LA STRUCTURATION DU DISCOURS ÉVANGÉLIQUE CHEZ LUC ET LA THÉOLOGIE ...
137 pages
Français

LA STRUCTURATION DU DISCOURS ÉVANGÉLIQUE CHEZ LUC ET LA THÉOLOGIE ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
137 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LA STRUCTURATION DU DISCOURS ÉVANGÉLIQUE CHEZ LUC ET LA THÉOLOGIE ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 526
Langue Français

Exrait

FACULTÉ DE THÉOLOGIE ÉVANGÉLIQUE DE BANGUI BANGUI EVANGELICAL GRADUATE SCHOOL OF THEOLOGY B.P. 988 / Tél: (236) 61.14.93 / Bangui - République Centrafricaine LA STRUCTURATION DU DISCOURS ÉVANGÉLIQUE CHEZ LUC ET LA THÉOLOGIE AFRICAINE ESSAI HERMÉNEUTIQUE À PARTIR DE LUC 1.1-4 Mémoire de Maîtrise en Théologie Présenté et soutenu par: OUOBA Élisée Membres du jury: Sous la direction de: Dr Paul K. KUZULI Dr Judith L. HILL Dr Isaac ZOKOUÉ Professeur Juin 1999 ÉPIGRAPHE Cet enfant est là pour la chute et le relèvement de beaucoup, et comme un signe qui provoquera la contradiction, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient révélées. (Lc 2.34,35) DÉDICACE À mes parents, Pampani Ouoba et Jabo B. Yonli, qui m’ont précieusement confié au Seigneur de bonheur, et À mes beaux-parents, Kildjoa Tankoano et Marie Béogo, qui m’ont fait la faveur d’une épouse précieuse. AVANT-PROPOS Nous avons passé quatre années à la Faculté de Théologie Évangélique de Bangui, parce que nous y avons été convié pour être formé. “Convié” - oui, c’est le mot qui décrit le mieux un parcours que l’on n’a pas décidé soi-même et qui s’est révélé être l’occasion de riches bénédictions. Ce fut une expérience aux mille facettes. Nous ne pouvons qu’en relever deux. Premièrement, notre séjour à Bangui peut se résumer en un mot - “rencontres”. Ce fut une rencontre avec le Seigneur à travers des circonstances diverses, où nous avons dû toujours réapprendre à écouter un seul mot venant de Lui: «Suis-moi!» La Faculté, c’est aussi une rencontre avec des gens venus de divers horizons géographiques, culturels et dénominationnels. Dans une telle ambiance communautaire, il y a de quoi apprendre, et beaucoup. Par exemple, nous avons pris conscience qu’il existe une Église africaine et pas seulement quelques chrétiens au Burkina Faso. Une autre rencontre fut celle d’avec les enseignants: les cours, les conférences, les entretiens et les stages ont été les lieux, parfois uniques, où il a fallu souvent constater sa propre ignorance afin de beaucoup bénéficier. La Faculté signifie aussi une rencontre avec... et la liste se continuerait. L’autre face de l’expérience fatébienne se révèle par le mot “questionnement”. Nous avons posé des questions à d’autres; nous nous sommes posé des questions; d’autres nous ont posé des questions. Ce ne sont pas les réponses que nous avons le plus appréciées et retenues, mais les voies qui mènent vers ces réponses. À la fin de notre séjour à la Faculté, nous avons réalisé qu’il a été moins question de recevoir des réponses que d’apprendre à trouver des réponses. Nous ne pouvions espérer plus. C’est précisément une de ces questions qui a donné l’occasion de rédiger le présent mémoire. Nous avons voulu faire la tentative de chercher à notre tour la réponse à une question; nous avons essayé de cerner et comprendre un aspect du Livre qui nous révèle l’Objet de notre foi, Jésus-Christ. Pour nous, L’aimer, c’est aussi aimer et étudier la Parole qu’Il a prononcée. Nous ne pouvons, alors, qu’exprimer notre reconnaissance. Nous rendons grâces à Celui qui nous a aimé d’un amour éternel et qui nous conserve Sa bienveillance (Jr 31.3). Le présent travail rend le témoignage de Sa fidélité. À Dieu notre Père, par Jésus- Christ notre Seigneur, soient la gloire et la force! Nous remercions le Bureau Exécutif de l’EE/SIM-BF et le Comité Local de l’EE/SIM-Ouagadougou pour nous avoir recommandé à la FATEB, de même que pour leurs encouragements et leur soutien constant. Que les pasteurs Limaba LOMPO, Robert K. LOMPO et Albert N. YONLI soient remerciés pour leurs encouragements et leurs conseils à l’heure où nous marchions comme à tâtons. Le pasteur Djoali DAYAMBA trouvera ici l’expression de notre reconnaissance pour avoir guidé nos premiers pas dans la foi. Nos ami(e)s, nos frères et nos soeurs dans le Seigneur au Burkina Faso ont très souvent contribué à notre formation par leurs prières, leur amitié et leur fraternité. Ne pouvant les nommer tous en raison de