle est non-B) qui élimine un attribut une
infinité attributs et qui reste ainsi intacte
Dans ces jeux de mots et de langue scholastiques se trame la naissance
de la modernité Wittgenstein se profile déjà. Ils engagent en effet un travail
de dessubstantialisation de la société traditionnelle et de ses croyances mené
au nom bien sûr de la recherche de leur plus haute perfection mais dont
histoire ultérieure connaîtra une destinée échappant intention de leurs
auteurs On ne peut empêcher de voir que dans la réflexion sur les anthro
pomorphismes sur la corporéïté et son statut dans ordre de la vérité la
société traditionnelle réfléchit aussi sur sa propre réalité sociétale et sa pro
pre reconfiguration intuition sociocentrique de analyse durkheimienne de
la religion se vérifie ici En négativisant le texte et son contenu la pensée
maïmonidienne est écho un processus évidement de la société tradition
nelle. est autant plus vrai que dans tout ce débat il est clair pour le
philosophe et le théologien que les attributs divins sont les leviers de
commande divins 23 pour régir humanité
La question de la nature et de la consistance des cadres de la société et
de la connaissance propres la société traditionnelle se pose très vite dans
une telle perspective En effet si enjeu de herméneutique biblique est cette
négativisation si cette connaisance en négatif est la finalité du texte quel
besoin avait-il des anthropomorphismes une langue spécifique un peu-
144