leur nombre, nous aimerions en cette occasion leur dire combien leur amour nous a été précieux. La SIM-Burkina a assuré régulièrement notre soutien financier, en toute fidélité vis-à-vis de la Faculté. Nous sommes conscient du grand privilège qui nous a été ainsi fait, et nous prions MM. David RUTEN et Alan DIXON de recevoir et transmettre nos sincères remerciements à toute l’équipe de leur bureau pour sa collaboration et ses encouragements, de même qu’à la SIM-International. L’organisme Overseas Council a complété le montant financier qu’a coûté notre formation. Nous lui disons notre reconnaissance. À Mme STODZER, nous disons Merci pour la subvention de nos études à Bangui. Nos remerciements vont aussi aux enseignants de la Faculté, visiteurs comme résidents, aux membres de l’Administration et à toute la communauté fatébienne pour l’accueil qui nous a été réservé et pour les services inestimables. En entrant à la Faculté, nous considérions toutes ces personnes comme des organes de grâce que le Seigneur a disposés en notre faveur. Cela n’est que plus vrai aujourd’hui, et nous avons appris à apprécier ce privilège au fil du temps. Le Dr Judith L. HILL, notre Directrice de recherche et de rédaction du présent mémoire, nous a beaucoup appris par sa discipline personnelle, son ardeur et sa rigueur dans le travail, son sens de précision, ses encouragements, ses remarques et ses conseils. L’attention particulière qu’elle a eu pour notre formation globale a été d’une contribution inestimable. Travailler sous sa direction a été pour nous un privilège. Sa compétence académique, ses cours de Nouveau Testament et ceux du Dr Peter W. DUNN ont posé les bases de nos recherches dans le domaine où nous avons travaillé. Nous leur prions d’accepter nos remerciements. Nous exprimons notre reconnaissance au professeur Jack ROBINSON pour avoir lu ce travail et porté ses remarques. Son aide a été bien appréciable. Le pasteur Moussa BONGOYOK nous a aidé par la lecture du dernier chapitre. Nous lui sommes reconnaissant pour les suggestions apportées à notre travail. Nos remerciements vont aussi à Alassane MOUSSA qui nous a initié à l’ordinateur, et à Félix GONENZE pour avoir mis son imprimante à notre disposition. L’Église Apostolique PK4 nous a accueilli et adopté pour notre stage pratique, et nous exprimons ici notre gratitude au collège des anciens et au diaconat pour leur patience et leurs encouragements. À tous les membres de la communauté de PK4, nous disons notre reconnaissance pour la convivialité et les divers soutiens dont nous avons bénéficié de leur part. Nos remerciements vont en particulier à Mme Louise DAMANGHO, qui a été pour nous une mère tendre, disposée et attentive à nos besoins d’encadrement pendant la maternité de notre épouse. Envers Mme Marcelline RABARIOELINA, Directrice de l’EBPF, et le Dr Judith L. HILL, notre Directrice de stage à l’EBPF, nous sommes très reconnaissant pour la collaboration, l’encadrement et la riche expérience d’enseignant que nous avons eue à «l’École des mamans». Que les jeunes du Groupe SHALOM soient remerciés pour l’expérience enrichissante dont nous avons bénéficié pendant les années que nous avons passées avec eux, de même que pour leur service à l’occasion de notre soutenance. Que les familles Rébecca et Issa BARA, Alphonsine et Younoussa DJAO, Zeinabou et Laouali ABDOU, Éveline et Richard HOUMEGNI, Aminata et Sana KABORÉ, Sylvie et Noël BASSONO, Mariane et Guilbert OUABÉGO, Tatiana et Thierry MOSSOUA, Alivéra et André MFITUMUKIZA, Joséphine et André ABA, les frères Richard ONDO MENDOGO, Armand BEMBISSO-KÉBÉLA et Nahiou DAN- DODO, les soeurs Mimi YEKONDA, Fibi DAKAO et Lucie ABA soient remerciés pour leur amitié, leur soutien moral, matériel et financier. De nos collègues de classe Laouali ABDOU, Tolomba de Jésus ABULU, Charles BAFINAMENE, Fidèle GUENGAYEN, Kazadi KASONGO, Germain KPASAWI, Lévy KPATA, Williams MOLOBY, Pauline MUKERINKINDI, Pascal NGALINA, Miarintsoa RASOLOFOTIANA et Arqué SINDINAM, nous avons apprécié la combativité, l’ouverture d’esprit dans les discussions, le partage et la solidarité dans l’expérience d’un programme d’étude bien chargé. Nous leur témoignons notre gratitude. Nous aimerions enfin dire toute notre reconnaissance à notre précieuse épouse, Essita, pour sa patience, ses prières, ses exhortations au travail et son amitié durant nos travaux de rédaction. Son endurance personnelle devant le double défi de la maternité et des études nous a plus d’une fois encouragé dans notre propre travail. Le dix-neuf juin dernier, elle nous devançait dans un travail de ‘soutenance’ qui a vu naître notre fille, Michaella Bouama. Ce mémoire est aussi le leur. TABLE DES ABRÉVIATIONS ad. ........................................... adaptation ap.J.-C .................................... après Jésus-Christ aug. ......................................... augmentée av.J.-C .................................... avant Jésus-Christ cf. (ou Cf.) .............................. confer (= comparez) ch. ........................................... chapitre coll. ......................................... collection EBPF ....................................... École Biblique et Promotion de la Femme éd. ........................................... édition EE/SIM-BF ............................. Église Évangélique de la Société Internationale Missionnaire au Burkina Faso et al. ........................................ et alii (= et autres) FATEB .................................... Faculté de Théologie Évangélique de Bangui ibid. ......................................... ibidem (= renvoi à la référence précédente) n° ............................................. numéro(s) p. .............................................. page pp. ............................................ pages réimp. ...................................... réimpression (date de) rev. .......................................... revue (édition) s.d. ........................................... sans date (= date d’édition non précisée) s.éd. ......................................... sans édition (= édition non précisée) s.l. ............................................ sans lieu (= lieu d’édition non précisé) sous dir. ................................... sous la direction de ss .............................................. suivants trad. .......................................... traduction v. .............................................. verset vol. ........................................... volume vols. ......................................... volumes vv. ............................................ versets N.B.: Pour les citations et les références bibliques, voir la Bible dite “à la Colombe” (sauf exception). 1CLÉ DE TRANSLITTÉRATION 1Éditée par Nupanga WEANZANA et Judith L. HILL et adoptée par la FATEB. TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE............…....................................................1 CHAPITRE PREMIER: L’ÉTAT ACTUEL DE LA QUESTION DE L’HISTORICITÉ DE L’ÉVANGILE ET SA POSITION EN AFRIQUE.................................…....…..........................................5 I. SURVOL DE LA RECHERCHE POST-BULTMANNIENNE..........….….5 A. L’HISTORICITÉ DE L’ÉVANGILE: UN VRAI PROBLÈME........................5 B. TENTATIVE DE DÉPASSER LE CONFLIT HISTOIRE-THÉOLOGIE…....7 C. ORIENTATIONS DE LA RECHERCHE AVANT LE JESUS SEMINAR......8 1. Les trois niveaux de la recherche d’après l’histoire des traditions...........…...…8 2. La nécessité de définir un genre littéraire pour les Évangiles....................…….9 II. UNE APPROCHE RADICALE: “THE JESUS SEMINAR”.................…10 A. COMPOSITION ET BUT DU JESUS SEMINAR........................................…10 B. GRANDES LIGNES MÉTHODOLOGIQUES DU JESUS SEMINAR......….11 1. Les présuppositions du Jesus Seminar: les sept piliers...........................……..11 2. Les méthodes et les critères d’authenticité selon le Jesus Seminar...........……11 C. LES RÉSULTATS DES RECHERCHES DU JESUS SEMINAR................…12 1. Les résultats sur l’ensemble des Évangiles...................................................…12 2. Les résultats particuliers sur l’Évangile selon Luc......................................…..15 III. POSITION DU PROBLÈME EN CONTEXTE AFRICAIN...................15 A. THÉOLOGIE AFRICAINE ET HISTORICITÉ DES ÉVANGILES..............16 B. LA NÉCESSITÉ D’UNE APPROCHE AFRICAINE DES ÉVANGILES….17 1. Le bien-fondé de la réflexion critique en Afrique.......................................…..17 2. La pertinence du discours théologique africain..........................................…...17 IV. SYNTHÈSE SUR LA CRITIQUE DES ÉVANGILES......................…...18 A. LE NOEUD HERMÉNEUTIQUE DU PROBLÈME......................................18 B. UNE HYPOTHÈSE D’ÉTUDE DES ÉVANGILES: LUC 1.1-4....................20 CHAPITRE DEUXIÈME: BASES EXÉGÉTIQUES POUR UNE HERMÉNEUTIQUE DE LUC, À PARTIR DE SON PROLOGUE.......................................................................…...21 I. DONNÉES INTRODUCTIVES À L’ÉTUDE DE LUC 1.1-4...............…..21 A. INTÉRÊT DU CHOIX DE LUC ET DE SON PROLOGUE.....................….21 B. CIRCONSTANCES DE LA RÉDACTION DE LUC..................................…23 C. SITUATION LITTÉRAIRE ET CONTEXTE DE LUC 1.1-4..................…..24 1. Les affinités littéraires du prologue de Luc..................................................….24 2. Le contexte immédiat de Luc 1.1-4..............................................................….24 D. STRUCTURE DE LUC 1.1-4 ET TRADUCTION.................................…....25 1. Quelques précisions syntaxiques..............................................................…….25 2. Traduction analytique du prologue de Luc.................................................…...26 a. Remarque préliminaire...........................................................................…..26 b. Traduction de Luc 1.1-4..........................................................................….26 II. COMMENTAIRE EXÉGÉTIQUE DU PROLOGUE DE LUC...........….27 A. TRAVAIL DES PRÉDÉCESSEURS ET DÉCISION D’ÉCRIRE DE LUC..28 B. TRAVAIL LUCANIEN DE RECHERCHE ET DE RÉDACTION...........….31 1. La tradition reçue et la recherche lucanienne..............................................…..31 2. Le travail de recherche chez Luc............................................................….......32 3. Le travail de rédaction chez Luc..............................................................…......34 C. ACCOMPLISSEMENT ET TRANSMISSION DES ÉVÉNEMENTS...…....36 1. Les dimensions des événements chez Luc..................................................…..37 2. Le double caractère des événements: “accomplis” et “transmis”...............…..38 a. Le caractère “accomplis” des événements.............................................…..38 b. Le caractère “transmis” des événements................................................…..41 D. BUT DE L’ENTREPRISE RÉDACTIONNELLE DE LUC......................….43 1. Quelques lectures de la proposition finale du prologue de Luc.................…...44 2. L’éclairage venu de la spécificité de la rédaction de Luc..........................…...45 III. SYNTHÈSE ET RÉPONSES À DES QUESTIONS DE BASE.........…..50 A. PROLOGUE DE LUC ET MARCHE VERS UN ÉVANGILE ÉCRIT....…..50 1. Les événements salvifiques ou le sens de l’histoire..........................................50 2. Au service de la Parole ou l’indispensable médiation actualisante..............….51 3. La certitude des enseignements reçus ou l’appropriation de la foi................…52 B. CONCLUSION: L’INTÉRÊT HERMÉNEUTIQUE CHEZ LUC...................53 CHAPITRE TROISIÈME: STRUCTURATION HISTORIOGRAPHIQUE, LITTÉRAIRE ET THÉOLOGIQUE CHEZ LUC: ESSAI D’HERMÉNEUTIQUE................................................................…..55 I. LUC ET L’HISTORIOGRAPHIE HELLÉNISTIQUE...........................…55 A. LUC ET L’HISTORIOGRAPHIE GRÉCO-ROMAINE.................................55 1. De la légitimité de comparer Luc et les auteurs gréco-romains.................…...55 2. Procédés d’historiographie chez Thucydide, Polybe et Tacite....................….55 3. Procédés d’historiographie chez Flavius Josèphe.........................................…57 4. Évaluation sur Luc et les auteurs gréco-romains........................................…..58 a. Les points de ressemblance................................................................….......58 b. Les points de différence.......................................................................….....59 B. LUC ET L’HISTORIOGRAPHIE DE L’ANCIEN TESTAMENT.........…...60 1. Quelques traits littéraires communs.........................................................…….61 a. Le regroupement des matériaux par logique thématique.....................……61 b. Le parallélisme dans la présentation des personnages.............................….61 2. Un trait théologique commun: la compréhension de l’histoire....................….62 C. LUC ET LA TRADITION DANS LES CERCLES RABBINIQUES.............62 1. Les recherches sur le rabbinisme à l’époque néotestamentaire et Luc.........….62 a. La tradition rabbinique de la période du Nouveau Testament...........…......62
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents